lundi, janvier 17, 2005

Quand le Personnel use et abuse de l’Officiel

Le Conflit des Diables
Cheikna Ould NENNI et Mohamed CHEIKH

Dans l'édition arabe n° 8084 du 12 janvier du journal gouvernemental"Châab", deux plumes ont utilisé cet espace sensé refléter une certaineretenue, se relayant en pages 1 et 12, dans une répartition de rôles, pourrépondre aux articles publiés dans la presse locale, faisant état, preuvesà l'appui, de débauchage de personnel des journaux privés et de pratiquesde mauvaise gestion à l'Agence Mauritanienne d'Informations (AMI).En page UNE de cette livraison , le directeur général de l'AMI (s'il vousplait !) poussa sa paranoïa légendaire, sous la rubrique : "Ichragha",jusqu'à faire une comparaison très mal appropriée sur divers plansd'ailleurs, entre lui, et le prophète Youssouf (PSL), quand ce dernier,affrontait l'animosité de ses frères. Dans une autre rubrique intitulée :"Beine Ennass", signée par un certain Ould Seyyid, assez connu depuis letemps où il officiait à l'Ambassade d'Arabie Saoudite à Nouakchott, acomparé la presse à un rat ayant l'outrecuidance de défier une montagne(allusion au directeur de l'AMI !). Notre ami Ould Seyyid qui nous révèle,par ailleurs, son talent de veterinaire-anatomiste, nous régalera aupassage (faute de mieux) de précisions sur les gênes du rat, les entraillesdu rat, le ventre du rat, la langue du rat et la queue du rat. Notre amiqui méprise à tel point, sa profession et certainement ses confrères,semble ignorer néanmoins, que c'était pourtant, l'expérience d'une simplefourmi, venant à bout justement d'une montagne, qui avait inspiré leconquérant Timur Lank à gagner une bataille décisive dont l'issue étaitincertaine.Mais l'ignorance concédons-le est un fléau national. Et avec elle, toutautant la capacité et la propension maladive à l'invective.Pourtant, venant d'où elles émanent, elles ne devaient guère étonner. Cequi étonne, atterre et afflige, c'est la présence d'un tel duo à la tête dela pyramide d'un organe médiatique officiel.Normal dés lors, que la production au niveau de cet organe, en dehors ducopié collé, devienne d'un genre journalistique particulier. Un genre, oùl'énergumène, en attendant qu'il se prenne pour Dieu, s'estime dans lasituation d'un prophète et en appelle à l'exégèse, pour se défendre depratiques incorrigibles et vérifiées. Et c'est grave! C'était desincantations pareilles qui avaient amené, Copernic devant l'échafaud. Soncrime ? C'était d'avoir démontré la rotondité et le mouvement de la Terre !Fort heureusement, pour nous, le XXI eme siècle ne pourra être celui del'inquisition voulue. Mais navrés tout de même nous restons, en constatantque malgré les fonctions et les moyens, des confrères, restent partagésentre le moyen âge et l'asile.Au moyen âge, de par leurs idées ! Et dans un asile de par leurscomportements. Sinon comment peut-on présenter une agence d'informations ouson directeur comme "une montagne de grandeur et de dignité" et ceux quiexpriment leur scepticisme face au ridicule comme de rats ou des adorateursdu Dirham?Une chose est certaine. Une telle phraséologie de " Jebel Adhma (mont de lagrandeur) et Alam Essema'a (pavillon du ciel) et de Zemen Erramadi (tempsgris), qui vaut ce qu'elle vaut, ne peut nullement refléter des vuesofficielles. Elle est à l'image de ses auteurs : un exemple de médiocritéet de crétinisme. Après tant de boucan, on s'attendait à mieux!La Rédactiona lire:Le Conflit des Diables:http://fr.groups.yahoo.com/group/ForumDiaspora/message/6369

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Test

05 décembre, 2006 15:11  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home