lundi, mars 21, 2005

scandal à la porte de vérsaille

le salon du tourisme est une grande maniféstation, qui se déroule une fois par an, à la porte de vérsaille dans le sud de paris, y sont representés quasiment tout les pays du monde, qui viennent pour se faire connaitre dans l'une des villes les plus visitées au monde (la france est la première déstination touristique dans le monde).les gérants et les visiteurs du salons sont habitués à la qualité médiocre et à la sous-représentation (voir l'absence) de la délégation mauritanienne, alors même que des délégations comme le mali, le burkina-faso et le sénégal sont connu pour leurs qualité et leurs aptitude à faire parler de leurs pays, sans parler du maroc, de l'algérie ou de la tunisie.mais cette année, la mauritanie a battu tous les records de médiocrité : vers 9h, alors que tout le monde était déjà sur place et que les premiers visiteurs commençaient à venir, la délégation mauritanienne est arrivée, elle est contituée de khadijetou mint boubou, diréctrice générale de l'office nationale du tourisme, de son chargé de communication et d'un type du ministère du tourisme. chacun dans une rame de métro. 30 mn au portable pour réussire à se réunir et après ils se dirigent vers le résponsable d'attribution des standes, qui leurs montres l'endroit, vide, reservé à la mauritanie, devant leurs étonnement il leurs explique que c'est au pays concerné de meubler et d'agencer son stande selon son désir, alors khadijetou s'empare d'une chaise et s'assoi dessus, comme une boutiquière devant son épicerie, en disant aux autres : "ça c'est un travail physiquen donc de mec, je vous laisse faire" avant de s'absorber dans une communication téléphonique avec l'une de ces deux filles, restée à nouakchott.l'un des visiteurs mauritanien, qui se trouve être le cousin du chargé de la communication, était parmi les visiteurs, voyant l'embarras de la délégation, il se propose de les aider, il leurs montre l'endroit de location de materiel, prend sa voiture et part chez lui ramener sa propre télévision et son lecteur DVD, avec un DVD qu'il avait acheter, et qui parle de la mauritanie, et avec tout ça le stand a commencer à rassembler à quelque chose. en face, les sénégalais chantait, dansait et mettait de l'ambiance, et dans la foulé leur ministre du tourisme éxpliquait au visiteurs comment se rendre au sénégal et les formalités à remplir. un moment, le chargé de la communication du sénégal vient voir son homologue mauritanien, dans une visite de courtoisie, et après les formules d'usage lui demande : "l'Etat prelève combien de TVA sur l'activité touristique ?", le mauritanien répond : "14 % ! non, non, je pense qu'en fait c'est 7", avant de se retracter et dire, au comble de l'embarras : "je croit qu'en mauritanie, il n'y a pas de TVA !", le sénégalais lève les sourcils d'étonnement, avant de prendre congès.le DVD preté par le charitable mauritanien est celui produit par Mr. Pavard, le mari de l'ex représentante de l'union europpéenne à nouakchott, celui sur lequel le producteur avait mis une chanson de maalouma mint meiddah, sans son accord, l'affaire est en encore de jugement.et pendant ce temps, les millions que mint boubou avait détournéee, du temps ou elle était secretaire d'etat à l'etat civil, continuent de fructifier et de se multiplier, mais c'est normal : elle est smassid !