mercredi, mai 31, 2006

Ould el kory, ou la péshmlérgalité chronique et assumée

souvenez-vous, l’une des dernières fois ou il a écrit fût le 3 août 2005 au matin, à ce moment-là il essayait de jouer à l’équilibriste, mais c’est un autre numéro de cirque qu’il produisait : le clown !

ah !!! que j’avais rigolé ce matin, en lisant le désarroi entre les lignes de ould el kory, tantôt il se rappelle de l’ingratitude de ould taya, qu’il avait pourtant défendu bec et ongle, un certain 8 juin 2003, quand tous les ministres se cachaient, ould el kory défendait son président sur RFI, RFO, Médi 1, Al Jazeera TV Neptune et Radio El Merrikh ! mais cet ingrat de ould taya n’a pas daigné lui offrir le moindre poste de secrétaire général ! pas le plus petit projet à dévorer ! rien, nada ! et pourtant ould taya ne peux pas ignorer que ould el kory l’avait défendu (selon lui, sa défense a été déterminante dans la débâcle de ceux qui n’était pas encore fourssans), il ne peut pas non plus ignorer la médiocrité de ses ministres puisque ould el kory les dénigrait matin et soir, et cette fois ce n’est pas « klam el mou3arada » mais parole de l’un des safaga les plus avertis.

l’on se souvient également de son retentissant « on l’a eu ! » suite à l’arrestation de ould hanenna à sattara, ould el kory, toujours prolixe en détail, disait que saleh avait en tout et pour tout du pain sec et un oignons !

ne ratez surtout pas sa dernière sortie, intitulée RAISON D’ETAT, je vais même vous la retranscrire ci-dessous, avec quelques commentaires en italiques, j’espère que mes commentaires ne vous empêcherons pas de goûter l’exceptionnelle et rarissime qualité littéraire du texte.

je vous promets de faire court, de toute manière le texte se suffit à lui-même, pas besoin de mettre en avant les perles, pourtant nombreuses.

lisez plutôt :

A l'approche du référendum pour la constitution, les Mauritaniens restent anxieux.

surtout toi lol

les grands problèmes du pays n'arrivent toujours pas à trouver de solutions.

la preuve : tu es encore vivant, le jour ou quelqu'un te plantera une dague entre les côtes, un grand problème sera réglé.

et en plus,il n'y a pas d'argent

ton maître a tout pris, mais attendez, là il va servir une phrase qu’il utilisait souvent du temps de ould taya

(faute de décaissements, le budget de l'Etat n'arrive toujours pas à être totalement mis en place)

comment tu le sait ?

mais en plus devant une prolifération d'impôts, les petites usines ferment

par exemple ? allez, donne-nous le nom d’une seule usine !

et l'économie reste totalement paralysée.

et tes maîtres smassids font le nécessaire pour qu’elle le demeure


Avec cette grande crise, les populations se demandent où est-ce qu'on va.

Comment tu sait ce que pensent les populations ? tu as fait un sondage ?

Après ces déplacements à l'intérieur , le Président Ely Ould Mohamed Vall a
bien compris


il te là dit ? (désolé de t’avoir coupé, continue)

qu'il reste toujours très attendu sur le terrain économique et social et sur les perspectives d'assainissement de la gestion publique timidement engagée par le gouvernement de transition.

encore une phrase que tu as déjà servi à ould taya, fait gaffe sinon tu finira par dire ely=taya et ely te taxera de flamiste lol

Récemment, le Chef de l'Etat a bien clarifié avec la création de l'Inspection
Générale de l'Etat, ses intentions en matière de bonne gouvernance.


Pour la bonne gouvernance c’est vrai, il a nommé ould boubacar premier ministre, ould boubacar était premier ministre sous ould taya puis secrétaire général du PRDS, je le rappelle puisque j’ai l’impression que tout le monde l’à oublié, serons-nous amnésique à ce point ?

Le rapport d'inspection du Commissariat aux Droits de l'Homme à la Lutte contre la Pauvreté et à l'Insertion (CDHLPI) reste très attendu.

« Ra7ima Allahou zemanen kounté vihi » l’un des mieux informé, le rapport dont tu parle a été présenté il y’a belle lurette lol

Des têtes d'affiche de la mauvaise gestion continuent au CDHLPI à piller, en toute impunité, les deniers publics.

maintenant que toute la république est au courant, il est facile de leurs tirer dessus ! tirer sur les ambulances est une spécialité des résistants de la 25ème heure, je n’ai jamais douté de ton appartenance à cette catégorie.

Ils font remarquer que le rapport de l'inspecteur général de l'Etat ne peut être que classer pour "raisons d'Etat".
ça t’arrangerai bien, hein ? quand on a longtemps été le conseiller médiatique du commissaire aux droits de l’homme, et a ce titre généreusement arrosé par les financements du CDHLPI, là il vaux mieux s’assurer que tout sera enterrer, on n’est jamais à l’abri de tomber sur un inspecteur revanchard et un chouia pointilleux lol !

Allez savoir pourquoi.

même toi tu la deviné, petit malin !

Cela vaut bien un petit détours.

et même un petit séjours en taule !

sale temps pour les péshmergas, et pour ould el kory sale temps tout court, ça lui rappelle les longues traversées de désert quand lemrabott sidi mahmoud se trouvait au chômage, par le hasard du jeux des chaises musicales ministérielles qu’affectionnais tant ould taya, sauf que, cette fois, le temps des vaches maigres semble ne jamais arriver à son terme.

______________________________________________

PS :le titre n’est pas de moi, son auteur se reconnaitra, qu’il trouve ici l’expression de ma gratitude et de mon amitié.

cette personne me disait qu’il existe des signes extérieurs de peshmérgalité, il me les avait listés.

j’ai complété la liste, la voici : portable samsung T100,lunettes de soleil ray ban, fausse bien sûr, mercedes-benz 190D et moustache façon saddam hussein.

Après, rien n’interdit au « pesh » d’évoluer, ould el kory par exemple a la barbe style george michael et ould nenni roule en 4X4 Toyota Lexus dernier cri, flambant neuf, prix du model de base : 60.000 Euros, soit environs 24 millions d’ouguiyas.

184 Comments:

Anonymous Anonyme said...

qu'est ce que tu contre le^pauvre ould el korry
le pauvre il a applaudit ,mentit et defendu l'infenedable pour des maigres aides , question de survie
mais ton pote cher x ould nenni a su comment ouvrir le robinet
7idara

31 mai, 2006 01:06  
Anonymous Anonyme said...

xoy je suis amoureux de toi
je t'aime telement bien que je te
dit bravo xouldy bravo tu eres el
matador de ladronés(les voleurs)
waw pour le blog de la bnm c'est
du bon travaille.tu et trés fort
xoy.tu merite une medaille pour ton traville que tu fait pour la mauritanie...un fan de xouldy

31 mai, 2006 02:57  
Anonymous Anonyme said...

Mr.Malcolm X
One of your writing habits that appeals most to me is that you call your enemies by their names instead of exhausting your critical outpouring energy by speaking about generalities. To my mind, this form of writing is a exactly what we need now at this
time where the nation is perched on the precipice of the unknown and no one can tell what lies down the road. To point the finger to the engines of corruption which are turning the country into a noxious waste land is an act of courage and sacrifice. And by doing that you set an example to be emulated by thousands of honest people who will no wait to see their fate sealed by the long list of thieves you tirelessly try to trace.

Just a case in point of how this new form of writing, which I dare call "writing from the barrel of a pen", is spearheading a burgeoning culture is to compare it to the writing of Ould el Kory and his like-minded. If you have noticed, and sure you have, OEK's text is mere exercise in style without substance and doesn't reflect any form of political commitment or principled attitude. It is a general piece of language that fails short of committing its author to any stance. Yes, it covers important issues like democracy, change and reform but in the most general terms possible. It is so unspecific that it can apply to any place, say in Senegal in Nicaragua or in Malaysia, etc. By speaking generalities, the author makes sure that he is on the safe side and that presents his writing skills to those who want to buy them.

Mr. X, by choosing to write this way you achieve a profound act of deconstruction I am sure will lead to a great moral leap in this country and restore to writing its place in history as a weapon in the fight for justice and dignity. In this blog, and by juxtaposing you text to OEK's, you made the difference clear between militant writing and writing as mere act of lying.
mom

31 mai, 2006 03:31  
Anonymous Anonyme said...

La peschmergalité est une devenue une culture ambiante de lahlahas écrivaillons. Le plus scandaleux, c'est le chantage qu'ils exercent pour avoir des sous....

Don Juanito
Toujours dans les bras solitaires de morphée?

31 mai, 2006 07:21  
Blogger Wahed Men Ehel Lekhla said...

A Ould Elkory,l'ex-MOEK d'albayan
je te croisé l’autre jour, Samedi , a l’aerport de Mohamed VI a Casablanca , tu pars en mission pour lequel de tes maitres ?

31 mai, 2006 07:33  
Blogger ouldmauritanie said...

La solutude est une maladie. Ou peut-être un remède a une maladie mai t’ abandonner est un crime alors dit moi t’as peur de la solutude ?

a tous

Comment est-il possible de passer de l’état de guerre à l’état de paix civile ?
Cette question, il est possible de la poser du seul point de vue technique, indépendamment de toute considération morale et de toute recherche de légitimité. C’est précisément ce que fait Machiavel dans Le Prince.
A savoir : comment est-il possible de garantir l’existence durable et stable d’un Etat nouvellement conquis, c’est-à-dire de garantir par l’existence même de l’Etat une paix civile durable qui "limite les incertitudes de la fortune" ?
Réponse de Machiavel : par tous les moyens, y compris la violence, l’assassinat, la trahison, le mensonge, l’hypocrisie... Seulement, il ne faut pas perdre de vue que s’il préconise l’emploi de ces moyens, ce n’est pas seulement pour permettre au Prince de conserver son pouvoir sur ses sujets, c’est bien pour garantir à l’Etat sa stabilité et sa durée, et donc la paix civile, puisqu’il s’agit de mettre fin à toutes les contestations de l’Etat. Techniquement parlant, la fin justifie les moyens.

Sa ressemble a des gens qu’on connaît dit le Fou maatala (ente vem)

31 mai, 2006 07:51  
Anonymous Anonyme said...

Cette histoire d'inspection générale de l'Etat est un os qu'on a jeté à l'opinion. Mohamed Ould Horma est un simple fonctionnaire du Premier ministère.

Sid'El Mokhtar Ould Cheikh Abdellahi, le commissaire adjoint chargé des Droits de l'Homme, à la lutte contre la pauvreté et à l'insertion a bien toutes les raisons d'affirmer qu'on ne peut rien faire contre lui.

Il se vante de donner de l'argent public chaque semaine à l'épouse du Premier ministre Oumou El Kiram après lui avoir engagé son propre frère un handicapé comme consultant avec un salaire mensuel de 400.000 Ouguiya.

L'une des maisons d'Oumou El Kiram louée par le fameux Commissariat a vu son loyer mensuel doublé.

Et puis, Ould Cheikh Abdellahi est chaque jour dans l'anti-chambre du premier ministre Ould Boubacar. Ce type-là s'est payé une voiture d'occasion comme voiture officielle pour 27 millions d'ouguiya.

L'extension de sa maison et le garage de celle-ci, situés sur la route de Nouadhibou, ont été facturés pour 71 millions d'Ouguiya payables de l'argent du contribuable. En plus, il a avec son alter-ego Zeini Ould ahmed El Hadi des papiers en tete d'ONG fictives, d'auberges et de sociétés de services. Leurs sur-facturations et leurs consulattions brumeuses ont couté rien que depuis janvier 2006 plus de 318 millions d'Ouguiya à l'Etat mauritanien.

Mais ces deux-types là auront leur quitus du duo Ely-Ould Boubacar. Un duo de super-menteurs qui n'ont rien à offrir au peuple mauritanien.

Le discours d'Ely l'autre jour à Akjoujt sur l'esclavage est bien celle d'un flic léger, vulgaire qui n'a rien dans la tete.

Après la dictature d'Ould Taya, nous vivons aujourd'hui celle de son vizir en attendant d'un moment à l'autre le retour programmé du PRDR au pouvoir.

La Mauritanie, pays maudit! certainement Bah Ould Rabah
Militant des Droits de l'Homme
Portable:6948803

31 mai, 2006 08:29  
Anonymous Anonyme said...

Prince Don Juanito de Machiavel

De romantique demoiseau contant fleurette à sa dulcinée (M? mabrouk), tu verses maintenant dans l'absolutisme et le cynisme de Machiavel?
La fin (fainm plutôt) justifierait les moyens?
Ne laisse pas tes passions se faire contenir par la raison d'Etat.
Ce n'est écrit nulle part, dirait le Fou de Matalla.

31 mai, 2006 08:56  
Blogger X Ould Y said...

bah ould rabah,

dit donc, tu en avait gros sur le coeure, ça fait du bien de pousser un bon coup de gueule, ça va mieux, là ?

je connais le frère d'oum el kiram dont tu parle, quand elle a décidé de transformer l'une de ses nombreuses maisons en appartements meublés elle lui en a confié la gestion, je suis incapable de le voir comme conseiller, le seul type de conseil qu'il est capable de donner est comment regagner un appartement et y rejoindre sa dulciné sans être vu par des curieux !

bienvenue parmi nous, bah.

X.

31 mai, 2006 08:58  
Anonymous Anonyme said...

chers mauritaniens,bonjours.
Il est clair que notre pays ne produit que des nuls ,corrompus,budjetivore etpourris.pour cela je propose de chercher un bon dirigent,choisi sur des criteres bien definis,qu'on importe,pour nous diriger severement.Mais attention,il va falloir l'isoler des mauritaniens,sinon!!!

31 mai, 2006 09:28  
Anonymous chebiba said...

CHER Bah o rabah
ton franc parle ne date pas d'aujourdhui tu as tjrs ete un porte parole des faibles et ceux qui etaient opprimes.

31 mai, 2006 09:34  
Anonymous Anonyme said...

A PROPOS DE TOP 50 DES VOLEURS J'INSCRIS LE COMMISSAIRE A LA SECURITE ALIMENTAIRE EN TETE DE LISTE.JE NE SAIS D'AILLEURS PAS POURQUOI X NE S'INTERESSE PAS A CET INDIVIDU QUI A MIS MAURIPOST A GENOUS EN 5 ANS DE GESTION DE SA DIRECTION FINANCIERE.CELUI QUE L'ON PRENOMME ,CHEZ NOUS AU TRARZA, OULD AHMED DOUWA JUNIOR EST UN RAPACE HORS PAIR QUI A AMASSE UNE TRES GROSSE FORTUNE ENTRE 2000 ET 2005 SUR LE DOS DU CONTRIBUABLE EN GENERAL ET SURTOUT AU DETRIMENT DES PAUVRES EMPLOYES DE MAURIPOST POUSSES DANS UN PLAN SOCIAL POUR PERMETTRE A DOUWA JUNIOR DE FAIRE DES ECONOMIES DE CHARGES QUI IRONT PAR LA SUITE DANS SA POCHE.

31 mai, 2006 10:16  
Blogger ouldmauritanie said...

a tous

j'ai vu une petition lancer par notre ami Abou zayd que je signe sans aucune hesitation juste pour faire chier mon ami Capitaine Crochet mais cependant il y’a un malentendu il y’a des gens qui bombarde notre blog par des commentaires ultra longs, dans le but de saturer l'espace et nuire a notre espace de liberté alors notre ami a utiliser sa methode souvenez vous quand il a fait son blog contre notre ambassade au senegal et qu’ on lui a reprocher car c’est vrai il faut s’attaquer aux gros et non pas aux petit budgetivore entre 50000 et 10000000000..etc il y’a une difference et notre ami a repondus de temps un temps il faut pincer ses gens pour leur rappeler qu’on ai toujour la alors est ce que on a le droit de la légitime défense nous aussi moi je dis oui mais la question qui se pose pourquoi ses gens veulent a tout pris nous faire disparaître sa c’est une vrai question ?
alors mes amis blogguer pour un jour blogguer pour toujour ditez moi ce qui l’ennemis ?

31 mai, 2006 10:17  
Blogger bison du ksar said...

Bonjour,

lu sur cridem: Le ministre SG ould hemet s'envole pour les USA juste apres que ely criait a akjoujt qu'il est un abolitionniste de toute forme d'esclavage.
ya-t-il un lien?

31 mai, 2006 10:30  
Blogger ouldmauritanie said...

bison du ksar

lui aussi a ete piquer par l’irascible mouche Bzz-Bzz irabih(enti vem)

31 mai, 2006 10:36  
Blogger bison du ksar said...

Ould mon tres cher pays,

je n'arrive pas a te suivre, c'est peut etre de ma faute, mais peux etre plus explicite pour que les esprits, pas tre futes comme le mien, puisse comprendre. ente vem?

31 mai, 2006 10:58  
Blogger bison du ksar said...

A wahed min hel les diables,

que faisais-tu à l'aéroport de Casa, un samedi ?(rire)

amitiés

31 mai, 2006 11:05  
Anonymous Anonyme said...

Ce ould el kory ne pas malheuresement le seul coureur de jupon de ely et de l'ancin ely=taya, eux tous des voleurs; je deséspére pour notre pays; merci xoy pour tes cris d'alame au secours de notre cher pays ! continue nous te soutenons en ravivant le debat ! levez-vous mauritanies de tous les pays! vive la liberté !!!

31 mai, 2006 11:08  
Blogger ouldmauritanie said...

juste un extrai du mic mac de notre ami Irabiha
je bien dis notre ami pas de sous entendu SVP

Tenez-vous bien : notre Cmjdissime Khalife Ely se
serait fait piquer malencontreusement à Akjoujt par
l’irascible mouche Bzz-Bzz, un terrible diptère qui
transformerait les personnalités, conduisant parfois à
de délires avec des accès de schizo….
C’est ainsi qu’au beau milieu d’un brillant discours
politiquement correct sans chichis, la mouche aurait
fait son œuvre sur le Raiss , qui, du coup, se serait
métamorphosé en Victor Schoelcher, célèbre gaulois
abolitionniste, qui a consacré sa vie à la lutte
contre l’esclavage.
Le Cmjdissime et vénéré Khalife Ely, du haut de sa
prestance, se serait élevé dans un état de transe
puis une voie d’outre -tombe de Victor serait sortie
de sa bouche et il déclara ;
« Oui à l’abolition de l’esclavage », « Je suis le
premier adhérant à toutes les institutions
abolitionnistes de l’esclavage ».

coincidence quand tu nous tient

31 mai, 2006 11:10  
Anonymous jouhâ said...

ouldmauritanie
entre toi et irabiha il nous faut des precision sinon chebiba et mariem mint derwiche vont se facher

31 mai, 2006 11:30  
Blogger ouldmauritanie said...

jouha
je suis polygame mais il ne faut pas le dire haute voix sinon sa la merde

bison du ksar
alors tu vas repondre a ma question sur le finacement de l'ufp

le moderé
mon ami fait moi un signe je commence a avoir peur

31 mai, 2006 11:39  
Blogger Avocat de MOSTaya said...

Bonjour chers amis,

mon mandataire ne m'a pas chargé de le défendre, mais j'ai pris moi-même l'initiative de le faire.

Monsieur MOT a pris le pouovoir un 12/12/1984 où la Mauritanie, tergiversait dans d'énormes problèmes, dont le moindre est l'absence de quiétude de tous.

Il a ensuite su et pu faire traverser le pays à des crises extrêmement graves qui ciblaient son existence même et qui contrairement à ce que croiraient certains n'ont pas été générés par les mauritaniens, mais par d'autres pays déçus par le patriotisme de mon mandataire.

En 1991 lorsque les Etats Unis ont conduit leur guerre contre l'Irak, il a commis l'erreur de prendre une position qui est la position spontanée de tout mauritanien y compris lui même mais qui n'était pas tenable par un pays comme la Mauritanie compte tenu de ses faiblesses.

Il a appris une là leçon, et c'est l'une de ses qualités, qu'il ne s'entête pas sur les erreurs, et a pu redresser le tir de manière si adroite qu'il a pu attirer les fonds de tous les bailleurs possibles et imaginables.

Les traces de ces fonds sont perceptibles sur le niveau de vie des mauritaniens qui n'a cessé d'accroitre depuis 1992 jusqu'au jour où la junte actuel a pris le pouvoir, et il n'est un secret pour personne que ce même niveau de vie ne cesse de dégringoler depuis le 03 Août à ce jour.

C'est là où on attend les politiques, et toutes les autres gesticulations, ce n'est que du palabre.

31 mai, 2006 11:50  
Anonymous Anonyme said...

Ould Mouritanie:

Je crois avoir repondu a' toutes tes questions. Si tu as d'autres questions, je serais content de les lire et voir si je peux te donner quelques elements de reponse.

31 mai, 2006 12:10  
Blogger ouldmauritanie said...

Pr coulibaly
non non tu n'as pas repondu a ma question tu m'a dit "en debut de reponse" alors j'attend la fin
une autre question
est ce que faim justifie les moyens?
est ce que la mauritanie est plutot CEDEAO ou EUROMED en gros la mauritanie est elle negroafricaine ou plutot magribine?
et STP ne fait pas comme notre ami bison ksarois il utulise la methode du maire de Ksar le camouflage car le maire de Ksar il achete des boubous qui font 10M alors que lui il mesure 1M50 mal mesurer

31 mai, 2006 12:20  
Anonymous Anonyme said...

Mr Ould Mauritanie,
Excuse moi, mais je vois que les montants détournés par le maire du Ksar sont plus importants que sa taille.
MH

31 mai, 2006 12:38  
Anonymous Anonyme said...

x,

dis moi; c'est vrai que les nouegued ont nié avoir saboté le blog et t'onT contacté pour detecter celui qui le sabote?

tu nous dois une reponse. je ne doute pas que si tu accuse les nouegued c'est que tu as des preuves. mais si une telle information (le contact des nouagued à toi) se diffuse ici tu dois y apporter un dementi, ou ...
car Je la juge grave.

aussi, j'ai defendu le blog sur la bnm parce que je demeure convaincu que tu as la preuve que c'etait eux. en plus, je me suis desolidarisé avec abu zaid pour la petition de retrait, pour, je le repete, AVOIR estimer que tu n'avais pas violé la loi. car une chose est violer la loi autre chose est violer la "deontologie". or sur la petition, il est fait allusion d'acte hors la loi, ce qui n'etait pas le cas à mon avis.

le constate que le sabotage du blog n'a pas cessé, donc je veux des explications.

ERC.

31 mai, 2006 12:39  
Anonymous Anonyme said...

ERC

X a répondu à cette question dans le précédent blog

31 mai, 2006 12:51  
Blogger X Ould Y said...

ERC,

tu dit : "je constate que le sabotage du blog n'a pas cessé, donc je veux des explications".

et c'est à moi que tu le demande ? ainsi donc, le blog est saboté par la BNM (d'ailleurs ils ne sont plus seuls, d'autres se sont rendu compte de la "faille" et s'y sont engouffrer) et c'est de moi que l'on exige une explication ?

ERC, tu ne trouve pas qu'il y'a là un déficit de cohérence ?

PS à titre amical je serai prêt à satisfaire ta curiosité concernant mon éventuel contacte avec la BNM, mais je ne voit pas à quel titre je te doit une telle explication.

le fait que tu ait défendu le blog de la BNM ne te donne aucun droit, soyons clair là-dessus, si tu la défendu c'est parce que tu es conveincu que j'avait raison, et non pour me faire plaisir.

excuse mon ton quelque peu abrupte mais c'était pour imiter le tien.

X.

31 mai, 2006 12:56  
Anonymous mejnounetx said...

x tkayess ikhalikli

31 mai, 2006 12:58  
Blogger ouldmauritanie said...

MH

Sur la taille Justement sa prouve que cet homme ne connais pas le mots econom vu que se n’est pas son argent mais donne nous des montants ou des exemples
Mon ami tu connais pas leKsar mieux que moi car leksar le vrai est definit dans ses trois symblos
1 :Ahmed salem elmejnoune bison du ksar (ente vem)
cet symbole prouve la folie des ksarois il abrite les hommes les plus riche du pays mais aussi les plus pauvre
2 :Nawatane
cet symbole de jeunesse eternel alors que tout les poste sont donnée a des vieux
3 :âtrousse ehl chekh sidiya
un âtrousse qui sent mauvais et a chaque fois qui passe je me demande si macopine va bien .

31 mai, 2006 13:17  
Anonymous mejnounetx said...

dites, suis je invisible? hier j'ai demandé oû se trouve la pétition(quel est le lien)persnne n'a daigné repondre..

31 mai, 2006 13:29  
Anonymous Anonyme said...

(bonne humeur pour nos politiciens)
Un garçon demande à son père :
- Papa, je dois faire un exposé à l'école, est-ce que je peux te poser quelques questions ?
- Oui bien sûr, vas y qu'est-ce que tu veux savoir ?
- C'est quoi la politique ?
Le père réfléchit un peu puis se lance :
- Et bien voila, prenons comme exemple notre foyer. Je suis un salarié, donc je gagne de l'argent, donc appelons moi "capitalisme". Ta mère c'est l'administrateur des biens, appelons la "gouvernement". Nous devons nous occuper de toi et pourvoir à tes besoin, donc toi tu es "le peuple". Appelons la bonne "la classe ouvrière", et ta petite soeur qui n'a qu'un an, "le futur". Est ce que c'est plus clair maintenant?
Le petit réfléchit et dit :
- Je ne suis pas très sûr, mais je vais y réfléchir.
Cette nuit là, réveillé par les cris de sa petite soeur, le garçon est allé voir ce qui n'allait pas. Découvrant que sa jeune soeur a sérieusement remplit ses couches, le petit est allé à la chambre de ses parents en voyant que sa mère est profondément endormie il alla voir dans la chambre de la bonne où à travers le trou de serrure il a vu son père en train de sauter la bonne.
Le petit fut tellement dégoûté par ce qu'il a vu qu'il est retourné dans sa chambre et s'est recouché.
Le lendemain matin le petit va voir son père:
- Ça y papa, maintenant je crois avoir compris ce que c'est que la politique.
- Très bien fiston! Raconte moi maintenant avec tes propres mots.
- Et bien, pendant que le Capitalisme encule la Classe Ouvrière, le Gouvernement est profondément endormi, le Peuple est complètement ignoré et le Futur est dans la merde.

aso(à la prochaine)

31 mai, 2006 13:30  
Anonymous mejnounetx said...

anonyme 31 mai, 2006 13:30
rechakhette on l'a deja entendu celle la..
mâ tlate ga3 tdha'hak

31 mai, 2006 13:34  
Blogger ouldmauritanie said...

a nos femmes et surtout mes femmes M.C.I
pourquoi la polygamie pourquoi pas la Polyhandrie?
comment vous definissez les mariages entre un Homme de 50ans et une femme de 15ans ?
que pensez vous de l'idée qu'une femme peut etre Imame quand devant des hommes?
quel est reelement le role de la femme dans un menage?
pourquoi une femme doit etre belle,inteligente,bien eduquer,respectable,fidel a son mari alors que un homme infidel est un seducteur et elle une salope ?

31 mai, 2006 13:47  
Blogger X Ould Y said...

mejnounetx,

pour réussir à être bien integré dans ce blog il faut avoir de l'ésprit, mais attention pas n'importe quel ésprit, mais l'ésprit du blog, appelons-le "l'ésprit canal H", tant que tu ne là pas tu aura l'impression que tu es transparente.

mais je te rassure : il s'aquiert vite, il suffit pour ce faire que tu te débarasse de cette frivolité et de cette legerté (ton pseudo par exemple) et que tu arrête de critiquer injustement, regarde, le type nous raconte une blague et toi la première chose que tu vient à l'ésprit c'est de ridiculiser sa blague, tu croit qu'après ça le type aura envi de sympathiser avec toi ?

donc, pour résumer : moins de frivolité, et plus de legerté.

X.

31 mai, 2006 13:53  
Anonymous Anonyme said...

x,
c'est vrai que tu vas pirater la base de données de la BNM?
Réponds moi STP, tu as dit un jour aue tu réponds à toutes les questions qui ne concernent pas ton identité.
je t'en remercie d'avance

31 mai, 2006 13:56  
Anonymous Mejnounetx pour la derniere fois said...

x ,
tu es mechant..sniff......mais tu me rassure hamdoulah je suis bien là!

qu'est ce que tu as contre mon pseudo? la frivolité et la légereté font partie de mes caratceres.Comment veux-tu que je m'en debarasse.

Quant à cet anonyme il a copié la blague des commentaires precedents je lui ai signalé qu'on l'a déja ici.ça sert à rien de saturer le blog.

Bon, je vais me chercher un pseudo puisque ça te plait pas et essayer de localiser "le canal H" ..

31 mai, 2006 14:08  
Anonymous Anonyme said...

X,

Je ne doute pas de toi, crois moi mais le malentendu reside sur le fait que je n'avais pas lu ta reponse... parait-il dans le blog precedent.

mais ne me dis pas que tu ne me dois pas des explications, le relationnant au fait que j'aie defendu le blog sur la bnm comme si je demandais une contrepartie de mon soutien.

si tu a cru le comprendre ainsi... c'est peut etre que je me serais mal exprimé.

j'ai defendu ledit blog pour les raisons que j'ai evoqué, point.

je ne veux pas d'explications si tu crois que tu devrais pas me les donner, sur les sabotages faits au blog.

je crois que comme victime de ces sabotages, tu trouves revoltant que ce soit toi qui doive "l'expliquer", mais À qui voudrais-tu que JE le demande, si j'ignore l'auteur?

j'aurais du peut etre utiliser le terme "informations" au lieu d'explications dans un ton, je le reconnais, plus amene. mais comme tu m'as repondu avec le meme ton, je n'insisterais pas là dessus.

en conclusion, je reste sur ma faim. souhaitant que tu trouves un moyen technique de palier à ces sabotages. oh pardon, s'il te plait... pour que tu ne me dises pas encore a quel titre je te le demande.

amicalement.

ERC.

31 mai, 2006 14:10  
Anonymous Anonyme said...

Ould El Kory est l'un des meilleurs journalistes de Mauritanie. C'est une belle plume. Un patriote courageux. Le 08 juin 2003 et le 03 Août 2005, ses interventions en direct sur différents médias internationaux ont honoré la presse indépendante de Mauritanie.
Il fait des jaloux. Normal

31 mai, 2006 14:29  
Anonymous chebiba said...

à mejnounetx
suis mon exemple tu ne vois que xoy ne me supportait pas au debut ,car j'etais comme toi au debut un peu zelee,il m'a fallu du temps pour me retrouver,au debut j'ai eu des tres dures plus dures que les tiennes mais il suffit d'etre plus serieuse donc ne te decouragee pas ton tour viendra,
coon jemilan tara eloujoude jemila.

31 mai, 2006 14:40  
Anonymous Anonyme said...

X le rapport d'Ould Horma sur son inspection du Commissariat du duo Cheikh sidi El Mokhtar -Zoueïni n'a pa encore été rendu.
Salut

31 mai, 2006 14:40  
Anonymous chebiba said...

polyandrie gueltli(maesmaatak)

j'aime les hommes mais pas de cette façon,je pense que le seul point des mauritanien c'est la chariaa ,je ne sais ce que nous pouvons devenir sans elle,bon pour la polygamie c'est acceptable à condition qu'elle soit consentit par les coepouses surtout qu'actuellement il y a plus d'homme que de femme.

31 mai, 2006 14:49  
Anonymous Anonyme said...

Ould Mouritanie:

La Mauritanie est Mauritanienne.

Je sais que tu es intelligent et tu detiens les reponses a' toutes les questions. Cela n'a jamais ete' le cas pour moi, je n'ai que des debuts de reponse. Je crois fermement a' la citation suivante de Socrates: Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien.

Je pense que Colonel Ely est sur la bonne voie. La fusion PRDR/RDU et Kadima serait le meilleur moyen pour faire eviter a' la Mauritanie une catastrophe apres Mars 2007.

Je vais bien aimer Ely et son equipe s'ils arrivent a' avoir un terrain d'entente avec son Excellence Ould Taya. Ce Mr. a tres bien servi la Mauritanie. Il serait bon de suivre sa ligne!

31 mai, 2006 14:50  
Anonymous Anonyme said...

a wahed men ehel lekhla
Ould El Kory n'a jamais été à Al-Bayane.
C'est l'un des fondateurs du journal Le Calame qu'il a quitté en Août 2000 pour lancer son propre journal Inimish Al-Watan.
Les meilleures investigations et enquêtes du journal Le Calame portent son empreinte (la licence libre de pêche de François soudan en 1994, Greenpeace et nous,armement roumain contre poisson mauritanien, le top ten des fortunes de Mauritanie...feuillette les archives du Calame et tu sauras quel est le véritable apport de Ould Elkory dans l'enracinement d'une véritable presse en MAuritanie.

31 mai, 2006 14:53  
Anonymous Anonyme said...

TU AS DIT:

"Ould El Kory est l'un des meilleurs journalistes de Mauritanie. C'est une belle plume. Un patriote courageux. Le 08 juin 2003 et le 03 Août 2005, ses interventions en direct sur différents médias internationaux ont honoré la presse indépendante de Mauritanie.
Il fait des jaloux. Normal "

UN patriote courageux, qui defendait quand meme une dictature, qu'il n'a pas hesité de pourfounder des le 03 aout, pour se retourner vers...qui? Ould daddah. je sais que tu me diras "seuls les imbeciles ne changent pas!". mais ould kory n'est pas imbecile, il est pire que ça!!!

31 mai, 2006 14:57  
Anonymous Anonyme said...

Dis X ould Y, est ce que Mohamed Ould el Kory est marié? Je l'ai vu l'autre jour sur Abou Dhabi TV et depuis je suis follement amoureuse de lui.

31 mai, 2006 15:06  
Anonymous Anonyme said...

X,
ton personnage est devenu mythique,un symbole national que le feu habib ould mahfoudh aurait volontairement inseré dans sa liste comme la garde nationale,capitaine momoy,mokhtar ould dadah ect..
tu sera certainement une histoire qui se racontera de génération en géneration.
un jour j'espére que tu nous te connaiterons sous ta vrai identité et que tu te présentera à la présidence de la république.

je suis ceratin que le jour au tu ne craindera rien en révelant ton identité beaucoup essayerons de s'approprier ton pseudonime pour se faire valoriser aux yeux de l'opinion, contrairelent à nos jours ou chaqu'un à peur d'être suposonné d'être x ould y
elmousslim

31 mai, 2006 15:12  
Anonymous G. Sand said...

- La polygamie est permise mais elle n'est pas imposée, c'est une option que la femme choisit au moment du contrat de mariage.
Le Code du Statut personnel a des dispositions claires sur ces aspects.
-La polyandrie est interdite dans la charria.
- Le mariage est un acte légal entre un homme et une femme qui répond à des conditions d'âge et de consentement: l'âge minimum est de 18 ans révolus pour les 2 époux, cependant il existe une disposition particuliére concernant le mariage de la fille mineure, mais qui ne peut être prononcé que par décision judiciare du Caddi, et uniquement dans l'intêret supérieur de l'enfant.
Ainsi ton cas de mariage entre un quinquagénaire et d'une mineure de 15 ans devra être prononcé par le juge, sinon il est caduque.
- L'imamat de la femme serait proscrit pour des considérations de perturbation de la libido des prieurs....En plus, il n'y a pas de continuité dans l'action de la femme, compte tenu de sa santé reproductive.
- Le rôle de la femme dans le foyer a une double face une biologique ( fonction de reroduction) et l'autre sociale comme gardienne des valeurs, l'éducation des enfants... mais aussi comme chef de ménage en apportant sa contribution aux charges du foyer.

31 mai, 2006 15:13  
Anonymous G Sand said...

Oulmauritanie
J'espére avoir répondu à tes questions.

31 mai, 2006 15:14  
Anonymous chebiba said...

ould mauritanie
le kebch c'etait le kebch de yacoub ,je me rappele que mon pere l'amenais quand nos chevres etaient en chaleur,mais te rappeles tu de khadem mindoun de marieme dahya,de chouedah,mais aussi de marie france de la rosiere qui n'etait pas malade mentale mais pas loin de ça,te rappeles des kermes,de l'ecole des archives juste à cote de la presidence,où l'apres midi on entrait par le grillage de la presidence pour boire de la fontaine,à cote moktar allah yarahmou priait el asr sous l'ombre d'un arbre(ceci me fait revenir en memoir un poeme de lamartine:la vie a disperse comme l'epi su l'air loin du champ paternel les enfant et la mere et ce foyer cheri ressemble à un nid desert d'où l'hirondelle a fuit pendant de long hivers...)

31 mai, 2006 15:17  
Anonymous Anonyme said...

xoy
ton posting du jour est plein de contradictions. Tu écris que Ould elkory critiquait matin et soir les ministres du dictateur Ould taya. S'l l'a fait rééllement c'est à son honneur. Le dictateur, et c'est là un secret de polichinelle, n'aimait pas qu'on critique son gouverrnement à lui.

31 mai, 2006 15:24  
Anonymous Anonyme said...

george envoie

31 mai, 2006 15:38  
Anonymous Anonyme said...

X ould Y
Est ce que c'est parce qu'l a encensé Seyid Cheikhna Ould Nenni pour les Onze bougies de Nouakchott-Infos que Mohamed Ould elkory subisse vos tirs de barrages.
(rires)

31 mai, 2006 15:39  
Anonymous Anonyme said...

mr x

pourquoi c'est toujour mint derwch ,irabiha et chebiba qui attire votre attention;
il ya bcoup de femmes qui sont intellectuele en mauritanie mais peut etre elle connaissent bien l'arab

31 mai, 2006 15:54  
Anonymous zarkaoui said...

cher x
bonjour ton blog n'est pas seduisant aujourd'hui stp anime des debat plus interessants merci

31 mai, 2006 16:03  
Anonymous Anonyme said...

X Ould
arrête de nous prendre pour des imbéciles, à force de "shooter" des contre-vérités sur ton blog on ne peut plus te croire un instant. Tu dis que le dernier écrit d'ould elkory date du 03 août 2005.
Ses écrits quasi-quotidiens sur les différents sites mauritaniens prouvent que tu es un super-menteur qui vit ces derniers jours sur fond de malédiction.

31 mai, 2006 16:13  
Anonymous Anonyme said...

Don Juanito
Ta maeuitique est-elle satisfaite??

31 mai, 2006 16:18  
Anonymous Anonyme said...

A l'inconnu de 16:13

amusant, je m'occupe d'un site mauritanien, et à vrai dire, il est vrai qu'ould elkory s'est fait plutot très très discret depuis le 3 août, hormis ses quelques écrits juste après le 3 août pour critiquer l'ex dictateur qu'il encensait pourtant encore quelques jours avant le coup d'état.

Depuis, ses apparitions ont été très rares, voire inexistante. Désolé de te contrarier

31 mai, 2006 16:33  
Anonymous Anonyme said...

Le dernier article vu de lui remonte au 1er mars où il écrivait dans Nouakchiot Info

L'avant dernier que j'ai pu lire, le 19 janvier, encore dans Nouakchiot info

Et le précédent le 03 octobre, encore dans Nouakchiot Info

Ensuite, faut remonter au mois d'août 2005 !!!

C'est maigrichon, faut bien l'avouer

31 mai, 2006 16:36  
Blogger ouldmauritanie said...

G sand

tu m'as repondus sur une partie mais dit moi en quoi epouser deux femmes aujourdhuit sa va avancer notre chariâ

chebiba
j'attend ta reponse sur le reste de ma question

M fille de D
twalte fait nous un signe et repond a mes questions

anonyme 31 mai, 2006 15:54
tu as rien compris ou quoi entre nous X est le MAC de ses trois filles ne le dit a personne pour prouver ce que je dit irabiha a nomé sa cronique MIC MAC a ton avis MIC signifie quoi M comme mariem I comme Irabiha C comme Chebiba et MAC je te laisse deviner

31 mai, 2006 16:37  
Anonymous Anonyme said...

chebiba
comme tu as une bonne mémoire te rappelle-tu d'un certain enseignant qui s'appelle mini ould mini que je l'ai perdu de vue depuis cette année de l'école des archives ?
merci

31 mai, 2006 16:46  
Anonymous Anonyme said...

moi je pense que la mauritanie ne peut se redrsser que si elle est dirigée par la loi d'ALLAH.
Ceci ne veut pas dire que je suiverai le premier barbu qui appelle a la shariha.

Je vous explique pourquoi. une grande partie des barbus pense que la chariha c'est contenir les femmes dans les boomkers, coupé une tete de temps en temps, une main par ci 80 coup de fouet par la, le tout couronné par une lapidation de la premiere donzelle qui est victime de ses hormones.
Mais non ce n'est pas ça imaginer un monde ou tout le monde est responsabilisé, un pour tous, tous pour un, le respect, le travail, la modestie, l'engagement, la fraternité, l' amour.........


bonivet

31 mai, 2006 16:55  
Anonymous Anonyme said...

(bonne humeur pour les chefs d'entreprises)

"La hiérarchie d'une entreprise, c'est comme un arbre plein de singes, tous sur des branches différentes à des niveaux différents.
Certains des singes montent, d'autres descendent.
Les singes d'en haut regardent les singes d'en bas et voient un arbre avec plein de visages souriants.
Les singes d'en bas regardent en haut et ne voient rien d'autre que des trous du cul."
aso(à bientot)

31 mai, 2006 17:04  
Anonymous Anonyme said...

Don Juanito
Chapeau (sombréro) tu démontres ton talent de danseur de pasedople avec 3 cavaliéres, une seule devrait te suffire, mais, twaltet comme tu dis, elle refuse de te répondre.

31 mai, 2006 17:08  
Blogger bison du ksar said...

durant le visite de ely a NDB, les peshmergas ont pris d'assault la maison du directeur de l'AMI en en pensant (ou en feignant de croire) que c'est celle de Youssouf ould abdel jelil de la Snim.

Ils se seraient excuses, ce qui ne les a pas empeché de demander le gazoil et les "pretextes usuels" pour ne pas partir les cartables vides.

c'est ça notre presse indépendante

31 mai, 2006 17:10  
Anonymous Maarouf said...

Anonyme de 14H50 de ce jour 31/05/06

Dès j'ai commencé à lire ton commentaire j'ai fleuré l'odeur accabrante de mauvaise foi.

RDU, Kadima et PRDR des noms différents pour la gabegie. Ils caractérisent le détournement, l'injustice et le tribalisme. Ils se sont hélés au secour l'un à l'autre. Ils savent que si un intègre gouvernerait la Mauritanie ils seront tous introduits à la justice ; je rêve ... J'ai le droit de rever... de laisser l'imagination planer dans l'espace angélique, là, ou il n y a pas de limite, là ou la générosité divine et l'amour couvent les coeurs et les mains propres ......

31 mai, 2006 17:17  
Anonymous Anonyme said...

YAKHOUTTI TAMMOU MARRA AKTBOU BIL"ARABIYA CHEOUEY HADI ALVARACIYA ACAHLA MTINA ALINA,
on parle pas tous "francais" svp
et merci.............

31 mai, 2006 17:24  
Anonymous Anonyme said...

le "peshmerga" se lit bien en francais comme en arabe et surement en anglais. Elpeshmerga est international, synonyme de la HONTE,DELINQUANCE,MENDIANTS,MAITRE-CHANTEURS,etc....

31 mai, 2006 17:33  
Blogger MANICHI said...

x
merci pour nous autres!bien merite ould el kory.
a quant a l'anonyme qui le defend soit disant parce qu'on est jaloux,mon oeil!
loa seule chose qu'il faite dans sa vie c'est quand il a pris la parole pour defendre taya;meme ce dernier n'a pas cru a sa sincerite.
ces derniers comme l'a rappele qq il a signe qq articles pour defendre le pouvoir mais malheusement personne ne croit en lui...

31 mai, 2006 17:42  
Blogger X Ould Y said...

anonyme du 31 mai 2006, 13:56,

est ce que je vais pirater la base des données de la BNM ? pour être honnete, je ne sait pas encore, mais je pense que non, je n'oserai pas car si jamais je le fait quelle difference y'aura-t-elle entre eux et moi ?

ERC,

d'abord "bismillahi rahmani rahimi" comme ça je me calme, je ne sait pas pourquoi mes ses derniers temps je suis sur les nerfs, et ça se ressent sur men comportement avec mes amis, sache surtout que si toi tu n'a pas le droit d'exiger des éxplications "men etleu idhougou" (qui d'autre pourrai l'exiger ?), je m'excuse pour mon ton.

ceci étant fait, voici la réponse : pour l'instant je n'est réçu aucune proposition de la BNM, j'ajoute que si jamais j'en reçoit une, soit rassurée que l'info sera utilisée pour leurs propore déstruction, et ce de la manière la plus efficace qui soit.

anonyme du 31 mai 2006, 14:29,

moi jaloux de ould el kory ? et toi tu es khoumeiny ? (on est dans l'absurde, alors ça ou autre chose ... ).

anonyme du 31 mai 2006, 14:40,

effectivement le rapport n'est pas encore rendu, mais les personnes bien informés sont déja au courant des conclusions, j'ironisait sur le fait que ould el kory ne fait plus parti des personnes bien informées, voila tout.

anonyme du 31 mai 2006, 15:06,

domage pour toi (franchement tes gouts sont bizarre mais bon, les gouts et les couleurs ... ) mais ould el kory est marié avec la nièce de lemrabett sidi mahmoud, une certaine F. mint B. et à cause de cela il l'a defendu a l'époque de ould taya et s'est attaqué à ses ennemis au sein de PRDS et de l'ex-mafia au pouvoir comme Sghair et son clan, cette F mint B est issue d'une famille originaire de la noblesse de walata.

el mousslim,

puisse Allah nous fait voir un tel jour, celui ou je pourrai écrire et signer avec mon vrai nom, sans risquer pour ma vie.

anonyme du 31 mai 2006, 15:24,

il n'y a aucune contradiction, tout le monde sait qu'à l'interieur de la mafia il y'avait plusieurs clans, et ould el kory appartenait au clan de lemrabott sidi mahmoud, et de se fait il critiquait les autres clans.

anonyme du 31 mai 2006, 15:39,

justement, ce sera le sujet du blog de demain.

zarqawi,

elli chegger chi idir chi v' bellou.

tu dit que le blog n'est pas séduisant, alors montre nous l'exemple.

anonyme du 31 mai 2006, 16:13,

il faut lire avant de critiquer, j'ai dit "l’une des dernières fois ou il a écrit", et pas "la dernière fois", mais je comprend qu'eune telle nuance t'echappe.

anonyme du 31 mai 2006, 16:36,

oui, "maigrichon" est le mot adéquat, surtout pour quelqu'un qui écrivait presque quotidiennement.

X.

31 mai, 2006 17:49  
Blogger bison du ksar said...

Je ne dirais pas que c'est une honte,mais il est vrai que la presse independante nous a habitue a des articles "cles en main" destines a une entreprise qui a su donner une page publicitaire ou d'un personnage public qui a su etre genereux avec nos amis.

il s'est est suivi les directives donnees a l'epoque par taya pour soutenir la presse. A partir de la, des journeaux qui n'ont jamais parus, des teyvaye detenteurs de recipisses montaient la garde pour avoir leur part.Plus vite ils etaient servis et plus vite le temoignage d'une bonne gestion de l'entreprise apparait en premiere ligne des journeaux qui apparaissent, (ceux qui n'apparaissaient pas n'avaient pas non plus la langue dans la poche).

la grosse affaire c'est quand le president se deplace. Toute la presse "independante" se deplace aux frais des autorites administratives,municipales, des notables de la region, des hommes d'affaires, de vous, de moi, de nous autres contribuables...

31 mai, 2006 17:53  
Anonymous Anonyme said...

x
"Ent malak" quant on gère toutes ces contradictions il faut etre "wassea".
Qaund on défend une cause il faut payer le pots cassés..
Bonne chance et courage

31 mai, 2006 17:57  
Anonymous Anonyme said...

Ould El Kory fait des jaloux. C'est incontestable. Son journal Inimish Al-Watan était le mieux vendu de Mauritanie. Ses scoops dérangaient la pègre financière. C'est pourquoi il a été condamné par la "justice" de cette pègre à une peine d'emprisonnement. Il reste, pour la petite histoire, l'unique journaliste de Mauritanie à avoir été condamné à une peine d'emprisonnement. L'homme force l'estime pour son courage et sa droiture.
Mais comme on dit, les chiens aboient, la caravane passe.

31 mai, 2006 17:57  
Anonymous Anonyme said...

el kory est sans principes. il a defendu ould taya parce qu'il a éte bien inspiré c'est tout! le coup a echoué et il n'a pas eté recompensé, acr il est sans principe et ould taya le savait.
il a applaudit ely, mais là encore rien! demain -si ce n'est maintenant-il veut anticiper, car il voit la transition finir sans avoir rien a mettre sous la dent, il attaque, en bon peshmergha, pour des dividendes ...futures?
il se fourvoie, tout le monde sait qu'il est sans principes!
evidemment il y en ai plein qui ne l'ont pas mais qui empochent quand meme! eh oui, parce que cela, ont plus de patience, ou simplement plus de chance!

31 mai, 2006 18:02  
Anonymous Anonyme said...

x,

je savais que tu finirais par te calmer, car au fond tu es une personne tres raisonnable (rire) et TRES charitable avec ses amis (rire).
je te remercie quand meme pour l'explication. prends la recette que je t'ai toujours indiquee: un peu de zrigh, cela te fera du bien.
et puis ne t'en fais pas, car ton entrepise est des plus "nerveuse", alors je te comprends.
on attend le blog de demain.

ERC.

31 mai, 2006 18:11  
Blogger Lambda said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

31 mai, 2006 18:11  
Blogger Lambda said...

Ahmed Salem,

Merci de m'avoir conseillé de suivre une cure de l3eych.
mais au fait j'ai eu une maivaise experience avec K'dheym. peux-tu me garentir que ça sera différent avec l'3eych ?

Concernant le blog en cours, je dis simplement que j'ai été marqué par le fameux "on l'a eu ! " à la Bremer à la veille de la capture de Saddam.

merci à X d'avoir rappeler la suite à savoir le morceau de pain sec et l'oignons (je l'avais oublié celle-là).

c'est un exemple vivant et tres representatif de ce qu'on pourrait appeler "un visage d'acier" (ouwjeh men tenguerdeu").

je lance un appel à alchimiste pour me trouver le mot francais pour désigner la matiere "tenguerdeu".

et tant que nous y sommes, j'en profite pour aaldoune, eççeult6an, eul7eummeyreu, 3eulk eubeukak.

quoique des fourmis marchent sur moi (X, c'est ton tour : à toi de traduire !) de la traduction des derniers mots mais c'est pour reveiller Alchimiste. des chose pareilles doivent l'inspirer (yetnehwel).

à propos de traduction, savez vous comment on appelle "blog" en arabe ?

je vous jure que j'etais surpris quand j'ai su la traduction.

bon, je continue à écrire sur "moudewwenat X ould Y".

chers blogers et blogeuses,

je ne peux pas etre souvent sur la moudewwana : je n'ai plus de connection.

ma connection est tombée en panne avant hier.

En plus de ça et par un moment de mauvaise humeur causé par l'absence de progrés dans les reformes en Mauritanie et par les saletés qui trainent encore et toujours dans les rues de Nouakchot, donc je dis par mauvaise humeur j'ai du envoyer une grosse GADOUM sur mon ordinateur.

suite à ce malheureux incident, l'ordinateur a rendu l'âme apres dix longues minutes d'agonie (eççakarat : wel'teffati eççak9ou bissak9i ila rabbika elmassa9k).

chers ami(e)s, nous méritons mieux. nous méritons UNE capitale digne de ce nom. oû les rues sont bien tracés et bien propres et surtout moins trouées que ce que le sont actuellement.

Une capitale où la pollution et les suisances sonores causées par les haut-parleurs des strandards qui hurlent jours et nuits sont moins visibles et moins fréquents.

Lambda.

31 mai, 2006 18:19  
Blogger Lambda said...

c'est ok pour mettre les haut parleurs pour l'appel de cinq prieres quotidiennes, mais ça n'est pas ok pour le reste des hurlements continus et qui nous cassent les oreilles à la long des journées. dans certains quartiers de Nouakchot, les hurlements commencent tres tôt avant 5h du matin et continue jusqu'à tard vers 23h. je ne sais pas si les gens qui mettent ces haut parleurs savent que parmi leurs voisins, il y a des personnes agées malades ayant besoin de ne serait ce qu'un moment d'endormissement. et faute de calme, ils ne peuvent pas.

faites l'experience et passer qlq jours dans (par ex.) le quartier avoisinant le marché de légumes à coté de la maison de sidaty ould Abbé, et vous aller constater le degré des nuisances sonores et la mauvaise qualité des rues où les charettes croisent les voitures sur un goudron grignoté de deux cotés (et souvent ensevelit sous du sable imbibé d'huile des moteurs de voitures hors service) de 1m 50 de largeur.

que l'Etat ait le courage de prendre en main ses responsabilités une fois et imposer un minimum de civisme. Nouakchot n'est plus ce village identifié par une plaque en bois erigé en 1957 où l'on a marqué "ici érection de future capitale de Mauritanie".

Nouakchot est notre capitale politique où la majorité des Mauritaniens vivent donc les services compétents (j'interpele pas les maires car ils sont en position de stand-by, pourquoi ?) ont le devoir légal et moral de prendre des mésures d'hygiene pour assainir nos quartiers.

je ne dit pas qu'il faut nettoyer Nouakchot parce qu'il y a les délégations etrengeres et les missions diplomatiques .. non ce n'est pas la raison n°1.

il faut assainir Nouakchot parcque c'est le lieu de résidence des Nouakchottois tout court.

donc en ce qui me concerne, plus de connection et plus d'ordinateur.

A Bientôt quand meme.

Lambda.

31 mai, 2006 18:20  
Anonymous Anonyme said...

bOnjour,

les peshmergas se dit à nos journalistes journalisant pour un journal qui a été sous presse une fois et dont un exemeplaire sert à peshmerguer les cadres de l'Etat peshmergeables.

Il existe trois catégories de peshmergas:
la haute peshmergas : cette catégorie est la plus danngéreuse et la plus nocive car elle fréquente les hautes sphères de l'Etat, cette catégorie se confond parfois avec les bureaux de renseignements elle fait même c'est propres BR.

la deuxième catégorie que tout le monde connaît est celle des visites présidentielles , elle se contente souvent de quelques billets , des pots des séminaires et atéliers et de la reunion du mércredi soir.

la troisième catégorie ces les péshmergas stagiaires qui bondent les salles de rédactions des journeaux de la place et qui sont utlisés par les directeurs de publication pour péshmerguer pour le compte du journal.

le fils du bled

le fils du bled

31 mai, 2006 18:26  
Anonymous etudiant libre said...

salut il est 18h02mn je suis le denier inscrit avant 18h03 .pour le premier message j ai pas grand chose a.dire mais je vais dire cas meme quelque chose .j avoue que je ne sait meme pas quoi dire ah je crois que quelqes chose m est venu dans la tete donc je voudrais dire bravo a x ould y je trouve que vous meritez le prix nobel de la lutterature .j avoue que je fais trop de faute d orthographe mais que voulez vous que je fasse je suis un produit de l ecole mauritanienne .

31 mai, 2006 18:37  
Blogger Wahed Men Ehel Lekhla said...

Quan Mohamed ould Elkory chante les louanges de Mohamed Elkory,
Mohamed Ould Elkory , sorry, je veut dire l’anonyme du 31 mai, 2006 14:53,


Ould Elkory n’est q’un simple journaliste, mercenaire de l'écriture et pamphlétaire redouté , je le connais bien , et tout le monde .
Entre 2002 et 2004 , il a utilise le nom/pseudo de Mansoura Mint Hiyne ( l’autre, la niece de Ahmed Saleck , pas sa fille ) rendre grâce à lui-meme et pour regler des comptes avec des M-netteurs.
Il a ete accusé de diffamation par Bechir ould Moulay Elhacen pour le compte de Mohamed ould Bouamatou en 2002, ila vole l’argent de l’Union des Banque de Développement (UBD).

J’ai une question a l’anonyme qui defend Ould Elkory:
PourQuoi ton ami a quitté le Calame ? SVP, Apportez moi une reponse Claire.

Sans rancune

31 mai, 2006 18:39  
Blogger bison du ksar said...

Aujourd'hui sur TV5,un spécialiste de la politique disait à propos de l'Irak:
"il ya un gouvernement isolé dans un kilometre carré qui n'a pas réellement de contact avec la population, mais il n ya pas d'etat avec ses structures et capable de fournir les services adequats et equitables à tout le monde".

j'ai pensé à mon pays. le gouvernement est présent, mais l'etat est absent.

On en a marre de vivre comme des damnés de la terre,faut que ça change, sinon il y'aura une révolution.

31 mai, 2006 18:43  
Blogger LM® said...

salut
le nouveau steven spielberg est sur vos ecrans .
Lambda bougadoum contre les décibels de nouakchott.
un thiller a ne pas manque au cinéma lejwad entrée 50 ouguyas (négociable)payable en nature ou en espece.

31 mai, 2006 18:50  
Blogger Maatala said...

bonsoir

Ma soeur Chebiba a dit :

"les coepouses surtout qu'actuellement il y a plus d'homme que de femme."


Pas pour longtemps, car les marocaines arrivent, entre les fruits ,les legumes et le "shitt".

En somme le grand Maghreb

Il va y avoir du sport dit le FOU

31 mai, 2006 18:55  
Blogger bison du ksar said...

Maatalla,

Bonne entree en matiere, tu ne fais pas plaisir à nos soeurs en disant cela (rire)

amities

31 mai, 2006 19:15  
Blogger Maatala said...

Bonsoir

News de flam tendance pol-pot

Déprime et démission

Après la tournée de Flam-rénovation, il y a comme un blues dans le clan la haine et du ressentiment.

Ainsi deux figures de cette tendance ont jetés l'éponge : Bâ Oumar et Amar.

Les Durs désarçonnés, n'ont trouvés comme réponse que la fuite en avant : la nomination de Madame Sall dite Hapsa Banor chargée de relations extérieurs.

Quand on sait que cette dernière est plus dure et sectaire que son mari Monsieur Ibrahima Sall qui pense qu'"un bon maure c'est un maure mort", cela promet.

Mila Milosevic et Simone Gbagba a coté de Hapsa c'est Hijabistes dit le FOU

31 mai, 2006 19:15  
Anonymous Anonyme said...

-----------------------------------

how>

31 mai, 2006 19:16  
Blogger ouldmauritanie said...

chebiba
tu connais bien leksar et voila une vrai ksaroise bison de ksar 3an dek

maatala
et j'ajoute l'algerienne et la tunisienne

31 mai, 2006 19:21  
Anonymous Volatil said...

Je suis d’accord avec ce que dit Lambda de l’hygiène à Nouakchott. Je partage aussi sa protestation contre les nuisances du muezzin au petit matin. Le reste du temps, les hauts parleurs de la mosquée ne font de mal aux mauritaniens. Nous sommes des musulmans après tout mais nous avons aussi droit au sommeil tranquille.

A propos des Peshmerga, je les ai en pitié. C’est dur de gagner sa vie dans un pays où le chômage s’étend et où il n’y a aucune garantie de vivre honnêtement de son métier. Les Peshmerga ne sont pas mauvais à la naissance ; ils veulent juste gagner leur bout de croûte. Si les autres mauritaniens ne trichaient pas en majorité, le Peshmerga serait un bon journaliste. Avant de décrier une réalité sociale, il est toujours plus indiqué de descendre jusqu’à sa racine.

Le mal de la Mauritanie ce sont les tribus, les noblesses de mes deux, la surcharge de mémoire, l’impossibilité de l’anonymat. A cause de ça, même un bogosse instruit et charmant finit toujours par se faire poser la question qui tue : Tu es fils de qui, mney ennas ? Ensuite, ils vont faire leur enquête, même si tu es riche, intelligent, charmant, on retrouve toujours ta trace et on te juge sur le statut traditionnel de tes parents. Au plus petit écart, on te rappelle ta place. Putain de vie !!!!

31 mai, 2006 19:21  
Anonymous Volatil said...

Attends, dans toutes les autres ethnies, c'est la même chose ou pire quelquefois que chez les maures. Ce pays a besoin d'une secousse, une grosse secousse, je vous dis!

31 mai, 2006 19:29  
Anonymous Anonyme said...

x ould y
tu n'est pas un responsallble.

31 mai, 2006 19:31  
Anonymous Anonyme said...

Je demande au President ELY et au CMJD de verifier ce qu'a dit BAH RABAH.Si c'est vrai ils doivent sans plus tarder chasser O.BOUBACAR de la PRIMATURE et O.CHEIKH ABDELLAHI du CDPLP et engager contre eux une procédure judiciaire.Ça va de la crédibilité du CMJD qui tarde à faire le changement promis.Personne n'est indispensable et le pays regorge de cadres très compétents dans les administrations centrales et à l'étranger(dans les ambassades et les organismes interationaux).Cette proposition est tout a fait en harmonie avec le discours du president.Si o.RABAH a dit faux,ce qui reste probable,il doit être sanctionné par l'autorité compétente(juge,police...)après plainte pour diffamation bien entendu.C'est ça la justice que le peuple veut.Il n'ya aucune honte qu'un haut responsable porte plainte pour diffamation s'il est honnête avec lui-même et avec son pays.Le grand drame est qu'il s'estime au dessus du peuple qui s'exprime à travers les anonymes(qui ont peur d'être limogés et affamés car ils ont des bouches à nourrir dignement sans ressources occultes),les blogs,O.RABAH...etc.Dans tous les cas le CMJD doit voir de près ce qui se passe et surtout verifier les revelations de BAH O. RABAH(qui ne perd rien en fait).

31 mai, 2006 19:32  
Anonymous Anonyme said...

c'est pour X ould Y
Médire : dire du mal que l'on sait ou croit savoir sur quelqu'un.

Médire implique des propos malveillants mais que l'on suppose fondés.
dans l'islam:

Louange à Allah

Premièrement, les mœurs des musulmans rejettent l’obscénité. A ce propos, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) dit : « le croyant n’est pas une personne prompte à dénigrer les autres, à les maudire, à proférer des propos obscènes ou indécents. » (rapporté par at-Tirmidhi et déclaré par lui ‘beau’ et ‘étrange’ et authentifié par al-Albani).

Quiconque accomplit souvent une chose risque d’en faire une habitude. Le musulman doit s’écarter des accès du mal une fois pour toute. Quiconque tourne autour d’une réserve risque d’y pénétrer.

Deuxièmement, si par médire le mécréant, vous entendez l’évocation de ses défauts physiques tels que son ‘long nez’ ou sa ‘grande bouche ’ etc. méfiez-vous en car il s’agit alors de se moquer de la création d’Allah. En revanche, s’il s’agit d’évoquer son mauvais comportement qu’il affiche fièrement comme la fornication, la débauche, la consommation de l’alcool, pour mettre en garde contre cela, il n’y a aucun inconvénient.

Voici quelques propos des ulémas relatifs à ce sujet :

Zacharia al-Ansari a dit : « Médire un mécréant est interdit, s’il s’agit d’un protégé car cela les décourage du paiement de la dîme et constitue une inobservance du statut de protégé. Il est aussi interdit compte tenu des propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « Quiconque médit d’un protégé mérite l’enfer » (rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih). Si le mécréant qui fait l’objet de la médisance est en état de guère avec les musulmans, cela est autorisé car le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) donnait à Hassan, l’ordre de dénigrer les polythéistes. » (Asna al-Matalib suivi d’un commentaire marginal, vol. 3. P. 116).

Dans les Zawadjir, Ahmad Ibn Hadjar al-Haythami dit : « Al-Ghazali a été interrogé dans ses Fatawa à propos de la médisance du mécréant et il a dit : « La médisance d’un musulman est prohibée pour trois raisons d’abord parce qu’il s’agit d’une nuisance ensuite elle revient à déprécier une créature divine - car Allah est aussi le créateur des actes des serviteurs- et enfin, c’est un gaspillage du temps. La première raison justifie l’interdiction, la deuxième la réprobation et la troisième l’impertinence.

31 mai, 2006 19:35  
Anonymous Anonyme said...

soyez objectif je sais que tu cash deriere l'écran chaque fois tu efface ce qui te corespond pas ou (te plait pas ) mais si tu veux je t'invite a SKYPE si tu veux bien voila mon logine YAHRAGH-BOUKH.....

à tout a l'heur

31 mai, 2006 19:38  
Anonymous Anonyme said...

c'est moi YAHRAGH-BOUK à X ould Y et toutes les gens qui manges les viandes du muslimans :
Le Messager de Allah en s'adressant à certains compagnons a dit :



ce qui signifie : « Savez-vous ce qu'est la médisance ? » Ils dirent : « Allah et Son Messager savent plus ». Il dit alors :



ce qui signifie : « C'est mentionner ton frère par ce qui lui déplaît ». Ils dirent : « Et si cela est vraiment en lui ? » Il dit :



[rapporté par Mouslim] ce qui signifie : « Si ce que tu dis est en lui, tu as commis la médisance à son propos et si cela n'est pas en lui, tu l'as certes calomnié ».

Celui qui écoute la médisance interdite est tombé dans un des péchés de l'oreille et c'est son devoir de l'empêcher

31 mai, 2006 19:42  
Anonymous Anonyme said...

repond si tu peux c'est le prophete qui a dit sa sala-ellahou-eleihi-wasalam.

si t'a dautre epreuve "evidna"......

YAHRAGH-BOUK

31 mai, 2006 19:45  
Blogger LM® said...

salut
cher ami
baraka lahou vik
pour ces belles paroles je vous remercie et je vous demande de nous parle de taghyir el mounkar .
je pense que x a des lacunes de ce cote ci aussi entre autres je suppose.
jazaka lahou kheyren a3na

31 mai, 2006 19:48  
Blogger ouldmauritanie said...

YAHRAGH-BOUK
tu dis :
************************************
Le Messager de Allah en s'adressant à certains compagnons a dit :
*********************************

tu es sure qu'allah a des compagnons?
une autre chose quand on a la chance de dire des truc comme sa on doit laver notre bouche de toute les insultes

31 mai, 2006 19:52  
Blogger Maatala said...

bonsoir

il a dit :
------------------------------------
Je demande au President ELY et au CMJD de verifier ce qu'a dit BAH RABAH.Si c'est vrai ils doivent sans plus tarder chasser O.BOUBACAR de la PRIMATURE et O.CHEIKH ABDELLAHI du CDPLP et engager contre eux une procédure judiciaire"
------------------------------------

je ne veut pas te decevoir mais
une chose est immuable chez nous :

La sainte horreur de "s'entourer des meilleurs" car il ne faut pas qu'une tete dépasse pour ces ces autochrates qui doutent d'eux et de leur capacité à s'imposer à leur entourage.

Alors ils l'appauvrissent,en chassent des personnalités préstigieuses,éliminent ceux dont du talents pourraient en faire des rivaux d'ou le choix de certains courtisants incompétents qui ne brillent que par leur médiocrité et leur servilité (CF le régne de Taya)

C'est la marque d'une infirmité de l'ame dit le FOU.

Maatala

31 mai, 2006 19:55  
Blogger Maatala said...

bonsoir

il a dit :

c'est moi YAHRAGH-BOUK quand on a un pseudo pareil c'est une faute de gout voir d'éducation de parler de HADDITHS

Par ailleurs il n'est pas question ici de médisance mais de "RESISTANCEs ET D ESPOIR" : un éspace de liberté avec comme rédacteur en chef X et des chroniqueurs qui usent et abusent de leur liberté de ton et de paroles .

Aux aigris de services ,aux pisse-froid et cocus heureux il est demandé de changer de bac à sable.

Bon ZRIG dit le FOU (ERC ente Vem )

Maatala (chroniqueur chez Résistance et éspoir et que cela ne déplaise OH que CON (ould neni).

31 mai, 2006 20:06  
Blogger Maatala said...

bonsoir

Tu vois X

ce soir je sens que je suis en forme et optimiste.

Banzaiiiiii dit le fou

maatala

31 mai, 2006 20:08  
Blogger Maatala said...

bonsoir

Pendant ce temps que font les négo-mauritaniens:

ils cogitent et consultent les voyants car leur hantise c'est etre dans le camp des vaincus.

Alors ils attendent et ne s'engageront dans l'action qu'une fois sur du candidat qui sera élu selon leur calcul.

Faire le mauvais choix surtout pas.

Et si ces calculs s'averent faux,
ils se hateront à rallier le camp du vainqueur, méme s'ils ne l'ont pas soutenu.

Car pour eux il est dangereux d'avoir de sa dignité une idée qui interdise les retournements d'alliance .

En somme pour qui veut arriver à tous prix ,que vaut une conviction qui n'a pas donné de victoire.

Ils sont et resteront toujours fidéles à l'adage suivant : "on ne se bat pas contre l'autorité ; on là sert" dit le FOU

Maatala

31 mai, 2006 20:23  
Blogger ouldmauritanie said...

maatala
tu dis :

Tu vois X

ce soir je sens que je suis en forme et optimiste.

Banzaiiiiii dit le fou


j'en ris encore merci mon ami
moi aussi depuis ce matin je me sens en forme et optimiste alors

Banzaiiiiii

31 mai, 2006 20:32  
Blogger Maatala said...

bonsoir

Avertissement

A ceux qui rallient Daddah (surtout du prdr-s)

Un politique cherche toujours à séduir,mais sans rien oublier.il y a ce qui existe ,il y a ce qui se voit.Nul ne pardonne jamais,mais nul n'a interet à paraitre rancunier: c'est une bassesse morale ou une petitesse intelectuelle (Taya-Cymper/Chirac-Sarkozy)

A bon entendeur salut dit le FOU

Maatala

31 mai, 2006 20:34  
Blogger Maatala said...

bonsoir

Monsieur Daddah

Avez-vous un projet d'avenir?
Eclairez-nous sur vos intentions futures?Pourquoi,comment,avec qui,pour aboutir à quoi?et vers quel modernisation .

Car vous ne suciter pour l'instant que l'enthousiasme des servilo-mafia (cf NDB).

Il y a quelqu'un dit le fou:

Non car ils sont encore en seminaire pour écrire la premiére phrase du projet.

Rassurant dit le Fou

Maatala

31 mai, 2006 20:45  
Blogger Maatala said...

bonsoir

Aux candidats virtuels :

Haidalla,ahmedou ould abdalah ,Diop moustapha..........


Pour conquérir le pouvoir il faut le désirer et que cela se sache.

Le peuple va vers ceux qui tentent de le séduir, pas vers ceux qui font minent de se resigner à etre désirés.

Car le pouvoir est rarement conquis par hasard ou par l'abandon des concurrents.

Marre du gris et de l'ordinaire dit le FOU

Maatala

31 mai, 2006 20:55  
Blogger ouldmauritanie said...

L'écriture a permit à l'humanité de faire évoluer plus vite leurs inventions et connaissances car comme le dit si bien le proverbe latin :

"Les paroles s'envolent, les écrits restent"


Dans un monde où la communication rapide tient lieu de dogme, le téléphone a tout naturellement conquis la première place.
Mais les mots échangés par le câble téléphonique n'ont qu'une vie éphémère. A peine prononcés, ils sont précipités dans l'oubli, bousculés par leurs congénères proclamant eux aussi leur droit a l'existence.
Triste sort que celui de ces paroles volatiles qui ne laisseront rien à la postérité. Heureux statut que celui des mots couchés dans notre blog , lus et relus, appelés a conserver notre mémoire.
Écrire, voila un verbe sujet à compléments.
A la joie d'écrire un commentaire répond le plaisir de sa lecture. En effet, placé sous le signe du partage, le plaisir de l'Épistolier se prolonge a l'idée que la bonne nouvelle provoquera une joie intense chez son lecteur.
Rien ne remplace la force des mots et rien n'est plus simple que d'envoyer un message de ses félicitations, ses voeux, souhaiter une bonne fête ou un joyeux anniversaire. Veut-on déclarer sa flamme à l'être aimé dans le silence ?
Écrire rompt la solitude et apporte le réconfort.
Nul besoin de talent pour écrire une lettre, il faut surtout du coeur... A chacun son style.

31 mai, 2006 20:59  
Blogger Maatala said...

bonsoir

Les amis

Merci de m'avoir subit ce soir.

Le Fou vous embrasse

BANZAIIIIIIIIII (ould mauritanie mon ami ente vem)

31 mai, 2006 21:02  
Blogger ouldmauritanie said...

docteur maatala

BANZAIIIIIIIIII j'en ris encore un grand merci mon ami

31 mai, 2006 21:09  
Blogger ouldmauritanie said...

bonivet
tu dis :

Ceci ne veut pas dire que je suiverai le premier barbu qui appelle a la shariha.

tu as tout compris car ses gens on la fleme de se raser et la shariha ce quand sa les arangent sinon ditez moi on a aboli l’esclavagisme pourquoi pas la polygamie

31 mai, 2006 21:21  
Anonymous Anonyme said...

Ould "ce pays nul qui est le mien"

L'écriture... toute une passion des mots pour dire nos maux, l'expression de nos rêves et de nos souffrances par le verbe, l'extorisation de notre sensibilité par l'intonation....
Décidément, Don Juanito, ton repertoire s'envole par la magie des mots.

31 mai, 2006 21:41  
Blogger ouldmauritanie said...

Elle dit :

3 cavaliéres, une seule devrait te suffire

NON moi aussi j’ai le droit a quatre

Elle dit :

Ta maeuitique est-elle satisfaite?

je suis jamais satisfait mais avec moi on ai satifait ou rembourser Bonzaiiiiiiiiii

chebiba
crois moi que ce n’est pas un kebch mais belle et bien un 3atrousse si tu le croises tu te souviendras toute ta vie.
Polygamie est acceptable guelti(maesmaatak)
irabiha
tu dis :

- Le mariage est un acte légal entre un homme et une femme qui répond à des conditions d'âge et de consentement: l'âge minimum est de 18 ans révolus pour les 2 époux, cependant il existe une disposition particuliére concernant le mariage de la fille mineure, mais qui ne peut être prononcé que par décision judiciare du Caddi, et uniquement dans l'intêret supérieur de l'enfant.

l’intêret supérieur de l’enfant ce de coucher avec un ami a son pere ?

Pr Couli
tu dis :

La Mauritanie est Mauritanienne.

alors la c’est la phrase du jour
tu dis :

je sais que tu es intelligent et tu detiens les reponses a' toutes les questions

mon Pr tu es entraine de me faire des compliment ou des a… sache que je tient a ta reponse alors je l’attend

et avant de postet se message BONZAIIIIIIIIIII a irabiha (enti vem)pour son dernier micmac la classe quoi

31 mai, 2006 21:51  
Anonymous Anonyme said...

X
Je viens de lire un article de Mohamed Ould El Kowri sur flamnet. J'ai envie tout simplement de l'étrangler. Il défend le colonel Ely, cet autre sanguinaire qui subira le même sort que l'autre tyran.

31 mai, 2006 21:54  
Anonymous Anonyme said...

CES ATTAKS ST SCANDALEUSES, X, FAIS QQ CHOSE, ON VEUT TUER LA LIBERTE

31 mai, 2006 22:14  
Anonymous Anonyme said...

Don Juanito
Je partage ton indignation sur la disposition litigieuse rendant possible le mariage d'une mineure, c'est en en effet une voie à la pédophie...
Notre plaidoyer pour l'abrogation de cette disposition continue;
enfin, je te signale que depuis l'adoption du Code du Statut Personnel en 2001, aucune décision judiciaire dans ce sens n'a été prononcée, c'est tout à l'honneur de nos magistrats.

31 mai, 2006 22:41  
Anonymous Anonyme said...

Journal Indépendant d’Informations et d’Analyses - Deux éditions Arabe et Française
N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Directeur de Publication
CHE I KHNA OULD NENN I
Prix: 100UM Etranger: 1Euro - 1US$
Site web
www.mapeci.com
www.nouakchottinfo.com
E-mail: nouakchottinfo@yahoo.fr
12ÈME ANNÉE
N° N° 997
Directeur Commercial:
6279401/6544046
La descente de la police chez
la Bacim-Bank, amenée par un
huissier pour exécuter une
ordonnance de saisie sur les
biens de Moctar Ould Abdellah
ou de sa société Tradima-TP,
n'en finit pas de rebondir et
faire couler de l'encre.
Non seulement, la
montagne a accouché
d'une souris,
l'huissier et son
contingent de policiers
étant partis bredouilles,
mais la Bacim-Bank a porté plainte
contre l'huissier en question,
maître Sidina Ould Abakar,
auprès du ministre de la Justice
conformément à l'article 28 de la
loi 97.018 du 15 juillet 1997,
portant statut des huissiers de la
surveillance, de la discipline des
huissiers.
De même, M. Moctar Ould
Abdellah, directeur général de
Tradima-TP est sorti de sa réserve
pour préciser les choses, relatant
les tenants et les aboutissements
de cette affaire en exclusivité
à Nouakchott Info.
Flanqué de son avocat, Me
Yahya Ould Abdou, le DG de la
Tradima devait nous préciser d'abord
que sa société n'a été ni
vendue ni fermée et qu'elle poursuit
normalement ses activités,
reprenant du poil de la bête et
honorant ses engagements au
fur et à mesure que ses chantiers
avancent et que sa situation
se redresse. Il ajoutera : "Qu'en
est-il au juste de cette affaire ? En
décembre 2003, j'avais accepté
l'offre d'un ami, Mekki O Michri de
s'associer à moi à hauteur d'un
million d'UM.
Je l'avais nommé directeur
général et lui avais délégué tous
mes pouvoirs, y compris de
signature de chèques bancaires
du compte que nous avons ouvert
à la Bacim-Bank. J'étais malade
et me suis rendu au Sénégal me
soigner pendant six mois pour
revenir au pays et m'astreindre à
une convalescence de trois autres
mois. Mais lorsque je m'étais
intéressé à faire la situation de la
société, j'avais constaté un trou
de 37 millions UM et autant de
créances.
Obligé de rompre cette association,
j'avais consenti à faire
des sacrifices pour cet ami en
signant avec lui un protocole d'accord
notarié dans lequel je me
suis engagé à payer les créances
reconnues dans le procès-verbal
de cessation car la société était
dans des problèmes majeurs,
quasiment au bord de la faillite,
alors que d'importants marchés
étaient engagés. J'ai même du
débourser des montants cash à
cet ami afin de l'aider à s'en sortir
et en supporter davantage de
ses créanciers ne figurant pas
dans le protocole d'accord. Ainsi,
la Bacim-Bank a octroyé des cautions
à Tradima à hauteur de plus
de 100.000.000 UM et le compte
était bien entendu au rouge.
Or, les virements qui étaient
effectués au profit de Tradima,
lorsqu'ils ne sont pas bloqués à la
source, sont automatiquement
défalqués de ce solde débiteur,
les ordinateurs n'obéissant qu'aux
opérations enregistrées dans les
livres de la banque.
Affaires:
Tradima précise, Bacim-Bank accuse
Suite page 3
Des coupures intempestives
de l'électricité sont enregistrées
ces derniers jours. A la veille
de la période des grandes chaleurs,
et des délestages éventuels,
nous avons essayé de
voir de près ce que la Somelec
peut nous réserver pour l'avenir.
Enquête.
Contrairement à ce que d'aucuns
pensent à tort, la Somelec
est loin d'être cette société prospère
et très liquide que l'on
croit. A y voir de plus prés on se
rend vite à l'évidence. Cette
société se trouve toujours au
creux de la vague techniquement
et financièrement malgré les
efforts remarquables fournis
avec détermination par l'actuel
directeur général qui s'investit
avec passion pour remettre la
boîte sur les rails. Homme du
secteur et ingénieur de formation,
Ould Bahia n'était pas dupe
et ne se faisait pas trop d'illusions
sur l'état de santé de cette
société quand on lui en a confié la
Direction général en août 2005.
Il savait pertinemment qu'il allait
avoir du pain sur la planche. Mais
il ignorait certainement que sa
détermination et sa passion
allaient être mises à rude épreuve
et qu'au bout de 9 mois d'efforts
laborieux d'assainissement
et de moralisation il devra encore
attendre et persévérer pour voir
le bout du tunnel. En effet, les
résultats laissent à désirer en
dépit de certaines améliorations,
notamment au niveau du réseau
de distribution dont certains tronçons
défaillants auraient été
changés pour améliorer la qualité
et la continuité du service en
diminuant le nombre de coupures
d'électricité. Maigre consolation
pour des usagers qui aspirent
légitimement à des villes mieux
éclairées, des taux de desserte
plus élevés (on est aujourd'hui à
moins de 30 %) et une énergie
abondante et bon marché.
Energie
La Somelec au creux de la vague
Suite page 3
Economie
L'UE annonce une reprise
de la coopération
Les 25 pays de l'Union
Européenne, réunis à Bruxelles,
ont décidé à l'unanimité de la
reprise de la coopération avec
les nouvelles autorités militaires
de transition... Lire page 3
ACTUALITÉ 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
2
LA RONDE LA RONDE DU
Un enlèvement avorté
n jeune enfant de 6 ans momentanément
enlevé la semaine dernière par une
femme a été très vite retrouvé grâce aux
services efficaces d'un marabout. La
mère de l'enfant venait juste de débarquer à
Nouakchott en provenance de Moudjéria. Tout se
passa ainsi très vite. En effet, le lendemain de son
arrivée, un vendredi, l'enfant en compagnie des gosses
de la maison s'en alla à la mosquée voisine pour
la grande prière du jour, la mosquée étant située
non loin du commissariat d'El Mina I. En cours de
route, le gosse aurait été intercepté par une dame
masquée qu'il suivit sans résistance après qu'elle lui
ait offert des biscuits et autres friandises. Et ce fut
la disparition. Alertée, sa maman en compagnie de
tous ses proches se mirent aux trousses de la
femme et alertèrent le commissariat d'à côté.
Malgré leur intensité, les recherches n'aboutirent à
rien. Dans la soirée, la mère de l'enfant saisit son
marabout traitant qui la rassura en ces termes : "
Ton enfant, lui dit-il, est à l'instant même bien portant,
il ne manque de rien et il est gai. La femme qui
l'a enlevé est actuellement dans l'embarras car elle
ne sait pas quoi en faire, donc d'ici demain, décrétat-
il, elle te le rendra. " Et effectivement, tout se passa
comme prédit par le marabout. En effet, samedi
matin, une femme se présenta au commissariat de
Sebkha accompagnée d'un enfant. Interrogée par la
police, elle dit avoir retrouvé cet enfant dans le quartier
d'El Mina et qu'elle l'a emmené chez elle dans
l'attente que ses parents se manifestent. Elle fut
immédiatement arrêtée car ses déclarations ne
convainquirent pas grand monde. L'enfant quant à lui
retrouva sa maman qui avait eu des sueurs froides.
En effet, cette dame revenait de loin. Frappée de stérilité,
elle ne parvenait pas à avoir d'enfant après 13
ans de mariage. C'est alors qu'elle prit contact avec
un marabout - celui-là même qui venait de sauver son
unique rejeton - qui la soigna. Seulement, 6 ans
après ce premier enfant, le second tardait à venir
c'est pourquoi elle avait décidé de revoir son marabout
qui lui avait demandé qu'en venant il faut qu'elle
amène avec elle son premier enfant. C'est ce qui
explique la présence du gosse qu'elle a failli perdre
n'eut été l'intervention surnaturelle du saint homme.
Cette mésaventure repose le problème de la sécurité
des enfants dans une ville aux contours de plus
en plus tentaculaires et où la criminalité sous toutes
ses formes trouve un terreau favorable et monte en
flèche. C'est pourquoi la vigilance doit être de mise
en devenant le maître mot. En effet, de sources
concordantes des groupes organisés composés surtout
de femmes s'adonnent au vol d'enfants.
BAKARI GUÈYE
BACARIGUEYE@YAHOO.FR
Entreprise Mauritanienne de
Recyclage
12 ans d'expérience
" Recyclage cartouches tous types : Imprimantes
- Copieurs - Fax
HP - Canon - IBM - Lexmark - Xerox - Brother ….
" Vente Toner digital copieur, Toner NP, Racleurs
PC, Tambours PC
" Service Traitement de Textes - Formation
* des garanties souples et étendues
* la qualité et l'économie + notre savoir faire =
une opportunité pour votre
avenir
Rue 41.164 T.Zeina Zone art n° 3 face Imprimerie
Nouvelle Médina 3
Tél. : 641 17 07 - 650 48 36 - Tél/Fax : 525 03 65 -
BP : 1169 NKTT
E-mail : emarec1994@yahoo.fr
EMAREC
Réuni ce mercredi sous la présidence
du Président du
CMJD, Chef de l'Etat, le
Conseil des ministres a été
marqué par l'adoption de plusieurs projets
de décret.
Pour le premier texte, il s'agit d'un
projet de décret instituant un programme
intégré pour la gestion des dépenses
publiques. Ce nouveau texte vise à
maîtriser la grille informatique pour
l'exécution des dépenses publiques qui
était régie par la loi N°184/74 du 3
septembre 1974. Cette modernisation
vise à une meilleure intégration au nouveau
contexte économique que vit le
pays. Cette nouvelle donne connue
sous l'appellation du plan Rachad est
orienté vers une décentralisation des
dépenses et une modernisation de l'administration
financière.
Ce plan qui s'appuiera sur une informatisation
totale intégrera dans une
premier temps la gestion des salaires
des fonctionnaires et agents de l'Etat
et le financement extérieur. Ce plan
piloté par le ministère des Finances
sera expérimenté dès juin 2006 dans
trois ministères pilotes que
sont le ministère de
l'Enseignement fondamental
et secondaire, le ministère
de l'Enseignement supérieur
et de la Recherche
Scientifique et le ministère
des Finances. La généralisation
de ce programme sera
effective avec le début de
l'exécution du budget de l'année
2007. Le but de ce programme
qui entre dans le
cadre de la bonne gouvernance
c'est la maîtrise de la
gestion des ressources
publiques.
Le second projet de décret
qui s'inspire des orientations
du Comité ministériel
chargé de la bonne gouvernance
et qui respecte les
prescriptions du code du
commerce énumère la grille
des matières de base soumis
à certaines normes
d'importation. Le but de ce
décret c'est d'alléger certaines
charges imposées au
citoyen par le système libéral. Ce projet
impose aux commerçants y compris
les détaillants de faire un état régulier
de leurs stocks en produits de première
nécessité.
Un autre projet de décret a trait à la
mise en place d'une stratégie de protection
des ressources en eau. Cette
stratégie va être élaborée conformément
aux prescriptions du code de
l'eau et de la politique nationale en la
matière.
Dans le domaine de la prospection
minière, deux permis de recherche ont
été octroyés. Ainsi, le permis 309 a
été donné à M.T pour la recherche du
fer dans la zone de Teniyemout El
Beidra dans la wilaya du Tiris
Zemmour. Ce permis qui entre dans le
cadre de la politique de promotion de la
recherche minière couvre une superficie
de 1205 km2 pour une durée de 3
ans. La société s'engage à faire d'importants
investissements pour cette
prospection et à informer les autorités
des éventuelles découvertes de nappes
phréatiques (eau). Par ailleurs, toutes
les taxes requises par le code minier
seront versées au Trésor Public.
Quant au second permis de recherche
qui a été offert à la société El Awj
S.A, il concerne toujours le fer (groupe
1) mais cette fois-ci dans la zone de
Aweywa en Inchiri. La superficie
concernée est de 77 km2. Cette société
comme la précédente s'engage à
honorer les points susmentionnés.
Le Conseil a, par ailleurs, entendu
une communication sur la politique
nationale des hydrocarbures. Dans
cette communication, on traite le
cadre général et les spécificités de la
période actuelle. Le cadre juridique y
occupe également une place importante.
Il y a également le cadre institutionnel.
L'objectif principal de cette politique
c'est la gestion rationnelle des
ressources pétrolières et la mise en
place d'une infrastructure qui permettrait
d'atteindre les objectifs généraux
de développement durable avec des
impacts positifs sur les conditions de
vie des populations.
Cette politique est fondée sur l'appui
sectoriel, la révision du cadre juridique,
la protection de l'environnement et l'organisation
de campagnes géologiques
et géophysiques et une meilleure politique
de communication entre autres.
En réponse aux questions des journalistes,
le ministre a écarté d'un
revers de la main les allégations d'un
collègue qui soutenait que le changement
de date du meeting du Président
du CMJD à Nouakchott qui était prévu
le 10 juin est lié aux dernières arrestations
dans les milieux salafistes. Pour
le ministre, il faudrait chercher l'explication
du changement de date de ce
meeting ailleurs. En effet, rappellera-til,
c'est le 10 juin que sera lancée la
campagne électorale pour le référendum
du 25 juin prochain.
A une question sur les garanties
offertes pour la sécurité du plan
Rachad, M. le ministre assure que toutes
les mesures seront prises rappelant
que ce plan qui a été mis à exécution
après une étude approfondie va
dans un premier temps être testé
dans les 3 ministères susmentionnés
et on aura le temps de faire une évaluation
et de tirer les erreurs de parcours.
BAKARI GUÈYE
Conseil des ministres
Le plan "Rachad" activé
et politique des hydrocarbures
Que savait-on de la Mauritanie
depuis le départ de Ould
Taya ? Rien, ou si peu de
choses. Une fois le dictateur
parti, certains ténors du PRDS désarmés,
les malheurs de la médiocrité
écartés, ce pays qui habita ma conscience
durant quinze ans fut rayé de
ma carte mentale. Plus de dictateur,
plus de nouvelles.
Une transformation en profondeur
de ce pays était pourtant à l'oeuvre
durant toutes ces dernières années,
alchimie secrète et complexe où se
mélangèrent la prise de conscience de
certains responsables de l'urgence
d'un changement politique et éthique
dans ce pays et l'arrivée à l'âge adulte
d'une génération qui ne connut que la
dictature et rêvait de liberté et de révolution
sociale.
De cette alliance, à elle-même
inconnue, naquit ce mouvement
extraordinaire qui vit les rues de
Nouakchott submergées de drapeaux
mauritaniens et d'appels à une
Mauritanie démocratique et souveraine.
Fin d'été éphémère, illusoire unité,
personne ne saurait dire aujourd'hui
quel sera l'avenir de ce pays. Mais à
ceux qui n'y verraient qu'un opportunisme
politique doublé d'un aveuglement
partisan et indifférent à l'égard d'une
partie de la nation mauritanienne, en
l'occurrence, la communauté négroafricaine,
il suffirait d'adresser le texte
de " la déclaration de Dakar ", rédigé à
plusieurs mains, signé par plusieurs
personnes d'appartenance différente
et paru en août 2005 dernier.
Ce texte, pouvait-on deviner, s'adresse
à tous les mauritaniens, hommes
et femmes, jeunes et vieux, résidentiels
et émigrés pour engager avec
eux un dialogue et parvenir à lancer
une nouvelle dynamique pour jeter les
bases d'une autre Mauritanie.
De cet engagement au dialogue,
nous voudrions être partie prenante,
modestement mais résolument.
HASSENA OULD ELY
PROFESSEUR D'ECONOMIE
LE MANS- FRANCE
POINT DE VUE
Avis aux lecteurs
Le mardi 5 juin, vous aurez entre vos mains le
millième numéro de votre quotidien Nouakchott
Info. Importance de l'événement oblige, vous aurez
une édition spéciale célébrant les douze années
d'existence de votre journal. Pour ce faire, le supplément
mensuel du vendredi sera reporté.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
ACTUALITÉ NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006 3
Suite de la page 1
Mais comme les marchés en
cours engagés par Tradima-TP,
devaient permettre l'approvisionnement
de notre compte de plus
de 300.000.000 UM, l'autre
partie est allée chez un cadi à
Arafat qui leur a fait une saisie
sur un compte soi-disant au nom
de Moctar Ould Abdellah, alors
qu'il était ouvert au nom de
Tradima-TP."
A ce stade de la discussion, l'avocat
de Tradima, maître Yahya
Ould Abdou, interviendra pour
préciser à son tour : "J'ai contacté
le cadi pour lui rappeler que
cette affaire ne relève pas de son
ressort mais il ne tînt pas compte
de mon appréciation. J'ai alors
fait appel contre l'ordonnance de
rejet et demandé au président de
la chambre civile auprès de la
Cour d'Appel de Nouakchott, une
ordonnance de référé de suspension
d'exécution en attendant de
se statuer sur le fond du dossier
et l'affaire est encore à ce niveau
là. Je dois avouer que les procédures
faites par l'huissier sortent
de l'ordinaire".
La Bacim-Bank porte plainte
Quant à la plainte de la Bacim-
Bank, adressée le 31 mars
2006 au Ministre de la justice,
elle relate les faits en soulignant
que l'huissier ne s'est pas rendu
à la direction générale pour l'informer
de sa visite, se contenant
de semer la panique chez les
clients de la banque en ordonnant
aux policiers l'accompagnant "de
ligoter tout client qui se permettrait
de bouger, d'empêcher
toute personne d'entrer ou de
sortir de la banque !" et que cet
état de siège a duré au moins
deux heures et demi. Se question
" pourquoi tout cela ? ", la Bacim-
Bank a également rappelé que le
comportement de cet auxiliaire
de la justice lui a porté un préjudice
extrême, la descente de la
police se produisant au moment
où la banque était en discussion
avec des partenaires étrangers
qui n'ont certainement pas été
encouragés par cette scène à
venir investir en Mauritanie.
La direction générale de la
Bacim-Bank devait encaisser le
coup, estimant que le coup était
déjà parti et le mal fait, mais ne
peut s'empêcher de s'adresser
au Ministre pour que "des sanctions
exemplaires soient prises
contre l'auteur de ce qui n'est
pas seulement une faute professionnelle
mais une intention manifeste
de nuire."
Quoiqu'il en soit, le tohu-bohu
soulevé par l'huissier à l'intérieur
et à l'extérieur de la Bacim-Bank,
mardi 30 Mai 2006, n'est pas
prêt de lui rapporter gros !
Affaire à suivre ….
MK
Affaires:
Energie
La Somelec au creux de la vague
Il est vrai que depuis la fin de
l'année dernière, certains facteurs
exogènes défavorables se
sont aggravés au grand préjudice
de la Somelec. Il y a eu surtout la
flambée des prix des hydrocarbures
qui entrent à hauteur de 2/3
environ du prix de revient du
kWh. On imagine dès lors aisément
toute la portée de la
dépendance de la Somelec vis-àvis
des produits pétroliers.
" Chaque dollar qui s'ajoute au
prix du baril du pétrole, nous
explique le Conseiller en
Communication du DG de la
Somelec, se traduit pour nous
par une augmentation des charges
de l'ordre de plusieurs dizaines
de millions d'Ouguiyas ".
C'est dire combien la Somelec
a dû souffrir quand on sait que le
cours de l'or noir est passé du
simple au triple ces dernières
années, passant d'un peu plus de
20 dollars à plus de 65 dollars
aujourd'hui. Conséquence pour la
Somelec : une trésorerie négative
et un déficit structurel de plus de
2 milliards d'Ouguiyas.
Evidemment les arriérés hérités
des précédents exercices (7
milliards environ) ne sont pas de
nature à faciliter les choses.
D'autre part, la croissance
rapide enregistrée en matière de
demande d'énergie n'est pas
nécessairement un facteur négatif
mais c'en est un en l'occurrence
car la société n'y était pas préparée.
Les équipements sont
pour la plupart vétustes et mal
entretenus depuis de longues
années. La production est saturée
et même si elle ne l'était pas,
le réseau dont la capacité de
transit a été dépassée ne pourrait
pas évacuer l'énergie demandée.
C'est ce qui explique la fréquence
des interruptions du courant
qu'a connues la ville de
Nouakchott l'été dernier , phénomène
auquel il faudra s'attendre
encore cette année car l'effet des
améliorations apportés au réseau
sera annihilé par la croissance de
la demande qui atteint 10 % par
an.
C'est dans ces circonstances
pour le moins difficiles que , faisant
feu de tout bois, le staff de
Ould Bahiya a adressé à ce dernier
un mémorandum dans lequel
il l'assure de son soutien dans le
cadre du combat qu'il mène en
vue de relever les défis auxquels il
fait face.
Dans le même esprit, les deux
centrales syndicales présentes
au niveau de la Somelec (la CGTM
et l' UTM) ont rendu public une
déclaration dans laquelle elles ont
exprimé leur " adhésion à l'oeuvre
de redressement engagée par
l'actuelle Direction générale ".
Elles ont également invité " l'ensemble
du personnel à faire preuve
de plus de dévouement et de
persévérance dans le travail ".
Par la même occasion, les deux
sections syndicales en question
avaient requis "une attention particulière
de la part des autorités
publiques, notamment en ce qui
concerne la réalisation des
actions prévues au programme
2005/2007 élaboré par la
Direction générale de la
Somelec".
Espérons que leur appel sera
entendu!
JD
JEDNA@MAPECI.COM
Economie
L'UE annonce une reprise de la coopération bilatérale
La suspension de la coopération
entre l'UE et la Mauritanie,
décidée par l'ensemble européen
au lendemain du putsch militaire
contre l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
va donc reprendre de plus belle.
Même si des signes de cette
éventualité de la reprise avaient
déjà donnés, c'est aujourd'hui officiel
: la Mauritanie va bénéficier
des avantages du IX FED (fonds
européen pour le développement).
Ainsi en ont décidé les
ministres européens se fondant
sur les initiatives prises par le
gouvernement de transition pour
le renforcement des principes
démocratiques, de respect des
libertés fondamentales et de la
bonne gouvernance, annonce une
note d'information du conseil de
l'Europe.
Cependant, l'UE précise qu'un
nouveau document stratégique
de coopération avec la
Mauritanie est en stand by en
attendant le rétablissement de
l'ordre constitutionnel, par l'organisation
d'élections présidentielle
et parlementaires "libres et
transparentes".
Par ailleurs, l'UE a réitéré
qu'elle considérait le coup d'Etat
d'août 2005 comme une violation
des principes essentiels des
accords UE-ACP qui règlent les
relations entre les 25 pays de
l'Union et les pays Afrique-
Caraïbes et Pacifique.
Un rendez-vous a été pris en
Novembre par l'UE avec les autorités
de transition pour l'ouverture
d'un dialogue politique devant
conduire à l'analyse de la situation
en Mauritanie et des efforts
déployés par le gouvernement de
transition pour l'avènement d'un
Etat démocratique dans le pays.
La bouffée
d'oxygène se réalise
Depuis le début des changements
politiques intervenus en
Mauritanie, les nouvelles autorités
de transition (CMJD et
Gouvernement) étaient préoccupés
par la position de l'Union
Européenne quant au renversement
de l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
qui malgré les critiques sur le
système qu'il a mis en place, était
considéré comme un président
"démocratiquement élu". D'abord
par principe, la réaction de
l'Union Européenne ne s'est pas
faite attendre avec la condamnation
du putsch du 3 août 2005.
Mais tout comme l'UA, le 4 août
2005, qui a probablement joué
un rôle dans la décrispation de la
crise avec l'UE, cette dernière
s'est rendue à l'évidence que le
putsch militaire contre Taya était
perçu comme une délivrance par
nombre d'acteurs politiques, y
compris son propre parti (PRDS),
soucieux de dépasser les blocages
politiques dans le pays.
Plusieurs missions de l'UE dont la
dernière en date est celle d'une
délégation parlementaire conduite
Madame Luisa Fernanda Rudi
Ubeda (Photo). La décision officielle
de l'UE de reprendre sa coopération
avec notre pays retentit
comme une bouffée d'oxygène
pour les autorités gouvernementales.
L'UE, faut-il le rappeler, est le
premier bailleur de fonds multilatéral
de la Mauritanie avec pas
moins de 61% du volume total de
cette coopération. L'UE avait
cependant décidé, sous le régime
de Ould Taya, de réduire de 10
millions d'euros ce volume d'aide,
après la découverte du pétrole en
Mauritanie. Nonobstant cette
nouvelle donne, l'UE reste largement
tributaire, elle aussi, des
accords de pêche avec la
Mauritanie. Des accords de
pêche quinquennaux qui rapportaient
au pays 460 millions d'euros.
Ces accords que les européens
tentent de muer en accord
de partenariat connaissent
quelques difficultés de renégociations.
Les européens se montrant
plus avares au moment où
les plus hautes autorités du pays
parlent de l'urgence de l'assainissement
et de la bonne gouvernance
dans ce secteur renouvelable.
JD
NATION 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
4 NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
D'ailleurs cette divagation
animale peut être
à l'origine de beaucoup
de dangers. Elle
est souvent à l'origine des accidents
de routes, mais elle constitue
également le moyen le plus
indiqué pour la propagation de
redoutables maladies contagieuses.
On se rappelle qu'une flambée
de Fièvre hémorragique de
Crimée-Congo causée par la morsure
des tiques avait sévi en
Mauritanie en 2003. Le 21 mars
2003, le ministère de la Santé et
des affaires sociales de la
Mauritanie faisait état de 35 cas
de FHCC (18 cas confirmés en
laboratoire), dont six décès. En
date du 8 mars, 27 des 30 cas
déclarés à ce moment là provenaient
de la capitale, Nouakchott.
Si l'on sait que cette maladie se
transmet généralement par la
manipulation des animaux domestiques
infectés, comme du bétail,
des moutons ou des brebis; il est
facile de se rendre compte que
les populations de Nouakchott
vivent continuellement sous la
menace d'une récidive.
L'autre inconvénient lié à cette
divagation animale tient surtout
au fait que ces animaux contribuent
à salir la ville et leur omniprésence
donne à Nouakchott un
sacré coup de désordre indigne
d'une capitale qui reflète l'image
de toute une nation.
Il faut souligner toutefois que
cette divagation animale est surtout
encouragée par l'attitude
complice des mairies de
Nouakchott qui ne daignent faire
aucun effort pour mettre fin à ce
phénomène. Ceci d'autant plus
que, les tas d'ordures qu'on laisse
se former exercent un attrait
irrésistible sur ces animaux en
divagation. Bien que le phénomène
soit général à Nouakchott
force est de remarquer qu'il est
plus accentué au niveau de certaines
communes. Dar Naim ;
Ksar, El Mina, Arafat, Sebkha et
Teyarett détiennent les palmes
d'or en matière de divagation animale.
"Normal dira BG, c'est
parce qu'au niveau de ces quartiers
, les populations continuent
encore à perpétuer le mode de
vie campagnard. La sédentarisation
forcée qui s'est faite sans
aucune préparation, explique en
grande partie cette propension à
continuer à vivre avec les vieilles
habitudes. C'est la promixité
entre bétail et être humain dans
le monde rurale qui est reproduite".
Un argument tout à fait plausible
si l'on sait qu'à Nouakchott il
y a encore des familles qui ne
peuvent pas se passer de leur
Zrig à base Chinin (lait caillé obtenu
à partir du lait frais des chèvres).
Toujours est-il que, des mesures
draconiennes doivent être
prises pour mettre fin à cette
divagation animale qui expose les
populations de Nouakchott à de
nombreux dangers. il faut remettre
au goût du jour les fameuses
fourrières pour dissuader tous
les petits malins qui lâchent leurs
animaux errer en pleine ville,
comme si chez nous les règle
citadines ne valent pas grand
chose.
KHALIL SOW
KHALIL1965@YAHOO.FR
Animaux en divagation
Le règne des brebis…galeuses!
C'est dans le tout nouveau
centre culturel communal
d'Atar que le ministre
des Affaires
Economiques et du
Développement a ouvert le
30 mai à 17 heures les travaux
des ateliers interrégionaux
de concertation
sur le cadre stratégique de
lutte contre la pauvreté
pour sa phase II, destiné
aux régions Nord.
Les autorités administratives,
les services
techniques régionaux,
les élus locaux,
les OCB, ONG et OSP, les
syndicats, le secteur privé,
les projets et intervenants en
matière de développement,
la presse et les partenaires
techniques financiers, présents
dans les régions de
l'Inchiri, Adrar, Tiris
Zemmour et Dakhlet
Nouadhibou, sont tous représentés
dans cette importante
manifestation.
Aux côtés du ministre des
Affaires Economiques et du
Développement, le commissaire
adjoint aux droits de
l'homme à la lutte contre la
pauvreté et à l'insertion, le
conseiller du ministre de
l'Intérieur, des Postes et
Télécommunications, facilitateur
et animateur de ces ateliers
les wali des régions
Nord, ainsi qu'un staff de
cadres techniques dont le
Directeur du Trésor public.
Ouverts par un mot de
bienvenue prononcé par le
maire de la ville d'Atar, président
de l'Association des
maires du Nord, les travaux
ont commencé par une présentation
technique du cadre
stratégique de lutte contre la
pauvreté.
Profitant de la présence
du ministre et du commissaire
adjoint, les participants
n'ont pas attendu la constitution
des groupes de travail
pour s'enquérir sur les informations,
éclaircissements et
questions relatifs à un sujet
aussi important que la lutte
contre la pauvreté.
Les principales interventions
ont porté sur le rôle et
la mission du CDHLCPI, la
définition de la pauvreté, les
critères pris en compte pour
l'élaboration des statistiques,
la vision du gouvernement de
la transition du cadre stratégique
sur la pauvreté, la
réhabilitation de l'enseignement,
l'implication de la
société civile, le rôle des
sociétés industrielles et
minières dans les régions
dans lesquelles elles sont
implantées.
Le MAED et le commissaire
adjoint ont - tant bien que
mal- apporté beaucoup de
précisions nécessaires à la
compréhension de l'intérêt et
de l'objectif de ces ateliers
qui se dérouleront du 30 mai
au 1er juin à Atar.
Nous y reviendrons.
ELY SALEM KHAYAR
Adrar
Ateliers inter-régionaux
de concertation sur le CSLP-II Accompagnée d'une
forte délégation, monsieur
Saleh ould hanane
a présidé un important
meeting ce dimanche 28 mai
dans la ville de Zouerate. Sous
une pluie fine Abderrahmane Ould
Hamed coordinateur régional du
parti a pris la parole pour souhaiter
la bienvenue à son hôte et
à la délégation qui l'accompagne.
Ould Hamed stipule qu'il réside
depuis 40 ans à Zouerate et qu'il
ne s'est jamais impliqué dans la
politique mauritanienne qu'il juge
être une mascarade qui fait usage du
faux. Aujourd'hui il accède pour la première
fois à la tribune de Zouerate c'est
tout simplement parce que cette fois-ci
il y croit et place sa confiance en ce
parti et en ses leaders tant qu'ils sont
sur la bonne voie du changement porteur
de justice d'égalité et de paix au
peuple mauritanien.
Prenant la parole le président Saleh
Ould Hanane a expliqué les grandes
lignes de son parti ,un parti qui opte
pour la consolidation de l'unité nationale
longtemps muselée, une reforme de
l'enseignement mûrement réfléchie susceptible
de le sauver de la déliquescence
dans laquelle il se trouve. Redonner
à la Mauritanie sa place privilégiée de
terre d'intersection entre l'Afrique et le
Maghreb arabe. Enfin Saleh dit entièrement
souscrire au programme du
CMJD et exhorte l'ensemble de ses militants
à voter massivement pour le oui
au referendum du 25 juin prochain.
Dans la soirée Saleh a présidé une
réunion de cadres dans laquelle il a expliqué
d'avantage les idéaux du parti et a
éclairci sa position par rapport à certaines
questions d'intérêt national. De
l'avis de l'assistance, les préjugés qu'avaient
les gens sur Saleh d'être un soldat
converti en politique d'où une incompatibilité
se sont vite effrités pendant
ces rencontres.
CP HAROUNA CISSÉ
Partis
Hatem à Zouerate
Nouakchott connaît depuis
quelques temps un véritable
phénomène de divagation animale
qui expose les populations
à un véritable danger
public. Chèvres moutons et
chiens errants se déplacent à
longueur de journée sans être
inquiétés. La prolifération des
ordures, les habitudes bédouines
et l'indifférence collective
sont les facteurs qui favorisent
ce phénomène tout à fait aux
antipodes des règles de vie
moderne.
AVIS
Les agences ELMIRAJ et ESPACE VOYAGES informent le public que
les formalités pour la Oumra vers les lieux saints sont ouvertes depuis
le Lundi 29 Mai 2006.
A cet effet, il est demandé à la clientèle intéressée de nous contacter:
Par Téléphones au : 529 28 43 / 524 48 91
Par Fax : 529 28 44 / 524 48 89
Par E-mail : rim_ev@yahoo.mr / elmiraj@amadeus.mr
Ou sur place : Immeuble El Mamy, Côté BMD
Le dernier délai pour les formalités de la Oumra du Ramadan est
fixé au 31 juillet 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
REGION 5 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NI : Comment se porte l'APP
sur le plan local, pensez-vous pouvoir
conquérir enfin Tidjikja ; maintenant
que le jeu politique est devenu plus
ouvert ?
Mohamed Vall Ould Bouh : Merci
de m'avoir donné l'occasion d'entretenir
les lecteurs de votre journal
de la situation de notre parti
sur le plan local. Tout d'abord,
j'aimerai dire que l'APP se porte
très bien à Tidjikja et au niveau du
Tagant d'une façon générale.
Notre parti, malgré la campagne
de diabolisation dont il a toujours
été victime, demeure un parti
fort. Un parti de masse qui continue
chaque jour à élargir sa base
grâce aux nombreuses adhésions
qu'il enregistre
Et à votre question relative à
notre éventuelle conquête de
Tidjikja, je vous dirai que nous
sommes très motivés et le
moment venu, ce sont plutôt les
chiffres qui vont parler et ces
chiffres nous sommes certains,
ne démentiront pas notre profond
encrage au niveau local.
NI : Votre programme politique
prend-t-il suffisamment en compte
les préoccupations des populations
locales ?
MVB : Ici tout le monde sait sur
quel programme nous basons
notre action. Nous souhaitons
que les populations locales vivent
en parfaite harmonie et que toutes,
elles pussent profiter sans
discrimination aucune, des avantages
que devrait leurs procurer
leur appartenance à ce pays. En
d'autres termes, notre programme
se base essentiellement sur
la promotion sociale, la justice
pour tous et l'accès aux services
de base que sont l'habitat, la
santé et l'éducation.
NI : Quel bilan faites vous de la
récente visite effectuée par
Messoud Ould Boulkheîr au Tagant ?
MVB : Pour ce qui est de la
récente visite du président de
l'APP dans la région, elle a été un
véritable succès tant du côté de
l'affluence que du côté du démantèlement
d'une certaine opinion
défavorable à notre parti qui le
présentait comme un parti d'extrémistes
affiliés aux Batthistes
et aux Flamistes et aux chauvins
de tout bord. Heureusement, le
passage de Messoud Ould
Boulkheîr à Tidjikja a permis de
régler ce problème. Lui-même au
cours de la réunion des cadres,
n'a pas répondu à ce genre de
questions, ce sont ses collaborateurs
qui l'ont fait à sa place.
Mais ce qu'il faut retenir après
cette réunion c'est que , beaucoup
se sont rendus compte
qu'ils s'étaient lourdement trompés
au sujet de l'APP. Moi-même,
j'ai eu à maintes reprises des
entretiens avec des intellectuels
locaux qui m'ont certifié qu'ils ont
désormais une toute autre appréciation
de l'APP.
NI : Parlez-nous un peu du
RAVEL.L'opération a-t-elle été une
réussite au Tagant ?
MVB : Au début, elle ne l'avait
pas été parce que de nombreuses
populations ont été transférées
de Nouakchott pour venir
s'inscrire à Tidjikja et ceci sans
qu'elles n'en soient empêchées.
Pendant cette même première
phase, les partis politiques n'ont
pas été associés. C 'est tout dernièrement
que le Wali du Tagant
nous a convoqué en réunion dans
son bureau pour nous informer
du lancement de la deuxième
phase du recensement dite opération
bureaux fixes. Nous avons
répondu à son appel et avons discuté
avec lui de toutes les questions
qui nous ont été soumises.
Seulement, force est de reconnaître
que la question de la résidence
évoquée durant cette
réunion nous a beaucoup surprise.
Les critères retenus pour
prouver la résidence de tel ou tel
autre, ne devraient pas être laissés
à la seule appréciation des
recenseurs. Il aurait été de bon
ton d'associer les partis politiques
pour plus de transparence
et d'objectivité. Je ne vois pas à
quoi bon nous faire le listing des
critères de résidence, pour nous
dire qu'ils sont laissés à l'appréciation
exclusive des recenseurs.
NI : Parlez-nous un peu du cadre
de concertation regroupant la plupart
des formations politiques ayant
une assise locale au Tagant et dont
vous êtes membre.
MVB : Il s'agit d'une initiative
prise en commun accord avec
l'ensemble des partis politiques
représentés à Tidjikja .L'objectif
que nous visons est de créer un
cadre de concertation qui nous
permettra face à l'administration
et à la CENI de nous positionner
en interlocuteur commun. Ce qui
aurait l'avantage d'aider efficacement
à aplanir les difficultés et
de créer une convergence de
vues capable nécessaire pour
réussite de la transition en cours.
NI : Malgré les mesures d'allégement
annoncés par le CMJD, les
consommateurs de Tidjikja continuent
encore à se plaindre. Selon
vous qui est ce qui peut aider efficacement
à régler ce problème pour de
bon.
MVB : La baisse des prix des
denrées de base n'aura jamais
lieu dans notre pays aussi longtemps
que les hommes d'affaire
et les commerçants seront
craints par nos pouvoirs publics.
Ce ne sont pas les bonnes intentions
ni les bonnes idées qui manquent
dans ce pays, c'est leurs
application qui fait largement
défaut.
Il n'empêche que sur le plan
local nous sommes partis voir le
Hakem de Tidjikja, il y a de cela
deux mois, pour protester auprès
de lui de la montée vertigineuse
des prix au niveau du marché de
Tidjikdja. Depuis lors mes amis
des autres partis politiques peuvent
le témoigner, rien n'a changé.
Au contraire, les prix montent
le jour au jour au grand dam des
populations locales qui sont malgré
tout obligées de s'approvisionner.
PROPOS RECUEILLIS PAR
KHALIL SOW CP TAGANT
Mohamed Vall Ould Bouh
“Notre parti, malgré la campagne de diabolisation
dont il a toujours été victime, demeure un parti fort”
Cadre APP parmi les plus
influents au niveau du Tagant,
Mohamed Vall Ould Bouh est
surtout connu par sa fidélité et
sa constance. Ses convictions
politiques et sa loyauté à son
parti, font de lui aujourd'hui
l'un des interlocuteurs locaux
de l'APP les mieux indiqués.
Nouakchott-info l'a interpellé
sur certaines questions liées à
l'actualité locale, voici ce qu'il
nous en dit.
SPORTS 6 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
UFW0 R T MFR J I T ZQI KJ NQ_ I NY FS YFW
HTZWWNJ Q> R T MFR J I KJ NQ_E _FMTT /KW
Le Complexe du Stade
Olympique, tant convoité,
tombe dans l'escarcelle
de Ahmedou Ould Bock,
qui occupait le poste de directeur
de la Lecture Publique. Il doit probablement
cette nomination, à
son dynamisme ses derniers
mois dans les différentes activités
du ministère. Il aura la lourde
tâche de redorer le blason bien
terni du seul complexe sportif du
pays. Sidi Ould Elemine, inspecteur
de jeunesse a été nommé
comme adjoint au Complexe
Olympique. Le poste de Directeur
de la Lecture Publique revient à
Mme Zeinebou Mint Ely Salem,
très connue dans le milieu de la
presse pour être écrivain journaliste.
Titulaire d'un DEA en
Sciences Politiques, ancien professeur
d'Anglais, Zeinebou dite
El Ghalia Mint Ely Salem est également
Présidente de
l'Association des Journalistes
pour la Défense des Droits de
l'Enfance et de la Femme. Sa
nomination est considérée
comme une promotion méritée.
Elle aura comme adjoint, Sidi Ould
Mohamed, précédemment directeur
adjoint de la jeunesse.
Mohamed Ould Ghali, précédemment
Directeur du Complexe
Olympique irait comme complément
d'effectif au Ministère.
Les grandes
directions tombent
La direction de la jeunesse
revient à Adnan Ould Beyrouk,
précédemment directeur adjoint
de la Culture. Grand travailleur et
homme de conception, il aura la
lourde tâche de succéder à Bih
Ould Abdel Kader, qui avait le tact
pour attirer les bailleurs de fonds.
Ce dernier qui se trouve actuellement
en séminaire au Maroc
passe comme Conseiller à la
Culture à la place de Dahid.
Ahmed Ould Beibeni, le très actif
délégué Régional de la Wilaya de
Nouakchott passe au poste de
Directeur Adjoint de la Jeunesse.
Un secteur qu'il connaît pour y a
avoir travaillé de longues années.
D'ailleurs, certains considèrent
que ce dernier devait
passer Directeur
Central. Au niveau de
la Direction des
Etudes et de la
Pr og r ammat io n ,
c'est Mohamed
Lemine Ould Hamadi,
qui prend la place de
Sidi El Moctar Ould
Sidina, qui faisait du
sur place loin de son
secteur de prédilection,
la pêche. Il
aurait comme
adjoint, une nouvelle
figure bardé de diplômes.
La Direction de
l'IMRS a été confiée à
Bowba Ould
Mohamed, un professeur.
Le cabinet aussi!
Si pour les directions
citées, les noms
sont quelque peu
connu, il n'en est pas de même
pour la Direction de la Culture et
celle du Centre de Formations
des Cadres de la Jeunesse et des
Sports. Ces deux postes ont été
confiés à des nouveaux dans le
département. Le direction des
Bibliothèques et Musées a été
confiée à une femme, nouvelle
dans le département.
Le changement a touché aussi
au Cabinet. C'est ainsi que
Mohamed Ould Meidah, directeur
de la Culture, a été désigné
au poste de Chargé de mission
vacant depuis le départ de Fall
Youssef. Grand cadre, il sera d'un
grand apport dans ce nouveau
poste. Jiyid, passe comme
conseiller juridique à la place de
Ould Sefah et H'meida Ould
Agheb, conseiller Sports, à la
place de Sid'Ahmed Ould
Houssein, qui pourrait aller à
Nouadhibou, comme Délégué
Régional.
Les techniciens hors course
Bref, un vaste changement
comme celui, qui était annoncé
depuis plusieurs semaines.
Vraisemblablement, Mme
Mehla Mint Ahmed, a voulu s'entourer
d'une nouvelle équipe pour
la deuxième partie de la transition
afin de mettre en pratique ces différents
programmes, ceci toujours
selon les observateurs les
plus avertis. Mais après lecture
des noms annoncés, on
remarque néanmoins, que dans
ce puzzle, les techniciens ont été
oubliés. On peut remarquer dans
ces changement que les cadres
de sports n'ont véritablement
pas la côte et ceux de la jeunesse
ne sont pas non plus gâtés.
Certes, le travail de conception
est important, mais la technicité
l'est aussi. Madame Mahla Mint
Ahmed, est certainement consciente
de l'importance de cela.
Maintenant, il s'agit pour les nouveaux
nominés de ne pas se prélasser
dans leurs nouveaux fauteuils,
mais de contribuer à la
bonne marche du département.
C'est le nouveau de Madame la
ministre, mais aussi celui de tout
ceux qui s'intéressent au secteur.
Après tout, il n'y a pas de places
internelles, mais il faut bien mériter
sa " place ".
On peut dire que la nomination
de Beyni à la tête de la Direction
des Sports était une bonne
chose, malgré les critiques. Il
faudrait qu'on dise autant, après
quelques mois de celles, qui viennent
d'intervenir ?
Ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports :
Le grand chambardement
Finalement, le communiqué sanctionnant les travaux du Conseil
des Ministres est passé au journal télévisé en français. C'est un
ouf de soulagement, qui a été poussé par les " nominés " du
ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports et une résignation
pour les " débarqués " qui s'accrochaient à un mince espoir,
après les informations en Arabe( qui n'ont pas fait état de changement).
Mme Mehla Mint Ahmed, ministre de la Culture de la
Jeunesse et des Sports a finalement réussi à faire passer son mouvement.
Un changement vaste qui touche les principales directions
centrales.
Tournoi de Tennis de la Snim :
Oumar en route pour la Tunisie
Tournoi de Football Challenge BMCI :
Les récompenses
La céremonie de remise de récompenses du tournoi
de football Challenge BMCI est prévue jeudi soir au
Novotel T'Feila. A cette occasion, l'ensemble de la
famille sportive a été convié à cette grande, qui
marque la fin effective du tournoi cette année. L'équipe de
Zem Zem, vainqueur du tournoi, qui doit voyager le 06 juin
en Allemagne pour assister au match d'ouverture de la
Coupe du Monde à Munich, sera la coqueluche de la soirée.
Cette équipe qui pratique un football agréable a défié
tous les pronostics en remportant le titre cette année. Les
équipes qui ont terminé dans le dernier carré seront toutes
récompensées, ainsi que l'équipe fair-play, le meilleur
joueur, le meilleur encadreur, etc.
Stade Municipal de Nouadhibou :
La pelouse en question
La pelouse du stade municipal de Nouadhibou a
refait surface lors de la dernière visite du Chef de
l'Etat dans la capitale économique. Les autorités
locales avaient prévu de profiter de ce passage
pour inaugurer officiellement le terrain, dont il ne reste
plus que la pelouse. Mais en dernière minute de crainte de
soulever, justement le problème de la pelouse, il a été décidé
de l'enlever du programme officiel. Selon nos informations,
celui qui détenait le marché de la pelouse, a décidé
de le laisser, considérant que 250 millions d'ouguiyas, n'étaient
pas suffisants pour sa réalisation. Ce faux bond
confirme les appréhensions des nombreuses voix qui s'étaient
levées à l'attribution dudit marché. Il relance aussi,
les marchés gré à gré, qui bloquent aujourd'hui d'énormes
projets.
Le stade Municipal de Nouadhibou risque de ne pas avoir
de pelouse de sitôt, à moins d'une intervention de l'Etat
pour débloquer cette situation. En tous cas, tous les
regards sont tournés vers la Mairie et l'Amextipe, qui
gèrent cet épineux dossier.
Le tournoi de Pétanque doté
du trophée du Directeur
Général de Snim, organisé
la semaine dernière à
Nouadhibou, a été remporté finalement
par la triplette Yacoub,
Moulaye Zeine et Traoré. En finale
contre l'équipe de Radio FM
Nouadhibou, les Nouakchottois ont
réussi à s'imposer à l'issue d'une
rencontre indécise. Dans les deux
dernières mènes, les Stéphanois
encouragés par leurs nombreux
supporters auraient même pu
gagner, n'eut été le mauvais choix
du tireur Cheikh, qui a choisi le plus
difficile pour effacer deux boules. En
ratant ces deux tirs, il a donné la
victoire à l'équipe de Yacoub, qui n'a
jamais tremblé. Compétitive et
expérimentée, cette équipe a tout
au long du tournoi bien géré son
tournoi. Le calme olympien de
Yacoub, la force tranquille de
Traoré et l'engagement de Moulaye
Zeine, ont fait le reste.
Les deux premiers après avoir
remporté le tournoi de Saint-Louis,
il y a deux semaines, ajoutent un
autre titre à leur palmarès et confirment
de meilleurs joueurs mauritaniens
du moment. Moulaye Zeine,
qui remporte pour la 5ème fois, le
tournoi de la Snim, confirme tout le
bien que l'on pense de lui.
Seulement, il faudrait qu'il soit bien
encadré pour être efficace.
Dans les prochains jours, l'ensemble
de ces boulistes se rendront
à Saint-Louis pour un autre
tournoi, qui va encore renforcer
leurs capacités. Cheikh Ould
Mohamed Saleh, le 1er vice-président
de la Fédération pourrait bien
réediter son exploit en remportant
la consolante et en laissant le
concours aux jeunes limiers.
Tournoi de Jeux de Boules de Nouadhibou :
Yacoub, Moulaye Zeine
et Traoré, au dessus du lot
Après le tournoi de
Tennis de la Mattel, le
jeune Oumar
Youmbawa, vient de
remporter la semaine dernière à
Nouadhibou, l'Open de Tennis de
la Snim. Ce tournoi qui a duré
trois jours a regroupé des
joueurs de Zouerate, Nouakchott
et Nouadhibou, dans les différentes
catégories. Dans la catégorie
senior, Oumar a montré encore
une fois sa suprématie devant 16
autres candidats. Par la précision
de ses services et ses
volées, il a réussi à s'imposer
avec brio. Cette victoire, lui permet
d'envisager avec sérénité le
stage qu'il doit effectuer à partir
du 30 décembre 2006 en
Tunisie. Ce stage qui est pris en
charge par la Mattel, va lui permettre
de perfectionner son tennis
et d'entrer peut être dans le
circuit professionnel. C'est le
voeu du jeune prodige, qui a signé
un contrat de sponsoring avec la
Mattel, d'une année qui va lui
permettre de progresser.
A l'issue du tournoi de
Nouadhibou, il a tenu à remercier
cette société pour l'intérêt
qu'elle porte à la promotion du
tennis dans notre pays. Il a aussi
lancé un appel aux promoteurs
nationaux afin de soutenir ce
sport, qui peut apporter de grandes
satisfactions à notre pays.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
TRIBUNE 7 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NOUADHIBOU
El Vagha Ould Mohamed Cheïbani
Mohamed Said
TAGANT
Khalil Sow
TRARZA
Ousseinou M’bareck Diarra
BRAKNA
Abdoulaye Alassane
ADRAR
Ely Salem Khayar
TIRIS ZEMOUR
Harouna Cissé
Mise en Page
Aliyene Ahmed Salem
alias2001@maktoob.com
Boîte postale : 1905
Téléphone : 525.02.71 Fax : 525.54.84
Fils d’agence : AMI - AFP
Ilot “P” n° 007 - Tevragh-Zeina
Visa n° 015/MIPT/DAPLP du 15.05.1995
site web: www.mapeci.com
CONSEILLERS DE LA RÉDACTION
Mohamed Saïd Ould Hamody
Mohamdy Ould Babbah
-Mohamed Yehdih Ould Breidileil
-Mohamed Lemine Ould Kettab
RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT
Jedna Deida 6306337
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
Moussa Abdelkader Diop 6502496
moussadiop@mapeci.com
Modiop2001@ yahoo.fr
GRAND REPORTER
khalidou Diagana 6706095
DESK POLITIQUE ET NTIC :
Mohamed Ould Khattat 641 61 17
DESK SOCIETE: Mosy
DESK SPORTS :Mohamed Ould Feily dit Antar
6708951
COORDINATION DU RÉSEAU
DES CORRESPONDANTS : Khalil Sow
RÉDACTION :
Cheikhna Ould Nenni
Jedna Deida
Moussa Diop
Khalidou Diagana
Mohamed Ould Khattat
Mohamed Mahmoud Ould Aboulmaaly
Mohamed Ould Feïly, dit Antar
CORRECTEUR Bakary Gueye
Saisie Ly Alassane Mamadou
DISTRIBUTION: Mokhtar Beidi
Kane Demba 6414061
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
ET RÉDACTEUR EN CHEF
CHEIKHNA OULD NENNI
Tiré sur les Presses de l’Impremerie Nationale
Société éditrice de Nouakchott Info et
Akhbar Nouachott
Président du Conseil de direction : Cheikhna Ould Nenni
Vice-président Mohamed Mahmoud Ould Abou ElMaali
Directeur des Ressources : Lô Amadou Abdoul
Directeur Commercial : Moulaye Zein Ould Nenni
Coordination Cellule des Ntic : Mohamed Ould Khattat
Responsable Méssagerie : Moulaye Ould Zein
Secrétariat Central : Birane Amadou Kassé
MAPECI
Chers Messieurs,
Dans moins d'un mois, le 25
juin 2006, le référendum constitutionnel
ouvrira le ballet des cinq
scrutins programmés par le processus
électoral de notre transition
démocratique.
En raison du préjugé en faveur
des amendements proposés par
le CMJD pour la modification de
la constitution du 20 juillet 1991,
nos partis politiques ne semblent
pas disposés à entamer leurs
énergies dans une campagne
électorale référendaire ou ils
croiraient défoncer des portes
ouvertes. En fait, pour les leaders
de nos partis politiques, les
choses sérieuses ne commencent
qu'en automne avec le couple
municipales-législatives pour
culminer, en mars 2007, avec
les élections présidentielles.
Il est vrai que les enjeux partisans
sont plus limités s'agissant
du référendum mais la plus grande
participation possible à ce
scrutin serait un signe fort qui
consacrerait la volonté de rupture
de nos compatriotes avec les
vingt dernières années de pouvoir
personnel et exclusif au profit
d'une aire qui permet l'alternance.
Il serait par conséquent dommage
de rater cette occasion
qui, elle au moins, est déjà à
notre portée. En effet, pour tous
les autres scrutins, et dans l'état
éclaté qui caractérise notre
scène politique, permettez-moi
de vous dire les inquiétudes qui
habitent le citoyen que je suis,
soucieux du devenir de notre
transition démocratique. Je suis
inquiet quand je pense au nombre
de 35 partis que vous êtes et
à celui potentiel, de candidats
que vos formations pourraient aligner
aux futures échéances électorales
à côté d'autres, indépendants,
pour briguer le suffrage
de nos compatriotes. Mais avant
tout et plus encore que votre
nombre pléthorique je suis
inquiet de l'état dans lequel vous
êtes. Je suis inquiet de votre
manque de structuration, de
votre manque de réelle assise
populaire, de la réalité de vos
programmes, de votre manque
de moyens, de votre manque
d'expérience, en un mot je suis
extrêmement inquiet pour notre
pays du maque de perspectives
que votre image éclate y projette,
aujourd'hui. A un moment où de
nombreux appétits le lorgnent de
toutes parts.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Face à ce tableau peu reluisant,
le citoyen que je suis, qui
préfère malgré tout continuer à
entretenir une certaine dose
d'espoir, s'octroie la liberté d'interpeller
votre sens politique et
votre fibre patriotique pour vous
inviter à un examen autocritique
et exigeant de cette situation en
vue de trouver les meilleurs voies
et moyens d'aborder les échéances
électorales qui vous attendent
et sur lesquelles notre peuple
fonde d'immenses espoirs. Il
s'agit de résoudre l'équation suivante
: " comment, dans son état
actuel, la classe politique mauritanienne,
peut-elle, avec
quelques chances de succès,
envisager de s'organiser ou de se
réorganiser pour une sortie de
transition crédible, c'est-à-dire,
capable de prendre en charge,
dans de bonnes conditions, la
gestion du pays en dépit de l'urgence,
de la diversité et de la
complexité des problèmes qui se
posent à notre société ?
La réponse à cette question ne
sera pas aisée mais elle passe
inexorablement par la recomposition
de notre paysage politique
dans le cadre de blocs de partis
(idéalement deux à quatre coalitions)
dont les membres partagent
un certain nombre de
valeurs et d'affinité qui leur permettent
de s'orienter vers une
logique de programme politique
commun. Cette option, toute exigence,
demandera à tous et à
chacun, de faire preuve de patriotisme,
de réalisme, de perspicacité,
de tolérance et surtout
d'humilité pour réaliser le compromis
historique et incontournable
que requiert la situation. Il
s'agira, dans un élan patriotique,
de sacrifier, sur l'autel de l'intérêt
stratégique national, tous les
égocentrismes, les sectarismes
et autres démons tribalistes et
régionalistes.
Cette oeuvre salutaire de
recomposition du paysage politique
devrait commencer sans
tarder par un travail de contacts
tous azimuts en vue d'établir des
passerelles, des accords préliminaires,
avant les premières
échéances électorales. L'Etat,
quant à lui, devrait et dans les
formes les plus légales, favoriser
ces rassemblements dans l'intérêt
supérieur de la cohésion
nationale, par toutes sortes de
mesures incitatives possibles,
notamment au niveau du financement
des campagnes électorales.
Tout en laissant éventuellement,
à chacun, le loisir d'aller
tout seul aux élections de novembre
prochain pour déterminer sa
propre épaisseur électorale, les
partis qui auront décidé de constituer
une coalition devraient, dès
maintenant, mettre en chantier
une réflexion pour un futur programme
commun de gouvernement.
Ceci est d'autant pus envisageable,
dès maintenant, que
dans notre pays, ce ne sont pas
les écarts idéologiques ou les différences
de vision économique,
quand il y en a, qui ont présidé à
la multiplicité des partis.
L'esprit de solidarité et d'entraide
au sein des coalitions ainsi
constituées pourrait déjà commencer
à fonctionner à la faveur
des élections municipales et
législatives, par des appuis
mutuels et surtout, des reports
de voix au second tour des législatives.
Le programme commun de ces
coalitions devrait être affiné
après les doubles élections de
novembre en tenant compte
cette fois, du nombre réel de
députés et de conseillers municipaux
que chaque formation politique
aura obtenu et qu'elle va
mettre à contribution pour la
conquête des présidentielles. On
peut déjà, à ce stade et avant la
campagne électorale pour les
présidentielles, envisager le partage
du pouvoir, en fonction des
rapports de force ainsi déterminés.
C'est ainsi qu'on pourra
décider de faire campagne pour
le candidat présidentiel de la
coalition dont chaque parti membre
se verrait attribuer, virtuellement,
tel ou tel poste de responsabilité
de futur gouvernement.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Cette démarche peut paraître
simple voire simpliste aux yeux de
certains d'entre vous. Tant mieux
! Pour moi, si elle pouvait seulement
contribuer à vous inviter au
débat sur une question dont l'intérêt
et l'urgence sont incontestables,
elle aura atteint son
objectif. Encore une fois, mon
souci qui est sans doute partagé
par beaucoup de nos compatriotes,
est celui de voir notre pays
sortir, dans les meilleures conditions,
de cette période de transition,
avec un gouvernement crédible
et une majorité suffisamment
forte pour lui assurer la
stabilité dont il a cruellement
besoin pour faire face aux redoutables
tâches qui l'attendent. La
formation de coalitions est, à cet
égard, la condition sine qua non.
Wellahou weliyou ettewfigh.
NOUAKCHOTT, LE 10 MAI 2006
UN CITOYEN INQUIET
ABDELLAHI OULD
ABDERREZAGH
Lettre aux dirigeants
de nos partis politiques
Initiative des Cadres de Rosso
Communiqué
L'Initiative des Cadres de Rosso (ICR), invite
l'ensemble des populations de la ville et des
environs à venir nombreux pour l'accueil du
Chef de l'Etat à Rosso le samedi 03 juin
2006.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
BUREAU MAURITANIEN DE CONSEILS
EN MANAGEMENT DE LA QUALITE
* Certification ISO 9001 :2000
* Certification ISO 18001(OHSAS)
* Certification ISO 22000 (HACCP)
* Formation Normes ISO9001 & Auditeurs
* Chasseurs de têtes (recrutement, diagnostic RH)
Annonce 218 Immeuble BMCI BP: 3672, Nktt -Mauritanie
TEL 222 525 72 26 Mobile 6 30 39 13
cdm2_2000@yahoo.fr - Site Web: www.cdm2.mr

02 juin, 2006 14:04  
Anonymous Anonyme said...

Journal Indépendant d’Informations et d’Analyses - Deux éditions Arabe et Française
N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Directeur de Publication
CHE I KHNA OULD NENN I
Prix: 100UM Etranger: 1Euro - 1US$
Site web
www.mapeci.com
www.nouakchottinfo.com
E-mail: nouakchottinfo@yahoo.fr
12ÈME ANNÉE
N° N° 997
Directeur Commercial:
6279401/6544046
La descente de la police chez
la Bacim-Bank, amenée par un
huissier pour exécuter une
ordonnance de saisie sur les
biens de Moctar Ould Abdellah
ou de sa société Tradima-TP,
n'en finit pas de rebondir et
faire couler de l'encre.
Non seulement, la
montagne a accouché
d'une souris,
l'huissier et son
contingent de policiers
étant partis bredouilles,
mais la Bacim-Bank a porté plainte
contre l'huissier en question,
maître Sidina Ould Abakar,
auprès du ministre de la Justice
conformément à l'article 28 de la
loi 97.018 du 15 juillet 1997,
portant statut des huissiers de la
surveillance, de la discipline des
huissiers.
De même, M. Moctar Ould
Abdellah, directeur général de
Tradima-TP est sorti de sa réserve
pour préciser les choses, relatant
les tenants et les aboutissements
de cette affaire en exclusivité
à Nouakchott Info.
Flanqué de son avocat, Me
Yahya Ould Abdou, le DG de la
Tradima devait nous préciser d'abord
que sa société n'a été ni
vendue ni fermée et qu'elle poursuit
normalement ses activités,
reprenant du poil de la bête et
honorant ses engagements au
fur et à mesure que ses chantiers
avancent et que sa situation
se redresse. Il ajoutera : "Qu'en
est-il au juste de cette affaire ? En
décembre 2003, j'avais accepté
l'offre d'un ami, Mekki O Michri de
s'associer à moi à hauteur d'un
million d'UM.
Je l'avais nommé directeur
général et lui avais délégué tous
mes pouvoirs, y compris de
signature de chèques bancaires
du compte que nous avons ouvert
à la Bacim-Bank. J'étais malade
et me suis rendu au Sénégal me
soigner pendant six mois pour
revenir au pays et m'astreindre à
une convalescence de trois autres
mois. Mais lorsque je m'étais
intéressé à faire la situation de la
société, j'avais constaté un trou
de 37 millions UM et autant de
créances.
Obligé de rompre cette association,
j'avais consenti à faire
des sacrifices pour cet ami en
signant avec lui un protocole d'accord
notarié dans lequel je me
suis engagé à payer les créances
reconnues dans le procès-verbal
de cessation car la société était
dans des problèmes majeurs,
quasiment au bord de la faillite,
alors que d'importants marchés
étaient engagés. J'ai même du
débourser des montants cash à
cet ami afin de l'aider à s'en sortir
et en supporter davantage de
ses créanciers ne figurant pas
dans le protocole d'accord. Ainsi,
la Bacim-Bank a octroyé des cautions
à Tradima à hauteur de plus
de 100.000.000 UM et le compte
était bien entendu au rouge.
Or, les virements qui étaient
effectués au profit de Tradima,
lorsqu'ils ne sont pas bloqués à la
source, sont automatiquement
défalqués de ce solde débiteur,
les ordinateurs n'obéissant qu'aux
opérations enregistrées dans les
livres de la banque.
Affaires:
Tradima précise, Bacim-Bank accuse
Suite page 3
Des coupures intempestives
de l'électricité sont enregistrées
ces derniers jours. A la veille
de la période des grandes chaleurs,
et des délestages éventuels,
nous avons essayé de
voir de près ce que la Somelec
peut nous réserver pour l'avenir.
Enquête.
Contrairement à ce que d'aucuns
pensent à tort, la Somelec
est loin d'être cette société prospère
et très liquide que l'on
croit. A y voir de plus prés on se
rend vite à l'évidence. Cette
société se trouve toujours au
creux de la vague techniquement
et financièrement malgré les
efforts remarquables fournis
avec détermination par l'actuel
directeur général qui s'investit
avec passion pour remettre la
boîte sur les rails. Homme du
secteur et ingénieur de formation,
Ould Bahia n'était pas dupe
et ne se faisait pas trop d'illusions
sur l'état de santé de cette
société quand on lui en a confié la
Direction général en août 2005.
Il savait pertinemment qu'il allait
avoir du pain sur la planche. Mais
il ignorait certainement que sa
détermination et sa passion
allaient être mises à rude épreuve
et qu'au bout de 9 mois d'efforts
laborieux d'assainissement
et de moralisation il devra encore
attendre et persévérer pour voir
le bout du tunnel. En effet, les
résultats laissent à désirer en
dépit de certaines améliorations,
notamment au niveau du réseau
de distribution dont certains tronçons
défaillants auraient été
changés pour améliorer la qualité
et la continuité du service en
diminuant le nombre de coupures
d'électricité. Maigre consolation
pour des usagers qui aspirent
légitimement à des villes mieux
éclairées, des taux de desserte
plus élevés (on est aujourd'hui à
moins de 30 %) et une énergie
abondante et bon marché.
Energie
La Somelec au creux de la vague
Suite page 3
Economie
L'UE annonce une reprise
de la coopération
Les 25 pays de l'Union
Européenne, réunis à Bruxelles,
ont décidé à l'unanimité de la
reprise de la coopération avec
les nouvelles autorités militaires
de transition... Lire page 3
ACTUALITÉ 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
2
LA RONDE LA RONDE DU
Un enlèvement avorté
n jeune enfant de 6 ans momentanément
enlevé la semaine dernière par une
femme a été très vite retrouvé grâce aux
services efficaces d'un marabout. La
mère de l'enfant venait juste de débarquer à
Nouakchott en provenance de Moudjéria. Tout se
passa ainsi très vite. En effet, le lendemain de son
arrivée, un vendredi, l'enfant en compagnie des gosses
de la maison s'en alla à la mosquée voisine pour
la grande prière du jour, la mosquée étant située
non loin du commissariat d'El Mina I. En cours de
route, le gosse aurait été intercepté par une dame
masquée qu'il suivit sans résistance après qu'elle lui
ait offert des biscuits et autres friandises. Et ce fut
la disparition. Alertée, sa maman en compagnie de
tous ses proches se mirent aux trousses de la
femme et alertèrent le commissariat d'à côté.
Malgré leur intensité, les recherches n'aboutirent à
rien. Dans la soirée, la mère de l'enfant saisit son
marabout traitant qui la rassura en ces termes : "
Ton enfant, lui dit-il, est à l'instant même bien portant,
il ne manque de rien et il est gai. La femme qui
l'a enlevé est actuellement dans l'embarras car elle
ne sait pas quoi en faire, donc d'ici demain, décrétat-
il, elle te le rendra. " Et effectivement, tout se passa
comme prédit par le marabout. En effet, samedi
matin, une femme se présenta au commissariat de
Sebkha accompagnée d'un enfant. Interrogée par la
police, elle dit avoir retrouvé cet enfant dans le quartier
d'El Mina et qu'elle l'a emmené chez elle dans
l'attente que ses parents se manifestent. Elle fut
immédiatement arrêtée car ses déclarations ne
convainquirent pas grand monde. L'enfant quant à lui
retrouva sa maman qui avait eu des sueurs froides.
En effet, cette dame revenait de loin. Frappée de stérilité,
elle ne parvenait pas à avoir d'enfant après 13
ans de mariage. C'est alors qu'elle prit contact avec
un marabout - celui-là même qui venait de sauver son
unique rejeton - qui la soigna. Seulement, 6 ans
après ce premier enfant, le second tardait à venir
c'est pourquoi elle avait décidé de revoir son marabout
qui lui avait demandé qu'en venant il faut qu'elle
amène avec elle son premier enfant. C'est ce qui
explique la présence du gosse qu'elle a failli perdre
n'eut été l'intervention surnaturelle du saint homme.
Cette mésaventure repose le problème de la sécurité
des enfants dans une ville aux contours de plus
en plus tentaculaires et où la criminalité sous toutes
ses formes trouve un terreau favorable et monte en
flèche. C'est pourquoi la vigilance doit être de mise
en devenant le maître mot. En effet, de sources
concordantes des groupes organisés composés surtout
de femmes s'adonnent au vol d'enfants.
BAKARI GUÈYE
BACARIGUEYE@YAHOO.FR
Entreprise Mauritanienne de
Recyclage
12 ans d'expérience
" Recyclage cartouches tous types : Imprimantes
- Copieurs - Fax
HP - Canon - IBM - Lexmark - Xerox - Brother ….
" Vente Toner digital copieur, Toner NP, Racleurs
PC, Tambours PC
" Service Traitement de Textes - Formation
* des garanties souples et étendues
* la qualité et l'économie + notre savoir faire =
une opportunité pour votre
avenir
Rue 41.164 T.Zeina Zone art n° 3 face Imprimerie
Nouvelle Médina 3
Tél. : 641 17 07 - 650 48 36 - Tél/Fax : 525 03 65 -
BP : 1169 NKTT
E-mail : emarec1994@yahoo.fr
EMAREC
Réuni ce mercredi sous la présidence
du Président du
CMJD, Chef de l'Etat, le
Conseil des ministres a été
marqué par l'adoption de plusieurs projets
de décret.
Pour le premier texte, il s'agit d'un
projet de décret instituant un programme
intégré pour la gestion des dépenses
publiques. Ce nouveau texte vise à
maîtriser la grille informatique pour
l'exécution des dépenses publiques qui
était régie par la loi N°184/74 du 3
septembre 1974. Cette modernisation
vise à une meilleure intégration au nouveau
contexte économique que vit le
pays. Cette nouvelle donne connue
sous l'appellation du plan Rachad est
orienté vers une décentralisation des
dépenses et une modernisation de l'administration
financière.
Ce plan qui s'appuiera sur une informatisation
totale intégrera dans une
premier temps la gestion des salaires
des fonctionnaires et agents de l'Etat
et le financement extérieur. Ce plan
piloté par le ministère des Finances
sera expérimenté dès juin 2006 dans
trois ministères pilotes que
sont le ministère de
l'Enseignement fondamental
et secondaire, le ministère
de l'Enseignement supérieur
et de la Recherche
Scientifique et le ministère
des Finances. La généralisation
de ce programme sera
effective avec le début de
l'exécution du budget de l'année
2007. Le but de ce programme
qui entre dans le
cadre de la bonne gouvernance
c'est la maîtrise de la
gestion des ressources
publiques.
Le second projet de décret
qui s'inspire des orientations
du Comité ministériel
chargé de la bonne gouvernance
et qui respecte les
prescriptions du code du
commerce énumère la grille
des matières de base soumis
à certaines normes
d'importation. Le but de ce
décret c'est d'alléger certaines
charges imposées au
citoyen par le système libéral. Ce projet
impose aux commerçants y compris
les détaillants de faire un état régulier
de leurs stocks en produits de première
nécessité.
Un autre projet de décret a trait à la
mise en place d'une stratégie de protection
des ressources en eau. Cette
stratégie va être élaborée conformément
aux prescriptions du code de
l'eau et de la politique nationale en la
matière.
Dans le domaine de la prospection
minière, deux permis de recherche ont
été octroyés. Ainsi, le permis 309 a
été donné à M.T pour la recherche du
fer dans la zone de Teniyemout El
Beidra dans la wilaya du Tiris
Zemmour. Ce permis qui entre dans le
cadre de la politique de promotion de la
recherche minière couvre une superficie
de 1205 km2 pour une durée de 3
ans. La société s'engage à faire d'importants
investissements pour cette
prospection et à informer les autorités
des éventuelles découvertes de nappes
phréatiques (eau). Par ailleurs, toutes
les taxes requises par le code minier
seront versées au Trésor Public.
Quant au second permis de recherche
qui a été offert à la société El Awj
S.A, il concerne toujours le fer (groupe
1) mais cette fois-ci dans la zone de
Aweywa en Inchiri. La superficie
concernée est de 77 km2. Cette société
comme la précédente s'engage à
honorer les points susmentionnés.
Le Conseil a, par ailleurs, entendu
une communication sur la politique
nationale des hydrocarbures. Dans
cette communication, on traite le
cadre général et les spécificités de la
période actuelle. Le cadre juridique y
occupe également une place importante.
Il y a également le cadre institutionnel.
L'objectif principal de cette politique
c'est la gestion rationnelle des
ressources pétrolières et la mise en
place d'une infrastructure qui permettrait
d'atteindre les objectifs généraux
de développement durable avec des
impacts positifs sur les conditions de
vie des populations.
Cette politique est fondée sur l'appui
sectoriel, la révision du cadre juridique,
la protection de l'environnement et l'organisation
de campagnes géologiques
et géophysiques et une meilleure politique
de communication entre autres.
En réponse aux questions des journalistes,
le ministre a écarté d'un
revers de la main les allégations d'un
collègue qui soutenait que le changement
de date du meeting du Président
du CMJD à Nouakchott qui était prévu
le 10 juin est lié aux dernières arrestations
dans les milieux salafistes. Pour
le ministre, il faudrait chercher l'explication
du changement de date de ce
meeting ailleurs. En effet, rappellera-til,
c'est le 10 juin que sera lancée la
campagne électorale pour le référendum
du 25 juin prochain.
A une question sur les garanties
offertes pour la sécurité du plan
Rachad, M. le ministre assure que toutes
les mesures seront prises rappelant
que ce plan qui a été mis à exécution
après une étude approfondie va
dans un premier temps être testé
dans les 3 ministères susmentionnés
et on aura le temps de faire une évaluation
et de tirer les erreurs de parcours.
BAKARI GUÈYE
Conseil des ministres
Le plan "Rachad" activé
et politique des hydrocarbures
Que savait-on de la Mauritanie
depuis le départ de Ould
Taya ? Rien, ou si peu de
choses. Une fois le dictateur
parti, certains ténors du PRDS désarmés,
les malheurs de la médiocrité
écartés, ce pays qui habita ma conscience
durant quinze ans fut rayé de
ma carte mentale. Plus de dictateur,
plus de nouvelles.
Une transformation en profondeur
de ce pays était pourtant à l'oeuvre
durant toutes ces dernières années,
alchimie secrète et complexe où se
mélangèrent la prise de conscience de
certains responsables de l'urgence
d'un changement politique et éthique
dans ce pays et l'arrivée à l'âge adulte
d'une génération qui ne connut que la
dictature et rêvait de liberté et de révolution
sociale.
De cette alliance, à elle-même
inconnue, naquit ce mouvement
extraordinaire qui vit les rues de
Nouakchott submergées de drapeaux
mauritaniens et d'appels à une
Mauritanie démocratique et souveraine.
Fin d'été éphémère, illusoire unité,
personne ne saurait dire aujourd'hui
quel sera l'avenir de ce pays. Mais à
ceux qui n'y verraient qu'un opportunisme
politique doublé d'un aveuglement
partisan et indifférent à l'égard d'une
partie de la nation mauritanienne, en
l'occurrence, la communauté négroafricaine,
il suffirait d'adresser le texte
de " la déclaration de Dakar ", rédigé à
plusieurs mains, signé par plusieurs
personnes d'appartenance différente
et paru en août 2005 dernier.
Ce texte, pouvait-on deviner, s'adresse
à tous les mauritaniens, hommes
et femmes, jeunes et vieux, résidentiels
et émigrés pour engager avec
eux un dialogue et parvenir à lancer
une nouvelle dynamique pour jeter les
bases d'une autre Mauritanie.
De cet engagement au dialogue,
nous voudrions être partie prenante,
modestement mais résolument.
HASSENA OULD ELY
PROFESSEUR D'ECONOMIE
LE MANS- FRANCE
POINT DE VUE
Avis aux lecteurs
Le mardi 5 juin, vous aurez entre vos mains le
millième numéro de votre quotidien Nouakchott
Info. Importance de l'événement oblige, vous aurez
une édition spéciale célébrant les douze années
d'existence de votre journal. Pour ce faire, le supplément
mensuel du vendredi sera reporté.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
ACTUALITÉ NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006 3
Suite de la page 1
Mais comme les marchés en
cours engagés par Tradima-TP,
devaient permettre l'approvisionnement
de notre compte de plus
de 300.000.000 UM, l'autre
partie est allée chez un cadi à
Arafat qui leur a fait une saisie
sur un compte soi-disant au nom
de Moctar Ould Abdellah, alors
qu'il était ouvert au nom de
Tradima-TP."
A ce stade de la discussion, l'avocat
de Tradima, maître Yahya
Ould Abdou, interviendra pour
préciser à son tour : "J'ai contacté
le cadi pour lui rappeler que
cette affaire ne relève pas de son
ressort mais il ne tînt pas compte
de mon appréciation. J'ai alors
fait appel contre l'ordonnance de
rejet et demandé au président de
la chambre civile auprès de la
Cour d'Appel de Nouakchott, une
ordonnance de référé de suspension
d'exécution en attendant de
se statuer sur le fond du dossier
et l'affaire est encore à ce niveau
là. Je dois avouer que les procédures
faites par l'huissier sortent
de l'ordinaire".
La Bacim-Bank porte plainte
Quant à la plainte de la Bacim-
Bank, adressée le 31 mars
2006 au Ministre de la justice,
elle relate les faits en soulignant
que l'huissier ne s'est pas rendu
à la direction générale pour l'informer
de sa visite, se contenant
de semer la panique chez les
clients de la banque en ordonnant
aux policiers l'accompagnant "de
ligoter tout client qui se permettrait
de bouger, d'empêcher
toute personne d'entrer ou de
sortir de la banque !" et que cet
état de siège a duré au moins
deux heures et demi. Se question
" pourquoi tout cela ? ", la Bacim-
Bank a également rappelé que le
comportement de cet auxiliaire
de la justice lui a porté un préjudice
extrême, la descente de la
police se produisant au moment
où la banque était en discussion
avec des partenaires étrangers
qui n'ont certainement pas été
encouragés par cette scène à
venir investir en Mauritanie.
La direction générale de la
Bacim-Bank devait encaisser le
coup, estimant que le coup était
déjà parti et le mal fait, mais ne
peut s'empêcher de s'adresser
au Ministre pour que "des sanctions
exemplaires soient prises
contre l'auteur de ce qui n'est
pas seulement une faute professionnelle
mais une intention manifeste
de nuire."
Quoiqu'il en soit, le tohu-bohu
soulevé par l'huissier à l'intérieur
et à l'extérieur de la Bacim-Bank,
mardi 30 Mai 2006, n'est pas
prêt de lui rapporter gros !
Affaire à suivre ….
MK
Affaires:
Energie
La Somelec au creux de la vague
Il est vrai que depuis la fin de
l'année dernière, certains facteurs
exogènes défavorables se
sont aggravés au grand préjudice
de la Somelec. Il y a eu surtout la
flambée des prix des hydrocarbures
qui entrent à hauteur de 2/3
environ du prix de revient du
kWh. On imagine dès lors aisément
toute la portée de la
dépendance de la Somelec vis-àvis
des produits pétroliers.
" Chaque dollar qui s'ajoute au
prix du baril du pétrole, nous
explique le Conseiller en
Communication du DG de la
Somelec, se traduit pour nous
par une augmentation des charges
de l'ordre de plusieurs dizaines
de millions d'Ouguiyas ".
C'est dire combien la Somelec
a dû souffrir quand on sait que le
cours de l'or noir est passé du
simple au triple ces dernières
années, passant d'un peu plus de
20 dollars à plus de 65 dollars
aujourd'hui. Conséquence pour la
Somelec : une trésorerie négative
et un déficit structurel de plus de
2 milliards d'Ouguiyas.
Evidemment les arriérés hérités
des précédents exercices (7
milliards environ) ne sont pas de
nature à faciliter les choses.
D'autre part, la croissance
rapide enregistrée en matière de
demande d'énergie n'est pas
nécessairement un facteur négatif
mais c'en est un en l'occurrence
car la société n'y était pas préparée.
Les équipements sont
pour la plupart vétustes et mal
entretenus depuis de longues
années. La production est saturée
et même si elle ne l'était pas,
le réseau dont la capacité de
transit a été dépassée ne pourrait
pas évacuer l'énergie demandée.
C'est ce qui explique la fréquence
des interruptions du courant
qu'a connues la ville de
Nouakchott l'été dernier , phénomène
auquel il faudra s'attendre
encore cette année car l'effet des
améliorations apportés au réseau
sera annihilé par la croissance de
la demande qui atteint 10 % par
an.
C'est dans ces circonstances
pour le moins difficiles que , faisant
feu de tout bois, le staff de
Ould Bahiya a adressé à ce dernier
un mémorandum dans lequel
il l'assure de son soutien dans le
cadre du combat qu'il mène en
vue de relever les défis auxquels il
fait face.
Dans le même esprit, les deux
centrales syndicales présentes
au niveau de la Somelec (la CGTM
et l' UTM) ont rendu public une
déclaration dans laquelle elles ont
exprimé leur " adhésion à l'oeuvre
de redressement engagée par
l'actuelle Direction générale ".
Elles ont également invité " l'ensemble
du personnel à faire preuve
de plus de dévouement et de
persévérance dans le travail ".
Par la même occasion, les deux
sections syndicales en question
avaient requis "une attention particulière
de la part des autorités
publiques, notamment en ce qui
concerne la réalisation des
actions prévues au programme
2005/2007 élaboré par la
Direction générale de la
Somelec".
Espérons que leur appel sera
entendu!
JD
JEDNA@MAPECI.COM
Economie
L'UE annonce une reprise de la coopération bilatérale
La suspension de la coopération
entre l'UE et la Mauritanie,
décidée par l'ensemble européen
au lendemain du putsch militaire
contre l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
va donc reprendre de plus belle.
Même si des signes de cette
éventualité de la reprise avaient
déjà donnés, c'est aujourd'hui officiel
: la Mauritanie va bénéficier
des avantages du IX FED (fonds
européen pour le développement).
Ainsi en ont décidé les
ministres européens se fondant
sur les initiatives prises par le
gouvernement de transition pour
le renforcement des principes
démocratiques, de respect des
libertés fondamentales et de la
bonne gouvernance, annonce une
note d'information du conseil de
l'Europe.
Cependant, l'UE précise qu'un
nouveau document stratégique
de coopération avec la
Mauritanie est en stand by en
attendant le rétablissement de
l'ordre constitutionnel, par l'organisation
d'élections présidentielle
et parlementaires "libres et
transparentes".
Par ailleurs, l'UE a réitéré
qu'elle considérait le coup d'Etat
d'août 2005 comme une violation
des principes essentiels des
accords UE-ACP qui règlent les
relations entre les 25 pays de
l'Union et les pays Afrique-
Caraïbes et Pacifique.
Un rendez-vous a été pris en
Novembre par l'UE avec les autorités
de transition pour l'ouverture
d'un dialogue politique devant
conduire à l'analyse de la situation
en Mauritanie et des efforts
déployés par le gouvernement de
transition pour l'avènement d'un
Etat démocratique dans le pays.
La bouffée
d'oxygène se réalise
Depuis le début des changements
politiques intervenus en
Mauritanie, les nouvelles autorités
de transition (CMJD et
Gouvernement) étaient préoccupés
par la position de l'Union
Européenne quant au renversement
de l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
qui malgré les critiques sur le
système qu'il a mis en place, était
considéré comme un président
"démocratiquement élu". D'abord
par principe, la réaction de
l'Union Européenne ne s'est pas
faite attendre avec la condamnation
du putsch du 3 août 2005.
Mais tout comme l'UA, le 4 août
2005, qui a probablement joué
un rôle dans la décrispation de la
crise avec l'UE, cette dernière
s'est rendue à l'évidence que le
putsch militaire contre Taya était
perçu comme une délivrance par
nombre d'acteurs politiques, y
compris son propre parti (PRDS),
soucieux de dépasser les blocages
politiques dans le pays.
Plusieurs missions de l'UE dont la
dernière en date est celle d'une
délégation parlementaire conduite
Madame Luisa Fernanda Rudi
Ubeda (Photo). La décision officielle
de l'UE de reprendre sa coopération
avec notre pays retentit
comme une bouffée d'oxygène
pour les autorités gouvernementales.
L'UE, faut-il le rappeler, est le
premier bailleur de fonds multilatéral
de la Mauritanie avec pas
moins de 61% du volume total de
cette coopération. L'UE avait
cependant décidé, sous le régime
de Ould Taya, de réduire de 10
millions d'euros ce volume d'aide,
après la découverte du pétrole en
Mauritanie. Nonobstant cette
nouvelle donne, l'UE reste largement
tributaire, elle aussi, des
accords de pêche avec la
Mauritanie. Des accords de
pêche quinquennaux qui rapportaient
au pays 460 millions d'euros.
Ces accords que les européens
tentent de muer en accord
de partenariat connaissent
quelques difficultés de renégociations.
Les européens se montrant
plus avares au moment où
les plus hautes autorités du pays
parlent de l'urgence de l'assainissement
et de la bonne gouvernance
dans ce secteur renouvelable.
JD
NATION 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
4 NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
D'ailleurs cette divagation
animale peut être
à l'origine de beaucoup
de dangers. Elle
est souvent à l'origine des accidents
de routes, mais elle constitue
également le moyen le plus
indiqué pour la propagation de
redoutables maladies contagieuses.
On se rappelle qu'une flambée
de Fièvre hémorragique de
Crimée-Congo causée par la morsure
des tiques avait sévi en
Mauritanie en 2003. Le 21 mars
2003, le ministère de la Santé et
des affaires sociales de la
Mauritanie faisait état de 35 cas
de FHCC (18 cas confirmés en
laboratoire), dont six décès. En
date du 8 mars, 27 des 30 cas
déclarés à ce moment là provenaient
de la capitale, Nouakchott.
Si l'on sait que cette maladie se
transmet généralement par la
manipulation des animaux domestiques
infectés, comme du bétail,
des moutons ou des brebis; il est
facile de se rendre compte que
les populations de Nouakchott
vivent continuellement sous la
menace d'une récidive.
L'autre inconvénient lié à cette
divagation animale tient surtout
au fait que ces animaux contribuent
à salir la ville et leur omniprésence
donne à Nouakchott un
sacré coup de désordre indigne
d'une capitale qui reflète l'image
de toute une nation.
Il faut souligner toutefois que
cette divagation animale est surtout
encouragée par l'attitude
complice des mairies de
Nouakchott qui ne daignent faire
aucun effort pour mettre fin à ce
phénomène. Ceci d'autant plus
que, les tas d'ordures qu'on laisse
se former exercent un attrait
irrésistible sur ces animaux en
divagation. Bien que le phénomène
soit général à Nouakchott
force est de remarquer qu'il est
plus accentué au niveau de certaines
communes. Dar Naim ;
Ksar, El Mina, Arafat, Sebkha et
Teyarett détiennent les palmes
d'or en matière de divagation animale.
"Normal dira BG, c'est
parce qu'au niveau de ces quartiers
, les populations continuent
encore à perpétuer le mode de
vie campagnard. La sédentarisation
forcée qui s'est faite sans
aucune préparation, explique en
grande partie cette propension à
continuer à vivre avec les vieilles
habitudes. C'est la promixité
entre bétail et être humain dans
le monde rurale qui est reproduite".
Un argument tout à fait plausible
si l'on sait qu'à Nouakchott il
y a encore des familles qui ne
peuvent pas se passer de leur
Zrig à base Chinin (lait caillé obtenu
à partir du lait frais des chèvres).
Toujours est-il que, des mesures
draconiennes doivent être
prises pour mettre fin à cette
divagation animale qui expose les
populations de Nouakchott à de
nombreux dangers. il faut remettre
au goût du jour les fameuses
fourrières pour dissuader tous
les petits malins qui lâchent leurs
animaux errer en pleine ville,
comme si chez nous les règle
citadines ne valent pas grand
chose.
KHALIL SOW
KHALIL1965@YAHOO.FR
Animaux en divagation
Le règne des brebis…galeuses!
C'est dans le tout nouveau
centre culturel communal
d'Atar que le ministre
des Affaires
Economiques et du
Développement a ouvert le
30 mai à 17 heures les travaux
des ateliers interrégionaux
de concertation
sur le cadre stratégique de
lutte contre la pauvreté
pour sa phase II, destiné
aux régions Nord.
Les autorités administratives,
les services
techniques régionaux,
les élus locaux,
les OCB, ONG et OSP, les
syndicats, le secteur privé,
les projets et intervenants en
matière de développement,
la presse et les partenaires
techniques financiers, présents
dans les régions de
l'Inchiri, Adrar, Tiris
Zemmour et Dakhlet
Nouadhibou, sont tous représentés
dans cette importante
manifestation.
Aux côtés du ministre des
Affaires Economiques et du
Développement, le commissaire
adjoint aux droits de
l'homme à la lutte contre la
pauvreté et à l'insertion, le
conseiller du ministre de
l'Intérieur, des Postes et
Télécommunications, facilitateur
et animateur de ces ateliers
les wali des régions
Nord, ainsi qu'un staff de
cadres techniques dont le
Directeur du Trésor public.
Ouverts par un mot de
bienvenue prononcé par le
maire de la ville d'Atar, président
de l'Association des
maires du Nord, les travaux
ont commencé par une présentation
technique du cadre
stratégique de lutte contre la
pauvreté.
Profitant de la présence
du ministre et du commissaire
adjoint, les participants
n'ont pas attendu la constitution
des groupes de travail
pour s'enquérir sur les informations,
éclaircissements et
questions relatifs à un sujet
aussi important que la lutte
contre la pauvreté.
Les principales interventions
ont porté sur le rôle et
la mission du CDHLCPI, la
définition de la pauvreté, les
critères pris en compte pour
l'élaboration des statistiques,
la vision du gouvernement de
la transition du cadre stratégique
sur la pauvreté, la
réhabilitation de l'enseignement,
l'implication de la
société civile, le rôle des
sociétés industrielles et
minières dans les régions
dans lesquelles elles sont
implantées.
Le MAED et le commissaire
adjoint ont - tant bien que
mal- apporté beaucoup de
précisions nécessaires à la
compréhension de l'intérêt et
de l'objectif de ces ateliers
qui se dérouleront du 30 mai
au 1er juin à Atar.
Nous y reviendrons.
ELY SALEM KHAYAR
Adrar
Ateliers inter-régionaux
de concertation sur le CSLP-II Accompagnée d'une
forte délégation, monsieur
Saleh ould hanane
a présidé un important
meeting ce dimanche 28 mai
dans la ville de Zouerate. Sous
une pluie fine Abderrahmane Ould
Hamed coordinateur régional du
parti a pris la parole pour souhaiter
la bienvenue à son hôte et
à la délégation qui l'accompagne.
Ould Hamed stipule qu'il réside
depuis 40 ans à Zouerate et qu'il
ne s'est jamais impliqué dans la
politique mauritanienne qu'il juge
être une mascarade qui fait usage du
faux. Aujourd'hui il accède pour la première
fois à la tribune de Zouerate c'est
tout simplement parce que cette fois-ci
il y croit et place sa confiance en ce
parti et en ses leaders tant qu'ils sont
sur la bonne voie du changement porteur
de justice d'égalité et de paix au
peuple mauritanien.
Prenant la parole le président Saleh
Ould Hanane a expliqué les grandes
lignes de son parti ,un parti qui opte
pour la consolidation de l'unité nationale
longtemps muselée, une reforme de
l'enseignement mûrement réfléchie susceptible
de le sauver de la déliquescence
dans laquelle il se trouve. Redonner
à la Mauritanie sa place privilégiée de
terre d'intersection entre l'Afrique et le
Maghreb arabe. Enfin Saleh dit entièrement
souscrire au programme du
CMJD et exhorte l'ensemble de ses militants
à voter massivement pour le oui
au referendum du 25 juin prochain.
Dans la soirée Saleh a présidé une
réunion de cadres dans laquelle il a expliqué
d'avantage les idéaux du parti et a
éclairci sa position par rapport à certaines
questions d'intérêt national. De
l'avis de l'assistance, les préjugés qu'avaient
les gens sur Saleh d'être un soldat
converti en politique d'où une incompatibilité
se sont vite effrités pendant
ces rencontres.
CP HAROUNA CISSÉ
Partis
Hatem à Zouerate
Nouakchott connaît depuis
quelques temps un véritable
phénomène de divagation animale
qui expose les populations
à un véritable danger
public. Chèvres moutons et
chiens errants se déplacent à
longueur de journée sans être
inquiétés. La prolifération des
ordures, les habitudes bédouines
et l'indifférence collective
sont les facteurs qui favorisent
ce phénomène tout à fait aux
antipodes des règles de vie
moderne.
AVIS
Les agences ELMIRAJ et ESPACE VOYAGES informent le public que
les formalités pour la Oumra vers les lieux saints sont ouvertes depuis
le Lundi 29 Mai 2006.
A cet effet, il est demandé à la clientèle intéressée de nous contacter:
Par Téléphones au : 529 28 43 / 524 48 91
Par Fax : 529 28 44 / 524 48 89
Par E-mail : rim_ev@yahoo.mr / elmiraj@amadeus.mr
Ou sur place : Immeuble El Mamy, Côté BMD
Le dernier délai pour les formalités de la Oumra du Ramadan est
fixé au 31 juillet 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
REGION 5 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NI : Comment se porte l'APP
sur le plan local, pensez-vous pouvoir
conquérir enfin Tidjikja ; maintenant
que le jeu politique est devenu plus
ouvert ?
Mohamed Vall Ould Bouh : Merci
de m'avoir donné l'occasion d'entretenir
les lecteurs de votre journal
de la situation de notre parti
sur le plan local. Tout d'abord,
j'aimerai dire que l'APP se porte
très bien à Tidjikja et au niveau du
Tagant d'une façon générale.
Notre parti, malgré la campagne
de diabolisation dont il a toujours
été victime, demeure un parti
fort. Un parti de masse qui continue
chaque jour à élargir sa base
grâce aux nombreuses adhésions
qu'il enregistre
Et à votre question relative à
notre éventuelle conquête de
Tidjikja, je vous dirai que nous
sommes très motivés et le
moment venu, ce sont plutôt les
chiffres qui vont parler et ces
chiffres nous sommes certains,
ne démentiront pas notre profond
encrage au niveau local.
NI : Votre programme politique
prend-t-il suffisamment en compte
les préoccupations des populations
locales ?
MVB : Ici tout le monde sait sur
quel programme nous basons
notre action. Nous souhaitons
que les populations locales vivent
en parfaite harmonie et que toutes,
elles pussent profiter sans
discrimination aucune, des avantages
que devrait leurs procurer
leur appartenance à ce pays. En
d'autres termes, notre programme
se base essentiellement sur
la promotion sociale, la justice
pour tous et l'accès aux services
de base que sont l'habitat, la
santé et l'éducation.
NI : Quel bilan faites vous de la
récente visite effectuée par
Messoud Ould Boulkheîr au Tagant ?
MVB : Pour ce qui est de la
récente visite du président de
l'APP dans la région, elle a été un
véritable succès tant du côté de
l'affluence que du côté du démantèlement
d'une certaine opinion
défavorable à notre parti qui le
présentait comme un parti d'extrémistes
affiliés aux Batthistes
et aux Flamistes et aux chauvins
de tout bord. Heureusement, le
passage de Messoud Ould
Boulkheîr à Tidjikja a permis de
régler ce problème. Lui-même au
cours de la réunion des cadres,
n'a pas répondu à ce genre de
questions, ce sont ses collaborateurs
qui l'ont fait à sa place.
Mais ce qu'il faut retenir après
cette réunion c'est que , beaucoup
se sont rendus compte
qu'ils s'étaient lourdement trompés
au sujet de l'APP. Moi-même,
j'ai eu à maintes reprises des
entretiens avec des intellectuels
locaux qui m'ont certifié qu'ils ont
désormais une toute autre appréciation
de l'APP.
NI : Parlez-nous un peu du
RAVEL.L'opération a-t-elle été une
réussite au Tagant ?
MVB : Au début, elle ne l'avait
pas été parce que de nombreuses
populations ont été transférées
de Nouakchott pour venir
s'inscrire à Tidjikja et ceci sans
qu'elles n'en soient empêchées.
Pendant cette même première
phase, les partis politiques n'ont
pas été associés. C 'est tout dernièrement
que le Wali du Tagant
nous a convoqué en réunion dans
son bureau pour nous informer
du lancement de la deuxième
phase du recensement dite opération
bureaux fixes. Nous avons
répondu à son appel et avons discuté
avec lui de toutes les questions
qui nous ont été soumises.
Seulement, force est de reconnaître
que la question de la résidence
évoquée durant cette
réunion nous a beaucoup surprise.
Les critères retenus pour
prouver la résidence de tel ou tel
autre, ne devraient pas être laissés
à la seule appréciation des
recenseurs. Il aurait été de bon
ton d'associer les partis politiques
pour plus de transparence
et d'objectivité. Je ne vois pas à
quoi bon nous faire le listing des
critères de résidence, pour nous
dire qu'ils sont laissés à l'appréciation
exclusive des recenseurs.
NI : Parlez-nous un peu du cadre
de concertation regroupant la plupart
des formations politiques ayant
une assise locale au Tagant et dont
vous êtes membre.
MVB : Il s'agit d'une initiative
prise en commun accord avec
l'ensemble des partis politiques
représentés à Tidjikja .L'objectif
que nous visons est de créer un
cadre de concertation qui nous
permettra face à l'administration
et à la CENI de nous positionner
en interlocuteur commun. Ce qui
aurait l'avantage d'aider efficacement
à aplanir les difficultés et
de créer une convergence de
vues capable nécessaire pour
réussite de la transition en cours.
NI : Malgré les mesures d'allégement
annoncés par le CMJD, les
consommateurs de Tidjikja continuent
encore à se plaindre. Selon
vous qui est ce qui peut aider efficacement
à régler ce problème pour de
bon.
MVB : La baisse des prix des
denrées de base n'aura jamais
lieu dans notre pays aussi longtemps
que les hommes d'affaire
et les commerçants seront
craints par nos pouvoirs publics.
Ce ne sont pas les bonnes intentions
ni les bonnes idées qui manquent
dans ce pays, c'est leurs
application qui fait largement
défaut.
Il n'empêche que sur le plan
local nous sommes partis voir le
Hakem de Tidjikja, il y a de cela
deux mois, pour protester auprès
de lui de la montée vertigineuse
des prix au niveau du marché de
Tidjikdja. Depuis lors mes amis
des autres partis politiques peuvent
le témoigner, rien n'a changé.
Au contraire, les prix montent
le jour au jour au grand dam des
populations locales qui sont malgré
tout obligées de s'approvisionner.
PROPOS RECUEILLIS PAR
KHALIL SOW CP TAGANT
Mohamed Vall Ould Bouh
“Notre parti, malgré la campagne de diabolisation
dont il a toujours été victime, demeure un parti fort”
Cadre APP parmi les plus
influents au niveau du Tagant,
Mohamed Vall Ould Bouh est
surtout connu par sa fidélité et
sa constance. Ses convictions
politiques et sa loyauté à son
parti, font de lui aujourd'hui
l'un des interlocuteurs locaux
de l'APP les mieux indiqués.
Nouakchott-info l'a interpellé
sur certaines questions liées à
l'actualité locale, voici ce qu'il
nous en dit.
SPORTS 6 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
UFW0 R T MFR J I T ZQI KJ NQ_ I NY FS YFW
HTZWWNJ Q> R T MFR J I KJ NQ_E _FMTT /KW
Le Complexe du Stade
Olympique, tant convoité,
tombe dans l'escarcelle
de Ahmedou Ould Bock,
qui occupait le poste de directeur
de la Lecture Publique. Il doit probablement
cette nomination, à
son dynamisme ses derniers
mois dans les différentes activités
du ministère. Il aura la lourde
tâche de redorer le blason bien
terni du seul complexe sportif du
pays. Sidi Ould Elemine, inspecteur
de jeunesse a été nommé
comme adjoint au Complexe
Olympique. Le poste de Directeur
de la Lecture Publique revient à
Mme Zeinebou Mint Ely Salem,
très connue dans le milieu de la
presse pour être écrivain journaliste.
Titulaire d'un DEA en
Sciences Politiques, ancien professeur
d'Anglais, Zeinebou dite
El Ghalia Mint Ely Salem est également
Présidente de
l'Association des Journalistes
pour la Défense des Droits de
l'Enfance et de la Femme. Sa
nomination est considérée
comme une promotion méritée.
Elle aura comme adjoint, Sidi Ould
Mohamed, précédemment directeur
adjoint de la jeunesse.
Mohamed Ould Ghali, précédemment
Directeur du Complexe
Olympique irait comme complément
d'effectif au Ministère.
Les grandes
directions tombent
La direction de la jeunesse
revient à Adnan Ould Beyrouk,
précédemment directeur adjoint
de la Culture. Grand travailleur et
homme de conception, il aura la
lourde tâche de succéder à Bih
Ould Abdel Kader, qui avait le tact
pour attirer les bailleurs de fonds.
Ce dernier qui se trouve actuellement
en séminaire au Maroc
passe comme Conseiller à la
Culture à la place de Dahid.
Ahmed Ould Beibeni, le très actif
délégué Régional de la Wilaya de
Nouakchott passe au poste de
Directeur Adjoint de la Jeunesse.
Un secteur qu'il connaît pour y a
avoir travaillé de longues années.
D'ailleurs, certains considèrent
que ce dernier devait
passer Directeur
Central. Au niveau de
la Direction des
Etudes et de la
Pr og r ammat io n ,
c'est Mohamed
Lemine Ould Hamadi,
qui prend la place de
Sidi El Moctar Ould
Sidina, qui faisait du
sur place loin de son
secteur de prédilection,
la pêche. Il
aurait comme
adjoint, une nouvelle
figure bardé de diplômes.
La Direction de
l'IMRS a été confiée à
Bowba Ould
Mohamed, un professeur.
Le cabinet aussi!
Si pour les directions
citées, les noms
sont quelque peu
connu, il n'en est pas de même
pour la Direction de la Culture et
celle du Centre de Formations
des Cadres de la Jeunesse et des
Sports. Ces deux postes ont été
confiés à des nouveaux dans le
département. Le direction des
Bibliothèques et Musées a été
confiée à une femme, nouvelle
dans le département.
Le changement a touché aussi
au Cabinet. C'est ainsi que
Mohamed Ould Meidah, directeur
de la Culture, a été désigné
au poste de Chargé de mission
vacant depuis le départ de Fall
Youssef. Grand cadre, il sera d'un
grand apport dans ce nouveau
poste. Jiyid, passe comme
conseiller juridique à la place de
Ould Sefah et H'meida Ould
Agheb, conseiller Sports, à la
place de Sid'Ahmed Ould
Houssein, qui pourrait aller à
Nouadhibou, comme Délégué
Régional.
Les techniciens hors course
Bref, un vaste changement
comme celui, qui était annoncé
depuis plusieurs semaines.
Vraisemblablement, Mme
Mehla Mint Ahmed, a voulu s'entourer
d'une nouvelle équipe pour
la deuxième partie de la transition
afin de mettre en pratique ces différents
programmes, ceci toujours
selon les observateurs les
plus avertis. Mais après lecture
des noms annoncés, on
remarque néanmoins, que dans
ce puzzle, les techniciens ont été
oubliés. On peut remarquer dans
ces changement que les cadres
de sports n'ont véritablement
pas la côte et ceux de la jeunesse
ne sont pas non plus gâtés.
Certes, le travail de conception
est important, mais la technicité
l'est aussi. Madame Mahla Mint
Ahmed, est certainement consciente
de l'importance de cela.
Maintenant, il s'agit pour les nouveaux
nominés de ne pas se prélasser
dans leurs nouveaux fauteuils,
mais de contribuer à la
bonne marche du département.
C'est le nouveau de Madame la
ministre, mais aussi celui de tout
ceux qui s'intéressent au secteur.
Après tout, il n'y a pas de places
internelles, mais il faut bien mériter
sa " place ".
On peut dire que la nomination
de Beyni à la tête de la Direction
des Sports était une bonne
chose, malgré les critiques. Il
faudrait qu'on dise autant, après
quelques mois de celles, qui viennent
d'intervenir ?
Ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports :
Le grand chambardement
Finalement, le communiqué sanctionnant les travaux du Conseil
des Ministres est passé au journal télévisé en français. C'est un
ouf de soulagement, qui a été poussé par les " nominés " du
ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports et une résignation
pour les " débarqués " qui s'accrochaient à un mince espoir,
après les informations en Arabe( qui n'ont pas fait état de changement).
Mme Mehla Mint Ahmed, ministre de la Culture de la
Jeunesse et des Sports a finalement réussi à faire passer son mouvement.
Un changement vaste qui touche les principales directions
centrales.
Tournoi de Tennis de la Snim :
Oumar en route pour la Tunisie
Tournoi de Football Challenge BMCI :
Les récompenses
La céremonie de remise de récompenses du tournoi
de football Challenge BMCI est prévue jeudi soir au
Novotel T'Feila. A cette occasion, l'ensemble de la
famille sportive a été convié à cette grande, qui
marque la fin effective du tournoi cette année. L'équipe de
Zem Zem, vainqueur du tournoi, qui doit voyager le 06 juin
en Allemagne pour assister au match d'ouverture de la
Coupe du Monde à Munich, sera la coqueluche de la soirée.
Cette équipe qui pratique un football agréable a défié
tous les pronostics en remportant le titre cette année. Les
équipes qui ont terminé dans le dernier carré seront toutes
récompensées, ainsi que l'équipe fair-play, le meilleur
joueur, le meilleur encadreur, etc.
Stade Municipal de Nouadhibou :
La pelouse en question
La pelouse du stade municipal de Nouadhibou a
refait surface lors de la dernière visite du Chef de
l'Etat dans la capitale économique. Les autorités
locales avaient prévu de profiter de ce passage
pour inaugurer officiellement le terrain, dont il ne reste
plus que la pelouse. Mais en dernière minute de crainte de
soulever, justement le problème de la pelouse, il a été décidé
de l'enlever du programme officiel. Selon nos informations,
celui qui détenait le marché de la pelouse, a décidé
de le laisser, considérant que 250 millions d'ouguiyas, n'étaient
pas suffisants pour sa réalisation. Ce faux bond
confirme les appréhensions des nombreuses voix qui s'étaient
levées à l'attribution dudit marché. Il relance aussi,
les marchés gré à gré, qui bloquent aujourd'hui d'énormes
projets.
Le stade Municipal de Nouadhibou risque de ne pas avoir
de pelouse de sitôt, à moins d'une intervention de l'Etat
pour débloquer cette situation. En tous cas, tous les
regards sont tournés vers la Mairie et l'Amextipe, qui
gèrent cet épineux dossier.
Le tournoi de Pétanque doté
du trophée du Directeur
Général de Snim, organisé
la semaine dernière à
Nouadhibou, a été remporté finalement
par la triplette Yacoub,
Moulaye Zeine et Traoré. En finale
contre l'équipe de Radio FM
Nouadhibou, les Nouakchottois ont
réussi à s'imposer à l'issue d'une
rencontre indécise. Dans les deux
dernières mènes, les Stéphanois
encouragés par leurs nombreux
supporters auraient même pu
gagner, n'eut été le mauvais choix
du tireur Cheikh, qui a choisi le plus
difficile pour effacer deux boules. En
ratant ces deux tirs, il a donné la
victoire à l'équipe de Yacoub, qui n'a
jamais tremblé. Compétitive et
expérimentée, cette équipe a tout
au long du tournoi bien géré son
tournoi. Le calme olympien de
Yacoub, la force tranquille de
Traoré et l'engagement de Moulaye
Zeine, ont fait le reste.
Les deux premiers après avoir
remporté le tournoi de Saint-Louis,
il y a deux semaines, ajoutent un
autre titre à leur palmarès et confirment
de meilleurs joueurs mauritaniens
du moment. Moulaye Zeine,
qui remporte pour la 5ème fois, le
tournoi de la Snim, confirme tout le
bien que l'on pense de lui.
Seulement, il faudrait qu'il soit bien
encadré pour être efficace.
Dans les prochains jours, l'ensemble
de ces boulistes se rendront
à Saint-Louis pour un autre
tournoi, qui va encore renforcer
leurs capacités. Cheikh Ould
Mohamed Saleh, le 1er vice-président
de la Fédération pourrait bien
réediter son exploit en remportant
la consolante et en laissant le
concours aux jeunes limiers.
Tournoi de Jeux de Boules de Nouadhibou :
Yacoub, Moulaye Zeine
et Traoré, au dessus du lot
Après le tournoi de
Tennis de la Mattel, le
jeune Oumar
Youmbawa, vient de
remporter la semaine dernière à
Nouadhibou, l'Open de Tennis de
la Snim. Ce tournoi qui a duré
trois jours a regroupé des
joueurs de Zouerate, Nouakchott
et Nouadhibou, dans les différentes
catégories. Dans la catégorie
senior, Oumar a montré encore
une fois sa suprématie devant 16
autres candidats. Par la précision
de ses services et ses
volées, il a réussi à s'imposer
avec brio. Cette victoire, lui permet
d'envisager avec sérénité le
stage qu'il doit effectuer à partir
du 30 décembre 2006 en
Tunisie. Ce stage qui est pris en
charge par la Mattel, va lui permettre
de perfectionner son tennis
et d'entrer peut être dans le
circuit professionnel. C'est le
voeu du jeune prodige, qui a signé
un contrat de sponsoring avec la
Mattel, d'une année qui va lui
permettre de progresser.
A l'issue du tournoi de
Nouadhibou, il a tenu à remercier
cette société pour l'intérêt
qu'elle porte à la promotion du
tennis dans notre pays. Il a aussi
lancé un appel aux promoteurs
nationaux afin de soutenir ce
sport, qui peut apporter de grandes
satisfactions à notre pays.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
TRIBUNE 7 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NOUADHIBOU
El Vagha Ould Mohamed Cheïbani
Mohamed Said
TAGANT
Khalil Sow
TRARZA
Ousseinou M’bareck Diarra
BRAKNA
Abdoulaye Alassane
ADRAR
Ely Salem Khayar
TIRIS ZEMOUR
Harouna Cissé
Mise en Page
Aliyene Ahmed Salem
alias2001@maktoob.com
Boîte postale : 1905
Téléphone : 525.02.71 Fax : 525.54.84
Fils d’agence : AMI - AFP
Ilot “P” n° 007 - Tevragh-Zeina
Visa n° 015/MIPT/DAPLP du 15.05.1995
site web: www.mapeci.com
CONSEILLERS DE LA RÉDACTION
Mohamed Saïd Ould Hamody
Mohamdy Ould Babbah
-Mohamed Yehdih Ould Breidileil
-Mohamed Lemine Ould Kettab
RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT
Jedna Deida 6306337
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
Moussa Abdelkader Diop 6502496
moussadiop@mapeci.com
Modiop2001@ yahoo.fr
GRAND REPORTER
khalidou Diagana 6706095
DESK POLITIQUE ET NTIC :
Mohamed Ould Khattat 641 61 17
DESK SOCIETE: Mosy
DESK SPORTS :Mohamed Ould Feily dit Antar
6708951
COORDINATION DU RÉSEAU
DES CORRESPONDANTS : Khalil Sow
RÉDACTION :
Cheikhna Ould Nenni
Jedna Deida
Moussa Diop
Khalidou Diagana
Mohamed Ould Khattat
Mohamed Mahmoud Ould Aboulmaaly
Mohamed Ould Feïly, dit Antar
CORRECTEUR Bakary Gueye
Saisie Ly Alassane Mamadou
DISTRIBUTION: Mokhtar Beidi
Kane Demba 6414061
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
ET RÉDACTEUR EN CHEF
CHEIKHNA OULD NENNI
Tiré sur les Presses de l’Impremerie Nationale
Société éditrice de Nouakchott Info et
Akhbar Nouachott
Président du Conseil de direction : Cheikhna Ould Nenni
Vice-président Mohamed Mahmoud Ould Abou ElMaali
Directeur des Ressources : Lô Amadou Abdoul
Directeur Commercial : Moulaye Zein Ould Nenni
Coordination Cellule des Ntic : Mohamed Ould Khattat
Responsable Méssagerie : Moulaye Ould Zein
Secrétariat Central : Birane Amadou Kassé
MAPECI
Chers Messieurs,
Dans moins d'un mois, le 25
juin 2006, le référendum constitutionnel
ouvrira le ballet des cinq
scrutins programmés par le processus
électoral de notre transition
démocratique.
En raison du préjugé en faveur
des amendements proposés par
le CMJD pour la modification de
la constitution du 20 juillet 1991,
nos partis politiques ne semblent
pas disposés à entamer leurs
énergies dans une campagne
électorale référendaire ou ils
croiraient défoncer des portes
ouvertes. En fait, pour les leaders
de nos partis politiques, les
choses sérieuses ne commencent
qu'en automne avec le couple
municipales-législatives pour
culminer, en mars 2007, avec
les élections présidentielles.
Il est vrai que les enjeux partisans
sont plus limités s'agissant
du référendum mais la plus grande
participation possible à ce
scrutin serait un signe fort qui
consacrerait la volonté de rupture
de nos compatriotes avec les
vingt dernières années de pouvoir
personnel et exclusif au profit
d'une aire qui permet l'alternance.
Il serait par conséquent dommage
de rater cette occasion
qui, elle au moins, est déjà à
notre portée. En effet, pour tous
les autres scrutins, et dans l'état
éclaté qui caractérise notre
scène politique, permettez-moi
de vous dire les inquiétudes qui
habitent le citoyen que je suis,
soucieux du devenir de notre
transition démocratique. Je suis
inquiet quand je pense au nombre
de 35 partis que vous êtes et
à celui potentiel, de candidats
que vos formations pourraient aligner
aux futures échéances électorales
à côté d'autres, indépendants,
pour briguer le suffrage
de nos compatriotes. Mais avant
tout et plus encore que votre
nombre pléthorique je suis
inquiet de l'état dans lequel vous
êtes. Je suis inquiet de votre
manque de structuration, de
votre manque de réelle assise
populaire, de la réalité de vos
programmes, de votre manque
de moyens, de votre manque
d'expérience, en un mot je suis
extrêmement inquiet pour notre
pays du maque de perspectives
que votre image éclate y projette,
aujourd'hui. A un moment où de
nombreux appétits le lorgnent de
toutes parts.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Face à ce tableau peu reluisant,
le citoyen que je suis, qui
préfère malgré tout continuer à
entretenir une certaine dose
d'espoir, s'octroie la liberté d'interpeller
votre sens politique et
votre fibre patriotique pour vous
inviter à un examen autocritique
et exigeant de cette situation en
vue de trouver les meilleurs voies
et moyens d'aborder les échéances
électorales qui vous attendent
et sur lesquelles notre peuple
fonde d'immenses espoirs. Il
s'agit de résoudre l'équation suivante
: " comment, dans son état
actuel, la classe politique mauritanienne,
peut-elle, avec
quelques chances de succès,
envisager de s'organiser ou de se
réorganiser pour une sortie de
transition crédible, c'est-à-dire,
capable de prendre en charge,
dans de bonnes conditions, la
gestion du pays en dépit de l'urgence,
de la diversité et de la
complexité des problèmes qui se
posent à notre société ?
La réponse à cette question ne
sera pas aisée mais elle passe
inexorablement par la recomposition
de notre paysage politique
dans le cadre de blocs de partis
(idéalement deux à quatre coalitions)
dont les membres partagent
un certain nombre de
valeurs et d'affinité qui leur permettent
de s'orienter vers une
logique de programme politique
commun. Cette option, toute exigence,
demandera à tous et à
chacun, de faire preuve de patriotisme,
de réalisme, de perspicacité,
de tolérance et surtout
d'humilité pour réaliser le compromis
historique et incontournable
que requiert la situation. Il
s'agira, dans un élan patriotique,
de sacrifier, sur l'autel de l'intérêt
stratégique national, tous les
égocentrismes, les sectarismes
et autres démons tribalistes et
régionalistes.
Cette oeuvre salutaire de
recomposition du paysage politique
devrait commencer sans
tarder par un travail de contacts
tous azimuts en vue d'établir des
passerelles, des accords préliminaires,
avant les premières
échéances électorales. L'Etat,
quant à lui, devrait et dans les
formes les plus légales, favoriser
ces rassemblements dans l'intérêt
supérieur de la cohésion
nationale, par toutes sortes de
mesures incitatives possibles,
notamment au niveau du financement
des campagnes électorales.
Tout en laissant éventuellement,
à chacun, le loisir d'aller
tout seul aux élections de novembre
prochain pour déterminer sa
propre épaisseur électorale, les
partis qui auront décidé de constituer
une coalition devraient, dès
maintenant, mettre en chantier
une réflexion pour un futur programme
commun de gouvernement.
Ceci est d'autant pus envisageable,
dès maintenant, que
dans notre pays, ce ne sont pas
les écarts idéologiques ou les différences
de vision économique,
quand il y en a, qui ont présidé à
la multiplicité des partis.
L'esprit de solidarité et d'entraide
au sein des coalitions ainsi
constituées pourrait déjà commencer
à fonctionner à la faveur
des élections municipales et
législatives, par des appuis
mutuels et surtout, des reports
de voix au second tour des législatives.
Le programme commun de ces
coalitions devrait être affiné
après les doubles élections de
novembre en tenant compte
cette fois, du nombre réel de
députés et de conseillers municipaux
que chaque formation politique
aura obtenu et qu'elle va
mettre à contribution pour la
conquête des présidentielles. On
peut déjà, à ce stade et avant la
campagne électorale pour les
présidentielles, envisager le partage
du pouvoir, en fonction des
rapports de force ainsi déterminés.
C'est ainsi qu'on pourra
décider de faire campagne pour
le candidat présidentiel de la
coalition dont chaque parti membre
se verrait attribuer, virtuellement,
tel ou tel poste de responsabilité
de futur gouvernement.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Cette démarche peut paraître
simple voire simpliste aux yeux de
certains d'entre vous. Tant mieux
! Pour moi, si elle pouvait seulement
contribuer à vous inviter au
débat sur une question dont l'intérêt
et l'urgence sont incontestables,
elle aura atteint son
objectif. Encore une fois, mon
souci qui est sans doute partagé
par beaucoup de nos compatriotes,
est celui de voir notre pays
sortir, dans les meilleures conditions,
de cette période de transition,
avec un gouvernement crédible
et une majorité suffisamment
forte pour lui assurer la
stabilité dont il a cruellement
besoin pour faire face aux redoutables
tâches qui l'attendent. La
formation de coalitions est, à cet
égard, la condition sine qua non.
Wellahou weliyou ettewfigh.
NOUAKCHOTT, LE 10 MAI 2006
UN CITOYEN INQUIET
ABDELLAHI OULD
ABDERREZAGH
Lettre aux dirigeants
de nos partis politiques
Initiative des Cadres de Rosso
Communiqué
L'Initiative des Cadres de Rosso (ICR), invite
l'ensemble des populations de la ville et des
environs à venir nombreux pour l'accueil du
Chef de l'Etat à Rosso le samedi 03 juin
2006.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
BUREAU MAURITANIEN DE CONSEILS
EN MANAGEMENT DE LA QUALITE
* Certification ISO 9001 :2000
* Certification ISO 18001(OHSAS)
* Certification ISO 22000 (HACCP)
* Formation Normes ISO9001 & Auditeurs
* Chasseurs de têtes (recrutement, diagnostic RH)
Annonce 218 Immeuble BMCI BP: 3672, Nktt -Mauritanie
TEL 222 525 72 26 Mobile 6 30 39 13
cdm2_2000@yahoo.fr - Site Web: www.cdm2.mr

02 juin, 2006 14:05  
Anonymous Anonyme said...

Journal Indépendant d’Informations et d’Analyses - Deux éditions Arabe et Française
N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Directeur de Publication
CHE I KHNA OULD NENN I
Prix: 100UM Etranger: 1Euro - 1US$
Site web
www.mapeci.com
www.nouakchottinfo.com
E-mail: nouakchottinfo@yahoo.fr
12ÈME ANNÉE
N° N° 997
Directeur Commercial:
6279401/6544046
La descente de la police chez
la Bacim-Bank, amenée par un
huissier pour exécuter une
ordonnance de saisie sur les
biens de Moctar Ould Abdellah
ou de sa société Tradima-TP,
n'en finit pas de rebondir et
faire couler de l'encre.
Non seulement, la
montagne a accouché
d'une souris,
l'huissier et son
contingent de policiers
étant partis bredouilles,
mais la Bacim-Bank a porté plainte
contre l'huissier en question,
maître Sidina Ould Abakar,
auprès du ministre de la Justice
conformément à l'article 28 de la
loi 97.018 du 15 juillet 1997,
portant statut des huissiers de la
surveillance, de la discipline des
huissiers.
De même, M. Moctar Ould
Abdellah, directeur général de
Tradima-TP est sorti de sa réserve
pour préciser les choses, relatant
les tenants et les aboutissements
de cette affaire en exclusivité
à Nouakchott Info.
Flanqué de son avocat, Me
Yahya Ould Abdou, le DG de la
Tradima devait nous préciser d'abord
que sa société n'a été ni
vendue ni fermée et qu'elle poursuit
normalement ses activités,
reprenant du poil de la bête et
honorant ses engagements au
fur et à mesure que ses chantiers
avancent et que sa situation
se redresse. Il ajoutera : "Qu'en
est-il au juste de cette affaire ? En
décembre 2003, j'avais accepté
l'offre d'un ami, Mekki O Michri de
s'associer à moi à hauteur d'un
million d'UM.
Je l'avais nommé directeur
général et lui avais délégué tous
mes pouvoirs, y compris de
signature de chèques bancaires
du compte que nous avons ouvert
à la Bacim-Bank. J'étais malade
et me suis rendu au Sénégal me
soigner pendant six mois pour
revenir au pays et m'astreindre à
une convalescence de trois autres
mois. Mais lorsque je m'étais
intéressé à faire la situation de la
société, j'avais constaté un trou
de 37 millions UM et autant de
créances.
Obligé de rompre cette association,
j'avais consenti à faire
des sacrifices pour cet ami en
signant avec lui un protocole d'accord
notarié dans lequel je me
suis engagé à payer les créances
reconnues dans le procès-verbal
de cessation car la société était
dans des problèmes majeurs,
quasiment au bord de la faillite,
alors que d'importants marchés
étaient engagés. J'ai même du
débourser des montants cash à
cet ami afin de l'aider à s'en sortir
et en supporter davantage de
ses créanciers ne figurant pas
dans le protocole d'accord. Ainsi,
la Bacim-Bank a octroyé des cautions
à Tradima à hauteur de plus
de 100.000.000 UM et le compte
était bien entendu au rouge.
Or, les virements qui étaient
effectués au profit de Tradima,
lorsqu'ils ne sont pas bloqués à la
source, sont automatiquement
défalqués de ce solde débiteur,
les ordinateurs n'obéissant qu'aux
opérations enregistrées dans les
livres de la banque.
Affaires:
Tradima précise, Bacim-Bank accuse
Suite page 3
Des coupures intempestives
de l'électricité sont enregistrées
ces derniers jours. A la veille
de la période des grandes chaleurs,
et des délestages éventuels,
nous avons essayé de
voir de près ce que la Somelec
peut nous réserver pour l'avenir.
Enquête.
Contrairement à ce que d'aucuns
pensent à tort, la Somelec
est loin d'être cette société prospère
et très liquide que l'on
croit. A y voir de plus prés on se
rend vite à l'évidence. Cette
société se trouve toujours au
creux de la vague techniquement
et financièrement malgré les
efforts remarquables fournis
avec détermination par l'actuel
directeur général qui s'investit
avec passion pour remettre la
boîte sur les rails. Homme du
secteur et ingénieur de formation,
Ould Bahia n'était pas dupe
et ne se faisait pas trop d'illusions
sur l'état de santé de cette
société quand on lui en a confié la
Direction général en août 2005.
Il savait pertinemment qu'il allait
avoir du pain sur la planche. Mais
il ignorait certainement que sa
détermination et sa passion
allaient être mises à rude épreuve
et qu'au bout de 9 mois d'efforts
laborieux d'assainissement
et de moralisation il devra encore
attendre et persévérer pour voir
le bout du tunnel. En effet, les
résultats laissent à désirer en
dépit de certaines améliorations,
notamment au niveau du réseau
de distribution dont certains tronçons
défaillants auraient été
changés pour améliorer la qualité
et la continuité du service en
diminuant le nombre de coupures
d'électricité. Maigre consolation
pour des usagers qui aspirent
légitimement à des villes mieux
éclairées, des taux de desserte
plus élevés (on est aujourd'hui à
moins de 30 %) et une énergie
abondante et bon marché.
Energie
La Somelec au creux de la vague
Suite page 3
Economie
L'UE annonce une reprise
de la coopération
Les 25 pays de l'Union
Européenne, réunis à Bruxelles,
ont décidé à l'unanimité de la
reprise de la coopération avec
les nouvelles autorités militaires
de transition... Lire page 3
ACTUALITÉ 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
2
LA RONDE LA RONDE DU
Un enlèvement avorté
n jeune enfant de 6 ans momentanément
enlevé la semaine dernière par une
femme a été très vite retrouvé grâce aux
services efficaces d'un marabout. La
mère de l'enfant venait juste de débarquer à
Nouakchott en provenance de Moudjéria. Tout se
passa ainsi très vite. En effet, le lendemain de son
arrivée, un vendredi, l'enfant en compagnie des gosses
de la maison s'en alla à la mosquée voisine pour
la grande prière du jour, la mosquée étant située
non loin du commissariat d'El Mina I. En cours de
route, le gosse aurait été intercepté par une dame
masquée qu'il suivit sans résistance après qu'elle lui
ait offert des biscuits et autres friandises. Et ce fut
la disparition. Alertée, sa maman en compagnie de
tous ses proches se mirent aux trousses de la
femme et alertèrent le commissariat d'à côté.
Malgré leur intensité, les recherches n'aboutirent à
rien. Dans la soirée, la mère de l'enfant saisit son
marabout traitant qui la rassura en ces termes : "
Ton enfant, lui dit-il, est à l'instant même bien portant,
il ne manque de rien et il est gai. La femme qui
l'a enlevé est actuellement dans l'embarras car elle
ne sait pas quoi en faire, donc d'ici demain, décrétat-
il, elle te le rendra. " Et effectivement, tout se passa
comme prédit par le marabout. En effet, samedi
matin, une femme se présenta au commissariat de
Sebkha accompagnée d'un enfant. Interrogée par la
police, elle dit avoir retrouvé cet enfant dans le quartier
d'El Mina et qu'elle l'a emmené chez elle dans
l'attente que ses parents se manifestent. Elle fut
immédiatement arrêtée car ses déclarations ne
convainquirent pas grand monde. L'enfant quant à lui
retrouva sa maman qui avait eu des sueurs froides.
En effet, cette dame revenait de loin. Frappée de stérilité,
elle ne parvenait pas à avoir d'enfant après 13
ans de mariage. C'est alors qu'elle prit contact avec
un marabout - celui-là même qui venait de sauver son
unique rejeton - qui la soigna. Seulement, 6 ans
après ce premier enfant, le second tardait à venir
c'est pourquoi elle avait décidé de revoir son marabout
qui lui avait demandé qu'en venant il faut qu'elle
amène avec elle son premier enfant. C'est ce qui
explique la présence du gosse qu'elle a failli perdre
n'eut été l'intervention surnaturelle du saint homme.
Cette mésaventure repose le problème de la sécurité
des enfants dans une ville aux contours de plus
en plus tentaculaires et où la criminalité sous toutes
ses formes trouve un terreau favorable et monte en
flèche. C'est pourquoi la vigilance doit être de mise
en devenant le maître mot. En effet, de sources
concordantes des groupes organisés composés surtout
de femmes s'adonnent au vol d'enfants.
BAKARI GUÈYE
BACARIGUEYE@YAHOO.FR
Entreprise Mauritanienne de
Recyclage
12 ans d'expérience
" Recyclage cartouches tous types : Imprimantes
- Copieurs - Fax
HP - Canon - IBM - Lexmark - Xerox - Brother ….
" Vente Toner digital copieur, Toner NP, Racleurs
PC, Tambours PC
" Service Traitement de Textes - Formation
* des garanties souples et étendues
* la qualité et l'économie + notre savoir faire =
une opportunité pour votre
avenir
Rue 41.164 T.Zeina Zone art n° 3 face Imprimerie
Nouvelle Médina 3
Tél. : 641 17 07 - 650 48 36 - Tél/Fax : 525 03 65 -
BP : 1169 NKTT
E-mail : emarec1994@yahoo.fr
EMAREC
Réuni ce mercredi sous la présidence
du Président du
CMJD, Chef de l'Etat, le
Conseil des ministres a été
marqué par l'adoption de plusieurs projets
de décret.
Pour le premier texte, il s'agit d'un
projet de décret instituant un programme
intégré pour la gestion des dépenses
publiques. Ce nouveau texte vise à
maîtriser la grille informatique pour
l'exécution des dépenses publiques qui
était régie par la loi N°184/74 du 3
septembre 1974. Cette modernisation
vise à une meilleure intégration au nouveau
contexte économique que vit le
pays. Cette nouvelle donne connue
sous l'appellation du plan Rachad est
orienté vers une décentralisation des
dépenses et une modernisation de l'administration
financière.
Ce plan qui s'appuiera sur une informatisation
totale intégrera dans une
premier temps la gestion des salaires
des fonctionnaires et agents de l'Etat
et le financement extérieur. Ce plan
piloté par le ministère des Finances
sera expérimenté dès juin 2006 dans
trois ministères pilotes que
sont le ministère de
l'Enseignement fondamental
et secondaire, le ministère
de l'Enseignement supérieur
et de la Recherche
Scientifique et le ministère
des Finances. La généralisation
de ce programme sera
effective avec le début de
l'exécution du budget de l'année
2007. Le but de ce programme
qui entre dans le
cadre de la bonne gouvernance
c'est la maîtrise de la
gestion des ressources
publiques.
Le second projet de décret
qui s'inspire des orientations
du Comité ministériel
chargé de la bonne gouvernance
et qui respecte les
prescriptions du code du
commerce énumère la grille
des matières de base soumis
à certaines normes
d'importation. Le but de ce
décret c'est d'alléger certaines
charges imposées au
citoyen par le système libéral. Ce projet
impose aux commerçants y compris
les détaillants de faire un état régulier
de leurs stocks en produits de première
nécessité.
Un autre projet de décret a trait à la
mise en place d'une stratégie de protection
des ressources en eau. Cette
stratégie va être élaborée conformément
aux prescriptions du code de
l'eau et de la politique nationale en la
matière.
Dans le domaine de la prospection
minière, deux permis de recherche ont
été octroyés. Ainsi, le permis 309 a
été donné à M.T pour la recherche du
fer dans la zone de Teniyemout El
Beidra dans la wilaya du Tiris
Zemmour. Ce permis qui entre dans le
cadre de la politique de promotion de la
recherche minière couvre une superficie
de 1205 km2 pour une durée de 3
ans. La société s'engage à faire d'importants
investissements pour cette
prospection et à informer les autorités
des éventuelles découvertes de nappes
phréatiques (eau). Par ailleurs, toutes
les taxes requises par le code minier
seront versées au Trésor Public.
Quant au second permis de recherche
qui a été offert à la société El Awj
S.A, il concerne toujours le fer (groupe
1) mais cette fois-ci dans la zone de
Aweywa en Inchiri. La superficie
concernée est de 77 km2. Cette société
comme la précédente s'engage à
honorer les points susmentionnés.
Le Conseil a, par ailleurs, entendu
une communication sur la politique
nationale des hydrocarbures. Dans
cette communication, on traite le
cadre général et les spécificités de la
période actuelle. Le cadre juridique y
occupe également une place importante.
Il y a également le cadre institutionnel.
L'objectif principal de cette politique
c'est la gestion rationnelle des
ressources pétrolières et la mise en
place d'une infrastructure qui permettrait
d'atteindre les objectifs généraux
de développement durable avec des
impacts positifs sur les conditions de
vie des populations.
Cette politique est fondée sur l'appui
sectoriel, la révision du cadre juridique,
la protection de l'environnement et l'organisation
de campagnes géologiques
et géophysiques et une meilleure politique
de communication entre autres.
En réponse aux questions des journalistes,
le ministre a écarté d'un
revers de la main les allégations d'un
collègue qui soutenait que le changement
de date du meeting du Président
du CMJD à Nouakchott qui était prévu
le 10 juin est lié aux dernières arrestations
dans les milieux salafistes. Pour
le ministre, il faudrait chercher l'explication
du changement de date de ce
meeting ailleurs. En effet, rappellera-til,
c'est le 10 juin que sera lancée la
campagne électorale pour le référendum
du 25 juin prochain.
A une question sur les garanties
offertes pour la sécurité du plan
Rachad, M. le ministre assure que toutes
les mesures seront prises rappelant
que ce plan qui a été mis à exécution
après une étude approfondie va
dans un premier temps être testé
dans les 3 ministères susmentionnés
et on aura le temps de faire une évaluation
et de tirer les erreurs de parcours.
BAKARI GUÈYE
Conseil des ministres
Le plan "Rachad" activé
et politique des hydrocarbures
Que savait-on de la Mauritanie
depuis le départ de Ould
Taya ? Rien, ou si peu de
choses. Une fois le dictateur
parti, certains ténors du PRDS désarmés,
les malheurs de la médiocrité
écartés, ce pays qui habita ma conscience
durant quinze ans fut rayé de
ma carte mentale. Plus de dictateur,
plus de nouvelles.
Une transformation en profondeur
de ce pays était pourtant à l'oeuvre
durant toutes ces dernières années,
alchimie secrète et complexe où se
mélangèrent la prise de conscience de
certains responsables de l'urgence
d'un changement politique et éthique
dans ce pays et l'arrivée à l'âge adulte
d'une génération qui ne connut que la
dictature et rêvait de liberté et de révolution
sociale.
De cette alliance, à elle-même
inconnue, naquit ce mouvement
extraordinaire qui vit les rues de
Nouakchott submergées de drapeaux
mauritaniens et d'appels à une
Mauritanie démocratique et souveraine.
Fin d'été éphémère, illusoire unité,
personne ne saurait dire aujourd'hui
quel sera l'avenir de ce pays. Mais à
ceux qui n'y verraient qu'un opportunisme
politique doublé d'un aveuglement
partisan et indifférent à l'égard d'une
partie de la nation mauritanienne, en
l'occurrence, la communauté négroafricaine,
il suffirait d'adresser le texte
de " la déclaration de Dakar ", rédigé à
plusieurs mains, signé par plusieurs
personnes d'appartenance différente
et paru en août 2005 dernier.
Ce texte, pouvait-on deviner, s'adresse
à tous les mauritaniens, hommes
et femmes, jeunes et vieux, résidentiels
et émigrés pour engager avec
eux un dialogue et parvenir à lancer
une nouvelle dynamique pour jeter les
bases d'une autre Mauritanie.
De cet engagement au dialogue,
nous voudrions être partie prenante,
modestement mais résolument.
HASSENA OULD ELY
PROFESSEUR D'ECONOMIE
LE MANS- FRANCE
POINT DE VUE
Avis aux lecteurs
Le mardi 5 juin, vous aurez entre vos mains le
millième numéro de votre quotidien Nouakchott
Info. Importance de l'événement oblige, vous aurez
une édition spéciale célébrant les douze années
d'existence de votre journal. Pour ce faire, le supplément
mensuel du vendredi sera reporté.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
ACTUALITÉ NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006 3
Suite de la page 1
Mais comme les marchés en
cours engagés par Tradima-TP,
devaient permettre l'approvisionnement
de notre compte de plus
de 300.000.000 UM, l'autre
partie est allée chez un cadi à
Arafat qui leur a fait une saisie
sur un compte soi-disant au nom
de Moctar Ould Abdellah, alors
qu'il était ouvert au nom de
Tradima-TP."
A ce stade de la discussion, l'avocat
de Tradima, maître Yahya
Ould Abdou, interviendra pour
préciser à son tour : "J'ai contacté
le cadi pour lui rappeler que
cette affaire ne relève pas de son
ressort mais il ne tînt pas compte
de mon appréciation. J'ai alors
fait appel contre l'ordonnance de
rejet et demandé au président de
la chambre civile auprès de la
Cour d'Appel de Nouakchott, une
ordonnance de référé de suspension
d'exécution en attendant de
se statuer sur le fond du dossier
et l'affaire est encore à ce niveau
là. Je dois avouer que les procédures
faites par l'huissier sortent
de l'ordinaire".
La Bacim-Bank porte plainte
Quant à la plainte de la Bacim-
Bank, adressée le 31 mars
2006 au Ministre de la justice,
elle relate les faits en soulignant
que l'huissier ne s'est pas rendu
à la direction générale pour l'informer
de sa visite, se contenant
de semer la panique chez les
clients de la banque en ordonnant
aux policiers l'accompagnant "de
ligoter tout client qui se permettrait
de bouger, d'empêcher
toute personne d'entrer ou de
sortir de la banque !" et que cet
état de siège a duré au moins
deux heures et demi. Se question
" pourquoi tout cela ? ", la Bacim-
Bank a également rappelé que le
comportement de cet auxiliaire
de la justice lui a porté un préjudice
extrême, la descente de la
police se produisant au moment
où la banque était en discussion
avec des partenaires étrangers
qui n'ont certainement pas été
encouragés par cette scène à
venir investir en Mauritanie.
La direction générale de la
Bacim-Bank devait encaisser le
coup, estimant que le coup était
déjà parti et le mal fait, mais ne
peut s'empêcher de s'adresser
au Ministre pour que "des sanctions
exemplaires soient prises
contre l'auteur de ce qui n'est
pas seulement une faute professionnelle
mais une intention manifeste
de nuire."
Quoiqu'il en soit, le tohu-bohu
soulevé par l'huissier à l'intérieur
et à l'extérieur de la Bacim-Bank,
mardi 30 Mai 2006, n'est pas
prêt de lui rapporter gros !
Affaire à suivre ….
MK
Affaires:
Energie
La Somelec au creux de la vague
Il est vrai que depuis la fin de
l'année dernière, certains facteurs
exogènes défavorables se
sont aggravés au grand préjudice
de la Somelec. Il y a eu surtout la
flambée des prix des hydrocarbures
qui entrent à hauteur de 2/3
environ du prix de revient du
kWh. On imagine dès lors aisément
toute la portée de la
dépendance de la Somelec vis-àvis
des produits pétroliers.
" Chaque dollar qui s'ajoute au
prix du baril du pétrole, nous
explique le Conseiller en
Communication du DG de la
Somelec, se traduit pour nous
par une augmentation des charges
de l'ordre de plusieurs dizaines
de millions d'Ouguiyas ".
C'est dire combien la Somelec
a dû souffrir quand on sait que le
cours de l'or noir est passé du
simple au triple ces dernières
années, passant d'un peu plus de
20 dollars à plus de 65 dollars
aujourd'hui. Conséquence pour la
Somelec : une trésorerie négative
et un déficit structurel de plus de
2 milliards d'Ouguiyas.
Evidemment les arriérés hérités
des précédents exercices (7
milliards environ) ne sont pas de
nature à faciliter les choses.
D'autre part, la croissance
rapide enregistrée en matière de
demande d'énergie n'est pas
nécessairement un facteur négatif
mais c'en est un en l'occurrence
car la société n'y était pas préparée.
Les équipements sont
pour la plupart vétustes et mal
entretenus depuis de longues
années. La production est saturée
et même si elle ne l'était pas,
le réseau dont la capacité de
transit a été dépassée ne pourrait
pas évacuer l'énergie demandée.
C'est ce qui explique la fréquence
des interruptions du courant
qu'a connues la ville de
Nouakchott l'été dernier , phénomène
auquel il faudra s'attendre
encore cette année car l'effet des
améliorations apportés au réseau
sera annihilé par la croissance de
la demande qui atteint 10 % par
an.
C'est dans ces circonstances
pour le moins difficiles que , faisant
feu de tout bois, le staff de
Ould Bahiya a adressé à ce dernier
un mémorandum dans lequel
il l'assure de son soutien dans le
cadre du combat qu'il mène en
vue de relever les défis auxquels il
fait face.
Dans le même esprit, les deux
centrales syndicales présentes
au niveau de la Somelec (la CGTM
et l' UTM) ont rendu public une
déclaration dans laquelle elles ont
exprimé leur " adhésion à l'oeuvre
de redressement engagée par
l'actuelle Direction générale ".
Elles ont également invité " l'ensemble
du personnel à faire preuve
de plus de dévouement et de
persévérance dans le travail ".
Par la même occasion, les deux
sections syndicales en question
avaient requis "une attention particulière
de la part des autorités
publiques, notamment en ce qui
concerne la réalisation des
actions prévues au programme
2005/2007 élaboré par la
Direction générale de la
Somelec".
Espérons que leur appel sera
entendu!
JD
JEDNA@MAPECI.COM
Economie
L'UE annonce une reprise de la coopération bilatérale
La suspension de la coopération
entre l'UE et la Mauritanie,
décidée par l'ensemble européen
au lendemain du putsch militaire
contre l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
va donc reprendre de plus belle.
Même si des signes de cette
éventualité de la reprise avaient
déjà donnés, c'est aujourd'hui officiel
: la Mauritanie va bénéficier
des avantages du IX FED (fonds
européen pour le développement).
Ainsi en ont décidé les
ministres européens se fondant
sur les initiatives prises par le
gouvernement de transition pour
le renforcement des principes
démocratiques, de respect des
libertés fondamentales et de la
bonne gouvernance, annonce une
note d'information du conseil de
l'Europe.
Cependant, l'UE précise qu'un
nouveau document stratégique
de coopération avec la
Mauritanie est en stand by en
attendant le rétablissement de
l'ordre constitutionnel, par l'organisation
d'élections présidentielle
et parlementaires "libres et
transparentes".
Par ailleurs, l'UE a réitéré
qu'elle considérait le coup d'Etat
d'août 2005 comme une violation
des principes essentiels des
accords UE-ACP qui règlent les
relations entre les 25 pays de
l'Union et les pays Afrique-
Caraïbes et Pacifique.
Un rendez-vous a été pris en
Novembre par l'UE avec les autorités
de transition pour l'ouverture
d'un dialogue politique devant
conduire à l'analyse de la situation
en Mauritanie et des efforts
déployés par le gouvernement de
transition pour l'avènement d'un
Etat démocratique dans le pays.
La bouffée
d'oxygène se réalise
Depuis le début des changements
politiques intervenus en
Mauritanie, les nouvelles autorités
de transition (CMJD et
Gouvernement) étaient préoccupés
par la position de l'Union
Européenne quant au renversement
de l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
qui malgré les critiques sur le
système qu'il a mis en place, était
considéré comme un président
"démocratiquement élu". D'abord
par principe, la réaction de
l'Union Européenne ne s'est pas
faite attendre avec la condamnation
du putsch du 3 août 2005.
Mais tout comme l'UA, le 4 août
2005, qui a probablement joué
un rôle dans la décrispation de la
crise avec l'UE, cette dernière
s'est rendue à l'évidence que le
putsch militaire contre Taya était
perçu comme une délivrance par
nombre d'acteurs politiques, y
compris son propre parti (PRDS),
soucieux de dépasser les blocages
politiques dans le pays.
Plusieurs missions de l'UE dont la
dernière en date est celle d'une
délégation parlementaire conduite
Madame Luisa Fernanda Rudi
Ubeda (Photo). La décision officielle
de l'UE de reprendre sa coopération
avec notre pays retentit
comme une bouffée d'oxygène
pour les autorités gouvernementales.
L'UE, faut-il le rappeler, est le
premier bailleur de fonds multilatéral
de la Mauritanie avec pas
moins de 61% du volume total de
cette coopération. L'UE avait
cependant décidé, sous le régime
de Ould Taya, de réduire de 10
millions d'euros ce volume d'aide,
après la découverte du pétrole en
Mauritanie. Nonobstant cette
nouvelle donne, l'UE reste largement
tributaire, elle aussi, des
accords de pêche avec la
Mauritanie. Des accords de
pêche quinquennaux qui rapportaient
au pays 460 millions d'euros.
Ces accords que les européens
tentent de muer en accord
de partenariat connaissent
quelques difficultés de renégociations.
Les européens se montrant
plus avares au moment où
les plus hautes autorités du pays
parlent de l'urgence de l'assainissement
et de la bonne gouvernance
dans ce secteur renouvelable.
JD
NATION 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
4 NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
D'ailleurs cette divagation
animale peut être
à l'origine de beaucoup
de dangers. Elle
est souvent à l'origine des accidents
de routes, mais elle constitue
également le moyen le plus
indiqué pour la propagation de
redoutables maladies contagieuses.
On se rappelle qu'une flambée
de Fièvre hémorragique de
Crimée-Congo causée par la morsure
des tiques avait sévi en
Mauritanie en 2003. Le 21 mars
2003, le ministère de la Santé et
des affaires sociales de la
Mauritanie faisait état de 35 cas
de FHCC (18 cas confirmés en
laboratoire), dont six décès. En
date du 8 mars, 27 des 30 cas
déclarés à ce moment là provenaient
de la capitale, Nouakchott.
Si l'on sait que cette maladie se
transmet généralement par la
manipulation des animaux domestiques
infectés, comme du bétail,
des moutons ou des brebis; il est
facile de se rendre compte que
les populations de Nouakchott
vivent continuellement sous la
menace d'une récidive.
L'autre inconvénient lié à cette
divagation animale tient surtout
au fait que ces animaux contribuent
à salir la ville et leur omniprésence
donne à Nouakchott un
sacré coup de désordre indigne
d'une capitale qui reflète l'image
de toute une nation.
Il faut souligner toutefois que
cette divagation animale est surtout
encouragée par l'attitude
complice des mairies de
Nouakchott qui ne daignent faire
aucun effort pour mettre fin à ce
phénomène. Ceci d'autant plus
que, les tas d'ordures qu'on laisse
se former exercent un attrait
irrésistible sur ces animaux en
divagation. Bien que le phénomène
soit général à Nouakchott
force est de remarquer qu'il est
plus accentué au niveau de certaines
communes. Dar Naim ;
Ksar, El Mina, Arafat, Sebkha et
Teyarett détiennent les palmes
d'or en matière de divagation animale.
"Normal dira BG, c'est
parce qu'au niveau de ces quartiers
, les populations continuent
encore à perpétuer le mode de
vie campagnard. La sédentarisation
forcée qui s'est faite sans
aucune préparation, explique en
grande partie cette propension à
continuer à vivre avec les vieilles
habitudes. C'est la promixité
entre bétail et être humain dans
le monde rurale qui est reproduite".
Un argument tout à fait plausible
si l'on sait qu'à Nouakchott il
y a encore des familles qui ne
peuvent pas se passer de leur
Zrig à base Chinin (lait caillé obtenu
à partir du lait frais des chèvres).
Toujours est-il que, des mesures
draconiennes doivent être
prises pour mettre fin à cette
divagation animale qui expose les
populations de Nouakchott à de
nombreux dangers. il faut remettre
au goût du jour les fameuses
fourrières pour dissuader tous
les petits malins qui lâchent leurs
animaux errer en pleine ville,
comme si chez nous les règle
citadines ne valent pas grand
chose.
KHALIL SOW
KHALIL1965@YAHOO.FR
Animaux en divagation
Le règne des brebis…galeuses!
C'est dans le tout nouveau
centre culturel communal
d'Atar que le ministre
des Affaires
Economiques et du
Développement a ouvert le
30 mai à 17 heures les travaux
des ateliers interrégionaux
de concertation
sur le cadre stratégique de
lutte contre la pauvreté
pour sa phase II, destiné
aux régions Nord.
Les autorités administratives,
les services
techniques régionaux,
les élus locaux,
les OCB, ONG et OSP, les
syndicats, le secteur privé,
les projets et intervenants en
matière de développement,
la presse et les partenaires
techniques financiers, présents
dans les régions de
l'Inchiri, Adrar, Tiris
Zemmour et Dakhlet
Nouadhibou, sont tous représentés
dans cette importante
manifestation.
Aux côtés du ministre des
Affaires Economiques et du
Développement, le commissaire
adjoint aux droits de
l'homme à la lutte contre la
pauvreté et à l'insertion, le
conseiller du ministre de
l'Intérieur, des Postes et
Télécommunications, facilitateur
et animateur de ces ateliers
les wali des régions
Nord, ainsi qu'un staff de
cadres techniques dont le
Directeur du Trésor public.
Ouverts par un mot de
bienvenue prononcé par le
maire de la ville d'Atar, président
de l'Association des
maires du Nord, les travaux
ont commencé par une présentation
technique du cadre
stratégique de lutte contre la
pauvreté.
Profitant de la présence
du ministre et du commissaire
adjoint, les participants
n'ont pas attendu la constitution
des groupes de travail
pour s'enquérir sur les informations,
éclaircissements et
questions relatifs à un sujet
aussi important que la lutte
contre la pauvreté.
Les principales interventions
ont porté sur le rôle et
la mission du CDHLCPI, la
définition de la pauvreté, les
critères pris en compte pour
l'élaboration des statistiques,
la vision du gouvernement de
la transition du cadre stratégique
sur la pauvreté, la
réhabilitation de l'enseignement,
l'implication de la
société civile, le rôle des
sociétés industrielles et
minières dans les régions
dans lesquelles elles sont
implantées.
Le MAED et le commissaire
adjoint ont - tant bien que
mal- apporté beaucoup de
précisions nécessaires à la
compréhension de l'intérêt et
de l'objectif de ces ateliers
qui se dérouleront du 30 mai
au 1er juin à Atar.
Nous y reviendrons.
ELY SALEM KHAYAR
Adrar
Ateliers inter-régionaux
de concertation sur le CSLP-II Accompagnée d'une
forte délégation, monsieur
Saleh ould hanane
a présidé un important
meeting ce dimanche 28 mai
dans la ville de Zouerate. Sous
une pluie fine Abderrahmane Ould
Hamed coordinateur régional du
parti a pris la parole pour souhaiter
la bienvenue à son hôte et
à la délégation qui l'accompagne.
Ould Hamed stipule qu'il réside
depuis 40 ans à Zouerate et qu'il
ne s'est jamais impliqué dans la
politique mauritanienne qu'il juge
être une mascarade qui fait usage du
faux. Aujourd'hui il accède pour la première
fois à la tribune de Zouerate c'est
tout simplement parce que cette fois-ci
il y croit et place sa confiance en ce
parti et en ses leaders tant qu'ils sont
sur la bonne voie du changement porteur
de justice d'égalité et de paix au
peuple mauritanien.
Prenant la parole le président Saleh
Ould Hanane a expliqué les grandes
lignes de son parti ,un parti qui opte
pour la consolidation de l'unité nationale
longtemps muselée, une reforme de
l'enseignement mûrement réfléchie susceptible
de le sauver de la déliquescence
dans laquelle il se trouve. Redonner
à la Mauritanie sa place privilégiée de
terre d'intersection entre l'Afrique et le
Maghreb arabe. Enfin Saleh dit entièrement
souscrire au programme du
CMJD et exhorte l'ensemble de ses militants
à voter massivement pour le oui
au referendum du 25 juin prochain.
Dans la soirée Saleh a présidé une
réunion de cadres dans laquelle il a expliqué
d'avantage les idéaux du parti et a
éclairci sa position par rapport à certaines
questions d'intérêt national. De
l'avis de l'assistance, les préjugés qu'avaient
les gens sur Saleh d'être un soldat
converti en politique d'où une incompatibilité
se sont vite effrités pendant
ces rencontres.
CP HAROUNA CISSÉ
Partis
Hatem à Zouerate
Nouakchott connaît depuis
quelques temps un véritable
phénomène de divagation animale
qui expose les populations
à un véritable danger
public. Chèvres moutons et
chiens errants se déplacent à
longueur de journée sans être
inquiétés. La prolifération des
ordures, les habitudes bédouines
et l'indifférence collective
sont les facteurs qui favorisent
ce phénomène tout à fait aux
antipodes des règles de vie
moderne.
AVIS
Les agences ELMIRAJ et ESPACE VOYAGES informent le public que
les formalités pour la Oumra vers les lieux saints sont ouvertes depuis
le Lundi 29 Mai 2006.
A cet effet, il est demandé à la clientèle intéressée de nous contacter:
Par Téléphones au : 529 28 43 / 524 48 91
Par Fax : 529 28 44 / 524 48 89
Par E-mail : rim_ev@yahoo.mr / elmiraj@amadeus.mr
Ou sur place : Immeuble El Mamy, Côté BMD
Le dernier délai pour les formalités de la Oumra du Ramadan est
fixé au 31 juillet 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
REGION 5 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NI : Comment se porte l'APP
sur le plan local, pensez-vous pouvoir
conquérir enfin Tidjikja ; maintenant
que le jeu politique est devenu plus
ouvert ?
Mohamed Vall Ould Bouh : Merci
de m'avoir donné l'occasion d'entretenir
les lecteurs de votre journal
de la situation de notre parti
sur le plan local. Tout d'abord,
j'aimerai dire que l'APP se porte
très bien à Tidjikja et au niveau du
Tagant d'une façon générale.
Notre parti, malgré la campagne
de diabolisation dont il a toujours
été victime, demeure un parti
fort. Un parti de masse qui continue
chaque jour à élargir sa base
grâce aux nombreuses adhésions
qu'il enregistre
Et à votre question relative à
notre éventuelle conquête de
Tidjikja, je vous dirai que nous
sommes très motivés et le
moment venu, ce sont plutôt les
chiffres qui vont parler et ces
chiffres nous sommes certains,
ne démentiront pas notre profond
encrage au niveau local.
NI : Votre programme politique
prend-t-il suffisamment en compte
les préoccupations des populations
locales ?
MVB : Ici tout le monde sait sur
quel programme nous basons
notre action. Nous souhaitons
que les populations locales vivent
en parfaite harmonie et que toutes,
elles pussent profiter sans
discrimination aucune, des avantages
que devrait leurs procurer
leur appartenance à ce pays. En
d'autres termes, notre programme
se base essentiellement sur
la promotion sociale, la justice
pour tous et l'accès aux services
de base que sont l'habitat, la
santé et l'éducation.
NI : Quel bilan faites vous de la
récente visite effectuée par
Messoud Ould Boulkheîr au Tagant ?
MVB : Pour ce qui est de la
récente visite du président de
l'APP dans la région, elle a été un
véritable succès tant du côté de
l'affluence que du côté du démantèlement
d'une certaine opinion
défavorable à notre parti qui le
présentait comme un parti d'extrémistes
affiliés aux Batthistes
et aux Flamistes et aux chauvins
de tout bord. Heureusement, le
passage de Messoud Ould
Boulkheîr à Tidjikja a permis de
régler ce problème. Lui-même au
cours de la réunion des cadres,
n'a pas répondu à ce genre de
questions, ce sont ses collaborateurs
qui l'ont fait à sa place.
Mais ce qu'il faut retenir après
cette réunion c'est que , beaucoup
se sont rendus compte
qu'ils s'étaient lourdement trompés
au sujet de l'APP. Moi-même,
j'ai eu à maintes reprises des
entretiens avec des intellectuels
locaux qui m'ont certifié qu'ils ont
désormais une toute autre appréciation
de l'APP.
NI : Parlez-nous un peu du
RAVEL.L'opération a-t-elle été une
réussite au Tagant ?
MVB : Au début, elle ne l'avait
pas été parce que de nombreuses
populations ont été transférées
de Nouakchott pour venir
s'inscrire à Tidjikja et ceci sans
qu'elles n'en soient empêchées.
Pendant cette même première
phase, les partis politiques n'ont
pas été associés. C 'est tout dernièrement
que le Wali du Tagant
nous a convoqué en réunion dans
son bureau pour nous informer
du lancement de la deuxième
phase du recensement dite opération
bureaux fixes. Nous avons
répondu à son appel et avons discuté
avec lui de toutes les questions
qui nous ont été soumises.
Seulement, force est de reconnaître
que la question de la résidence
évoquée durant cette
réunion nous a beaucoup surprise.
Les critères retenus pour
prouver la résidence de tel ou tel
autre, ne devraient pas être laissés
à la seule appréciation des
recenseurs. Il aurait été de bon
ton d'associer les partis politiques
pour plus de transparence
et d'objectivité. Je ne vois pas à
quoi bon nous faire le listing des
critères de résidence, pour nous
dire qu'ils sont laissés à l'appréciation
exclusive des recenseurs.
NI : Parlez-nous un peu du cadre
de concertation regroupant la plupart
des formations politiques ayant
une assise locale au Tagant et dont
vous êtes membre.
MVB : Il s'agit d'une initiative
prise en commun accord avec
l'ensemble des partis politiques
représentés à Tidjikja .L'objectif
que nous visons est de créer un
cadre de concertation qui nous
permettra face à l'administration
et à la CENI de nous positionner
en interlocuteur commun. Ce qui
aurait l'avantage d'aider efficacement
à aplanir les difficultés et
de créer une convergence de
vues capable nécessaire pour
réussite de la transition en cours.
NI : Malgré les mesures d'allégement
annoncés par le CMJD, les
consommateurs de Tidjikja continuent
encore à se plaindre. Selon
vous qui est ce qui peut aider efficacement
à régler ce problème pour de
bon.
MVB : La baisse des prix des
denrées de base n'aura jamais
lieu dans notre pays aussi longtemps
que les hommes d'affaire
et les commerçants seront
craints par nos pouvoirs publics.
Ce ne sont pas les bonnes intentions
ni les bonnes idées qui manquent
dans ce pays, c'est leurs
application qui fait largement
défaut.
Il n'empêche que sur le plan
local nous sommes partis voir le
Hakem de Tidjikja, il y a de cela
deux mois, pour protester auprès
de lui de la montée vertigineuse
des prix au niveau du marché de
Tidjikdja. Depuis lors mes amis
des autres partis politiques peuvent
le témoigner, rien n'a changé.
Au contraire, les prix montent
le jour au jour au grand dam des
populations locales qui sont malgré
tout obligées de s'approvisionner.
PROPOS RECUEILLIS PAR
KHALIL SOW CP TAGANT
Mohamed Vall Ould Bouh
“Notre parti, malgré la campagne de diabolisation
dont il a toujours été victime, demeure un parti fort”
Cadre APP parmi les plus
influents au niveau du Tagant,
Mohamed Vall Ould Bouh est
surtout connu par sa fidélité et
sa constance. Ses convictions
politiques et sa loyauté à son
parti, font de lui aujourd'hui
l'un des interlocuteurs locaux
de l'APP les mieux indiqués.
Nouakchott-info l'a interpellé
sur certaines questions liées à
l'actualité locale, voici ce qu'il
nous en dit.
SPORTS 6 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
UFW0 R T MFR J I T ZQI KJ NQ_ I NY FS YFW
HTZWWNJ Q> R T MFR J I KJ NQ_E _FMTT /KW
Le Complexe du Stade
Olympique, tant convoité,
tombe dans l'escarcelle
de Ahmedou Ould Bock,
qui occupait le poste de directeur
de la Lecture Publique. Il doit probablement
cette nomination, à
son dynamisme ses derniers
mois dans les différentes activités
du ministère. Il aura la lourde
tâche de redorer le blason bien
terni du seul complexe sportif du
pays. Sidi Ould Elemine, inspecteur
de jeunesse a été nommé
comme adjoint au Complexe
Olympique. Le poste de Directeur
de la Lecture Publique revient à
Mme Zeinebou Mint Ely Salem,
très connue dans le milieu de la
presse pour être écrivain journaliste.
Titulaire d'un DEA en
Sciences Politiques, ancien professeur
d'Anglais, Zeinebou dite
El Ghalia Mint Ely Salem est également
Présidente de
l'Association des Journalistes
pour la Défense des Droits de
l'Enfance et de la Femme. Sa
nomination est considérée
comme une promotion méritée.
Elle aura comme adjoint, Sidi Ould
Mohamed, précédemment directeur
adjoint de la jeunesse.
Mohamed Ould Ghali, précédemment
Directeur du Complexe
Olympique irait comme complément
d'effectif au Ministère.
Les grandes
directions tombent
La direction de la jeunesse
revient à Adnan Ould Beyrouk,
précédemment directeur adjoint
de la Culture. Grand travailleur et
homme de conception, il aura la
lourde tâche de succéder à Bih
Ould Abdel Kader, qui avait le tact
pour attirer les bailleurs de fonds.
Ce dernier qui se trouve actuellement
en séminaire au Maroc
passe comme Conseiller à la
Culture à la place de Dahid.
Ahmed Ould Beibeni, le très actif
délégué Régional de la Wilaya de
Nouakchott passe au poste de
Directeur Adjoint de la Jeunesse.
Un secteur qu'il connaît pour y a
avoir travaillé de longues années.
D'ailleurs, certains considèrent
que ce dernier devait
passer Directeur
Central. Au niveau de
la Direction des
Etudes et de la
Pr og r ammat io n ,
c'est Mohamed
Lemine Ould Hamadi,
qui prend la place de
Sidi El Moctar Ould
Sidina, qui faisait du
sur place loin de son
secteur de prédilection,
la pêche. Il
aurait comme
adjoint, une nouvelle
figure bardé de diplômes.
La Direction de
l'IMRS a été confiée à
Bowba Ould
Mohamed, un professeur.
Le cabinet aussi!
Si pour les directions
citées, les noms
sont quelque peu
connu, il n'en est pas de même
pour la Direction de la Culture et
celle du Centre de Formations
des Cadres de la Jeunesse et des
Sports. Ces deux postes ont été
confiés à des nouveaux dans le
département. Le direction des
Bibliothèques et Musées a été
confiée à une femme, nouvelle
dans le département.
Le changement a touché aussi
au Cabinet. C'est ainsi que
Mohamed Ould Meidah, directeur
de la Culture, a été désigné
au poste de Chargé de mission
vacant depuis le départ de Fall
Youssef. Grand cadre, il sera d'un
grand apport dans ce nouveau
poste. Jiyid, passe comme
conseiller juridique à la place de
Ould Sefah et H'meida Ould
Agheb, conseiller Sports, à la
place de Sid'Ahmed Ould
Houssein, qui pourrait aller à
Nouadhibou, comme Délégué
Régional.
Les techniciens hors course
Bref, un vaste changement
comme celui, qui était annoncé
depuis plusieurs semaines.
Vraisemblablement, Mme
Mehla Mint Ahmed, a voulu s'entourer
d'une nouvelle équipe pour
la deuxième partie de la transition
afin de mettre en pratique ces différents
programmes, ceci toujours
selon les observateurs les
plus avertis. Mais après lecture
des noms annoncés, on
remarque néanmoins, que dans
ce puzzle, les techniciens ont été
oubliés. On peut remarquer dans
ces changement que les cadres
de sports n'ont véritablement
pas la côte et ceux de la jeunesse
ne sont pas non plus gâtés.
Certes, le travail de conception
est important, mais la technicité
l'est aussi. Madame Mahla Mint
Ahmed, est certainement consciente
de l'importance de cela.
Maintenant, il s'agit pour les nouveaux
nominés de ne pas se prélasser
dans leurs nouveaux fauteuils,
mais de contribuer à la
bonne marche du département.
C'est le nouveau de Madame la
ministre, mais aussi celui de tout
ceux qui s'intéressent au secteur.
Après tout, il n'y a pas de places
internelles, mais il faut bien mériter
sa " place ".
On peut dire que la nomination
de Beyni à la tête de la Direction
des Sports était une bonne
chose, malgré les critiques. Il
faudrait qu'on dise autant, après
quelques mois de celles, qui viennent
d'intervenir ?
Ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports :
Le grand chambardement
Finalement, le communiqué sanctionnant les travaux du Conseil
des Ministres est passé au journal télévisé en français. C'est un
ouf de soulagement, qui a été poussé par les " nominés " du
ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports et une résignation
pour les " débarqués " qui s'accrochaient à un mince espoir,
après les informations en Arabe( qui n'ont pas fait état de changement).
Mme Mehla Mint Ahmed, ministre de la Culture de la
Jeunesse et des Sports a finalement réussi à faire passer son mouvement.
Un changement vaste qui touche les principales directions
centrales.
Tournoi de Tennis de la Snim :
Oumar en route pour la Tunisie
Tournoi de Football Challenge BMCI :
Les récompenses
La céremonie de remise de récompenses du tournoi
de football Challenge BMCI est prévue jeudi soir au
Novotel T'Feila. A cette occasion, l'ensemble de la
famille sportive a été convié à cette grande, qui
marque la fin effective du tournoi cette année. L'équipe de
Zem Zem, vainqueur du tournoi, qui doit voyager le 06 juin
en Allemagne pour assister au match d'ouverture de la
Coupe du Monde à Munich, sera la coqueluche de la soirée.
Cette équipe qui pratique un football agréable a défié
tous les pronostics en remportant le titre cette année. Les
équipes qui ont terminé dans le dernier carré seront toutes
récompensées, ainsi que l'équipe fair-play, le meilleur
joueur, le meilleur encadreur, etc.
Stade Municipal de Nouadhibou :
La pelouse en question
La pelouse du stade municipal de Nouadhibou a
refait surface lors de la dernière visite du Chef de
l'Etat dans la capitale économique. Les autorités
locales avaient prévu de profiter de ce passage
pour inaugurer officiellement le terrain, dont il ne reste
plus que la pelouse. Mais en dernière minute de crainte de
soulever, justement le problème de la pelouse, il a été décidé
de l'enlever du programme officiel. Selon nos informations,
celui qui détenait le marché de la pelouse, a décidé
de le laisser, considérant que 250 millions d'ouguiyas, n'étaient
pas suffisants pour sa réalisation. Ce faux bond
confirme les appréhensions des nombreuses voix qui s'étaient
levées à l'attribution dudit marché. Il relance aussi,
les marchés gré à gré, qui bloquent aujourd'hui d'énormes
projets.
Le stade Municipal de Nouadhibou risque de ne pas avoir
de pelouse de sitôt, à moins d'une intervention de l'Etat
pour débloquer cette situation. En tous cas, tous les
regards sont tournés vers la Mairie et l'Amextipe, qui
gèrent cet épineux dossier.
Le tournoi de Pétanque doté
du trophée du Directeur
Général de Snim, organisé
la semaine dernière à
Nouadhibou, a été remporté finalement
par la triplette Yacoub,
Moulaye Zeine et Traoré. En finale
contre l'équipe de Radio FM
Nouadhibou, les Nouakchottois ont
réussi à s'imposer à l'issue d'une
rencontre indécise. Dans les deux
dernières mènes, les Stéphanois
encouragés par leurs nombreux
supporters auraient même pu
gagner, n'eut été le mauvais choix
du tireur Cheikh, qui a choisi le plus
difficile pour effacer deux boules. En
ratant ces deux tirs, il a donné la
victoire à l'équipe de Yacoub, qui n'a
jamais tremblé. Compétitive et
expérimentée, cette équipe a tout
au long du tournoi bien géré son
tournoi. Le calme olympien de
Yacoub, la force tranquille de
Traoré et l'engagement de Moulaye
Zeine, ont fait le reste.
Les deux premiers après avoir
remporté le tournoi de Saint-Louis,
il y a deux semaines, ajoutent un
autre titre à leur palmarès et confirment
de meilleurs joueurs mauritaniens
du moment. Moulaye Zeine,
qui remporte pour la 5ème fois, le
tournoi de la Snim, confirme tout le
bien que l'on pense de lui.
Seulement, il faudrait qu'il soit bien
encadré pour être efficace.
Dans les prochains jours, l'ensemble
de ces boulistes se rendront
à Saint-Louis pour un autre
tournoi, qui va encore renforcer
leurs capacités. Cheikh Ould
Mohamed Saleh, le 1er vice-président
de la Fédération pourrait bien
réediter son exploit en remportant
la consolante et en laissant le
concours aux jeunes limiers.
Tournoi de Jeux de Boules de Nouadhibou :
Yacoub, Moulaye Zeine
et Traoré, au dessus du lot
Après le tournoi de
Tennis de la Mattel, le
jeune Oumar
Youmbawa, vient de
remporter la semaine dernière à
Nouadhibou, l'Open de Tennis de
la Snim. Ce tournoi qui a duré
trois jours a regroupé des
joueurs de Zouerate, Nouakchott
et Nouadhibou, dans les différentes
catégories. Dans la catégorie
senior, Oumar a montré encore
une fois sa suprématie devant 16
autres candidats. Par la précision
de ses services et ses
volées, il a réussi à s'imposer
avec brio. Cette victoire, lui permet
d'envisager avec sérénité le
stage qu'il doit effectuer à partir
du 30 décembre 2006 en
Tunisie. Ce stage qui est pris en
charge par la Mattel, va lui permettre
de perfectionner son tennis
et d'entrer peut être dans le
circuit professionnel. C'est le
voeu du jeune prodige, qui a signé
un contrat de sponsoring avec la
Mattel, d'une année qui va lui
permettre de progresser.
A l'issue du tournoi de
Nouadhibou, il a tenu à remercier
cette société pour l'intérêt
qu'elle porte à la promotion du
tennis dans notre pays. Il a aussi
lancé un appel aux promoteurs
nationaux afin de soutenir ce
sport, qui peut apporter de grandes
satisfactions à notre pays.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
TRIBUNE 7 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NOUADHIBOU
El Vagha Ould Mohamed Cheïbani
Mohamed Said
TAGANT
Khalil Sow
TRARZA
Ousseinou M’bareck Diarra
BRAKNA
Abdoulaye Alassane
ADRAR
Ely Salem Khayar
TIRIS ZEMOUR
Harouna Cissé
Mise en Page
Aliyene Ahmed Salem
alias2001@maktoob.com
Boîte postale : 1905
Téléphone : 525.02.71 Fax : 525.54.84
Fils d’agence : AMI - AFP
Ilot “P” n° 007 - Tevragh-Zeina
Visa n° 015/MIPT/DAPLP du 15.05.1995
site web: www.mapeci.com
CONSEILLERS DE LA RÉDACTION
Mohamed Saïd Ould Hamody
Mohamdy Ould Babbah
-Mohamed Yehdih Ould Breidileil
-Mohamed Lemine Ould Kettab
RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT
Jedna Deida 6306337
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
Moussa Abdelkader Diop 6502496
moussadiop@mapeci.com
Modiop2001@ yahoo.fr
GRAND REPORTER
khalidou Diagana 6706095
DESK POLITIQUE ET NTIC :
Mohamed Ould Khattat 641 61 17
DESK SOCIETE: Mosy
DESK SPORTS :Mohamed Ould Feily dit Antar
6708951
COORDINATION DU RÉSEAU
DES CORRESPONDANTS : Khalil Sow
RÉDACTION :
Cheikhna Ould Nenni
Jedna Deida
Moussa Diop
Khalidou Diagana
Mohamed Ould Khattat
Mohamed Mahmoud Ould Aboulmaaly
Mohamed Ould Feïly, dit Antar
CORRECTEUR Bakary Gueye
Saisie Ly Alassane Mamadou
DISTRIBUTION: Mokhtar Beidi
Kane Demba 6414061
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
ET RÉDACTEUR EN CHEF
CHEIKHNA OULD NENNI
Tiré sur les Presses de l’Impremerie Nationale
Société éditrice de Nouakchott Info et
Akhbar Nouachott
Président du Conseil de direction : Cheikhna Ould Nenni
Vice-président Mohamed Mahmoud Ould Abou ElMaali
Directeur des Ressources : Lô Amadou Abdoul
Directeur Commercial : Moulaye Zein Ould Nenni
Coordination Cellule des Ntic : Mohamed Ould Khattat
Responsable Méssagerie : Moulaye Ould Zein
Secrétariat Central : Birane Amadou Kassé
MAPECI
Chers Messieurs,
Dans moins d'un mois, le 25
juin 2006, le référendum constitutionnel
ouvrira le ballet des cinq
scrutins programmés par le processus
électoral de notre transition
démocratique.
En raison du préjugé en faveur
des amendements proposés par
le CMJD pour la modification de
la constitution du 20 juillet 1991,
nos partis politiques ne semblent
pas disposés à entamer leurs
énergies dans une campagne
électorale référendaire ou ils
croiraient défoncer des portes
ouvertes. En fait, pour les leaders
de nos partis politiques, les
choses sérieuses ne commencent
qu'en automne avec le couple
municipales-législatives pour
culminer, en mars 2007, avec
les élections présidentielles.
Il est vrai que les enjeux partisans
sont plus limités s'agissant
du référendum mais la plus grande
participation possible à ce
scrutin serait un signe fort qui
consacrerait la volonté de rupture
de nos compatriotes avec les
vingt dernières années de pouvoir
personnel et exclusif au profit
d'une aire qui permet l'alternance.
Il serait par conséquent dommage
de rater cette occasion
qui, elle au moins, est déjà à
notre portée. En effet, pour tous
les autres scrutins, et dans l'état
éclaté qui caractérise notre
scène politique, permettez-moi
de vous dire les inquiétudes qui
habitent le citoyen que je suis,
soucieux du devenir de notre
transition démocratique. Je suis
inquiet quand je pense au nombre
de 35 partis que vous êtes et
à celui potentiel, de candidats
que vos formations pourraient aligner
aux futures échéances électorales
à côté d'autres, indépendants,
pour briguer le suffrage
de nos compatriotes. Mais avant
tout et plus encore que votre
nombre pléthorique je suis
inquiet de l'état dans lequel vous
êtes. Je suis inquiet de votre
manque de structuration, de
votre manque de réelle assise
populaire, de la réalité de vos
programmes, de votre manque
de moyens, de votre manque
d'expérience, en un mot je suis
extrêmement inquiet pour notre
pays du maque de perspectives
que votre image éclate y projette,
aujourd'hui. A un moment où de
nombreux appétits le lorgnent de
toutes parts.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Face à ce tableau peu reluisant,
le citoyen que je suis, qui
préfère malgré tout continuer à
entretenir une certaine dose
d'espoir, s'octroie la liberté d'interpeller
votre sens politique et
votre fibre patriotique pour vous
inviter à un examen autocritique
et exigeant de cette situation en
vue de trouver les meilleurs voies
et moyens d'aborder les échéances
électorales qui vous attendent
et sur lesquelles notre peuple
fonde d'immenses espoirs. Il
s'agit de résoudre l'équation suivante
: " comment, dans son état
actuel, la classe politique mauritanienne,
peut-elle, avec
quelques chances de succès,
envisager de s'organiser ou de se
réorganiser pour une sortie de
transition crédible, c'est-à-dire,
capable de prendre en charge,
dans de bonnes conditions, la
gestion du pays en dépit de l'urgence,
de la diversité et de la
complexité des problèmes qui se
posent à notre société ?
La réponse à cette question ne
sera pas aisée mais elle passe
inexorablement par la recomposition
de notre paysage politique
dans le cadre de blocs de partis
(idéalement deux à quatre coalitions)
dont les membres partagent
un certain nombre de
valeurs et d'affinité qui leur permettent
de s'orienter vers une
logique de programme politique
commun. Cette option, toute exigence,
demandera à tous et à
chacun, de faire preuve de patriotisme,
de réalisme, de perspicacité,
de tolérance et surtout
d'humilité pour réaliser le compromis
historique et incontournable
que requiert la situation. Il
s'agira, dans un élan patriotique,
de sacrifier, sur l'autel de l'intérêt
stratégique national, tous les
égocentrismes, les sectarismes
et autres démons tribalistes et
régionalistes.
Cette oeuvre salutaire de
recomposition du paysage politique
devrait commencer sans
tarder par un travail de contacts
tous azimuts en vue d'établir des
passerelles, des accords préliminaires,
avant les premières
échéances électorales. L'Etat,
quant à lui, devrait et dans les
formes les plus légales, favoriser
ces rassemblements dans l'intérêt
supérieur de la cohésion
nationale, par toutes sortes de
mesures incitatives possibles,
notamment au niveau du financement
des campagnes électorales.
Tout en laissant éventuellement,
à chacun, le loisir d'aller
tout seul aux élections de novembre
prochain pour déterminer sa
propre épaisseur électorale, les
partis qui auront décidé de constituer
une coalition devraient, dès
maintenant, mettre en chantier
une réflexion pour un futur programme
commun de gouvernement.
Ceci est d'autant pus envisageable,
dès maintenant, que
dans notre pays, ce ne sont pas
les écarts idéologiques ou les différences
de vision économique,
quand il y en a, qui ont présidé à
la multiplicité des partis.
L'esprit de solidarité et d'entraide
au sein des coalitions ainsi
constituées pourrait déjà commencer
à fonctionner à la faveur
des élections municipales et
législatives, par des appuis
mutuels et surtout, des reports
de voix au second tour des législatives.
Le programme commun de ces
coalitions devrait être affiné
après les doubles élections de
novembre en tenant compte
cette fois, du nombre réel de
députés et de conseillers municipaux
que chaque formation politique
aura obtenu et qu'elle va
mettre à contribution pour la
conquête des présidentielles. On
peut déjà, à ce stade et avant la
campagne électorale pour les
présidentielles, envisager le partage
du pouvoir, en fonction des
rapports de force ainsi déterminés.
C'est ainsi qu'on pourra
décider de faire campagne pour
le candidat présidentiel de la
coalition dont chaque parti membre
se verrait attribuer, virtuellement,
tel ou tel poste de responsabilité
de futur gouvernement.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Cette démarche peut paraître
simple voire simpliste aux yeux de
certains d'entre vous. Tant mieux
! Pour moi, si elle pouvait seulement
contribuer à vous inviter au
débat sur une question dont l'intérêt
et l'urgence sont incontestables,
elle aura atteint son
objectif. Encore une fois, mon
souci qui est sans doute partagé
par beaucoup de nos compatriotes,
est celui de voir notre pays
sortir, dans les meilleures conditions,
de cette période de transition,
avec un gouvernement crédible
et une majorité suffisamment
forte pour lui assurer la
stabilité dont il a cruellement
besoin pour faire face aux redoutables
tâches qui l'attendent. La
formation de coalitions est, à cet
égard, la condition sine qua non.
Wellahou weliyou ettewfigh.
NOUAKCHOTT, LE 10 MAI 2006
UN CITOYEN INQUIET
ABDELLAHI OULD
ABDERREZAGH
Lettre aux dirigeants
de nos partis politiques
Initiative des Cadres de Rosso
Communiqué
L'Initiative des Cadres de Rosso (ICR), invite
l'ensemble des populations de la ville et des
environs à venir nombreux pour l'accueil du
Chef de l'Etat à Rosso le samedi 03 juin
2006.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
BUREAU MAURITANIEN DE CONSEILS
EN MANAGEMENT DE LA QUALITE
* Certification ISO 9001 :2000
* Certification ISO 18001(OHSAS)
* Certification ISO 22000 (HACCP)
* Formation Normes ISO9001 & Auditeurs
* Chasseurs de têtes (recrutement, diagnostic RH)
Annonce 218 Immeuble BMCI BP: 3672, Nktt -Mauritanie
TEL 222 525 72 26 Mobile 6 30 39 13
cdm2_2000@yahoo.fr - Site Web: www.cdm2.mrJournal Indépendant d’Informations et d’Analyses - Deux éditions Arabe et Française
N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Directeur de Publication
CHE I KHNA OULD NENN I
Prix: 100UM Etranger: 1Euro - 1US$
Site web
www.mapeci.com
www.nouakchottinfo.com
E-mail: nouakchottinfo@yahoo.fr
12ÈME ANNÉE
N° N° 997
Directeur Commercial:
6279401/6544046
La descente de la police chez
la Bacim-Bank, amenée par un
huissier pour exécuter une
ordonnance de saisie sur les
biens de Moctar Ould Abdellah
ou de sa société Tradima-TP,
n'en finit pas de rebondir et
faire couler de l'encre.
Non seulement, la
montagne a accouché
d'une souris,
l'huissier et son
contingent de policiers
étant partis bredouilles,
mais la Bacim-Bank a porté plainte
contre l'huissier en question,
maître Sidina Ould Abakar,
auprès du ministre de la Justice
conformément à l'article 28 de la
loi 97.018 du 15 juillet 1997,
portant statut des huissiers de la
surveillance, de la discipline des
huissiers.
De même, M. Moctar Ould
Abdellah, directeur général de
Tradima-TP est sorti de sa réserve
pour préciser les choses, relatant
les tenants et les aboutissements
de cette affaire en exclusivité
à Nouakchott Info.
Flanqué de son avocat, Me
Yahya Ould Abdou, le DG de la
Tradima devait nous préciser d'abord
que sa société n'a été ni
vendue ni fermée et qu'elle poursuit
normalement ses activités,
reprenant du poil de la bête et
honorant ses engagements au
fur et à mesure que ses chantiers
avancent et que sa situation
se redresse. Il ajoutera : "Qu'en
est-il au juste de cette affaire ? En
décembre 2003, j'avais accepté
l'offre d'un ami, Mekki O Michri de
s'associer à moi à hauteur d'un
million d'UM.
Je l'avais nommé directeur
général et lui avais délégué tous
mes pouvoirs, y compris de
signature de chèques bancaires
du compte que nous avons ouvert
à la Bacim-Bank. J'étais malade
et me suis rendu au Sénégal me
soigner pendant six mois pour
revenir au pays et m'astreindre à
une convalescence de trois autres
mois. Mais lorsque je m'étais
intéressé à faire la situation de la
société, j'avais constaté un trou
de 37 millions UM et autant de
créances.
Obligé de rompre cette association,
j'avais consenti à faire
des sacrifices pour cet ami en
signant avec lui un protocole d'accord
notarié dans lequel je me
suis engagé à payer les créances
reconnues dans le procès-verbal
de cessation car la société était
dans des problèmes majeurs,
quasiment au bord de la faillite,
alors que d'importants marchés
étaient engagés. J'ai même du
débourser des montants cash à
cet ami afin de l'aider à s'en sortir
et en supporter davantage de
ses créanciers ne figurant pas
dans le protocole d'accord. Ainsi,
la Bacim-Bank a octroyé des cautions
à Tradima à hauteur de plus
de 100.000.000 UM et le compte
était bien entendu au rouge.
Or, les virements qui étaient
effectués au profit de Tradima,
lorsqu'ils ne sont pas bloqués à la
source, sont automatiquement
défalqués de ce solde débiteur,
les ordinateurs n'obéissant qu'aux
opérations enregistrées dans les
livres de la banque.
Affaires:
Tradima précise, Bacim-Bank accuse
Suite page 3
Des coupures intempestives
de l'électricité sont enregistrées
ces derniers jours. A la veille
de la période des grandes chaleurs,
et des délestages éventuels,
nous avons essayé de
voir de près ce que la Somelec
peut nous réserver pour l'avenir.
Enquête.
Contrairement à ce que d'aucuns
pensent à tort, la Somelec
est loin d'être cette société prospère
et très liquide que l'on
croit. A y voir de plus prés on se
rend vite à l'évidence. Cette
société se trouve toujours au
creux de la vague techniquement
et financièrement malgré les
efforts remarquables fournis
avec détermination par l'actuel
directeur général qui s'investit
avec passion pour remettre la
boîte sur les rails. Homme du
secteur et ingénieur de formation,
Ould Bahia n'était pas dupe
et ne se faisait pas trop d'illusions
sur l'état de santé de cette
société quand on lui en a confié la
Direction général en août 2005.
Il savait pertinemment qu'il allait
avoir du pain sur la planche. Mais
il ignorait certainement que sa
détermination et sa passion
allaient être mises à rude épreuve
et qu'au bout de 9 mois d'efforts
laborieux d'assainissement
et de moralisation il devra encore
attendre et persévérer pour voir
le bout du tunnel. En effet, les
résultats laissent à désirer en
dépit de certaines améliorations,
notamment au niveau du réseau
de distribution dont certains tronçons
défaillants auraient été
changés pour améliorer la qualité
et la continuité du service en
diminuant le nombre de coupures
d'électricité. Maigre consolation
pour des usagers qui aspirent
légitimement à des villes mieux
éclairées, des taux de desserte
plus élevés (on est aujourd'hui à
moins de 30 %) et une énergie
abondante et bon marché.
Energie
La Somelec au creux de la vague
Suite page 3
Economie
L'UE annonce une reprise
de la coopération
Les 25 pays de l'Union
Européenne, réunis à Bruxelles,
ont décidé à l'unanimité de la
reprise de la coopération avec
les nouvelles autorités militaires
de transition... Lire page 3
ACTUALITÉ 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
2
LA RONDE LA RONDE DU
Un enlèvement avorté
n jeune enfant de 6 ans momentanément
enlevé la semaine dernière par une
femme a été très vite retrouvé grâce aux
services efficaces d'un marabout. La
mère de l'enfant venait juste de débarquer à
Nouakchott en provenance de Moudjéria. Tout se
passa ainsi très vite. En effet, le lendemain de son
arrivée, un vendredi, l'enfant en compagnie des gosses
de la maison s'en alla à la mosquée voisine pour
la grande prière du jour, la mosquée étant située
non loin du commissariat d'El Mina I. En cours de
route, le gosse aurait été intercepté par une dame
masquée qu'il suivit sans résistance après qu'elle lui
ait offert des biscuits et autres friandises. Et ce fut
la disparition. Alertée, sa maman en compagnie de
tous ses proches se mirent aux trousses de la
femme et alertèrent le commissariat d'à côté.
Malgré leur intensité, les recherches n'aboutirent à
rien. Dans la soirée, la mère de l'enfant saisit son
marabout traitant qui la rassura en ces termes : "
Ton enfant, lui dit-il, est à l'instant même bien portant,
il ne manque de rien et il est gai. La femme qui
l'a enlevé est actuellement dans l'embarras car elle
ne sait pas quoi en faire, donc d'ici demain, décrétat-
il, elle te le rendra. " Et effectivement, tout se passa
comme prédit par le marabout. En effet, samedi
matin, une femme se présenta au commissariat de
Sebkha accompagnée d'un enfant. Interrogée par la
police, elle dit avoir retrouvé cet enfant dans le quartier
d'El Mina et qu'elle l'a emmené chez elle dans
l'attente que ses parents se manifestent. Elle fut
immédiatement arrêtée car ses déclarations ne
convainquirent pas grand monde. L'enfant quant à lui
retrouva sa maman qui avait eu des sueurs froides.
En effet, cette dame revenait de loin. Frappée de stérilité,
elle ne parvenait pas à avoir d'enfant après 13
ans de mariage. C'est alors qu'elle prit contact avec
un marabout - celui-là même qui venait de sauver son
unique rejeton - qui la soigna. Seulement, 6 ans
après ce premier enfant, le second tardait à venir
c'est pourquoi elle avait décidé de revoir son marabout
qui lui avait demandé qu'en venant il faut qu'elle
amène avec elle son premier enfant. C'est ce qui
explique la présence du gosse qu'elle a failli perdre
n'eut été l'intervention surnaturelle du saint homme.
Cette mésaventure repose le problème de la sécurité
des enfants dans une ville aux contours de plus
en plus tentaculaires et où la criminalité sous toutes
ses formes trouve un terreau favorable et monte en
flèche. C'est pourquoi la vigilance doit être de mise
en devenant le maître mot. En effet, de sources
concordantes des groupes organisés composés surtout
de femmes s'adonnent au vol d'enfants.
BAKARI GUÈYE
BACARIGUEYE@YAHOO.FR
Entreprise Mauritanienne de
Recyclage
12 ans d'expérience
" Recyclage cartouches tous types : Imprimantes
- Copieurs - Fax
HP - Canon - IBM - Lexmark - Xerox - Brother ….
" Vente Toner digital copieur, Toner NP, Racleurs
PC, Tambours PC
" Service Traitement de Textes - Formation
* des garanties souples et étendues
* la qualité et l'économie + notre savoir faire =
une opportunité pour votre
avenir
Rue 41.164 T.Zeina Zone art n° 3 face Imprimerie
Nouvelle Médina 3
Tél. : 641 17 07 - 650 48 36 - Tél/Fax : 525 03 65 -
BP : 1169 NKTT
E-mail : emarec1994@yahoo.fr
EMAREC
Réuni ce mercredi sous la présidence
du Président du
CMJD, Chef de l'Etat, le
Conseil des ministres a été
marqué par l'adoption de plusieurs projets
de décret.
Pour le premier texte, il s'agit d'un
projet de décret instituant un programme
intégré pour la gestion des dépenses
publiques. Ce nouveau texte vise à
maîtriser la grille informatique pour
l'exécution des dépenses publiques qui
était régie par la loi N°184/74 du 3
septembre 1974. Cette modernisation
vise à une meilleure intégration au nouveau
contexte économique que vit le
pays. Cette nouvelle donne connue
sous l'appellation du plan Rachad est
orienté vers une décentralisation des
dépenses et une modernisation de l'administration
financière.
Ce plan qui s'appuiera sur une informatisation
totale intégrera dans une
premier temps la gestion des salaires
des fonctionnaires et agents de l'Etat
et le financement extérieur. Ce plan
piloté par le ministère des Finances
sera expérimenté dès juin 2006 dans
trois ministères pilotes que
sont le ministère de
l'Enseignement fondamental
et secondaire, le ministère
de l'Enseignement supérieur
et de la Recherche
Scientifique et le ministère
des Finances. La généralisation
de ce programme sera
effective avec le début de
l'exécution du budget de l'année
2007. Le but de ce programme
qui entre dans le
cadre de la bonne gouvernance
c'est la maîtrise de la
gestion des ressources
publiques.
Le second projet de décret
qui s'inspire des orientations
du Comité ministériel
chargé de la bonne gouvernance
et qui respecte les
prescriptions du code du
commerce énumère la grille
des matières de base soumis
à certaines normes
d'importation. Le but de ce
décret c'est d'alléger certaines
charges imposées au
citoyen par le système libéral. Ce projet
impose aux commerçants y compris
les détaillants de faire un état régulier
de leurs stocks en produits de première
nécessité.
Un autre projet de décret a trait à la
mise en place d'une stratégie de protection
des ressources en eau. Cette
stratégie va être élaborée conformément
aux prescriptions du code de
l'eau et de la politique nationale en la
matière.
Dans le domaine de la prospection
minière, deux permis de recherche ont
été octroyés. Ainsi, le permis 309 a
été donné à M.T pour la recherche du
fer dans la zone de Teniyemout El
Beidra dans la wilaya du Tiris
Zemmour. Ce permis qui entre dans le
cadre de la politique de promotion de la
recherche minière couvre une superficie
de 1205 km2 pour une durée de 3
ans. La société s'engage à faire d'importants
investissements pour cette
prospection et à informer les autorités
des éventuelles découvertes de nappes
phréatiques (eau). Par ailleurs, toutes
les taxes requises par le code minier
seront versées au Trésor Public.
Quant au second permis de recherche
qui a été offert à la société El Awj
S.A, il concerne toujours le fer (groupe
1) mais cette fois-ci dans la zone de
Aweywa en Inchiri. La superficie
concernée est de 77 km2. Cette société
comme la précédente s'engage à
honorer les points susmentionnés.
Le Conseil a, par ailleurs, entendu
une communication sur la politique
nationale des hydrocarbures. Dans
cette communication, on traite le
cadre général et les spécificités de la
période actuelle. Le cadre juridique y
occupe également une place importante.
Il y a également le cadre institutionnel.
L'objectif principal de cette politique
c'est la gestion rationnelle des
ressources pétrolières et la mise en
place d'une infrastructure qui permettrait
d'atteindre les objectifs généraux
de développement durable avec des
impacts positifs sur les conditions de
vie des populations.
Cette politique est fondée sur l'appui
sectoriel, la révision du cadre juridique,
la protection de l'environnement et l'organisation
de campagnes géologiques
et géophysiques et une meilleure politique
de communication entre autres.
En réponse aux questions des journalistes,
le ministre a écarté d'un
revers de la main les allégations d'un
collègue qui soutenait que le changement
de date du meeting du Président
du CMJD à Nouakchott qui était prévu
le 10 juin est lié aux dernières arrestations
dans les milieux salafistes. Pour
le ministre, il faudrait chercher l'explication
du changement de date de ce
meeting ailleurs. En effet, rappellera-til,
c'est le 10 juin que sera lancée la
campagne électorale pour le référendum
du 25 juin prochain.
A une question sur les garanties
offertes pour la sécurité du plan
Rachad, M. le ministre assure que toutes
les mesures seront prises rappelant
que ce plan qui a été mis à exécution
après une étude approfondie va
dans un premier temps être testé
dans les 3 ministères susmentionnés
et on aura le temps de faire une évaluation
et de tirer les erreurs de parcours.
BAKARI GUÈYE
Conseil des ministres
Le plan "Rachad" activé
et politique des hydrocarbures
Que savait-on de la Mauritanie
depuis le départ de Ould
Taya ? Rien, ou si peu de
choses. Une fois le dictateur
parti, certains ténors du PRDS désarmés,
les malheurs de la médiocrité
écartés, ce pays qui habita ma conscience
durant quinze ans fut rayé de
ma carte mentale. Plus de dictateur,
plus de nouvelles.
Une transformation en profondeur
de ce pays était pourtant à l'oeuvre
durant toutes ces dernières années,
alchimie secrète et complexe où se
mélangèrent la prise de conscience de
certains responsables de l'urgence
d'un changement politique et éthique
dans ce pays et l'arrivée à l'âge adulte
d'une génération qui ne connut que la
dictature et rêvait de liberté et de révolution
sociale.
De cette alliance, à elle-même
inconnue, naquit ce mouvement
extraordinaire qui vit les rues de
Nouakchott submergées de drapeaux
mauritaniens et d'appels à une
Mauritanie démocratique et souveraine.
Fin d'été éphémère, illusoire unité,
personne ne saurait dire aujourd'hui
quel sera l'avenir de ce pays. Mais à
ceux qui n'y verraient qu'un opportunisme
politique doublé d'un aveuglement
partisan et indifférent à l'égard d'une
partie de la nation mauritanienne, en
l'occurrence, la communauté négroafricaine,
il suffirait d'adresser le texte
de " la déclaration de Dakar ", rédigé à
plusieurs mains, signé par plusieurs
personnes d'appartenance différente
et paru en août 2005 dernier.
Ce texte, pouvait-on deviner, s'adresse
à tous les mauritaniens, hommes
et femmes, jeunes et vieux, résidentiels
et émigrés pour engager avec
eux un dialogue et parvenir à lancer
une nouvelle dynamique pour jeter les
bases d'une autre Mauritanie.
De cet engagement au dialogue,
nous voudrions être partie prenante,
modestement mais résolument.
HASSENA OULD ELY
PROFESSEUR D'ECONOMIE
LE MANS- FRANCE
POINT DE VUE
Avis aux lecteurs
Le mardi 5 juin, vous aurez entre vos mains le
millième numéro de votre quotidien Nouakchott
Info. Importance de l'événement oblige, vous aurez
une édition spéciale célébrant les douze années
d'existence de votre journal. Pour ce faire, le supplément
mensuel du vendredi sera reporté.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
ACTUALITÉ NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006 3
Suite de la page 1
Mais comme les marchés en
cours engagés par Tradima-TP,
devaient permettre l'approvisionnement
de notre compte de plus
de 300.000.000 UM, l'autre
partie est allée chez un cadi à
Arafat qui leur a fait une saisie
sur un compte soi-disant au nom
de Moctar Ould Abdellah, alors
qu'il était ouvert au nom de
Tradima-TP."
A ce stade de la discussion, l'avocat
de Tradima, maître Yahya
Ould Abdou, interviendra pour
préciser à son tour : "J'ai contacté
le cadi pour lui rappeler que
cette affaire ne relève pas de son
ressort mais il ne tînt pas compte
de mon appréciation. J'ai alors
fait appel contre l'ordonnance de
rejet et demandé au président de
la chambre civile auprès de la
Cour d'Appel de Nouakchott, une
ordonnance de référé de suspension
d'exécution en attendant de
se statuer sur le fond du dossier
et l'affaire est encore à ce niveau
là. Je dois avouer que les procédures
faites par l'huissier sortent
de l'ordinaire".
La Bacim-Bank porte plainte
Quant à la plainte de la Bacim-
Bank, adressée le 31 mars
2006 au Ministre de la justice,
elle relate les faits en soulignant
que l'huissier ne s'est pas rendu
à la direction générale pour l'informer
de sa visite, se contenant
de semer la panique chez les
clients de la banque en ordonnant
aux policiers l'accompagnant "de
ligoter tout client qui se permettrait
de bouger, d'empêcher
toute personne d'entrer ou de
sortir de la banque !" et que cet
état de siège a duré au moins
deux heures et demi. Se question
" pourquoi tout cela ? ", la Bacim-
Bank a également rappelé que le
comportement de cet auxiliaire
de la justice lui a porté un préjudice
extrême, la descente de la
police se produisant au moment
où la banque était en discussion
avec des partenaires étrangers
qui n'ont certainement pas été
encouragés par cette scène à
venir investir en Mauritanie.
La direction générale de la
Bacim-Bank devait encaisser le
coup, estimant que le coup était
déjà parti et le mal fait, mais ne
peut s'empêcher de s'adresser
au Ministre pour que "des sanctions
exemplaires soient prises
contre l'auteur de ce qui n'est
pas seulement une faute professionnelle
mais une intention manifeste
de nuire."
Quoiqu'il en soit, le tohu-bohu
soulevé par l'huissier à l'intérieur
et à l'extérieur de la Bacim-Bank,
mardi 30 Mai 2006, n'est pas
prêt de lui rapporter gros !
Affaire à suivre ….
MK
Affaires:
Energie
La Somelec au creux de la vague
Il est vrai que depuis la fin de
l'année dernière, certains facteurs
exogènes défavorables se
sont aggravés au grand préjudice
de la Somelec. Il y a eu surtout la
flambée des prix des hydrocarbures
qui entrent à hauteur de 2/3
environ du prix de revient du
kWh. On imagine dès lors aisément
toute la portée de la
dépendance de la Somelec vis-àvis
des produits pétroliers.
" Chaque dollar qui s'ajoute au
prix du baril du pétrole, nous
explique le Conseiller en
Communication du DG de la
Somelec, se traduit pour nous
par une augmentation des charges
de l'ordre de plusieurs dizaines
de millions d'Ouguiyas ".
C'est dire combien la Somelec
a dû souffrir quand on sait que le
cours de l'or noir est passé du
simple au triple ces dernières
années, passant d'un peu plus de
20 dollars à plus de 65 dollars
aujourd'hui. Conséquence pour la
Somelec : une trésorerie négative
et un déficit structurel de plus de
2 milliards d'Ouguiyas.
Evidemment les arriérés hérités
des précédents exercices (7
milliards environ) ne sont pas de
nature à faciliter les choses.
D'autre part, la croissance
rapide enregistrée en matière de
demande d'énergie n'est pas
nécessairement un facteur négatif
mais c'en est un en l'occurrence
car la société n'y était pas préparée.
Les équipements sont
pour la plupart vétustes et mal
entretenus depuis de longues
années. La production est saturée
et même si elle ne l'était pas,
le réseau dont la capacité de
transit a été dépassée ne pourrait
pas évacuer l'énergie demandée.
C'est ce qui explique la fréquence
des interruptions du courant
qu'a connues la ville de
Nouakchott l'été dernier , phénomène
auquel il faudra s'attendre
encore cette année car l'effet des
améliorations apportés au réseau
sera annihilé par la croissance de
la demande qui atteint 10 % par
an.
C'est dans ces circonstances
pour le moins difficiles que , faisant
feu de tout bois, le staff de
Ould Bahiya a adressé à ce dernier
un mémorandum dans lequel
il l'assure de son soutien dans le
cadre du combat qu'il mène en
vue de relever les défis auxquels il
fait face.
Dans le même esprit, les deux
centrales syndicales présentes
au niveau de la Somelec (la CGTM
et l' UTM) ont rendu public une
déclaration dans laquelle elles ont
exprimé leur " adhésion à l'oeuvre
de redressement engagée par
l'actuelle Direction générale ".
Elles ont également invité " l'ensemble
du personnel à faire preuve
de plus de dévouement et de
persévérance dans le travail ".
Par la même occasion, les deux
sections syndicales en question
avaient requis "une attention particulière
de la part des autorités
publiques, notamment en ce qui
concerne la réalisation des
actions prévues au programme
2005/2007 élaboré par la
Direction générale de la
Somelec".
Espérons que leur appel sera
entendu!
JD
JEDNA@MAPECI.COM
Economie
L'UE annonce une reprise de la coopération bilatérale
La suspension de la coopération
entre l'UE et la Mauritanie,
décidée par l'ensemble européen
au lendemain du putsch militaire
contre l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
va donc reprendre de plus belle.
Même si des signes de cette
éventualité de la reprise avaient
déjà donnés, c'est aujourd'hui officiel
: la Mauritanie va bénéficier
des avantages du IX FED (fonds
européen pour le développement).
Ainsi en ont décidé les
ministres européens se fondant
sur les initiatives prises par le
gouvernement de transition pour
le renforcement des principes
démocratiques, de respect des
libertés fondamentales et de la
bonne gouvernance, annonce une
note d'information du conseil de
l'Europe.
Cependant, l'UE précise qu'un
nouveau document stratégique
de coopération avec la
Mauritanie est en stand by en
attendant le rétablissement de
l'ordre constitutionnel, par l'organisation
d'élections présidentielle
et parlementaires "libres et
transparentes".
Par ailleurs, l'UE a réitéré
qu'elle considérait le coup d'Etat
d'août 2005 comme une violation
des principes essentiels des
accords UE-ACP qui règlent les
relations entre les 25 pays de
l'Union et les pays Afrique-
Caraïbes et Pacifique.
Un rendez-vous a été pris en
Novembre par l'UE avec les autorités
de transition pour l'ouverture
d'un dialogue politique devant
conduire à l'analyse de la situation
en Mauritanie et des efforts
déployés par le gouvernement de
transition pour l'avènement d'un
Etat démocratique dans le pays.
La bouffée
d'oxygène se réalise
Depuis le début des changements
politiques intervenus en
Mauritanie, les nouvelles autorités
de transition (CMJD et
Gouvernement) étaient préoccupés
par la position de l'Union
Européenne quant au renversement
de l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
qui malgré les critiques sur le
système qu'il a mis en place, était
considéré comme un président
"démocratiquement élu". D'abord
par principe, la réaction de
l'Union Européenne ne s'est pas
faite attendre avec la condamnation
du putsch du 3 août 2005.
Mais tout comme l'UA, le 4 août
2005, qui a probablement joué
un rôle dans la décrispation de la
crise avec l'UE, cette dernière
s'est rendue à l'évidence que le
putsch militaire contre Taya était
perçu comme une délivrance par
nombre d'acteurs politiques, y
compris son propre parti (PRDS),
soucieux de dépasser les blocages
politiques dans le pays.
Plusieurs missions de l'UE dont la
dernière en date est celle d'une
délégation parlementaire conduite
Madame Luisa Fernanda Rudi
Ubeda (Photo). La décision officielle
de l'UE de reprendre sa coopération
avec notre pays retentit
comme une bouffée d'oxygène
pour les autorités gouvernementales.
L'UE, faut-il le rappeler, est le
premier bailleur de fonds multilatéral
de la Mauritanie avec pas
moins de 61% du volume total de
cette coopération. L'UE avait
cependant décidé, sous le régime
de Ould Taya, de réduire de 10
millions d'euros ce volume d'aide,
après la découverte du pétrole en
Mauritanie. Nonobstant cette
nouvelle donne, l'UE reste largement
tributaire, elle aussi, des
accords de pêche avec la
Mauritanie. Des accords de
pêche quinquennaux qui rapportaient
au pays 460 millions d'euros.
Ces accords que les européens
tentent de muer en accord
de partenariat connaissent
quelques difficultés de renégociations.
Les européens se montrant
plus avares au moment où
les plus hautes autorités du pays
parlent de l'urgence de l'assainissement
et de la bonne gouvernance
dans ce secteur renouvelable.
JD
NATION 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
4 NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
D'ailleurs cette divagation
animale peut être
à l'origine de beaucoup
de dangers. Elle
est souvent à l'origine des accidents
de routes, mais elle constitue
également le moyen le plus
indiqué pour la propagation de
redoutables maladies contagieuses.
On se rappelle qu'une flambée
de Fièvre hémorragique de
Crimée-Congo causée par la morsure
des tiques avait sévi en
Mauritanie en 2003. Le 21 mars
2003, le ministère de la Santé et
des affaires sociales de la
Mauritanie faisait état de 35 cas
de FHCC (18 cas confirmés en
laboratoire), dont six décès. En
date du 8 mars, 27 des 30 cas
déclarés à ce moment là provenaient
de la capitale, Nouakchott.
Si l'on sait que cette maladie se
transmet généralement par la
manipulation des animaux domestiques
infectés, comme du bétail,
des moutons ou des brebis; il est
facile de se rendre compte que
les populations de Nouakchott
vivent continuellement sous la
menace d'une récidive.
L'autre inconvénient lié à cette
divagation animale tient surtout
au fait que ces animaux contribuent
à salir la ville et leur omniprésence
donne à Nouakchott un
sacré coup de désordre indigne
d'une capitale qui reflète l'image
de toute une nation.
Il faut souligner toutefois que
cette divagation animale est surtout
encouragée par l'attitude
complice des mairies de
Nouakchott qui ne daignent faire
aucun effort pour mettre fin à ce
phénomène. Ceci d'autant plus
que, les tas d'ordures qu'on laisse
se former exercent un attrait
irrésistible sur ces animaux en
divagation. Bien que le phénomène
soit général à Nouakchott
force est de remarquer qu'il est
plus accentué au niveau de certaines
communes. Dar Naim ;
Ksar, El Mina, Arafat, Sebkha et
Teyarett détiennent les palmes
d'or en matière de divagation animale.
"Normal dira BG, c'est
parce qu'au niveau de ces quartiers
, les populations continuent
encore à perpétuer le mode de
vie campagnard. La sédentarisation
forcée qui s'est faite sans
aucune préparation, explique en
grande partie cette propension à
continuer à vivre avec les vieilles
habitudes. C'est la promixité
entre bétail et être humain dans
le monde rurale qui est reproduite".
Un argument tout à fait plausible
si l'on sait qu'à Nouakchott il
y a encore des familles qui ne
peuvent pas se passer de leur
Zrig à base Chinin (lait caillé obtenu
à partir du lait frais des chèvres).
Toujours est-il que, des mesures
draconiennes doivent être
prises pour mettre fin à cette
divagation animale qui expose les
populations de Nouakchott à de
nombreux dangers. il faut remettre
au goût du jour les fameuses
fourrières pour dissuader tous
les petits malins qui lâchent leurs
animaux errer en pleine ville,
comme si chez nous les règle
citadines ne valent pas grand
chose.
KHALIL SOW
KHALIL1965@YAHOO.FR
Animaux en divagation
Le règne des brebis…galeuses!
C'est dans le tout nouveau
centre culturel communal
d'Atar que le ministre
des Affaires
Economiques et du
Développement a ouvert le
30 mai à 17 heures les travaux
des ateliers interrégionaux
de concertation
sur le cadre stratégique de
lutte contre la pauvreté
pour sa phase II, destiné
aux régions Nord.
Les autorités administratives,
les services
techniques régionaux,
les élus locaux,
les OCB, ONG et OSP, les
syndicats, le secteur privé,
les projets et intervenants en
matière de développement,
la presse et les partenaires
techniques financiers, présents
dans les régions de
l'Inchiri, Adrar, Tiris
Zemmour et Dakhlet
Nouadhibou, sont tous représentés
dans cette importante
manifestation.
Aux côtés du ministre des
Affaires Economiques et du
Développement, le commissaire
adjoint aux droits de
l'homme à la lutte contre la
pauvreté et à l'insertion, le
conseiller du ministre de
l'Intérieur, des Postes et
Télécommunications, facilitateur
et animateur de ces ateliers
les wali des régions
Nord, ainsi qu'un staff de
cadres techniques dont le
Directeur du Trésor public.
Ouverts par un mot de
bienvenue prononcé par le
maire de la ville d'Atar, président
de l'Association des
maires du Nord, les travaux
ont commencé par une présentation
technique du cadre
stratégique de lutte contre la
pauvreté.
Profitant de la présence
du ministre et du commissaire
adjoint, les participants
n'ont pas attendu la constitution
des groupes de travail
pour s'enquérir sur les informations,
éclaircissements et
questions relatifs à un sujet
aussi important que la lutte
contre la pauvreté.
Les principales interventions
ont porté sur le rôle et
la mission du CDHLCPI, la
définition de la pauvreté, les
critères pris en compte pour
l'élaboration des statistiques,
la vision du gouvernement de
la transition du cadre stratégique
sur la pauvreté, la
réhabilitation de l'enseignement,
l'implication de la
société civile, le rôle des
sociétés industrielles et
minières dans les régions
dans lesquelles elles sont
implantées.
Le MAED et le commissaire
adjoint ont - tant bien que
mal- apporté beaucoup de
précisions nécessaires à la
compréhension de l'intérêt et
de l'objectif de ces ateliers
qui se dérouleront du 30 mai
au 1er juin à Atar.
Nous y reviendrons.
ELY SALEM KHAYAR
Adrar
Ateliers inter-régionaux
de concertation sur le CSLP-II Accompagnée d'une
forte délégation, monsieur
Saleh ould hanane
a présidé un important
meeting ce dimanche 28 mai
dans la ville de Zouerate. Sous
une pluie fine Abderrahmane Ould
Hamed coordinateur régional du
parti a pris la parole pour souhaiter
la bienvenue à son hôte et
à la délégation qui l'accompagne.
Ould Hamed stipule qu'il réside
depuis 40 ans à Zouerate et qu'il
ne s'est jamais impliqué dans la
politique mauritanienne qu'il juge
être une mascarade qui fait usage du
faux. Aujourd'hui il accède pour la première
fois à la tribune de Zouerate c'est
tout simplement parce que cette fois-ci
il y croit et place sa confiance en ce
parti et en ses leaders tant qu'ils sont
sur la bonne voie du changement porteur
de justice d'égalité et de paix au
peuple mauritanien.
Prenant la parole le président Saleh
Ould Hanane a expliqué les grandes
lignes de son parti ,un parti qui opte
pour la consolidation de l'unité nationale
longtemps muselée, une reforme de
l'enseignement mûrement réfléchie susceptible
de le sauver de la déliquescence
dans laquelle il se trouve. Redonner
à la Mauritanie sa place privilégiée de
terre d'intersection entre l'Afrique et le
Maghreb arabe. Enfin Saleh dit entièrement
souscrire au programme du
CMJD et exhorte l'ensemble de ses militants
à voter massivement pour le oui
au referendum du 25 juin prochain.
Dans la soirée Saleh a présidé une
réunion de cadres dans laquelle il a expliqué
d'avantage les idéaux du parti et a
éclairci sa position par rapport à certaines
questions d'intérêt national. De
l'avis de l'assistance, les préjugés qu'avaient
les gens sur Saleh d'être un soldat
converti en politique d'où une incompatibilité
se sont vite effrités pendant
ces rencontres.
CP HAROUNA CISSÉ
Partis
Hatem à Zouerate
Nouakchott connaît depuis
quelques temps un véritable
phénomène de divagation animale
qui expose les populations
à un véritable danger
public. Chèvres moutons et
chiens errants se déplacent à
longueur de journée sans être
inquiétés. La prolifération des
ordures, les habitudes bédouines
et l'indifférence collective
sont les facteurs qui favorisent
ce phénomène tout à fait aux
antipodes des règles de vie
moderne.
AVIS
Les agences ELMIRAJ et ESPACE VOYAGES informent le public que
les formalités pour la Oumra vers les lieux saints sont ouvertes depuis
le Lundi 29 Mai 2006.
A cet effet, il est demandé à la clientèle intéressée de nous contacter:
Par Téléphones au : 529 28 43 / 524 48 91
Par Fax : 529 28 44 / 524 48 89
Par E-mail : rim_ev@yahoo.mr / elmiraj@amadeus.mr
Ou sur place : Immeuble El Mamy, Côté BMD
Le dernier délai pour les formalités de la Oumra du Ramadan est
fixé au 31 juillet 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
REGION 5 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NI : Comment se porte l'APP
sur le plan local, pensez-vous pouvoir
conquérir enfin Tidjikja ; maintenant
que le jeu politique est devenu plus
ouvert ?
Mohamed Vall Ould Bouh : Merci
de m'avoir donné l'occasion d'entretenir
les lecteurs de votre journal
de la situation de notre parti
sur le plan local. Tout d'abord,
j'aimerai dire que l'APP se porte
très bien à Tidjikja et au niveau du
Tagant d'une façon générale.
Notre parti, malgré la campagne
de diabolisation dont il a toujours
été victime, demeure un parti
fort. Un parti de masse qui continue
chaque jour à élargir sa base
grâce aux nombreuses adhésions
qu'il enregistre
Et à votre question relative à
notre éventuelle conquête de
Tidjikja, je vous dirai que nous
sommes très motivés et le
moment venu, ce sont plutôt les
chiffres qui vont parler et ces
chiffres nous sommes certains,
ne démentiront pas notre profond
encrage au niveau local.
NI : Votre programme politique
prend-t-il suffisamment en compte
les préoccupations des populations
locales ?
MVB : Ici tout le monde sait sur
quel programme nous basons
notre action. Nous souhaitons
que les populations locales vivent
en parfaite harmonie et que toutes,
elles pussent profiter sans
discrimination aucune, des avantages
que devrait leurs procurer
leur appartenance à ce pays. En
d'autres termes, notre programme
se base essentiellement sur
la promotion sociale, la justice
pour tous et l'accès aux services
de base que sont l'habitat, la
santé et l'éducation.
NI : Quel bilan faites vous de la
récente visite effectuée par
Messoud Ould Boulkheîr au Tagant ?
MVB : Pour ce qui est de la
récente visite du président de
l'APP dans la région, elle a été un
véritable succès tant du côté de
l'affluence que du côté du démantèlement
d'une certaine opinion
défavorable à notre parti qui le
présentait comme un parti d'extrémistes
affiliés aux Batthistes
et aux Flamistes et aux chauvins
de tout bord. Heureusement, le
passage de Messoud Ould
Boulkheîr à Tidjikja a permis de
régler ce problème. Lui-même au
cours de la réunion des cadres,
n'a pas répondu à ce genre de
questions, ce sont ses collaborateurs
qui l'ont fait à sa place.
Mais ce qu'il faut retenir après
cette réunion c'est que , beaucoup
se sont rendus compte
qu'ils s'étaient lourdement trompés
au sujet de l'APP. Moi-même,
j'ai eu à maintes reprises des
entretiens avec des intellectuels
locaux qui m'ont certifié qu'ils ont
désormais une toute autre appréciation
de l'APP.
NI : Parlez-nous un peu du
RAVEL.L'opération a-t-elle été une
réussite au Tagant ?
MVB : Au début, elle ne l'avait
pas été parce que de nombreuses
populations ont été transférées
de Nouakchott pour venir
s'inscrire à Tidjikja et ceci sans
qu'elles n'en soient empêchées.
Pendant cette même première
phase, les partis politiques n'ont
pas été associés. C 'est tout dernièrement
que le Wali du Tagant
nous a convoqué en réunion dans
son bureau pour nous informer
du lancement de la deuxième
phase du recensement dite opération
bureaux fixes. Nous avons
répondu à son appel et avons discuté
avec lui de toutes les questions
qui nous ont été soumises.
Seulement, force est de reconnaître
que la question de la résidence
évoquée durant cette
réunion nous a beaucoup surprise.
Les critères retenus pour
prouver la résidence de tel ou tel
autre, ne devraient pas être laissés
à la seule appréciation des
recenseurs. Il aurait été de bon
ton d'associer les partis politiques
pour plus de transparence
et d'objectivité. Je ne vois pas à
quoi bon nous faire le listing des
critères de résidence, pour nous
dire qu'ils sont laissés à l'appréciation
exclusive des recenseurs.
NI : Parlez-nous un peu du cadre
de concertation regroupant la plupart
des formations politiques ayant
une assise locale au Tagant et dont
vous êtes membre.
MVB : Il s'agit d'une initiative
prise en commun accord avec
l'ensemble des partis politiques
représentés à Tidjikja .L'objectif
que nous visons est de créer un
cadre de concertation qui nous
permettra face à l'administration
et à la CENI de nous positionner
en interlocuteur commun. Ce qui
aurait l'avantage d'aider efficacement
à aplanir les difficultés et
de créer une convergence de
vues capable nécessaire pour
réussite de la transition en cours.
NI : Malgré les mesures d'allégement
annoncés par le CMJD, les
consommateurs de Tidjikja continuent
encore à se plaindre. Selon
vous qui est ce qui peut aider efficacement
à régler ce problème pour de
bon.
MVB : La baisse des prix des
denrées de base n'aura jamais
lieu dans notre pays aussi longtemps
que les hommes d'affaire
et les commerçants seront
craints par nos pouvoirs publics.
Ce ne sont pas les bonnes intentions
ni les bonnes idées qui manquent
dans ce pays, c'est leurs
application qui fait largement
défaut.
Il n'empêche que sur le plan
local nous sommes partis voir le
Hakem de Tidjikja, il y a de cela
deux mois, pour protester auprès
de lui de la montée vertigineuse
des prix au niveau du marché de
Tidjikdja. Depuis lors mes amis
des autres partis politiques peuvent
le témoigner, rien n'a changé.
Au contraire, les prix montent
le jour au jour au grand dam des
populations locales qui sont malgré
tout obligées de s'approvisionner.
PROPOS RECUEILLIS PAR
KHALIL SOW CP TAGANT
Mohamed Vall Ould Bouh
“Notre parti, malgré la campagne de diabolisation
dont il a toujours été victime, demeure un parti fort”
Cadre APP parmi les plus
influents au niveau du Tagant,
Mohamed Vall Ould Bouh est
surtout connu par sa fidélité et
sa constance. Ses convictions
politiques et sa loyauté à son
parti, font de lui aujourd'hui
l'un des interlocuteurs locaux
de l'APP les mieux indiqués.
Nouakchott-info l'a interpellé
sur certaines questions liées à
l'actualité locale, voici ce qu'il
nous en dit.
SPORTS 6 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
UFW0 R T MFR J I T ZQI KJ NQ_ I NY FS YFW
HTZWWNJ Q> R T MFR J I KJ NQ_E _FMTT /KW
Le Complexe du Stade
Olympique, tant convoité,
tombe dans l'escarcelle
de Ahmedou Ould Bock,
qui occupait le poste de directeur
de la Lecture Publique. Il doit probablement
cette nomination, à
son dynamisme ses derniers
mois dans les différentes activités
du ministère. Il aura la lourde
tâche de redorer le blason bien
terni du seul complexe sportif du
pays. Sidi Ould Elemine, inspecteur
de jeunesse a été nommé
comme adjoint au Complexe
Olympique. Le poste de Directeur
de la Lecture Publique revient à
Mme Zeinebou Mint Ely Salem,
très connue dans le milieu de la
presse pour être écrivain journaliste.
Titulaire d'un DEA en
Sciences Politiques, ancien professeur
d'Anglais, Zeinebou dite
El Ghalia Mint Ely Salem est également
Présidente de
l'Association des Journalistes
pour la Défense des Droits de
l'Enfance et de la Femme. Sa
nomination est considérée
comme une promotion méritée.
Elle aura comme adjoint, Sidi Ould
Mohamed, précédemment directeur
adjoint de la jeunesse.
Mohamed Ould Ghali, précédemment
Directeur du Complexe
Olympique irait comme complément
d'effectif au Ministère.
Les grandes
directions tombent
La direction de la jeunesse
revient à Adnan Ould Beyrouk,
précédemment directeur adjoint
de la Culture. Grand travailleur et
homme de conception, il aura la
lourde tâche de succéder à Bih
Ould Abdel Kader, qui avait le tact
pour attirer les bailleurs de fonds.
Ce dernier qui se trouve actuellement
en séminaire au Maroc
passe comme Conseiller à la
Culture à la place de Dahid.
Ahmed Ould Beibeni, le très actif
délégué Régional de la Wilaya de
Nouakchott passe au poste de
Directeur Adjoint de la Jeunesse.
Un secteur qu'il connaît pour y a
avoir travaillé de longues années.
D'ailleurs, certains considèrent
que ce dernier devait
passer Directeur
Central. Au niveau de
la Direction des
Etudes et de la
Pr og r ammat io n ,
c'est Mohamed
Lemine Ould Hamadi,
qui prend la place de
Sidi El Moctar Ould
Sidina, qui faisait du
sur place loin de son
secteur de prédilection,
la pêche. Il
aurait comme
adjoint, une nouvelle
figure bardé de diplômes.
La Direction de
l'IMRS a été confiée à
Bowba Ould
Mohamed, un professeur.
Le cabinet aussi!
Si pour les directions
citées, les noms
sont quelque peu
connu, il n'en est pas de même
pour la Direction de la Culture et
celle du Centre de Formations
des Cadres de la Jeunesse et des
Sports. Ces deux postes ont été
confiés à des nouveaux dans le
département. Le direction des
Bibliothèques et Musées a été
confiée à une femme, nouvelle
dans le département.
Le changement a touché aussi
au Cabinet. C'est ainsi que
Mohamed Ould Meidah, directeur
de la Culture, a été désigné
au poste de Chargé de mission
vacant depuis le départ de Fall
Youssef. Grand cadre, il sera d'un
grand apport dans ce nouveau
poste. Jiyid, passe comme
conseiller juridique à la place de
Ould Sefah et H'meida Ould
Agheb, conseiller Sports, à la
place de Sid'Ahmed Ould
Houssein, qui pourrait aller à
Nouadhibou, comme Délégué
Régional.
Les techniciens hors course
Bref, un vaste changement
comme celui, qui était annoncé
depuis plusieurs semaines.
Vraisemblablement, Mme
Mehla Mint Ahmed, a voulu s'entourer
d'une nouvelle équipe pour
la deuxième partie de la transition
afin de mettre en pratique ces différents
programmes, ceci toujours
selon les observateurs les
plus avertis. Mais après lecture
des noms annoncés, on
remarque néanmoins, que dans
ce puzzle, les techniciens ont été
oubliés. On peut remarquer dans
ces changement que les cadres
de sports n'ont véritablement
pas la côte et ceux de la jeunesse
ne sont pas non plus gâtés.
Certes, le travail de conception
est important, mais la technicité
l'est aussi. Madame Mahla Mint
Ahmed, est certainement consciente
de l'importance de cela.
Maintenant, il s'agit pour les nouveaux
nominés de ne pas se prélasser
dans leurs nouveaux fauteuils,
mais de contribuer à la
bonne marche du département.
C'est le nouveau de Madame la
ministre, mais aussi celui de tout
ceux qui s'intéressent au secteur.
Après tout, il n'y a pas de places
internelles, mais il faut bien mériter
sa " place ".
On peut dire que la nomination
de Beyni à la tête de la Direction
des Sports était une bonne
chose, malgré les critiques. Il
faudrait qu'on dise autant, après
quelques mois de celles, qui viennent
d'intervenir ?
Ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports :
Le grand chambardement
Finalement, le communiqué sanctionnant les travaux du Conseil
des Ministres est passé au journal télévisé en français. C'est un
ouf de soulagement, qui a été poussé par les " nominés " du
ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports et une résignation
pour les " débarqués " qui s'accrochaient à un mince espoir,
après les informations en Arabe( qui n'ont pas fait état de changement).
Mme Mehla Mint Ahmed, ministre de la Culture de la
Jeunesse et des Sports a finalement réussi à faire passer son mouvement.
Un changement vaste qui touche les principales directions
centrales.
Tournoi de Tennis de la Snim :
Oumar en route pour la Tunisie
Tournoi de Football Challenge BMCI :
Les récompenses
La céremonie de remise de récompenses du tournoi
de football Challenge BMCI est prévue jeudi soir au
Novotel T'Feila. A cette occasion, l'ensemble de la
famille sportive a été convié à cette grande, qui
marque la fin effective du tournoi cette année. L'équipe de
Zem Zem, vainqueur du tournoi, qui doit voyager le 06 juin
en Allemagne pour assister au match d'ouverture de la
Coupe du Monde à Munich, sera la coqueluche de la soirée.
Cette équipe qui pratique un football agréable a défié
tous les pronostics en remportant le titre cette année. Les
équipes qui ont terminé dans le dernier carré seront toutes
récompensées, ainsi que l'équipe fair-play, le meilleur
joueur, le meilleur encadreur, etc.
Stade Municipal de Nouadhibou :
La pelouse en question
La pelouse du stade municipal de Nouadhibou a
refait surface lors de la dernière visite du Chef de
l'Etat dans la capitale économique. Les autorités
locales avaient prévu de profiter de ce passage
pour inaugurer officiellement le terrain, dont il ne reste
plus que la pelouse. Mais en dernière minute de crainte de
soulever, justement le problème de la pelouse, il a été décidé
de l'enlever du programme officiel. Selon nos informations,
celui qui détenait le marché de la pelouse, a décidé
de le laisser, considérant que 250 millions d'ouguiyas, n'étaient
pas suffisants pour sa réalisation. Ce faux bond
confirme les appréhensions des nombreuses voix qui s'étaient
levées à l'attribution dudit marché. Il relance aussi,
les marchés gré à gré, qui bloquent aujourd'hui d'énormes
projets.
Le stade Municipal de Nouadhibou risque de ne pas avoir
de pelouse de sitôt, à moins d'une intervention de l'Etat
pour débloquer cette situation. En tous cas, tous les
regards sont tournés vers la Mairie et l'Amextipe, qui
gèrent cet épineux dossier.
Le tournoi de Pétanque doté
du trophée du Directeur
Général de Snim, organisé
la semaine dernière à
Nouadhibou, a été remporté finalement
par la triplette Yacoub,
Moulaye Zeine et Traoré. En finale
contre l'équipe de Radio FM
Nouadhibou, les Nouakchottois ont
réussi à s'imposer à l'issue d'une
rencontre indécise. Dans les deux
dernières mènes, les Stéphanois
encouragés par leurs nombreux
supporters auraient même pu
gagner, n'eut été le mauvais choix
du tireur Cheikh, qui a choisi le plus
difficile pour effacer deux boules. En
ratant ces deux tirs, il a donné la
victoire à l'équipe de Yacoub, qui n'a
jamais tremblé. Compétitive et
expérimentée, cette équipe a tout
au long du tournoi bien géré son
tournoi. Le calme olympien de
Yacoub, la force tranquille de
Traoré et l'engagement de Moulaye
Zeine, ont fait le reste.
Les deux premiers après avoir
remporté le tournoi de Saint-Louis,
il y a deux semaines, ajoutent un
autre titre à leur palmarès et confirment
de meilleurs joueurs mauritaniens
du moment. Moulaye Zeine,
qui remporte pour la 5ème fois, le
tournoi de la Snim, confirme tout le
bien que l'on pense de lui.
Seulement, il faudrait qu'il soit bien
encadré pour être efficace.
Dans les prochains jours, l'ensemble
de ces boulistes se rendront
à Saint-Louis pour un autre
tournoi, qui va encore renforcer
leurs capacités. Cheikh Ould
Mohamed Saleh, le 1er vice-président
de la Fédération pourrait bien
réediter son exploit en remportant
la consolante et en laissant le
concours aux jeunes limiers.
Tournoi de Jeux de Boules de Nouadhibou :
Yacoub, Moulaye Zeine
et Traoré, au dessus du lot
Après le tournoi de
Tennis de la Mattel, le
jeune Oumar
Youmbawa, vient de
remporter la semaine dernière à
Nouadhibou, l'Open de Tennis de
la Snim. Ce tournoi qui a duré
trois jours a regroupé des
joueurs de Zouerate, Nouakchott
et Nouadhibou, dans les différentes
catégories. Dans la catégorie
senior, Oumar a montré encore
une fois sa suprématie devant 16
autres candidats. Par la précision
de ses services et ses
volées, il a réussi à s'imposer
avec brio. Cette victoire, lui permet
d'envisager avec sérénité le
stage qu'il doit effectuer à partir
du 30 décembre 2006 en
Tunisie. Ce stage qui est pris en
charge par la Mattel, va lui permettre
de perfectionner son tennis
et d'entrer peut être dans le
circuit professionnel. C'est le
voeu du jeune prodige, qui a signé
un contrat de sponsoring avec la
Mattel, d'une année qui va lui
permettre de progresser.
A l'issue du tournoi de
Nouadhibou, il a tenu à remercier
cette société pour l'intérêt
qu'elle porte à la promotion du
tennis dans notre pays. Il a aussi
lancé un appel aux promoteurs
nationaux afin de soutenir ce
sport, qui peut apporter de grandes
satisfactions à notre pays.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
TRIBUNE 7 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NOUADHIBOU
El Vagha Ould Mohamed Cheïbani
Mohamed Said
TAGANT
Khalil Sow
TRARZA
Ousseinou M’bareck Diarra
BRAKNA
Abdoulaye Alassane
ADRAR
Ely Salem Khayar
TIRIS ZEMOUR
Harouna Cissé
Mise en Page
Aliyene Ahmed Salem
alias2001@maktoob.com
Boîte postale : 1905
Téléphone : 525.02.71 Fax : 525.54.84
Fils d’agence : AMI - AFP
Ilot “P” n° 007 - Tevragh-Zeina
Visa n° 015/MIPT/DAPLP du 15.05.1995
site web: www.mapeci.com
CONSEILLERS DE LA RÉDACTION
Mohamed Saïd Ould Hamody
Mohamdy Ould Babbah
-Mohamed Yehdih Ould Breidileil
-Mohamed Lemine Ould Kettab
RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT
Jedna Deida 6306337
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
Moussa Abdelkader Diop 6502496
moussadiop@mapeci.com
Modiop2001@ yahoo.fr
GRAND REPORTER
khalidou Diagana 6706095
DESK POLITIQUE ET NTIC :
Mohamed Ould Khattat 641 61 17
DESK SOCIETE: Mosy
DESK SPORTS :Mohamed Ould Feily dit Antar
6708951
COORDINATION DU RÉSEAU
DES CORRESPONDANTS : Khalil Sow
RÉDACTION :
Cheikhna Ould Nenni
Jedna Deida
Moussa Diop
Khalidou Diagana
Mohamed Ould Khattat
Mohamed Mahmoud Ould Aboulmaaly
Mohamed Ould Feïly, dit Antar
CORRECTEUR Bakary Gueye
Saisie Ly Alassane Mamadou
DISTRIBUTION: Mokhtar Beidi
Kane Demba 6414061
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
ET RÉDACTEUR EN CHEF
CHEIKHNA OULD NENNI
Tiré sur les Presses de l’Impremerie Nationale
Société éditrice de Nouakchott Info et
Akhbar Nouachott
Président du Conseil de direction : Cheikhna Ould Nenni
Vice-président Mohamed Mahmoud Ould Abou ElMaali
Directeur des Ressources : Lô Amadou Abdoul
Directeur Commercial : Moulaye Zein Ould Nenni
Coordination Cellule des Ntic : Mohamed Ould Khattat
Responsable Méssagerie : Moulaye Ould Zein
Secrétariat Central : Birane Amadou Kassé
MAPECI
Chers Messieurs,
Dans moins d'un mois, le 25
juin 2006, le référendum constitutionnel
ouvrira le ballet des cinq
scrutins programmés par le processus
électoral de notre transition
démocratique.
En raison du préjugé en faveur
des amendements proposés par
le CMJD pour la modification de
la constitution du 20 juillet 1991,
nos partis politiques ne semblent
pas disposés à entamer leurs
énergies dans une campagne
électorale référendaire ou ils
croiraient défoncer des portes
ouvertes. En fait, pour les leaders
de nos partis politiques, les
choses sérieuses ne commencent
qu'en automne avec le couple
municipales-législatives pour
culminer, en mars 2007, avec
les élections présidentielles.
Il est vrai que les enjeux partisans
sont plus limités s'agissant
du référendum mais la plus grande
participation possible à ce
scrutin serait un signe fort qui
consacrerait la volonté de rupture
de nos compatriotes avec les
vingt dernières années de pouvoir
personnel et exclusif au profit
d'une aire qui permet l'alternance.
Il serait par conséquent dommage
de rater cette occasion
qui, elle au moins, est déjà à
notre portée. En effet, pour tous
les autres scrutins, et dans l'état
éclaté qui caractérise notre
scène politique, permettez-moi
de vous dire les inquiétudes qui
habitent le citoyen que je suis,
soucieux du devenir de notre
transition démocratique. Je suis
inquiet quand je pense au nombre
de 35 partis que vous êtes et
à celui potentiel, de candidats
que vos formations pourraient aligner
aux futures échéances électorales
à côté d'autres, indépendants,
pour briguer le suffrage
de nos compatriotes. Mais avant
tout et plus encore que votre
nombre pléthorique je suis
inquiet de l'état dans lequel vous
êtes. Je suis inquiet de votre
manque de structuration, de
votre manque de réelle assise
populaire, de la réalité de vos
programmes, de votre manque
de moyens, de votre manque
d'expérience, en un mot je suis
extrêmement inquiet pour notre
pays du maque de perspectives
que votre image éclate y projette,
aujourd'hui. A un moment où de
nombreux appétits le lorgnent de
toutes parts.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Face à ce tableau peu reluisant,
le citoyen que je suis, qui
préfère malgré tout continuer à
entretenir une certaine dose
d'espoir, s'octroie la liberté d'interpeller
votre sens politique et
votre fibre patriotique pour vous
inviter à un examen autocritique
et exigeant de cette situation en
vue de trouver les meilleurs voies
et moyens d'aborder les échéances
électorales qui vous attendent
et sur lesquelles notre peuple
fonde d'immenses espoirs. Il
s'agit de résoudre l'équation suivante
: " comment, dans son état
actuel, la classe politique mauritanienne,
peut-elle, avec
quelques chances de succès,
envisager de s'organiser ou de se
réorganiser pour une sortie de
transition crédible, c'est-à-dire,
capable de prendre en charge,
dans de bonnes conditions, la
gestion du pays en dépit de l'urgence,
de la diversité et de la
complexité des problèmes qui se
posent à notre société ?
La réponse à cette question ne
sera pas aisée mais elle passe
inexorablement par la recomposition
de notre paysage politique
dans le cadre de blocs de partis
(idéalement deux à quatre coalitions)
dont les membres partagent
un certain nombre de
valeurs et d'affinité qui leur permettent
de s'orienter vers une
logique de programme politique
commun. Cette option, toute exigence,
demandera à tous et à
chacun, de faire preuve de patriotisme,
de réalisme, de perspicacité,
de tolérance et surtout
d'humilité pour réaliser le compromis
historique et incontournable
que requiert la situation. Il
s'agira, dans un élan patriotique,
de sacrifier, sur l'autel de l'intérêt
stratégique national, tous les
égocentrismes, les sectarismes
et autres démons tribalistes et
régionalistes.
Cette oeuvre salutaire de
recomposition du paysage politique
devrait commencer sans
tarder par un travail de contacts
tous azimuts en vue d'établir des
passerelles, des accords préliminaires,
avant les premières
échéances électorales. L'Etat,
quant à lui, devrait et dans les
formes les plus légales, favoriser
ces rassemblements dans l'intérêt
supérieur de la cohésion
nationale, par toutes sortes de
mesures incitatives possibles,
notamment au niveau du financement
des campagnes électorales.
Tout en laissant éventuellement,
à chacun, le loisir d'aller
tout seul aux élections de novembre
prochain pour déterminer sa
propre épaisseur électorale, les
partis qui auront décidé de constituer
une coalition devraient, dès
maintenant, mettre en chantier
une réflexion pour un futur programme
commun de gouvernement.
Ceci est d'autant pus envisageable,
dès maintenant, que
dans notre pays, ce ne sont pas
les écarts idéologiques ou les différences
de vision économique,
quand il y en a, qui ont présidé à
la multiplicité des partis.
L'esprit de solidarité et d'entraide
au sein des coalitions ainsi
constituées pourrait déjà commencer
à fonctionner à la faveur
des élections municipales et
législatives, par des appuis
mutuels et surtout, des reports
de voix au second tour des législatives.
Le programme commun de ces
coalitions devrait être affiné
après les doubles élections de
novembre en tenant compte
cette fois, du nombre réel de
députés et de conseillers municipaux
que chaque formation politique
aura obtenu et qu'elle va
mettre à contribution pour la
conquête des présidentielles. On
peut déjà, à ce stade et avant la
campagne électorale pour les
présidentielles, envisager le partage
du pouvoir, en fonction des
rapports de force ainsi déterminés.
C'est ainsi qu'on pourra
décider de faire campagne pour
le candidat présidentiel de la
coalition dont chaque parti membre
se verrait attribuer, virtuellement,
tel ou tel poste de responsabilité
de futur gouvernement.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Cette démarche peut paraître
simple voire simpliste aux yeux de
certains d'entre vous. Tant mieux
! Pour moi, si elle pouvait seulement
contribuer à vous inviter au
débat sur une question dont l'intérêt
et l'urgence sont incontestables,
elle aura atteint son
objectif. Encore une fois, mon
souci qui est sans doute partagé
par beaucoup de nos compatriotes,
est celui de voir notre pays
sortir, dans les meilleures conditions,
de cette période de transition,
avec un gouvernement crédible
et une majorité suffisamment
forte pour lui assurer la
stabilité dont il a cruellement
besoin pour faire face aux redoutables
tâches qui l'attendent. La
formation de coalitions est, à cet
égard, la condition sine qua non.
Wellahou weliyou ettewfigh.
NOUAKCHOTT, LE 10 MAI 2006
UN CITOYEN INQUIET
ABDELLAHI OULD
ABDERREZAGH
Lettre aux dirigeants
de nos partis politiques
Initiative des Cadres de Rosso
Communiqué
L'Initiative des Cadres de Rosso (ICR), invite
l'ensemble des populations de la ville et des
environs à venir nombreux pour l'accueil du
Chef de l'Etat à Rosso le samedi 03 juin
2006.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
BUREAU MAURITANIEN DE CONSEILS
EN MANAGEMENT DE LA QUALITE
* Certification ISO 9001 :2000
* Certification ISO 18001(OHSAS)
* Certification ISO 22000 (HACCP)
* Formation Normes ISO9001 & Auditeurs
* Chasseurs de têtes (recrutement, diagnostic RH)
Annonce 218 Immeuble BMCI BP: 3672, Nktt -Mauritanie
TEL 222 525 72 26 Mobile 6 30 39 13
cdm2_2000@yahoo.fr - Site Web: www.cdm2.mrJournal Indépendant d’Informations et d’Analyses - Deux éditions Arabe et Française
N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Directeur de Publication
CHE I KHNA OULD NENN I
Prix: 100UM Etranger: 1Euro - 1US$
Site web
www.mapeci.com
www.nouakchottinfo.com
E-mail: nouakchottinfo@yahoo.fr
12ÈME ANNÉE
N° N° 997
Directeur Commercial:
6279401/6544046
La descente de la police chez
la Bacim-Bank, amenée par un
huissier pour exécuter une
ordonnance de saisie sur les
biens de Moctar Ould Abdellah
ou de sa société Tradima-TP,
n'en finit pas de rebondir et
faire couler de l'encre.
Non seulement, la
montagne a accouché
d'une souris,
l'huissier et son
contingent de policiers
étant partis bredouilles,
mais la Bacim-Bank a porté plainte
contre l'huissier en question,
maître Sidina Ould Abakar,
auprès du ministre de la Justice
conformément à l'article 28 de la
loi 97.018 du 15 juillet 1997,
portant statut des huissiers de la
surveillance, de la discipline des
huissiers.
De même, M. Moctar Ould
Abdellah, directeur général de
Tradima-TP est sorti de sa réserve
pour préciser les choses, relatant
les tenants et les aboutissements
de cette affaire en exclusivité
à Nouakchott Info.
Flanqué de son avocat, Me
Yahya Ould Abdou, le DG de la
Tradima devait nous préciser d'abord
que sa société n'a été ni
vendue ni fermée et qu'elle poursuit
normalement ses activités,
reprenant du poil de la bête et
honorant ses engagements au
fur et à mesure que ses chantiers
avancent et que sa situation
se redresse. Il ajoutera : "Qu'en
est-il au juste de cette affaire ? En
décembre 2003, j'avais accepté
l'offre d'un ami, Mekki O Michri de
s'associer à moi à hauteur d'un
million d'UM.
Je l'avais nommé directeur
général et lui avais délégué tous
mes pouvoirs, y compris de
signature de chèques bancaires
du compte que nous avons ouvert
à la Bacim-Bank. J'étais malade
et me suis rendu au Sénégal me
soigner pendant six mois pour
revenir au pays et m'astreindre à
une convalescence de trois autres
mois. Mais lorsque je m'étais
intéressé à faire la situation de la
société, j'avais constaté un trou
de 37 millions UM et autant de
créances.
Obligé de rompre cette association,
j'avais consenti à faire
des sacrifices pour cet ami en
signant avec lui un protocole d'accord
notarié dans lequel je me
suis engagé à payer les créances
reconnues dans le procès-verbal
de cessation car la société était
dans des problèmes majeurs,
quasiment au bord de la faillite,
alors que d'importants marchés
étaient engagés. J'ai même du
débourser des montants cash à
cet ami afin de l'aider à s'en sortir
et en supporter davantage de
ses créanciers ne figurant pas
dans le protocole d'accord. Ainsi,
la Bacim-Bank a octroyé des cautions
à Tradima à hauteur de plus
de 100.000.000 UM et le compte
était bien entendu au rouge.
Or, les virements qui étaient
effectués au profit de Tradima,
lorsqu'ils ne sont pas bloqués à la
source, sont automatiquement
défalqués de ce solde débiteur,
les ordinateurs n'obéissant qu'aux
opérations enregistrées dans les
livres de la banque.
Affaires:
Tradima précise, Bacim-Bank accuse
Suite page 3
Des coupures intempestives
de l'électricité sont enregistrées
ces derniers jours. A la veille
de la période des grandes chaleurs,
et des délestages éventuels,
nous avons essayé de
voir de près ce que la Somelec
peut nous réserver pour l'avenir.
Enquête.
Contrairement à ce que d'aucuns
pensent à tort, la Somelec
est loin d'être cette société prospère
et très liquide que l'on
croit. A y voir de plus prés on se
rend vite à l'évidence. Cette
société se trouve toujours au
creux de la vague techniquement
et financièrement malgré les
efforts remarquables fournis
avec détermination par l'actuel
directeur général qui s'investit
avec passion pour remettre la
boîte sur les rails. Homme du
secteur et ingénieur de formation,
Ould Bahia n'était pas dupe
et ne se faisait pas trop d'illusions
sur l'état de santé de cette
société quand on lui en a confié la
Direction général en août 2005.
Il savait pertinemment qu'il allait
avoir du pain sur la planche. Mais
il ignorait certainement que sa
détermination et sa passion
allaient être mises à rude épreuve
et qu'au bout de 9 mois d'efforts
laborieux d'assainissement
et de moralisation il devra encore
attendre et persévérer pour voir
le bout du tunnel. En effet, les
résultats laissent à désirer en
dépit de certaines améliorations,
notamment au niveau du réseau
de distribution dont certains tronçons
défaillants auraient été
changés pour améliorer la qualité
et la continuité du service en
diminuant le nombre de coupures
d'électricité. Maigre consolation
pour des usagers qui aspirent
légitimement à des villes mieux
éclairées, des taux de desserte
plus élevés (on est aujourd'hui à
moins de 30 %) et une énergie
abondante et bon marché.
Energie
La Somelec au creux de la vague
Suite page 3
Economie
L'UE annonce une reprise
de la coopération
Les 25 pays de l'Union
Européenne, réunis à Bruxelles,
ont décidé à l'unanimité de la
reprise de la coopération avec
les nouvelles autorités militaires
de transition... Lire page 3
ACTUALITÉ 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
2
LA RONDE LA RONDE DU
Un enlèvement avorté
n jeune enfant de 6 ans momentanément
enlevé la semaine dernière par une
femme a été très vite retrouvé grâce aux
services efficaces d'un marabout. La
mère de l'enfant venait juste de débarquer à
Nouakchott en provenance de Moudjéria. Tout se
passa ainsi très vite. En effet, le lendemain de son
arrivée, un vendredi, l'enfant en compagnie des gosses
de la maison s'en alla à la mosquée voisine pour
la grande prière du jour, la mosquée étant située
non loin du commissariat d'El Mina I. En cours de
route, le gosse aurait été intercepté par une dame
masquée qu'il suivit sans résistance après qu'elle lui
ait offert des biscuits et autres friandises. Et ce fut
la disparition. Alertée, sa maman en compagnie de
tous ses proches se mirent aux trousses de la
femme et alertèrent le commissariat d'à côté.
Malgré leur intensité, les recherches n'aboutirent à
rien. Dans la soirée, la mère de l'enfant saisit son
marabout traitant qui la rassura en ces termes : "
Ton enfant, lui dit-il, est à l'instant même bien portant,
il ne manque de rien et il est gai. La femme qui
l'a enlevé est actuellement dans l'embarras car elle
ne sait pas quoi en faire, donc d'ici demain, décrétat-
il, elle te le rendra. " Et effectivement, tout se passa
comme prédit par le marabout. En effet, samedi
matin, une femme se présenta au commissariat de
Sebkha accompagnée d'un enfant. Interrogée par la
police, elle dit avoir retrouvé cet enfant dans le quartier
d'El Mina et qu'elle l'a emmené chez elle dans
l'attente que ses parents se manifestent. Elle fut
immédiatement arrêtée car ses déclarations ne
convainquirent pas grand monde. L'enfant quant à lui
retrouva sa maman qui avait eu des sueurs froides.
En effet, cette dame revenait de loin. Frappée de stérilité,
elle ne parvenait pas à avoir d'enfant après 13
ans de mariage. C'est alors qu'elle prit contact avec
un marabout - celui-là même qui venait de sauver son
unique rejeton - qui la soigna. Seulement, 6 ans
après ce premier enfant, le second tardait à venir
c'est pourquoi elle avait décidé de revoir son marabout
qui lui avait demandé qu'en venant il faut qu'elle
amène avec elle son premier enfant. C'est ce qui
explique la présence du gosse qu'elle a failli perdre
n'eut été l'intervention surnaturelle du saint homme.
Cette mésaventure repose le problème de la sécurité
des enfants dans une ville aux contours de plus
en plus tentaculaires et où la criminalité sous toutes
ses formes trouve un terreau favorable et monte en
flèche. C'est pourquoi la vigilance doit être de mise
en devenant le maître mot. En effet, de sources
concordantes des groupes organisés composés surtout
de femmes s'adonnent au vol d'enfants.
BAKARI GUÈYE
BACARIGUEYE@YAHOO.FR
Entreprise Mauritanienne de
Recyclage
12 ans d'expérience
" Recyclage cartouches tous types : Imprimantes
- Copieurs - Fax
HP - Canon - IBM - Lexmark - Xerox - Brother ….
" Vente Toner digital copieur, Toner NP, Racleurs
PC, Tambours PC
" Service Traitement de Textes - Formation
* des garanties souples et étendues
* la qualité et l'économie + notre savoir faire =
une opportunité pour votre
avenir
Rue 41.164 T.Zeina Zone art n° 3 face Imprimerie
Nouvelle Médina 3
Tél. : 641 17 07 - 650 48 36 - Tél/Fax : 525 03 65 -
BP : 1169 NKTT
E-mail : emarec1994@yahoo.fr
EMAREC
Réuni ce mercredi sous la présidence
du Président du
CMJD, Chef de l'Etat, le
Conseil des ministres a été
marqué par l'adoption de plusieurs projets
de décret.
Pour le premier texte, il s'agit d'un
projet de décret instituant un programme
intégré pour la gestion des dépenses
publiques. Ce nouveau texte vise à
maîtriser la grille informatique pour
l'exécution des dépenses publiques qui
était régie par la loi N°184/74 du 3
septembre 1974. Cette modernisation
vise à une meilleure intégration au nouveau
contexte économique que vit le
pays. Cette nouvelle donne connue
sous l'appellation du plan Rachad est
orienté vers une décentralisation des
dépenses et une modernisation de l'administration
financière.
Ce plan qui s'appuiera sur une informatisation
totale intégrera dans une
premier temps la gestion des salaires
des fonctionnaires et agents de l'Etat
et le financement extérieur. Ce plan
piloté par le ministère des Finances
sera expérimenté dès juin 2006 dans
trois ministères pilotes que
sont le ministère de
l'Enseignement fondamental
et secondaire, le ministère
de l'Enseignement supérieur
et de la Recherche
Scientifique et le ministère
des Finances. La généralisation
de ce programme sera
effective avec le début de
l'exécution du budget de l'année
2007. Le but de ce programme
qui entre dans le
cadre de la bonne gouvernance
c'est la maîtrise de la
gestion des ressources
publiques.
Le second projet de décret
qui s'inspire des orientations
du Comité ministériel
chargé de la bonne gouvernance
et qui respecte les
prescriptions du code du
commerce énumère la grille
des matières de base soumis
à certaines normes
d'importation. Le but de ce
décret c'est d'alléger certaines
charges imposées au
citoyen par le système libéral. Ce projet
impose aux commerçants y compris
les détaillants de faire un état régulier
de leurs stocks en produits de première
nécessité.
Un autre projet de décret a trait à la
mise en place d'une stratégie de protection
des ressources en eau. Cette
stratégie va être élaborée conformément
aux prescriptions du code de
l'eau et de la politique nationale en la
matière.
Dans le domaine de la prospection
minière, deux permis de recherche ont
été octroyés. Ainsi, le permis 309 a
été donné à M.T pour la recherche du
fer dans la zone de Teniyemout El
Beidra dans la wilaya du Tiris
Zemmour. Ce permis qui entre dans le
cadre de la politique de promotion de la
recherche minière couvre une superficie
de 1205 km2 pour une durée de 3
ans. La société s'engage à faire d'importants
investissements pour cette
prospection et à informer les autorités
des éventuelles découvertes de nappes
phréatiques (eau). Par ailleurs, toutes
les taxes requises par le code minier
seront versées au Trésor Public.
Quant au second permis de recherche
qui a été offert à la société El Awj
S.A, il concerne toujours le fer (groupe
1) mais cette fois-ci dans la zone de
Aweywa en Inchiri. La superficie
concernée est de 77 km2. Cette société
comme la précédente s'engage à
honorer les points susmentionnés.
Le Conseil a, par ailleurs, entendu
une communication sur la politique
nationale des hydrocarbures. Dans
cette communication, on traite le
cadre général et les spécificités de la
période actuelle. Le cadre juridique y
occupe également une place importante.
Il y a également le cadre institutionnel.
L'objectif principal de cette politique
c'est la gestion rationnelle des
ressources pétrolières et la mise en
place d'une infrastructure qui permettrait
d'atteindre les objectifs généraux
de développement durable avec des
impacts positifs sur les conditions de
vie des populations.
Cette politique est fondée sur l'appui
sectoriel, la révision du cadre juridique,
la protection de l'environnement et l'organisation
de campagnes géologiques
et géophysiques et une meilleure politique
de communication entre autres.
En réponse aux questions des journalistes,
le ministre a écarté d'un
revers de la main les allégations d'un
collègue qui soutenait que le changement
de date du meeting du Président
du CMJD à Nouakchott qui était prévu
le 10 juin est lié aux dernières arrestations
dans les milieux salafistes. Pour
le ministre, il faudrait chercher l'explication
du changement de date de ce
meeting ailleurs. En effet, rappellera-til,
c'est le 10 juin que sera lancée la
campagne électorale pour le référendum
du 25 juin prochain.
A une question sur les garanties
offertes pour la sécurité du plan
Rachad, M. le ministre assure que toutes
les mesures seront prises rappelant
que ce plan qui a été mis à exécution
après une étude approfondie va
dans un premier temps être testé
dans les 3 ministères susmentionnés
et on aura le temps de faire une évaluation
et de tirer les erreurs de parcours.
BAKARI GUÈYE
Conseil des ministres
Le plan "Rachad" activé
et politique des hydrocarbures
Que savait-on de la Mauritanie
depuis le départ de Ould
Taya ? Rien, ou si peu de
choses. Une fois le dictateur
parti, certains ténors du PRDS désarmés,
les malheurs de la médiocrité
écartés, ce pays qui habita ma conscience
durant quinze ans fut rayé de
ma carte mentale. Plus de dictateur,
plus de nouvelles.
Une transformation en profondeur
de ce pays était pourtant à l'oeuvre
durant toutes ces dernières années,
alchimie secrète et complexe où se
mélangèrent la prise de conscience de
certains responsables de l'urgence
d'un changement politique et éthique
dans ce pays et l'arrivée à l'âge adulte
d'une génération qui ne connut que la
dictature et rêvait de liberté et de révolution
sociale.
De cette alliance, à elle-même
inconnue, naquit ce mouvement
extraordinaire qui vit les rues de
Nouakchott submergées de drapeaux
mauritaniens et d'appels à une
Mauritanie démocratique et souveraine.
Fin d'été éphémère, illusoire unité,
personne ne saurait dire aujourd'hui
quel sera l'avenir de ce pays. Mais à
ceux qui n'y verraient qu'un opportunisme
politique doublé d'un aveuglement
partisan et indifférent à l'égard d'une
partie de la nation mauritanienne, en
l'occurrence, la communauté négroafricaine,
il suffirait d'adresser le texte
de " la déclaration de Dakar ", rédigé à
plusieurs mains, signé par plusieurs
personnes d'appartenance différente
et paru en août 2005 dernier.
Ce texte, pouvait-on deviner, s'adresse
à tous les mauritaniens, hommes
et femmes, jeunes et vieux, résidentiels
et émigrés pour engager avec
eux un dialogue et parvenir à lancer
une nouvelle dynamique pour jeter les
bases d'une autre Mauritanie.
De cet engagement au dialogue,
nous voudrions être partie prenante,
modestement mais résolument.
HASSENA OULD ELY
PROFESSEUR D'ECONOMIE
LE MANS- FRANCE
POINT DE VUE
Avis aux lecteurs
Le mardi 5 juin, vous aurez entre vos mains le
millième numéro de votre quotidien Nouakchott
Info. Importance de l'événement oblige, vous aurez
une édition spéciale célébrant les douze années
d'existence de votre journal. Pour ce faire, le supplément
mensuel du vendredi sera reporté.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
ACTUALITÉ NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006 3
Suite de la page 1
Mais comme les marchés en
cours engagés par Tradima-TP,
devaient permettre l'approvisionnement
de notre compte de plus
de 300.000.000 UM, l'autre
partie est allée chez un cadi à
Arafat qui leur a fait une saisie
sur un compte soi-disant au nom
de Moctar Ould Abdellah, alors
qu'il était ouvert au nom de
Tradima-TP."
A ce stade de la discussion, l'avocat
de Tradima, maître Yahya
Ould Abdou, interviendra pour
préciser à son tour : "J'ai contacté
le cadi pour lui rappeler que
cette affaire ne relève pas de son
ressort mais il ne tînt pas compte
de mon appréciation. J'ai alors
fait appel contre l'ordonnance de
rejet et demandé au président de
la chambre civile auprès de la
Cour d'Appel de Nouakchott, une
ordonnance de référé de suspension
d'exécution en attendant de
se statuer sur le fond du dossier
et l'affaire est encore à ce niveau
là. Je dois avouer que les procédures
faites par l'huissier sortent
de l'ordinaire".
La Bacim-Bank porte plainte
Quant à la plainte de la Bacim-
Bank, adressée le 31 mars
2006 au Ministre de la justice,
elle relate les faits en soulignant
que l'huissier ne s'est pas rendu
à la direction générale pour l'informer
de sa visite, se contenant
de semer la panique chez les
clients de la banque en ordonnant
aux policiers l'accompagnant "de
ligoter tout client qui se permettrait
de bouger, d'empêcher
toute personne d'entrer ou de
sortir de la banque !" et que cet
état de siège a duré au moins
deux heures et demi. Se question
" pourquoi tout cela ? ", la Bacim-
Bank a également rappelé que le
comportement de cet auxiliaire
de la justice lui a porté un préjudice
extrême, la descente de la
police se produisant au moment
où la banque était en discussion
avec des partenaires étrangers
qui n'ont certainement pas été
encouragés par cette scène à
venir investir en Mauritanie.
La direction générale de la
Bacim-Bank devait encaisser le
coup, estimant que le coup était
déjà parti et le mal fait, mais ne
peut s'empêcher de s'adresser
au Ministre pour que "des sanctions
exemplaires soient prises
contre l'auteur de ce qui n'est
pas seulement une faute professionnelle
mais une intention manifeste
de nuire."
Quoiqu'il en soit, le tohu-bohu
soulevé par l'huissier à l'intérieur
et à l'extérieur de la Bacim-Bank,
mardi 30 Mai 2006, n'est pas
prêt de lui rapporter gros !
Affaire à suivre ….
MK
Affaires:
Energie
La Somelec au creux de la vague
Il est vrai que depuis la fin de
l'année dernière, certains facteurs
exogènes défavorables se
sont aggravés au grand préjudice
de la Somelec. Il y a eu surtout la
flambée des prix des hydrocarbures
qui entrent à hauteur de 2/3
environ du prix de revient du
kWh. On imagine dès lors aisément
toute la portée de la
dépendance de la Somelec vis-àvis
des produits pétroliers.
" Chaque dollar qui s'ajoute au
prix du baril du pétrole, nous
explique le Conseiller en
Communication du DG de la
Somelec, se traduit pour nous
par une augmentation des charges
de l'ordre de plusieurs dizaines
de millions d'Ouguiyas ".
C'est dire combien la Somelec
a dû souffrir quand on sait que le
cours de l'or noir est passé du
simple au triple ces dernières
années, passant d'un peu plus de
20 dollars à plus de 65 dollars
aujourd'hui. Conséquence pour la
Somelec : une trésorerie négative
et un déficit structurel de plus de
2 milliards d'Ouguiyas.
Evidemment les arriérés hérités
des précédents exercices (7
milliards environ) ne sont pas de
nature à faciliter les choses.
D'autre part, la croissance
rapide enregistrée en matière de
demande d'énergie n'est pas
nécessairement un facteur négatif
mais c'en est un en l'occurrence
car la société n'y était pas préparée.
Les équipements sont
pour la plupart vétustes et mal
entretenus depuis de longues
années. La production est saturée
et même si elle ne l'était pas,
le réseau dont la capacité de
transit a été dépassée ne pourrait
pas évacuer l'énergie demandée.
C'est ce qui explique la fréquence
des interruptions du courant
qu'a connues la ville de
Nouakchott l'été dernier , phénomène
auquel il faudra s'attendre
encore cette année car l'effet des
améliorations apportés au réseau
sera annihilé par la croissance de
la demande qui atteint 10 % par
an.
C'est dans ces circonstances
pour le moins difficiles que , faisant
feu de tout bois, le staff de
Ould Bahiya a adressé à ce dernier
un mémorandum dans lequel
il l'assure de son soutien dans le
cadre du combat qu'il mène en
vue de relever les défis auxquels il
fait face.
Dans le même esprit, les deux
centrales syndicales présentes
au niveau de la Somelec (la CGTM
et l' UTM) ont rendu public une
déclaration dans laquelle elles ont
exprimé leur " adhésion à l'oeuvre
de redressement engagée par
l'actuelle Direction générale ".
Elles ont également invité " l'ensemble
du personnel à faire preuve
de plus de dévouement et de
persévérance dans le travail ".
Par la même occasion, les deux
sections syndicales en question
avaient requis "une attention particulière
de la part des autorités
publiques, notamment en ce qui
concerne la réalisation des
actions prévues au programme
2005/2007 élaboré par la
Direction générale de la
Somelec".
Espérons que leur appel sera
entendu!
JD
JEDNA@MAPECI.COM
Economie
L'UE annonce une reprise de la coopération bilatérale
La suspension de la coopération
entre l'UE et la Mauritanie,
décidée par l'ensemble européen
au lendemain du putsch militaire
contre l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
va donc reprendre de plus belle.
Même si des signes de cette
éventualité de la reprise avaient
déjà donnés, c'est aujourd'hui officiel
: la Mauritanie va bénéficier
des avantages du IX FED (fonds
européen pour le développement).
Ainsi en ont décidé les
ministres européens se fondant
sur les initiatives prises par le
gouvernement de transition pour
le renforcement des principes
démocratiques, de respect des
libertés fondamentales et de la
bonne gouvernance, annonce une
note d'information du conseil de
l'Europe.
Cependant, l'UE précise qu'un
nouveau document stratégique
de coopération avec la
Mauritanie est en stand by en
attendant le rétablissement de
l'ordre constitutionnel, par l'organisation
d'élections présidentielle
et parlementaires "libres et
transparentes".
Par ailleurs, l'UE a réitéré
qu'elle considérait le coup d'Etat
d'août 2005 comme une violation
des principes essentiels des
accords UE-ACP qui règlent les
relations entre les 25 pays de
l'Union et les pays Afrique-
Caraïbes et Pacifique.
Un rendez-vous a été pris en
Novembre par l'UE avec les autorités
de transition pour l'ouverture
d'un dialogue politique devant
conduire à l'analyse de la situation
en Mauritanie et des efforts
déployés par le gouvernement de
transition pour l'avènement d'un
Etat démocratique dans le pays.
La bouffée
d'oxygène se réalise
Depuis le début des changements
politiques intervenus en
Mauritanie, les nouvelles autorités
de transition (CMJD et
Gouvernement) étaient préoccupés
par la position de l'Union
Européenne quant au renversement
de l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
qui malgré les critiques sur le
système qu'il a mis en place, était
considéré comme un président
"démocratiquement élu". D'abord
par principe, la réaction de
l'Union Européenne ne s'est pas
faite attendre avec la condamnation
du putsch du 3 août 2005.
Mais tout comme l'UA, le 4 août
2005, qui a probablement joué
un rôle dans la décrispation de la
crise avec l'UE, cette dernière
s'est rendue à l'évidence que le
putsch militaire contre Taya était
perçu comme une délivrance par
nombre d'acteurs politiques, y
compris son propre parti (PRDS),
soucieux de dépasser les blocages
politiques dans le pays.
Plusieurs missions de l'UE dont la
dernière en date est celle d'une
délégation parlementaire conduite
Madame Luisa Fernanda Rudi
Ubeda (Photo). La décision officielle
de l'UE de reprendre sa coopération
avec notre pays retentit
comme une bouffée d'oxygène
pour les autorités gouvernementales.
L'UE, faut-il le rappeler, est le
premier bailleur de fonds multilatéral
de la Mauritanie avec pas
moins de 61% du volume total de
cette coopération. L'UE avait
cependant décidé, sous le régime
de Ould Taya, de réduire de 10
millions d'euros ce volume d'aide,
après la découverte du pétrole en
Mauritanie. Nonobstant cette
nouvelle donne, l'UE reste largement
tributaire, elle aussi, des
accords de pêche avec la
Mauritanie. Des accords de
pêche quinquennaux qui rapportaient
au pays 460 millions d'euros.
Ces accords que les européens
tentent de muer en accord
de partenariat connaissent
quelques difficultés de renégociations.
Les européens se montrant
plus avares au moment où
les plus hautes autorités du pays
parlent de l'urgence de l'assainissement
et de la bonne gouvernance
dans ce secteur renouvelable.
JD
NATION 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
4 NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
D'ailleurs cette divagation
animale peut être
à l'origine de beaucoup
de dangers. Elle
est souvent à l'origine des accidents
de routes, mais elle constitue
également le moyen le plus
indiqué pour la propagation de
redoutables maladies contagieuses.
On se rappelle qu'une flambée
de Fièvre hémorragique de
Crimée-Congo causée par la morsure
des tiques avait sévi en
Mauritanie en 2003. Le 21 mars
2003, le ministère de la Santé et
des affaires sociales de la
Mauritanie faisait état de 35 cas
de FHCC (18 cas confirmés en
laboratoire), dont six décès. En
date du 8 mars, 27 des 30 cas
déclarés à ce moment là provenaient
de la capitale, Nouakchott.
Si l'on sait que cette maladie se
transmet généralement par la
manipulation des animaux domestiques
infectés, comme du bétail,
des moutons ou des brebis; il est
facile de se rendre compte que
les populations de Nouakchott
vivent continuellement sous la
menace d'une récidive.
L'autre inconvénient lié à cette
divagation animale tient surtout
au fait que ces animaux contribuent
à salir la ville et leur omniprésence
donne à Nouakchott un
sacré coup de désordre indigne
d'une capitale qui reflète l'image
de toute une nation.
Il faut souligner toutefois que
cette divagation animale est surtout
encouragée par l'attitude
complice des mairies de
Nouakchott qui ne daignent faire
aucun effort pour mettre fin à ce
phénomène. Ceci d'autant plus
que, les tas d'ordures qu'on laisse
se former exercent un attrait
irrésistible sur ces animaux en
divagation. Bien que le phénomène
soit général à Nouakchott
force est de remarquer qu'il est
plus accentué au niveau de certaines
communes. Dar Naim ;
Ksar, El Mina, Arafat, Sebkha et
Teyarett détiennent les palmes
d'or en matière de divagation animale.
"Normal dira BG, c'est
parce qu'au niveau de ces quartiers
, les populations continuent
encore à perpétuer le mode de
vie campagnard. La sédentarisation
forcée qui s'est faite sans
aucune préparation, explique en
grande partie cette propension à
continuer à vivre avec les vieilles
habitudes. C'est la promixité
entre bétail et être humain dans
le monde rurale qui est reproduite".
Un argument tout à fait plausible
si l'on sait qu'à Nouakchott il
y a encore des familles qui ne
peuvent pas se passer de leur
Zrig à base Chinin (lait caillé obtenu
à partir du lait frais des chèvres).
Toujours est-il que, des mesures
draconiennes doivent être
prises pour mettre fin à cette
divagation animale qui expose les
populations de Nouakchott à de
nombreux dangers. il faut remettre
au goût du jour les fameuses
fourrières pour dissuader tous
les petits malins qui lâchent leurs
animaux errer en pleine ville,
comme si chez nous les règle
citadines ne valent pas grand
chose.
KHALIL SOW
KHALIL1965@YAHOO.FR
Animaux en divagation
Le règne des brebis…galeuses!
C'est dans le tout nouveau
centre culturel communal
d'Atar que le ministre
des Affaires
Economiques et du
Développement a ouvert le
30 mai à 17 heures les travaux
des ateliers interrégionaux
de concertation
sur le cadre stratégique de
lutte contre la pauvreté
pour sa phase II, destiné
aux régions Nord.
Les autorités administratives,
les services
techniques régionaux,
les élus locaux,
les OCB, ONG et OSP, les
syndicats, le secteur privé,
les projets et intervenants en
matière de développement,
la presse et les partenaires
techniques financiers, présents
dans les régions de
l'Inchiri, Adrar, Tiris
Zemmour et Dakhlet
Nouadhibou, sont tous représentés
dans cette importante
manifestation.
Aux côtés du ministre des
Affaires Economiques et du
Développement, le commissaire
adjoint aux droits de
l'homme à la lutte contre la
pauvreté et à l'insertion, le
conseiller du ministre de
l'Intérieur, des Postes et
Télécommunications, facilitateur
et animateur de ces ateliers
les wali des régions
Nord, ainsi qu'un staff de
cadres techniques dont le
Directeur du Trésor public.
Ouverts par un mot de
bienvenue prononcé par le
maire de la ville d'Atar, président
de l'Association des
maires du Nord, les travaux
ont commencé par une présentation
technique du cadre
stratégique de lutte contre la
pauvreté.
Profitant de la présence
du ministre et du commissaire
adjoint, les participants
n'ont pas attendu la constitution
des groupes de travail
pour s'enquérir sur les informations,
éclaircissements et
questions relatifs à un sujet
aussi important que la lutte
contre la pauvreté.
Les principales interventions
ont porté sur le rôle et
la mission du CDHLCPI, la
définition de la pauvreté, les
critères pris en compte pour
l'élaboration des statistiques,
la vision du gouvernement de
la transition du cadre stratégique
sur la pauvreté, la
réhabilitation de l'enseignement,
l'implication de la
société civile, le rôle des
sociétés industrielles et
minières dans les régions
dans lesquelles elles sont
implantées.
Le MAED et le commissaire
adjoint ont - tant bien que
mal- apporté beaucoup de
précisions nécessaires à la
compréhension de l'intérêt et
de l'objectif de ces ateliers
qui se dérouleront du 30 mai
au 1er juin à Atar.
Nous y reviendrons.
ELY SALEM KHAYAR
Adrar
Ateliers inter-régionaux
de concertation sur le CSLP-II Accompagnée d'une
forte délégation, monsieur
Saleh ould hanane
a présidé un important
meeting ce dimanche 28 mai
dans la ville de Zouerate. Sous
une pluie fine Abderrahmane Ould
Hamed coordinateur régional du
parti a pris la parole pour souhaiter
la bienvenue à son hôte et
à la délégation qui l'accompagne.
Ould Hamed stipule qu'il réside
depuis 40 ans à Zouerate et qu'il
ne s'est jamais impliqué dans la
politique mauritanienne qu'il juge
être une mascarade qui fait usage du
faux. Aujourd'hui il accède pour la première
fois à la tribune de Zouerate c'est
tout simplement parce que cette fois-ci
il y croit et place sa confiance en ce
parti et en ses leaders tant qu'ils sont
sur la bonne voie du changement porteur
de justice d'égalité et de paix au
peuple mauritanien.
Prenant la parole le président Saleh
Ould Hanane a expliqué les grandes
lignes de son parti ,un parti qui opte
pour la consolidation de l'unité nationale
longtemps muselée, une reforme de
l'enseignement mûrement réfléchie susceptible
de le sauver de la déliquescence
dans laquelle il se trouve. Redonner
à la Mauritanie sa place privilégiée de
terre d'intersection entre l'Afrique et le
Maghreb arabe. Enfin Saleh dit entièrement
souscrire au programme du
CMJD et exhorte l'ensemble de ses militants
à voter massivement pour le oui
au referendum du 25 juin prochain.
Dans la soirée Saleh a présidé une
réunion de cadres dans laquelle il a expliqué
d'avantage les idéaux du parti et a
éclairci sa position par rapport à certaines
questions d'intérêt national. De
l'avis de l'assistance, les préjugés qu'avaient
les gens sur Saleh d'être un soldat
converti en politique d'où une incompatibilité
se sont vite effrités pendant
ces rencontres.
CP HAROUNA CISSÉ
Partis
Hatem à Zouerate
Nouakchott connaît depuis
quelques temps un véritable
phénomène de divagation animale
qui expose les populations
à un véritable danger
public. Chèvres moutons et
chiens errants se déplacent à
longueur de journée sans être
inquiétés. La prolifération des
ordures, les habitudes bédouines
et l'indifférence collective
sont les facteurs qui favorisent
ce phénomène tout à fait aux
antipodes des règles de vie
moderne.
AVIS
Les agences ELMIRAJ et ESPACE VOYAGES informent le public que
les formalités pour la Oumra vers les lieux saints sont ouvertes depuis
le Lundi 29 Mai 2006.
A cet effet, il est demandé à la clientèle intéressée de nous contacter:
Par Téléphones au : 529 28 43 / 524 48 91
Par Fax : 529 28 44 / 524 48 89
Par E-mail : rim_ev@yahoo.mr / elmiraj@amadeus.mr
Ou sur place : Immeuble El Mamy, Côté BMD
Le dernier délai pour les formalités de la Oumra du Ramadan est
fixé au 31 juillet 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
REGION 5 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NI : Comment se porte l'APP
sur le plan local, pensez-vous pouvoir
conquérir enfin Tidjikja ; maintenant
que le jeu politique est devenu plus
ouvert ?
Mohamed Vall Ould Bouh : Merci
de m'avoir donné l'occasion d'entretenir
les lecteurs de votre journal
de la situation de notre parti
sur le plan local. Tout d'abord,
j'aimerai dire que l'APP se porte
très bien à Tidjikja et au niveau du
Tagant d'une façon générale.
Notre parti, malgré la campagne
de diabolisation dont il a toujours
été victime, demeure un parti
fort. Un parti de masse qui continue
chaque jour à élargir sa base
grâce aux nombreuses adhésions
qu'il enregistre
Et à votre question relative à
notre éventuelle conquête de
Tidjikja, je vous dirai que nous
sommes très motivés et le
moment venu, ce sont plutôt les
chiffres qui vont parler et ces
chiffres nous sommes certains,
ne démentiront pas notre profond
encrage au niveau local.
NI : Votre programme politique
prend-t-il suffisamment en compte
les préoccupations des populations
locales ?
MVB : Ici tout le monde sait sur
quel programme nous basons
notre action. Nous souhaitons
que les populations locales vivent
en parfaite harmonie et que toutes,
elles pussent profiter sans
discrimination aucune, des avantages
que devrait leurs procurer
leur appartenance à ce pays. En
d'autres termes, notre programme
se base essentiellement sur
la promotion sociale, la justice
pour tous et l'accès aux services
de base que sont l'habitat, la
santé et l'éducation.
NI : Quel bilan faites vous de la
récente visite effectuée par
Messoud Ould Boulkheîr au Tagant ?
MVB : Pour ce qui est de la
récente visite du président de
l'APP dans la région, elle a été un
véritable succès tant du côté de
l'affluence que du côté du démantèlement
d'une certaine opinion
défavorable à notre parti qui le
présentait comme un parti d'extrémistes
affiliés aux Batthistes
et aux Flamistes et aux chauvins
de tout bord. Heureusement, le
passage de Messoud Ould
Boulkheîr à Tidjikja a permis de
régler ce problème. Lui-même au
cours de la réunion des cadres,
n'a pas répondu à ce genre de
questions, ce sont ses collaborateurs
qui l'ont fait à sa place.
Mais ce qu'il faut retenir après
cette réunion c'est que , beaucoup
se sont rendus compte
qu'ils s'étaient lourdement trompés
au sujet de l'APP. Moi-même,
j'ai eu à maintes reprises des
entretiens avec des intellectuels
locaux qui m'ont certifié qu'ils ont
désormais une toute autre appréciation
de l'APP.
NI : Parlez-nous un peu du
RAVEL.L'opération a-t-elle été une
réussite au Tagant ?
MVB : Au début, elle ne l'avait
pas été parce que de nombreuses
populations ont été transférées
de Nouakchott pour venir
s'inscrire à Tidjikja et ceci sans
qu'elles n'en soient empêchées.
Pendant cette même première
phase, les partis politiques n'ont
pas été associés. C 'est tout dernièrement
que le Wali du Tagant
nous a convoqué en réunion dans
son bureau pour nous informer
du lancement de la deuxième
phase du recensement dite opération
bureaux fixes. Nous avons
répondu à son appel et avons discuté
avec lui de toutes les questions
qui nous ont été soumises.
Seulement, force est de reconnaître
que la question de la résidence
évoquée durant cette
réunion nous a beaucoup surprise.
Les critères retenus pour
prouver la résidence de tel ou tel
autre, ne devraient pas être laissés
à la seule appréciation des
recenseurs. Il aurait été de bon
ton d'associer les partis politiques
pour plus de transparence
et d'objectivité. Je ne vois pas à
quoi bon nous faire le listing des
critères de résidence, pour nous
dire qu'ils sont laissés à l'appréciation
exclusive des recenseurs.
NI : Parlez-nous un peu du cadre
de concertation regroupant la plupart
des formations politiques ayant
une assise locale au Tagant et dont
vous êtes membre.
MVB : Il s'agit d'une initiative
prise en commun accord avec
l'ensemble des partis politiques
représentés à Tidjikja .L'objectif
que nous visons est de créer un
cadre de concertation qui nous
permettra face à l'administration
et à la CENI de nous positionner
en interlocuteur commun. Ce qui
aurait l'avantage d'aider efficacement
à aplanir les difficultés et
de créer une convergence de
vues capable nécessaire pour
réussite de la transition en cours.
NI : Malgré les mesures d'allégement
annoncés par le CMJD, les
consommateurs de Tidjikja continuent
encore à se plaindre. Selon
vous qui est ce qui peut aider efficacement
à régler ce problème pour de
bon.
MVB : La baisse des prix des
denrées de base n'aura jamais
lieu dans notre pays aussi longtemps
que les hommes d'affaire
et les commerçants seront
craints par nos pouvoirs publics.
Ce ne sont pas les bonnes intentions
ni les bonnes idées qui manquent
dans ce pays, c'est leurs
application qui fait largement
défaut.
Il n'empêche que sur le plan
local nous sommes partis voir le
Hakem de Tidjikja, il y a de cela
deux mois, pour protester auprès
de lui de la montée vertigineuse
des prix au niveau du marché de
Tidjikdja. Depuis lors mes amis
des autres partis politiques peuvent
le témoigner, rien n'a changé.
Au contraire, les prix montent
le jour au jour au grand dam des
populations locales qui sont malgré
tout obligées de s'approvisionner.
PROPOS RECUEILLIS PAR
KHALIL SOW CP TAGANT
Mohamed Vall Ould Bouh
“Notre parti, malgré la campagne de diabolisation
dont il a toujours été victime, demeure un parti fort”
Cadre APP parmi les plus
influents au niveau du Tagant,
Mohamed Vall Ould Bouh est
surtout connu par sa fidélité et
sa constance. Ses convictions
politiques et sa loyauté à son
parti, font de lui aujourd'hui
l'un des interlocuteurs locaux
de l'APP les mieux indiqués.
Nouakchott-info l'a interpellé
sur certaines questions liées à
l'actualité locale, voici ce qu'il
nous en dit.
SPORTS 6 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
UFW0 R T MFR J I T ZQI KJ NQ_ I NY FS YFW
HTZWWNJ Q> R T MFR J I KJ NQ_E _FMTT /KW
Le Complexe du Stade
Olympique, tant convoité,
tombe dans l'escarcelle
de Ahmedou Ould Bock,
qui occupait le poste de directeur
de la Lecture Publique. Il doit probablement
cette nomination, à
son dynamisme ses derniers
mois dans les différentes activités
du ministère. Il aura la lourde
tâche de redorer le blason bien
terni du seul complexe sportif du
pays. Sidi Ould Elemine, inspecteur
de jeunesse a été nommé
comme adjoint au Complexe
Olympique. Le poste de Directeur
de la Lecture Publique revient à
Mme Zeinebou Mint Ely Salem,
très connue dans le milieu de la
presse pour être écrivain journaliste.
Titulaire d'un DEA en
Sciences Politiques, ancien professeur
d'Anglais, Zeinebou dite
El Ghalia Mint Ely Salem est également
Présidente de
l'Association des Journalistes
pour la Défense des Droits de
l'Enfance et de la Femme. Sa
nomination est considérée
comme une promotion méritée.
Elle aura comme adjoint, Sidi Ould
Mohamed, précédemment directeur
adjoint de la jeunesse.
Mohamed Ould Ghali, précédemment
Directeur du Complexe
Olympique irait comme complément
d'effectif au Ministère.
Les grandes
directions tombent
La direction de la jeunesse
revient à Adnan Ould Beyrouk,
précédemment directeur adjoint
de la Culture. Grand travailleur et
homme de conception, il aura la
lourde tâche de succéder à Bih
Ould Abdel Kader, qui avait le tact
pour attirer les bailleurs de fonds.
Ce dernier qui se trouve actuellement
en séminaire au Maroc
passe comme Conseiller à la
Culture à la place de Dahid.
Ahmed Ould Beibeni, le très actif
délégué Régional de la Wilaya de
Nouakchott passe au poste de
Directeur Adjoint de la Jeunesse.
Un secteur qu'il connaît pour y a
avoir travaillé de longues années.
D'ailleurs, certains considèrent
que ce dernier devait
passer Directeur
Central. Au niveau de
la Direction des
Etudes et de la
Pr og r ammat io n ,
c'est Mohamed
Lemine Ould Hamadi,
qui prend la place de
Sidi El Moctar Ould
Sidina, qui faisait du
sur place loin de son
secteur de prédilection,
la pêche. Il
aurait comme
adjoint, une nouvelle
figure bardé de diplômes.
La Direction de
l'IMRS a été confiée à
Bowba Ould
Mohamed, un professeur.
Le cabinet aussi!
Si pour les directions
citées, les noms
sont quelque peu
connu, il n'en est pas de même
pour la Direction de la Culture et
celle du Centre de Formations
des Cadres de la Jeunesse et des
Sports. Ces deux postes ont été
confiés à des nouveaux dans le
département. Le direction des
Bibliothèques et Musées a été
confiée à une femme, nouvelle
dans le département.
Le changement a touché aussi
au Cabinet. C'est ainsi que
Mohamed Ould Meidah, directeur
de la Culture, a été désigné
au poste de Chargé de mission
vacant depuis le départ de Fall
Youssef. Grand cadre, il sera d'un
grand apport dans ce nouveau
poste. Jiyid, passe comme
conseiller juridique à la place de
Ould Sefah et H'meida Ould
Agheb, conseiller Sports, à la
place de Sid'Ahmed Ould
Houssein, qui pourrait aller à
Nouadhibou, comme Délégué
Régional.
Les techniciens hors course
Bref, un vaste changement
comme celui, qui était annoncé
depuis plusieurs semaines.
Vraisemblablement, Mme
Mehla Mint Ahmed, a voulu s'entourer
d'une nouvelle équipe pour
la deuxième partie de la transition
afin de mettre en pratique ces différents
programmes, ceci toujours
selon les observateurs les
plus avertis. Mais après lecture
des noms annoncés, on
remarque néanmoins, que dans
ce puzzle, les techniciens ont été
oubliés. On peut remarquer dans
ces changement que les cadres
de sports n'ont véritablement
pas la côte et ceux de la jeunesse
ne sont pas non plus gâtés.
Certes, le travail de conception
est important, mais la technicité
l'est aussi. Madame Mahla Mint
Ahmed, est certainement consciente
de l'importance de cela.
Maintenant, il s'agit pour les nouveaux
nominés de ne pas se prélasser
dans leurs nouveaux fauteuils,
mais de contribuer à la
bonne marche du département.
C'est le nouveau de Madame la
ministre, mais aussi celui de tout
ceux qui s'intéressent au secteur.
Après tout, il n'y a pas de places
internelles, mais il faut bien mériter
sa " place ".
On peut dire que la nomination
de Beyni à la tête de la Direction
des Sports était une bonne
chose, malgré les critiques. Il
faudrait qu'on dise autant, après
quelques mois de celles, qui viennent
d'intervenir ?
Ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports :
Le grand chambardement
Finalement, le communiqué sanctionnant les travaux du Conseil
des Ministres est passé au journal télévisé en français. C'est un
ouf de soulagement, qui a été poussé par les " nominés " du
ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports et une résignation
pour les " débarqués " qui s'accrochaient à un mince espoir,
après les informations en Arabe( qui n'ont pas fait état de changement).
Mme Mehla Mint Ahmed, ministre de la Culture de la
Jeunesse et des Sports a finalement réussi à faire passer son mouvement.
Un changement vaste qui touche les principales directions
centrales.
Tournoi de Tennis de la Snim :
Oumar en route pour la Tunisie
Tournoi de Football Challenge BMCI :
Les récompenses
La céremonie de remise de récompenses du tournoi
de football Challenge BMCI est prévue jeudi soir au
Novotel T'Feila. A cette occasion, l'ensemble de la
famille sportive a été convié à cette grande, qui
marque la fin effective du tournoi cette année. L'équipe de
Zem Zem, vainqueur du tournoi, qui doit voyager le 06 juin
en Allemagne pour assister au match d'ouverture de la
Coupe du Monde à Munich, sera la coqueluche de la soirée.
Cette équipe qui pratique un football agréable a défié
tous les pronostics en remportant le titre cette année. Les
équipes qui ont terminé dans le dernier carré seront toutes
récompensées, ainsi que l'équipe fair-play, le meilleur
joueur, le meilleur encadreur, etc.
Stade Municipal de Nouadhibou :
La pelouse en question
La pelouse du stade municipal de Nouadhibou a
refait surface lors de la dernière visite du Chef de
l'Etat dans la capitale économique. Les autorités
locales avaient prévu de profiter de ce passage
pour inaugurer officiellement le terrain, dont il ne reste
plus que la pelouse. Mais en dernière minute de crainte de
soulever, justement le problème de la pelouse, il a été décidé
de l'enlever du programme officiel. Selon nos informations,
celui qui détenait le marché de la pelouse, a décidé
de le laisser, considérant que 250 millions d'ouguiyas, n'étaient
pas suffisants pour sa réalisation. Ce faux bond
confirme les appréhensions des nombreuses voix qui s'étaient
levées à l'attribution dudit marché. Il relance aussi,
les marchés gré à gré, qui bloquent aujourd'hui d'énormes
projets.
Le stade Municipal de Nouadhibou risque de ne pas avoir
de pelouse de sitôt, à moins d'une intervention de l'Etat
pour débloquer cette situation. En tous cas, tous les
regards sont tournés vers la Mairie et l'Amextipe, qui
gèrent cet épineux dossier.
Le tournoi de Pétanque doté
du trophée du Directeur
Général de Snim, organisé
la semaine dernière à
Nouadhibou, a été remporté finalement
par la triplette Yacoub,
Moulaye Zeine et Traoré. En finale
contre l'équipe de Radio FM
Nouadhibou, les Nouakchottois ont
réussi à s'imposer à l'issue d'une
rencontre indécise. Dans les deux
dernières mènes, les Stéphanois
encouragés par leurs nombreux
supporters auraient même pu
gagner, n'eut été le mauvais choix
du tireur Cheikh, qui a choisi le plus
difficile pour effacer deux boules. En
ratant ces deux tirs, il a donné la
victoire à l'équipe de Yacoub, qui n'a
jamais tremblé. Compétitive et
expérimentée, cette équipe a tout
au long du tournoi bien géré son
tournoi. Le calme olympien de
Yacoub, la force tranquille de
Traoré et l'engagement de Moulaye
Zeine, ont fait le reste.
Les deux premiers après avoir
remporté le tournoi de Saint-Louis,
il y a deux semaines, ajoutent un
autre titre à leur palmarès et confirment
de meilleurs joueurs mauritaniens
du moment. Moulaye Zeine,
qui remporte pour la 5ème fois, le
tournoi de la Snim, confirme tout le
bien que l'on pense de lui.
Seulement, il faudrait qu'il soit bien
encadré pour être efficace.
Dans les prochains jours, l'ensemble
de ces boulistes se rendront
à Saint-Louis pour un autre
tournoi, qui va encore renforcer
leurs capacités. Cheikh Ould
Mohamed Saleh, le 1er vice-président
de la Fédération pourrait bien
réediter son exploit en remportant
la consolante et en laissant le
concours aux jeunes limiers.
Tournoi de Jeux de Boules de Nouadhibou :
Yacoub, Moulaye Zeine
et Traoré, au dessus du lot
Après le tournoi de
Tennis de la Mattel, le
jeune Oumar
Youmbawa, vient de
remporter la semaine dernière à
Nouadhibou, l'Open de Tennis de
la Snim. Ce tournoi qui a duré
trois jours a regroupé des
joueurs de Zouerate, Nouakchott
et Nouadhibou, dans les différentes
catégories. Dans la catégorie
senior, Oumar a montré encore
une fois sa suprématie devant 16
autres candidats. Par la précision
de ses services et ses
volées, il a réussi à s'imposer
avec brio. Cette victoire, lui permet
d'envisager avec sérénité le
stage qu'il doit effectuer à partir
du 30 décembre 2006 en
Tunisie. Ce stage qui est pris en
charge par la Mattel, va lui permettre
de perfectionner son tennis
et d'entrer peut être dans le
circuit professionnel. C'est le
voeu du jeune prodige, qui a signé
un contrat de sponsoring avec la
Mattel, d'une année qui va lui
permettre de progresser.
A l'issue du tournoi de
Nouadhibou, il a tenu à remercier
cette société pour l'intérêt
qu'elle porte à la promotion du
tennis dans notre pays. Il a aussi
lancé un appel aux promoteurs
nationaux afin de soutenir ce
sport, qui peut apporter de grandes
satisfactions à notre pays.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
TRIBUNE 7 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NOUADHIBOU
El Vagha Ould Mohamed Cheïbani
Mohamed Said
TAGANT
Khalil Sow
TRARZA
Ousseinou M’bareck Diarra
BRAKNA
Abdoulaye Alassane
ADRAR
Ely Salem Khayar
TIRIS ZEMOUR
Harouna Cissé
Mise en Page
Aliyene Ahmed Salem
alias2001@maktoob.com
Boîte postale : 1905
Téléphone : 525.02.71 Fax : 525.54.84
Fils d’agence : AMI - AFP
Ilot “P” n° 007 - Tevragh-Zeina
Visa n° 015/MIPT/DAPLP du 15.05.1995
site web: www.mapeci.com
CONSEILLERS DE LA RÉDACTION
Mohamed Saïd Ould Hamody
Mohamdy Ould Babbah
-Mohamed Yehdih Ould Breidileil
-Mohamed Lemine Ould Kettab
RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT
Jedna Deida 6306337
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
Moussa Abdelkader Diop 6502496
moussadiop@mapeci.com
Modiop2001@ yahoo.fr
GRAND REPORTER
khalidou Diagana 6706095
DESK POLITIQUE ET NTIC :
Mohamed Ould Khattat 641 61 17
DESK SOCIETE: Mosy
DESK SPORTS :Mohamed Ould Feily dit Antar
6708951
COORDINATION DU RÉSEAU
DES CORRESPONDANTS : Khalil Sow
RÉDACTION :
Cheikhna Ould Nenni
Jedna Deida
Moussa Diop
Khalidou Diagana
Mohamed Ould Khattat
Mohamed Mahmoud Ould Aboulmaaly
Mohamed Ould Feïly, dit Antar
CORRECTEUR Bakary Gueye
Saisie Ly Alassane Mamadou
DISTRIBUTION: Mokhtar Beidi
Kane Demba 6414061
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
ET RÉDACTEUR EN CHEF
CHEIKHNA OULD NENNI
Tiré sur les Presses de l’Impremerie Nationale
Société éditrice de Nouakchott Info et
Akhbar Nouachott
Président du Conseil de direction : Cheikhna Ould Nenni
Vice-président Mohamed Mahmoud Ould Abou ElMaali
Directeur des Ressources : Lô Amadou Abdoul
Directeur Commercial : Moulaye Zein Ould Nenni
Coordination Cellule des Ntic : Mohamed Ould Khattat
Responsable Méssagerie : Moulaye Ould Zein
Secrétariat Central : Birane Amadou Kassé
MAPECI
Chers Messieurs,
Dans moins d'un mois, le 25
juin 2006, le référendum constitutionnel
ouvrira le ballet des cinq
scrutins programmés par le processus
électoral de notre transition
démocratique.
En raison du préjugé en faveur
des amendements proposés par
le CMJD pour la modification de
la constitution du 20 juillet 1991,
nos partis politiques ne semblent
pas disposés à entamer leurs
énergies dans une campagne
électorale référendaire ou ils
croiraient défoncer des portes
ouvertes. En fait, pour les leaders
de nos partis politiques, les
choses sérieuses ne commencent
qu'en automne avec le couple
municipales-législatives pour
culminer, en mars 2007, avec
les élections présidentielles.
Il est vrai que les enjeux partisans
sont plus limités s'agissant
du référendum mais la plus grande
participation possible à ce
scrutin serait un signe fort qui
consacrerait la volonté de rupture
de nos compatriotes avec les
vingt dernières années de pouvoir
personnel et exclusif au profit
d'une aire qui permet l'alternance.
Il serait par conséquent dommage
de rater cette occasion
qui, elle au moins, est déjà à
notre portée. En effet, pour tous
les autres scrutins, et dans l'état
éclaté qui caractérise notre
scène politique, permettez-moi
de vous dire les inquiétudes qui
habitent le citoyen que je suis,
soucieux du devenir de notre
transition démocratique. Je suis
inquiet quand je pense au nombre
de 35 partis que vous êtes et
à celui potentiel, de candidats
que vos formations pourraient aligner
aux futures échéances électorales
à côté d'autres, indépendants,
pour briguer le suffrage
de nos compatriotes. Mais avant
tout et plus encore que votre
nombre pléthorique je suis
inquiet de l'état dans lequel vous
êtes. Je suis inquiet de votre
manque de structuration, de
votre manque de réelle assise
populaire, de la réalité de vos
programmes, de votre manque
de moyens, de votre manque
d'expérience, en un mot je suis
extrêmement inquiet pour notre
pays du maque de perspectives
que votre image éclate y projette,
aujourd'hui. A un moment où de
nombreux appétits le lorgnent de
toutes parts.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Face à ce tableau peu reluisant,
le citoyen que je suis, qui
préfère malgré tout continuer à
entretenir une certaine dose
d'espoir, s'octroie la liberté d'interpeller
votre sens politique et
votre fibre patriotique pour vous
inviter à un examen autocritique
et exigeant de cette situation en
vue de trouver les meilleurs voies
et moyens d'aborder les échéances
électorales qui vous attendent
et sur lesquelles notre peuple
fonde d'immenses espoirs. Il
s'agit de résoudre l'équation suivante
: " comment, dans son état
actuel, la classe politique mauritanienne,
peut-elle, avec
quelques chances de succès,
envisager de s'organiser ou de se
réorganiser pour une sortie de
transition crédible, c'est-à-dire,
capable de prendre en charge,
dans de bonnes conditions, la
gestion du pays en dépit de l'urgence,
de la diversité et de la
complexité des problèmes qui se
posent à notre société ?
La réponse à cette question ne
sera pas aisée mais elle passe
inexorablement par la recomposition
de notre paysage politique
dans le cadre de blocs de partis
(idéalement deux à quatre coalitions)
dont les membres partagent
un certain nombre de
valeurs et d'affinité qui leur permettent
de s'orienter vers une
logique de programme politique
commun. Cette option, toute exigence,
demandera à tous et à
chacun, de faire preuve de patriotisme,
de réalisme, de perspicacité,
de tolérance et surtout
d'humilité pour réaliser le compromis
historique et incontournable
que requiert la situation. Il
s'agira, dans un élan patriotique,
de sacrifier, sur l'autel de l'intérêt
stratégique national, tous les
égocentrismes, les sectarismes
et autres démons tribalistes et
régionalistes.
Cette oeuvre salutaire de
recomposition du paysage politique
devrait commencer sans
tarder par un travail de contacts
tous azimuts en vue d'établir des
passerelles, des accords préliminaires,
avant les premières
échéances électorales. L'Etat,
quant à lui, devrait et dans les
formes les plus légales, favoriser
ces rassemblements dans l'intérêt
supérieur de la cohésion
nationale, par toutes sortes de
mesures incitatives possibles,
notamment au niveau du financement
des campagnes électorales.
Tout en laissant éventuellement,
à chacun, le loisir d'aller
tout seul aux élections de novembre
prochain pour déterminer sa
propre épaisseur électorale, les
partis qui auront décidé de constituer
une coalition devraient, dès
maintenant, mettre en chantier
une réflexion pour un futur programme
commun de gouvernement.
Ceci est d'autant pus envisageable,
dès maintenant, que
dans notre pays, ce ne sont pas
les écarts idéologiques ou les différences
de vision économique,
quand il y en a, qui ont présidé à
la multiplicité des partis.
L'esprit de solidarité et d'entraide
au sein des coalitions ainsi
constituées pourrait déjà commencer
à fonctionner à la faveur
des élections municipales et
législatives, par des appuis
mutuels et surtout, des reports
de voix au second tour des législatives.
Le programme commun de ces
coalitions devrait être affiné
après les doubles élections de
novembre en tenant compte
cette fois, du nombre réel de
députés et de conseillers municipaux
que chaque formation politique
aura obtenu et qu'elle va
mettre à contribution pour la
conquête des présidentielles. On
peut déjà, à ce stade et avant la
campagne électorale pour les
présidentielles, envisager le partage
du pouvoir, en fonction des
rapports de force ainsi déterminés.
C'est ainsi qu'on pourra
décider de faire campagne pour
le candidat présidentiel de la
coalition dont chaque parti membre
se verrait attribuer, virtuellement,
tel ou tel poste de responsabilité
de futur gouvernement.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Cette démarche peut paraître
simple voire simpliste aux yeux de
certains d'entre vous. Tant mieux
! Pour moi, si elle pouvait seulement
contribuer à vous inviter au
débat sur une question dont l'intérêt
et l'urgence sont incontestables,
elle aura atteint son
objectif. Encore une fois, mon
souci qui est sans doute partagé
par beaucoup de nos compatriotes,
est celui de voir notre pays
sortir, dans les meilleures conditions,
de cette période de transition,
avec un gouvernement crédible
et une majorité suffisamment
forte pour lui assurer la
stabilité dont il a cruellement
besoin pour faire face aux redoutables
tâches qui l'attendent. La
formation de coalitions est, à cet
égard, la condition sine qua non.
Wellahou weliyou ettewfigh.
NOUAKCHOTT, LE 10 MAI 2006
UN CITOYEN INQUIET
ABDELLAHI OULD
ABDERREZAGH
Lettre aux dirigeants
de nos partis politiques
Initiative des Cadres de Rosso
Communiqué
L'Initiative des Cadres de Rosso (ICR), invite
l'ensemble des populations de la ville et des
environs à venir nombreux pour l'accueil du
Chef de l'Etat à Rosso le samedi 03 juin
2006.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
BUREAU MAURITANIEN DE CONSEILS
EN MANAGEMENT DE LA QUALITE
* Certification ISO 9001 :2000
* Certification ISO 18001(OHSAS)
* Certification ISO 22000 (HACCP)
* Formation Normes ISO9001 & Auditeurs
* Chasseurs de têtes (recrutement, diagnostic RH)
Annonce 218 Immeuble BMCI BP: 3672, Nktt -Mauritanie
TEL 222 525 72 26 Mobile 6 30 39 13
cdm2_2000@yahoo.fr - Site Web: www.cdm2.mrJournal Indépendant d’Informations et d’Analyses - Deux éditions Arabe et Française
N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Directeur de Publication
CHE I KHNA OULD NENN I
Prix: 100UM Etranger: 1Euro - 1US$
Site web
www.mapeci.com
www.nouakchottinfo.com
E-mail: nouakchottinfo@yahoo.fr
12ÈME ANNÉE
N° N° 997
Directeur Commercial:
6279401/6544046
La descente de la police chez
la Bacim-Bank, amenée par un
huissier pour exécuter une
ordonnance de saisie sur les
biens de Moctar Ould Abdellah
ou de sa société Tradima-TP,
n'en finit pas de rebondir et
faire couler de l'encre.
Non seulement, la
montagne a accouché
d'une souris,
l'huissier et son
contingent de policiers
étant partis bredouilles,
mais la Bacim-Bank a porté plainte
contre l'huissier en question,
maître Sidina Ould Abakar,
auprès du ministre de la Justice
conformément à l'article 28 de la
loi 97.018 du 15 juillet 1997,
portant statut des huissiers de la
surveillance, de la discipline des
huissiers.
De même, M. Moctar Ould
Abdellah, directeur général de
Tradima-TP est sorti de sa réserve
pour préciser les choses, relatant
les tenants et les aboutissements
de cette affaire en exclusivité
à Nouakchott Info.
Flanqué de son avocat, Me
Yahya Ould Abdou, le DG de la
Tradima devait nous préciser d'abord
que sa société n'a été ni
vendue ni fermée et qu'elle poursuit
normalement ses activités,
reprenant du poil de la bête et
honorant ses engagements au
fur et à mesure que ses chantiers
avancent et que sa situation
se redresse. Il ajoutera : "Qu'en
est-il au juste de cette affaire ? En
décembre 2003, j'avais accepté
l'offre d'un ami, Mekki O Michri de
s'associer à moi à hauteur d'un
million d'UM.
Je l'avais nommé directeur
général et lui avais délégué tous
mes pouvoirs, y compris de
signature de chèques bancaires
du compte que nous avons ouvert
à la Bacim-Bank. J'étais malade
et me suis rendu au Sénégal me
soigner pendant six mois pour
revenir au pays et m'astreindre à
une convalescence de trois autres
mois. Mais lorsque je m'étais
intéressé à faire la situation de la
société, j'avais constaté un trou
de 37 millions UM et autant de
créances.
Obligé de rompre cette association,
j'avais consenti à faire
des sacrifices pour cet ami en
signant avec lui un protocole d'accord
notarié dans lequel je me
suis engagé à payer les créances
reconnues dans le procès-verbal
de cessation car la société était
dans des problèmes majeurs,
quasiment au bord de la faillite,
alors que d'importants marchés
étaient engagés. J'ai même du
débourser des montants cash à
cet ami afin de l'aider à s'en sortir
et en supporter davantage de
ses créanciers ne figurant pas
dans le protocole d'accord. Ainsi,
la Bacim-Bank a octroyé des cautions
à Tradima à hauteur de plus
de 100.000.000 UM et le compte
était bien entendu au rouge.
Or, les virements qui étaient
effectués au profit de Tradima,
lorsqu'ils ne sont pas bloqués à la
source, sont automatiquement
défalqués de ce solde débiteur,
les ordinateurs n'obéissant qu'aux
opérations enregistrées dans les
livres de la banque.
Affaires:
Tradima précise, Bacim-Bank accuse
Suite page 3
Des coupures intempestives
de l'électricité sont enregistrées
ces derniers jours. A la veille
de la période des grandes chaleurs,
et des délestages éventuels,
nous avons essayé de
voir de près ce que la Somelec
peut nous réserver pour l'avenir.
Enquête.
Contrairement à ce que d'aucuns
pensent à tort, la Somelec
est loin d'être cette société prospère
et très liquide que l'on
croit. A y voir de plus prés on se
rend vite à l'évidence. Cette
société se trouve toujours au
creux de la vague techniquement
et financièrement malgré les
efforts remarquables fournis
avec détermination par l'actuel
directeur général qui s'investit
avec passion pour remettre la
boîte sur les rails. Homme du
secteur et ingénieur de formation,
Ould Bahia n'était pas dupe
et ne se faisait pas trop d'illusions
sur l'état de santé de cette
société quand on lui en a confié la
Direction général en août 2005.
Il savait pertinemment qu'il allait
avoir du pain sur la planche. Mais
il ignorait certainement que sa
détermination et sa passion
allaient être mises à rude épreuve
et qu'au bout de 9 mois d'efforts
laborieux d'assainissement
et de moralisation il devra encore
attendre et persévérer pour voir
le bout du tunnel. En effet, les
résultats laissent à désirer en
dépit de certaines améliorations,
notamment au niveau du réseau
de distribution dont certains tronçons
défaillants auraient été
changés pour améliorer la qualité
et la continuité du service en
diminuant le nombre de coupures
d'électricité. Maigre consolation
pour des usagers qui aspirent
légitimement à des villes mieux
éclairées, des taux de desserte
plus élevés (on est aujourd'hui à
moins de 30 %) et une énergie
abondante et bon marché.
Energie
La Somelec au creux de la vague
Suite page 3
Economie
L'UE annonce une reprise
de la coopération
Les 25 pays de l'Union
Européenne, réunis à Bruxelles,
ont décidé à l'unanimité de la
reprise de la coopération avec
les nouvelles autorités militaires
de transition... Lire page 3
ACTUALITÉ 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
2
LA RONDE LA RONDE DU
Un enlèvement avorté
n jeune enfant de 6 ans momentanément
enlevé la semaine dernière par une
femme a été très vite retrouvé grâce aux
services efficaces d'un marabout. La
mère de l'enfant venait juste de débarquer à
Nouakchott en provenance de Moudjéria. Tout se
passa ainsi très vite. En effet, le lendemain de son
arrivée, un vendredi, l'enfant en compagnie des gosses
de la maison s'en alla à la mosquée voisine pour
la grande prière du jour, la mosquée étant située
non loin du commissariat d'El Mina I. En cours de
route, le gosse aurait été intercepté par une dame
masquée qu'il suivit sans résistance après qu'elle lui
ait offert des biscuits et autres friandises. Et ce fut
la disparition. Alertée, sa maman en compagnie de
tous ses proches se mirent aux trousses de la
femme et alertèrent le commissariat d'à côté.
Malgré leur intensité, les recherches n'aboutirent à
rien. Dans la soirée, la mère de l'enfant saisit son
marabout traitant qui la rassura en ces termes : "
Ton enfant, lui dit-il, est à l'instant même bien portant,
il ne manque de rien et il est gai. La femme qui
l'a enlevé est actuellement dans l'embarras car elle
ne sait pas quoi en faire, donc d'ici demain, décrétat-
il, elle te le rendra. " Et effectivement, tout se passa
comme prédit par le marabout. En effet, samedi
matin, une femme se présenta au commissariat de
Sebkha accompagnée d'un enfant. Interrogée par la
police, elle dit avoir retrouvé cet enfant dans le quartier
d'El Mina et qu'elle l'a emmené chez elle dans
l'attente que ses parents se manifestent. Elle fut
immédiatement arrêtée car ses déclarations ne
convainquirent pas grand monde. L'enfant quant à lui
retrouva sa maman qui avait eu des sueurs froides.
En effet, cette dame revenait de loin. Frappée de stérilité,
elle ne parvenait pas à avoir d'enfant après 13
ans de mariage. C'est alors qu'elle prit contact avec
un marabout - celui-là même qui venait de sauver son
unique rejeton - qui la soigna. Seulement, 6 ans
après ce premier enfant, le second tardait à venir
c'est pourquoi elle avait décidé de revoir son marabout
qui lui avait demandé qu'en venant il faut qu'elle
amène avec elle son premier enfant. C'est ce qui
explique la présence du gosse qu'elle a failli perdre
n'eut été l'intervention surnaturelle du saint homme.
Cette mésaventure repose le problème de la sécurité
des enfants dans une ville aux contours de plus
en plus tentaculaires et où la criminalité sous toutes
ses formes trouve un terreau favorable et monte en
flèche. C'est pourquoi la vigilance doit être de mise
en devenant le maître mot. En effet, de sources
concordantes des groupes organisés composés surtout
de femmes s'adonnent au vol d'enfants.
BAKARI GUÈYE
BACARIGUEYE@YAHOO.FR
Entreprise Mauritanienne de
Recyclage
12 ans d'expérience
" Recyclage cartouches tous types : Imprimantes
- Copieurs - Fax
HP - Canon - IBM - Lexmark - Xerox - Brother ….
" Vente Toner digital copieur, Toner NP, Racleurs
PC, Tambours PC
" Service Traitement de Textes - Formation
* des garanties souples et étendues
* la qualité et l'économie + notre savoir faire =
une opportunité pour votre
avenir
Rue 41.164 T.Zeina Zone art n° 3 face Imprimerie
Nouvelle Médina 3
Tél. : 641 17 07 - 650 48 36 - Tél/Fax : 525 03 65 -
BP : 1169 NKTT
E-mail : emarec1994@yahoo.fr
EMAREC
Réuni ce mercredi sous la présidence
du Président du
CMJD, Chef de l'Etat, le
Conseil des ministres a été
marqué par l'adoption de plusieurs projets
de décret.
Pour le premier texte, il s'agit d'un
projet de décret instituant un programme
intégré pour la gestion des dépenses
publiques. Ce nouveau texte vise à
maîtriser la grille informatique pour
l'exécution des dépenses publiques qui
était régie par la loi N°184/74 du 3
septembre 1974. Cette modernisation
vise à une meilleure intégration au nouveau
contexte économique que vit le
pays. Cette nouvelle donne connue
sous l'appellation du plan Rachad est
orienté vers une décentralisation des
dépenses et une modernisation de l'administration
financière.
Ce plan qui s'appuiera sur une informatisation
totale intégrera dans une
premier temps la gestion des salaires
des fonctionnaires et agents de l'Etat
et le financement extérieur. Ce plan
piloté par le ministère des Finances
sera expérimenté dès juin 2006 dans
trois ministères pilotes que
sont le ministère de
l'Enseignement fondamental
et secondaire, le ministère
de l'Enseignement supérieur
et de la Recherche
Scientifique et le ministère
des Finances. La généralisation
de ce programme sera
effective avec le début de
l'exécution du budget de l'année
2007. Le but de ce programme
qui entre dans le
cadre de la bonne gouvernance
c'est la maîtrise de la
gestion des ressources
publiques.
Le second projet de décret
qui s'inspire des orientations
du Comité ministériel
chargé de la bonne gouvernance
et qui respecte les
prescriptions du code du
commerce énumère la grille
des matières de base soumis
à certaines normes
d'importation. Le but de ce
décret c'est d'alléger certaines
charges imposées au
citoyen par le système libéral. Ce projet
impose aux commerçants y compris
les détaillants de faire un état régulier
de leurs stocks en produits de première
nécessité.
Un autre projet de décret a trait à la
mise en place d'une stratégie de protection
des ressources en eau. Cette
stratégie va être élaborée conformément
aux prescriptions du code de
l'eau et de la politique nationale en la
matière.
Dans le domaine de la prospection
minière, deux permis de recherche ont
été octroyés. Ainsi, le permis 309 a
été donné à M.T pour la recherche du
fer dans la zone de Teniyemout El
Beidra dans la wilaya du Tiris
Zemmour. Ce permis qui entre dans le
cadre de la politique de promotion de la
recherche minière couvre une superficie
de 1205 km2 pour une durée de 3
ans. La société s'engage à faire d'importants
investissements pour cette
prospection et à informer les autorités
des éventuelles découvertes de nappes
phréatiques (eau). Par ailleurs, toutes
les taxes requises par le code minier
seront versées au Trésor Public.
Quant au second permis de recherche
qui a été offert à la société El Awj
S.A, il concerne toujours le fer (groupe
1) mais cette fois-ci dans la zone de
Aweywa en Inchiri. La superficie
concernée est de 77 km2. Cette société
comme la précédente s'engage à
honorer les points susmentionnés.
Le Conseil a, par ailleurs, entendu
une communication sur la politique
nationale des hydrocarbures. Dans
cette communication, on traite le
cadre général et les spécificités de la
période actuelle. Le cadre juridique y
occupe également une place importante.
Il y a également le cadre institutionnel.
L'objectif principal de cette politique
c'est la gestion rationnelle des
ressources pétrolières et la mise en
place d'une infrastructure qui permettrait
d'atteindre les objectifs généraux
de développement durable avec des
impacts positifs sur les conditions de
vie des populations.
Cette politique est fondée sur l'appui
sectoriel, la révision du cadre juridique,
la protection de l'environnement et l'organisation
de campagnes géologiques
et géophysiques et une meilleure politique
de communication entre autres.
En réponse aux questions des journalistes,
le ministre a écarté d'un
revers de la main les allégations d'un
collègue qui soutenait que le changement
de date du meeting du Président
du CMJD à Nouakchott qui était prévu
le 10 juin est lié aux dernières arrestations
dans les milieux salafistes. Pour
le ministre, il faudrait chercher l'explication
du changement de date de ce
meeting ailleurs. En effet, rappellera-til,
c'est le 10 juin que sera lancée la
campagne électorale pour le référendum
du 25 juin prochain.
A une question sur les garanties
offertes pour la sécurité du plan
Rachad, M. le ministre assure que toutes
les mesures seront prises rappelant
que ce plan qui a été mis à exécution
après une étude approfondie va
dans un premier temps être testé
dans les 3 ministères susmentionnés
et on aura le temps de faire une évaluation
et de tirer les erreurs de parcours.
BAKARI GUÈYE
Conseil des ministres
Le plan "Rachad" activé
et politique des hydrocarbures
Que savait-on de la Mauritanie
depuis le départ de Ould
Taya ? Rien, ou si peu de
choses. Une fois le dictateur
parti, certains ténors du PRDS désarmés,
les malheurs de la médiocrité
écartés, ce pays qui habita ma conscience
durant quinze ans fut rayé de
ma carte mentale. Plus de dictateur,
plus de nouvelles.
Une transformation en profondeur
de ce pays était pourtant à l'oeuvre
durant toutes ces dernières années,
alchimie secrète et complexe où se
mélangèrent la prise de conscience de
certains responsables de l'urgence
d'un changement politique et éthique
dans ce pays et l'arrivée à l'âge adulte
d'une génération qui ne connut que la
dictature et rêvait de liberté et de révolution
sociale.
De cette alliance, à elle-même
inconnue, naquit ce mouvement
extraordinaire qui vit les rues de
Nouakchott submergées de drapeaux
mauritaniens et d'appels à une
Mauritanie démocratique et souveraine.
Fin d'été éphémère, illusoire unité,
personne ne saurait dire aujourd'hui
quel sera l'avenir de ce pays. Mais à
ceux qui n'y verraient qu'un opportunisme
politique doublé d'un aveuglement
partisan et indifférent à l'égard d'une
partie de la nation mauritanienne, en
l'occurrence, la communauté négroafricaine,
il suffirait d'adresser le texte
de " la déclaration de Dakar ", rédigé à
plusieurs mains, signé par plusieurs
personnes d'appartenance différente
et paru en août 2005 dernier.
Ce texte, pouvait-on deviner, s'adresse
à tous les mauritaniens, hommes
et femmes, jeunes et vieux, résidentiels
et émigrés pour engager avec
eux un dialogue et parvenir à lancer
une nouvelle dynamique pour jeter les
bases d'une autre Mauritanie.
De cet engagement au dialogue,
nous voudrions être partie prenante,
modestement mais résolument.
HASSENA OULD ELY
PROFESSEUR D'ECONOMIE
LE MANS- FRANCE
POINT DE VUE
Avis aux lecteurs
Le mardi 5 juin, vous aurez entre vos mains le
millième numéro de votre quotidien Nouakchott
Info. Importance de l'événement oblige, vous aurez
une édition spéciale célébrant les douze années
d'existence de votre journal. Pour ce faire, le supplément
mensuel du vendredi sera reporté.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
ACTUALITÉ NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006 3
Suite de la page 1
Mais comme les marchés en
cours engagés par Tradima-TP,
devaient permettre l'approvisionnement
de notre compte de plus
de 300.000.000 UM, l'autre
partie est allée chez un cadi à
Arafat qui leur a fait une saisie
sur un compte soi-disant au nom
de Moctar Ould Abdellah, alors
qu'il était ouvert au nom de
Tradima-TP."
A ce stade de la discussion, l'avocat
de Tradima, maître Yahya
Ould Abdou, interviendra pour
préciser à son tour : "J'ai contacté
le cadi pour lui rappeler que
cette affaire ne relève pas de son
ressort mais il ne tînt pas compte
de mon appréciation. J'ai alors
fait appel contre l'ordonnance de
rejet et demandé au président de
la chambre civile auprès de la
Cour d'Appel de Nouakchott, une
ordonnance de référé de suspension
d'exécution en attendant de
se statuer sur le fond du dossier
et l'affaire est encore à ce niveau
là. Je dois avouer que les procédures
faites par l'huissier sortent
de l'ordinaire".
La Bacim-Bank porte plainte
Quant à la plainte de la Bacim-
Bank, adressée le 31 mars
2006 au Ministre de la justice,
elle relate les faits en soulignant
que l'huissier ne s'est pas rendu
à la direction générale pour l'informer
de sa visite, se contenant
de semer la panique chez les
clients de la banque en ordonnant
aux policiers l'accompagnant "de
ligoter tout client qui se permettrait
de bouger, d'empêcher
toute personne d'entrer ou de
sortir de la banque !" et que cet
état de siège a duré au moins
deux heures et demi. Se question
" pourquoi tout cela ? ", la Bacim-
Bank a également rappelé que le
comportement de cet auxiliaire
de la justice lui a porté un préjudice
extrême, la descente de la
police se produisant au moment
où la banque était en discussion
avec des partenaires étrangers
qui n'ont certainement pas été
encouragés par cette scène à
venir investir en Mauritanie.
La direction générale de la
Bacim-Bank devait encaisser le
coup, estimant que le coup était
déjà parti et le mal fait, mais ne
peut s'empêcher de s'adresser
au Ministre pour que "des sanctions
exemplaires soient prises
contre l'auteur de ce qui n'est
pas seulement une faute professionnelle
mais une intention manifeste
de nuire."
Quoiqu'il en soit, le tohu-bohu
soulevé par l'huissier à l'intérieur
et à l'extérieur de la Bacim-Bank,
mardi 30 Mai 2006, n'est pas
prêt de lui rapporter gros !
Affaire à suivre ….
MK
Affaires:
Energie
La Somelec au creux de la vague
Il est vrai que depuis la fin de
l'année dernière, certains facteurs
exogènes défavorables se
sont aggravés au grand préjudice
de la Somelec. Il y a eu surtout la
flambée des prix des hydrocarbures
qui entrent à hauteur de 2/3
environ du prix de revient du
kWh. On imagine dès lors aisément
toute la portée de la
dépendance de la Somelec vis-àvis
des produits pétroliers.
" Chaque dollar qui s'ajoute au
prix du baril du pétrole, nous
explique le Conseiller en
Communication du DG de la
Somelec, se traduit pour nous
par une augmentation des charges
de l'ordre de plusieurs dizaines
de millions d'Ouguiyas ".
C'est dire combien la Somelec
a dû souffrir quand on sait que le
cours de l'or noir est passé du
simple au triple ces dernières
années, passant d'un peu plus de
20 dollars à plus de 65 dollars
aujourd'hui. Conséquence pour la
Somelec : une trésorerie négative
et un déficit structurel de plus de
2 milliards d'Ouguiyas.
Evidemment les arriérés hérités
des précédents exercices (7
milliards environ) ne sont pas de
nature à faciliter les choses.
D'autre part, la croissance
rapide enregistrée en matière de
demande d'énergie n'est pas
nécessairement un facteur négatif
mais c'en est un en l'occurrence
car la société n'y était pas préparée.
Les équipements sont
pour la plupart vétustes et mal
entretenus depuis de longues
années. La production est saturée
et même si elle ne l'était pas,
le réseau dont la capacité de
transit a été dépassée ne pourrait
pas évacuer l'énergie demandée.
C'est ce qui explique la fréquence
des interruptions du courant
qu'a connues la ville de
Nouakchott l'été dernier , phénomène
auquel il faudra s'attendre
encore cette année car l'effet des
améliorations apportés au réseau
sera annihilé par la croissance de
la demande qui atteint 10 % par
an.
C'est dans ces circonstances
pour le moins difficiles que , faisant
feu de tout bois, le staff de
Ould Bahiya a adressé à ce dernier
un mémorandum dans lequel
il l'assure de son soutien dans le
cadre du combat qu'il mène en
vue de relever les défis auxquels il
fait face.
Dans le même esprit, les deux
centrales syndicales présentes
au niveau de la Somelec (la CGTM
et l' UTM) ont rendu public une
déclaration dans laquelle elles ont
exprimé leur " adhésion à l'oeuvre
de redressement engagée par
l'actuelle Direction générale ".
Elles ont également invité " l'ensemble
du personnel à faire preuve
de plus de dévouement et de
persévérance dans le travail ".
Par la même occasion, les deux
sections syndicales en question
avaient requis "une attention particulière
de la part des autorités
publiques, notamment en ce qui
concerne la réalisation des
actions prévues au programme
2005/2007 élaboré par la
Direction générale de la
Somelec".
Espérons que leur appel sera
entendu!
JD
JEDNA@MAPECI.COM
Economie
L'UE annonce une reprise de la coopération bilatérale
La suspension de la coopération
entre l'UE et la Mauritanie,
décidée par l'ensemble européen
au lendemain du putsch militaire
contre l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
va donc reprendre de plus belle.
Même si des signes de cette
éventualité de la reprise avaient
déjà donnés, c'est aujourd'hui officiel
: la Mauritanie va bénéficier
des avantages du IX FED (fonds
européen pour le développement).
Ainsi en ont décidé les
ministres européens se fondant
sur les initiatives prises par le
gouvernement de transition pour
le renforcement des principes
démocratiques, de respect des
libertés fondamentales et de la
bonne gouvernance, annonce une
note d'information du conseil de
l'Europe.
Cependant, l'UE précise qu'un
nouveau document stratégique
de coopération avec la
Mauritanie est en stand by en
attendant le rétablissement de
l'ordre constitutionnel, par l'organisation
d'élections présidentielle
et parlementaires "libres et
transparentes".
Par ailleurs, l'UE a réitéré
qu'elle considérait le coup d'Etat
d'août 2005 comme une violation
des principes essentiels des
accords UE-ACP qui règlent les
relations entre les 25 pays de
l'Union et les pays Afrique-
Caraïbes et Pacifique.
Un rendez-vous a été pris en
Novembre par l'UE avec les autorités
de transition pour l'ouverture
d'un dialogue politique devant
conduire à l'analyse de la situation
en Mauritanie et des efforts
déployés par le gouvernement de
transition pour l'avènement d'un
Etat démocratique dans le pays.
La bouffée
d'oxygène se réalise
Depuis le début des changements
politiques intervenus en
Mauritanie, les nouvelles autorités
de transition (CMJD et
Gouvernement) étaient préoccupés
par la position de l'Union
Européenne quant au renversement
de l'ancien président
Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya,
qui malgré les critiques sur le
système qu'il a mis en place, était
considéré comme un président
"démocratiquement élu". D'abord
par principe, la réaction de
l'Union Européenne ne s'est pas
faite attendre avec la condamnation
du putsch du 3 août 2005.
Mais tout comme l'UA, le 4 août
2005, qui a probablement joué
un rôle dans la décrispation de la
crise avec l'UE, cette dernière
s'est rendue à l'évidence que le
putsch militaire contre Taya était
perçu comme une délivrance par
nombre d'acteurs politiques, y
compris son propre parti (PRDS),
soucieux de dépasser les blocages
politiques dans le pays.
Plusieurs missions de l'UE dont la
dernière en date est celle d'une
délégation parlementaire conduite
Madame Luisa Fernanda Rudi
Ubeda (Photo). La décision officielle
de l'UE de reprendre sa coopération
avec notre pays retentit
comme une bouffée d'oxygène
pour les autorités gouvernementales.
L'UE, faut-il le rappeler, est le
premier bailleur de fonds multilatéral
de la Mauritanie avec pas
moins de 61% du volume total de
cette coopération. L'UE avait
cependant décidé, sous le régime
de Ould Taya, de réduire de 10
millions d'euros ce volume d'aide,
après la découverte du pétrole en
Mauritanie. Nonobstant cette
nouvelle donne, l'UE reste largement
tributaire, elle aussi, des
accords de pêche avec la
Mauritanie. Des accords de
pêche quinquennaux qui rapportaient
au pays 460 millions d'euros.
Ces accords que les européens
tentent de muer en accord
de partenariat connaissent
quelques difficultés de renégociations.
Les européens se montrant
plus avares au moment où
les plus hautes autorités du pays
parlent de l'urgence de l'assainissement
et de la bonne gouvernance
dans ce secteur renouvelable.
JD
NATION 997
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
4 NOUAKCHOTT INFO
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
D'ailleurs cette divagation
animale peut être
à l'origine de beaucoup
de dangers. Elle
est souvent à l'origine des accidents
de routes, mais elle constitue
également le moyen le plus
indiqué pour la propagation de
redoutables maladies contagieuses.
On se rappelle qu'une flambée
de Fièvre hémorragique de
Crimée-Congo causée par la morsure
des tiques avait sévi en
Mauritanie en 2003. Le 21 mars
2003, le ministère de la Santé et
des affaires sociales de la
Mauritanie faisait état de 35 cas
de FHCC (18 cas confirmés en
laboratoire), dont six décès. En
date du 8 mars, 27 des 30 cas
déclarés à ce moment là provenaient
de la capitale, Nouakchott.
Si l'on sait que cette maladie se
transmet généralement par la
manipulation des animaux domestiques
infectés, comme du bétail,
des moutons ou des brebis; il est
facile de se rendre compte que
les populations de Nouakchott
vivent continuellement sous la
menace d'une récidive.
L'autre inconvénient lié à cette
divagation animale tient surtout
au fait que ces animaux contribuent
à salir la ville et leur omniprésence
donne à Nouakchott un
sacré coup de désordre indigne
d'une capitale qui reflète l'image
de toute une nation.
Il faut souligner toutefois que
cette divagation animale est surtout
encouragée par l'attitude
complice des mairies de
Nouakchott qui ne daignent faire
aucun effort pour mettre fin à ce
phénomène. Ceci d'autant plus
que, les tas d'ordures qu'on laisse
se former exercent un attrait
irrésistible sur ces animaux en
divagation. Bien que le phénomène
soit général à Nouakchott
force est de remarquer qu'il est
plus accentué au niveau de certaines
communes. Dar Naim ;
Ksar, El Mina, Arafat, Sebkha et
Teyarett détiennent les palmes
d'or en matière de divagation animale.
"Normal dira BG, c'est
parce qu'au niveau de ces quartiers
, les populations continuent
encore à perpétuer le mode de
vie campagnard. La sédentarisation
forcée qui s'est faite sans
aucune préparation, explique en
grande partie cette propension à
continuer à vivre avec les vieilles
habitudes. C'est la promixité
entre bétail et être humain dans
le monde rurale qui est reproduite".
Un argument tout à fait plausible
si l'on sait qu'à Nouakchott il
y a encore des familles qui ne
peuvent pas se passer de leur
Zrig à base Chinin (lait caillé obtenu
à partir du lait frais des chèvres).
Toujours est-il que, des mesures
draconiennes doivent être
prises pour mettre fin à cette
divagation animale qui expose les
populations de Nouakchott à de
nombreux dangers. il faut remettre
au goût du jour les fameuses
fourrières pour dissuader tous
les petits malins qui lâchent leurs
animaux errer en pleine ville,
comme si chez nous les règle
citadines ne valent pas grand
chose.
KHALIL SOW
KHALIL1965@YAHOO.FR
Animaux en divagation
Le règne des brebis…galeuses!
C'est dans le tout nouveau
centre culturel communal
d'Atar que le ministre
des Affaires
Economiques et du
Développement a ouvert le
30 mai à 17 heures les travaux
des ateliers interrégionaux
de concertation
sur le cadre stratégique de
lutte contre la pauvreté
pour sa phase II, destiné
aux régions Nord.
Les autorités administratives,
les services
techniques régionaux,
les élus locaux,
les OCB, ONG et OSP, les
syndicats, le secteur privé,
les projets et intervenants en
matière de développement,
la presse et les partenaires
techniques financiers, présents
dans les régions de
l'Inchiri, Adrar, Tiris
Zemmour et Dakhlet
Nouadhibou, sont tous représentés
dans cette importante
manifestation.
Aux côtés du ministre des
Affaires Economiques et du
Développement, le commissaire
adjoint aux droits de
l'homme à la lutte contre la
pauvreté et à l'insertion, le
conseiller du ministre de
l'Intérieur, des Postes et
Télécommunications, facilitateur
et animateur de ces ateliers
les wali des régions
Nord, ainsi qu'un staff de
cadres techniques dont le
Directeur du Trésor public.
Ouverts par un mot de
bienvenue prononcé par le
maire de la ville d'Atar, président
de l'Association des
maires du Nord, les travaux
ont commencé par une présentation
technique du cadre
stratégique de lutte contre la
pauvreté.
Profitant de la présence
du ministre et du commissaire
adjoint, les participants
n'ont pas attendu la constitution
des groupes de travail
pour s'enquérir sur les informations,
éclaircissements et
questions relatifs à un sujet
aussi important que la lutte
contre la pauvreté.
Les principales interventions
ont porté sur le rôle et
la mission du CDHLCPI, la
définition de la pauvreté, les
critères pris en compte pour
l'élaboration des statistiques,
la vision du gouvernement de
la transition du cadre stratégique
sur la pauvreté, la
réhabilitation de l'enseignement,
l'implication de la
société civile, le rôle des
sociétés industrielles et
minières dans les régions
dans lesquelles elles sont
implantées.
Le MAED et le commissaire
adjoint ont - tant bien que
mal- apporté beaucoup de
précisions nécessaires à la
compréhension de l'intérêt et
de l'objectif de ces ateliers
qui se dérouleront du 30 mai
au 1er juin à Atar.
Nous y reviendrons.
ELY SALEM KHAYAR
Adrar
Ateliers inter-régionaux
de concertation sur le CSLP-II Accompagnée d'une
forte délégation, monsieur
Saleh ould hanane
a présidé un important
meeting ce dimanche 28 mai
dans la ville de Zouerate. Sous
une pluie fine Abderrahmane Ould
Hamed coordinateur régional du
parti a pris la parole pour souhaiter
la bienvenue à son hôte et
à la délégation qui l'accompagne.
Ould Hamed stipule qu'il réside
depuis 40 ans à Zouerate et qu'il
ne s'est jamais impliqué dans la
politique mauritanienne qu'il juge
être une mascarade qui fait usage du
faux. Aujourd'hui il accède pour la première
fois à la tribune de Zouerate c'est
tout simplement parce que cette fois-ci
il y croit et place sa confiance en ce
parti et en ses leaders tant qu'ils sont
sur la bonne voie du changement porteur
de justice d'égalité et de paix au
peuple mauritanien.
Prenant la parole le président Saleh
Ould Hanane a expliqué les grandes
lignes de son parti ,un parti qui opte
pour la consolidation de l'unité nationale
longtemps muselée, une reforme de
l'enseignement mûrement réfléchie susceptible
de le sauver de la déliquescence
dans laquelle il se trouve. Redonner
à la Mauritanie sa place privilégiée de
terre d'intersection entre l'Afrique et le
Maghreb arabe. Enfin Saleh dit entièrement
souscrire au programme du
CMJD et exhorte l'ensemble de ses militants
à voter massivement pour le oui
au referendum du 25 juin prochain.
Dans la soirée Saleh a présidé une
réunion de cadres dans laquelle il a expliqué
d'avantage les idéaux du parti et a
éclairci sa position par rapport à certaines
questions d'intérêt national. De
l'avis de l'assistance, les préjugés qu'avaient
les gens sur Saleh d'être un soldat
converti en politique d'où une incompatibilité
se sont vite effrités pendant
ces rencontres.
CP HAROUNA CISSÉ
Partis
Hatem à Zouerate
Nouakchott connaît depuis
quelques temps un véritable
phénomène de divagation animale
qui expose les populations
à un véritable danger
public. Chèvres moutons et
chiens errants se déplacent à
longueur de journée sans être
inquiétés. La prolifération des
ordures, les habitudes bédouines
et l'indifférence collective
sont les facteurs qui favorisent
ce phénomène tout à fait aux
antipodes des règles de vie
moderne.
AVIS
Les agences ELMIRAJ et ESPACE VOYAGES informent le public que
les formalités pour la Oumra vers les lieux saints sont ouvertes depuis
le Lundi 29 Mai 2006.
A cet effet, il est demandé à la clientèle intéressée de nous contacter:
Par Téléphones au : 529 28 43 / 524 48 91
Par Fax : 529 28 44 / 524 48 89
Par E-mail : rim_ev@yahoo.mr / elmiraj@amadeus.mr
Ou sur place : Immeuble El Mamy, Côté BMD
Le dernier délai pour les formalités de la Oumra du Ramadan est
fixé au 31 juillet 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
REGION 5 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NI : Comment se porte l'APP
sur le plan local, pensez-vous pouvoir
conquérir enfin Tidjikja ; maintenant
que le jeu politique est devenu plus
ouvert ?
Mohamed Vall Ould Bouh : Merci
de m'avoir donné l'occasion d'entretenir
les lecteurs de votre journal
de la situation de notre parti
sur le plan local. Tout d'abord,
j'aimerai dire que l'APP se porte
très bien à Tidjikja et au niveau du
Tagant d'une façon générale.
Notre parti, malgré la campagne
de diabolisation dont il a toujours
été victime, demeure un parti
fort. Un parti de masse qui continue
chaque jour à élargir sa base
grâce aux nombreuses adhésions
qu'il enregistre
Et à votre question relative à
notre éventuelle conquête de
Tidjikja, je vous dirai que nous
sommes très motivés et le
moment venu, ce sont plutôt les
chiffres qui vont parler et ces
chiffres nous sommes certains,
ne démentiront pas notre profond
encrage au niveau local.
NI : Votre programme politique
prend-t-il suffisamment en compte
les préoccupations des populations
locales ?
MVB : Ici tout le monde sait sur
quel programme nous basons
notre action. Nous souhaitons
que les populations locales vivent
en parfaite harmonie et que toutes,
elles pussent profiter sans
discrimination aucune, des avantages
que devrait leurs procurer
leur appartenance à ce pays. En
d'autres termes, notre programme
se base essentiellement sur
la promotion sociale, la justice
pour tous et l'accès aux services
de base que sont l'habitat, la
santé et l'éducation.
NI : Quel bilan faites vous de la
récente visite effectuée par
Messoud Ould Boulkheîr au Tagant ?
MVB : Pour ce qui est de la
récente visite du président de
l'APP dans la région, elle a été un
véritable succès tant du côté de
l'affluence que du côté du démantèlement
d'une certaine opinion
défavorable à notre parti qui le
présentait comme un parti d'extrémistes
affiliés aux Batthistes
et aux Flamistes et aux chauvins
de tout bord. Heureusement, le
passage de Messoud Ould
Boulkheîr à Tidjikja a permis de
régler ce problème. Lui-même au
cours de la réunion des cadres,
n'a pas répondu à ce genre de
questions, ce sont ses collaborateurs
qui l'ont fait à sa place.
Mais ce qu'il faut retenir après
cette réunion c'est que , beaucoup
se sont rendus compte
qu'ils s'étaient lourdement trompés
au sujet de l'APP. Moi-même,
j'ai eu à maintes reprises des
entretiens avec des intellectuels
locaux qui m'ont certifié qu'ils ont
désormais une toute autre appréciation
de l'APP.
NI : Parlez-nous un peu du
RAVEL.L'opération a-t-elle été une
réussite au Tagant ?
MVB : Au début, elle ne l'avait
pas été parce que de nombreuses
populations ont été transférées
de Nouakchott pour venir
s'inscrire à Tidjikja et ceci sans
qu'elles n'en soient empêchées.
Pendant cette même première
phase, les partis politiques n'ont
pas été associés. C 'est tout dernièrement
que le Wali du Tagant
nous a convoqué en réunion dans
son bureau pour nous informer
du lancement de la deuxième
phase du recensement dite opération
bureaux fixes. Nous avons
répondu à son appel et avons discuté
avec lui de toutes les questions
qui nous ont été soumises.
Seulement, force est de reconnaître
que la question de la résidence
évoquée durant cette
réunion nous a beaucoup surprise.
Les critères retenus pour
prouver la résidence de tel ou tel
autre, ne devraient pas être laissés
à la seule appréciation des
recenseurs. Il aurait été de bon
ton d'associer les partis politiques
pour plus de transparence
et d'objectivité. Je ne vois pas à
quoi bon nous faire le listing des
critères de résidence, pour nous
dire qu'ils sont laissés à l'appréciation
exclusive des recenseurs.
NI : Parlez-nous un peu du cadre
de concertation regroupant la plupart
des formations politiques ayant
une assise locale au Tagant et dont
vous êtes membre.
MVB : Il s'agit d'une initiative
prise en commun accord avec
l'ensemble des partis politiques
représentés à Tidjikja .L'objectif
que nous visons est de créer un
cadre de concertation qui nous
permettra face à l'administration
et à la CENI de nous positionner
en interlocuteur commun. Ce qui
aurait l'avantage d'aider efficacement
à aplanir les difficultés et
de créer une convergence de
vues capable nécessaire pour
réussite de la transition en cours.
NI : Malgré les mesures d'allégement
annoncés par le CMJD, les
consommateurs de Tidjikja continuent
encore à se plaindre. Selon
vous qui est ce qui peut aider efficacement
à régler ce problème pour de
bon.
MVB : La baisse des prix des
denrées de base n'aura jamais
lieu dans notre pays aussi longtemps
que les hommes d'affaire
et les commerçants seront
craints par nos pouvoirs publics.
Ce ne sont pas les bonnes intentions
ni les bonnes idées qui manquent
dans ce pays, c'est leurs
application qui fait largement
défaut.
Il n'empêche que sur le plan
local nous sommes partis voir le
Hakem de Tidjikja, il y a de cela
deux mois, pour protester auprès
de lui de la montée vertigineuse
des prix au niveau du marché de
Tidjikdja. Depuis lors mes amis
des autres partis politiques peuvent
le témoigner, rien n'a changé.
Au contraire, les prix montent
le jour au jour au grand dam des
populations locales qui sont malgré
tout obligées de s'approvisionner.
PROPOS RECUEILLIS PAR
KHALIL SOW CP TAGANT
Mohamed Vall Ould Bouh
“Notre parti, malgré la campagne de diabolisation
dont il a toujours été victime, demeure un parti fort”
Cadre APP parmi les plus
influents au niveau du Tagant,
Mohamed Vall Ould Bouh est
surtout connu par sa fidélité et
sa constance. Ses convictions
politiques et sa loyauté à son
parti, font de lui aujourd'hui
l'un des interlocuteurs locaux
de l'APP les mieux indiqués.
Nouakchott-info l'a interpellé
sur certaines questions liées à
l'actualité locale, voici ce qu'il
nous en dit.
SPORTS 6 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
UFW0 R T MFR J I T ZQI KJ NQ_ I NY FS YFW
HTZWWNJ Q> R T MFR J I KJ NQ_E _FMTT /KW
Le Complexe du Stade
Olympique, tant convoité,
tombe dans l'escarcelle
de Ahmedou Ould Bock,
qui occupait le poste de directeur
de la Lecture Publique. Il doit probablement
cette nomination, à
son dynamisme ses derniers
mois dans les différentes activités
du ministère. Il aura la lourde
tâche de redorer le blason bien
terni du seul complexe sportif du
pays. Sidi Ould Elemine, inspecteur
de jeunesse a été nommé
comme adjoint au Complexe
Olympique. Le poste de Directeur
de la Lecture Publique revient à
Mme Zeinebou Mint Ely Salem,
très connue dans le milieu de la
presse pour être écrivain journaliste.
Titulaire d'un DEA en
Sciences Politiques, ancien professeur
d'Anglais, Zeinebou dite
El Ghalia Mint Ely Salem est également
Présidente de
l'Association des Journalistes
pour la Défense des Droits de
l'Enfance et de la Femme. Sa
nomination est considérée
comme une promotion méritée.
Elle aura comme adjoint, Sidi Ould
Mohamed, précédemment directeur
adjoint de la jeunesse.
Mohamed Ould Ghali, précédemment
Directeur du Complexe
Olympique irait comme complément
d'effectif au Ministère.
Les grandes
directions tombent
La direction de la jeunesse
revient à Adnan Ould Beyrouk,
précédemment directeur adjoint
de la Culture. Grand travailleur et
homme de conception, il aura la
lourde tâche de succéder à Bih
Ould Abdel Kader, qui avait le tact
pour attirer les bailleurs de fonds.
Ce dernier qui se trouve actuellement
en séminaire au Maroc
passe comme Conseiller à la
Culture à la place de Dahid.
Ahmed Ould Beibeni, le très actif
délégué Régional de la Wilaya de
Nouakchott passe au poste de
Directeur Adjoint de la Jeunesse.
Un secteur qu'il connaît pour y a
avoir travaillé de longues années.
D'ailleurs, certains considèrent
que ce dernier devait
passer Directeur
Central. Au niveau de
la Direction des
Etudes et de la
Pr og r ammat io n ,
c'est Mohamed
Lemine Ould Hamadi,
qui prend la place de
Sidi El Moctar Ould
Sidina, qui faisait du
sur place loin de son
secteur de prédilection,
la pêche. Il
aurait comme
adjoint, une nouvelle
figure bardé de diplômes.
La Direction de
l'IMRS a été confiée à
Bowba Ould
Mohamed, un professeur.
Le cabinet aussi!
Si pour les directions
citées, les noms
sont quelque peu
connu, il n'en est pas de même
pour la Direction de la Culture et
celle du Centre de Formations
des Cadres de la Jeunesse et des
Sports. Ces deux postes ont été
confiés à des nouveaux dans le
département. Le direction des
Bibliothèques et Musées a été
confiée à une femme, nouvelle
dans le département.
Le changement a touché aussi
au Cabinet. C'est ainsi que
Mohamed Ould Meidah, directeur
de la Culture, a été désigné
au poste de Chargé de mission
vacant depuis le départ de Fall
Youssef. Grand cadre, il sera d'un
grand apport dans ce nouveau
poste. Jiyid, passe comme
conseiller juridique à la place de
Ould Sefah et H'meida Ould
Agheb, conseiller Sports, à la
place de Sid'Ahmed Ould
Houssein, qui pourrait aller à
Nouadhibou, comme Délégué
Régional.
Les techniciens hors course
Bref, un vaste changement
comme celui, qui était annoncé
depuis plusieurs semaines.
Vraisemblablement, Mme
Mehla Mint Ahmed, a voulu s'entourer
d'une nouvelle équipe pour
la deuxième partie de la transition
afin de mettre en pratique ces différents
programmes, ceci toujours
selon les observateurs les
plus avertis. Mais après lecture
des noms annoncés, on
remarque néanmoins, que dans
ce puzzle, les techniciens ont été
oubliés. On peut remarquer dans
ces changement que les cadres
de sports n'ont véritablement
pas la côte et ceux de la jeunesse
ne sont pas non plus gâtés.
Certes, le travail de conception
est important, mais la technicité
l'est aussi. Madame Mahla Mint
Ahmed, est certainement consciente
de l'importance de cela.
Maintenant, il s'agit pour les nouveaux
nominés de ne pas se prélasser
dans leurs nouveaux fauteuils,
mais de contribuer à la
bonne marche du département.
C'est le nouveau de Madame la
ministre, mais aussi celui de tout
ceux qui s'intéressent au secteur.
Après tout, il n'y a pas de places
internelles, mais il faut bien mériter
sa " place ".
On peut dire que la nomination
de Beyni à la tête de la Direction
des Sports était une bonne
chose, malgré les critiques. Il
faudrait qu'on dise autant, après
quelques mois de celles, qui viennent
d'intervenir ?
Ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports :
Le grand chambardement
Finalement, le communiqué sanctionnant les travaux du Conseil
des Ministres est passé au journal télévisé en français. C'est un
ouf de soulagement, qui a été poussé par les " nominés " du
ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports et une résignation
pour les " débarqués " qui s'accrochaient à un mince espoir,
après les informations en Arabe( qui n'ont pas fait état de changement).
Mme Mehla Mint Ahmed, ministre de la Culture de la
Jeunesse et des Sports a finalement réussi à faire passer son mouvement.
Un changement vaste qui touche les principales directions
centrales.
Tournoi de Tennis de la Snim :
Oumar en route pour la Tunisie
Tournoi de Football Challenge BMCI :
Les récompenses
La céremonie de remise de récompenses du tournoi
de football Challenge BMCI est prévue jeudi soir au
Novotel T'Feila. A cette occasion, l'ensemble de la
famille sportive a été convié à cette grande, qui
marque la fin effective du tournoi cette année. L'équipe de
Zem Zem, vainqueur du tournoi, qui doit voyager le 06 juin
en Allemagne pour assister au match d'ouverture de la
Coupe du Monde à Munich, sera la coqueluche de la soirée.
Cette équipe qui pratique un football agréable a défié
tous les pronostics en remportant le titre cette année. Les
équipes qui ont terminé dans le dernier carré seront toutes
récompensées, ainsi que l'équipe fair-play, le meilleur
joueur, le meilleur encadreur, etc.
Stade Municipal de Nouadhibou :
La pelouse en question
La pelouse du stade municipal de Nouadhibou a
refait surface lors de la dernière visite du Chef de
l'Etat dans la capitale économique. Les autorités
locales avaient prévu de profiter de ce passage
pour inaugurer officiellement le terrain, dont il ne reste
plus que la pelouse. Mais en dernière minute de crainte de
soulever, justement le problème de la pelouse, il a été décidé
de l'enlever du programme officiel. Selon nos informations,
celui qui détenait le marché de la pelouse, a décidé
de le laisser, considérant que 250 millions d'ouguiyas, n'étaient
pas suffisants pour sa réalisation. Ce faux bond
confirme les appréhensions des nombreuses voix qui s'étaient
levées à l'attribution dudit marché. Il relance aussi,
les marchés gré à gré, qui bloquent aujourd'hui d'énormes
projets.
Le stade Municipal de Nouadhibou risque de ne pas avoir
de pelouse de sitôt, à moins d'une intervention de l'Etat
pour débloquer cette situation. En tous cas, tous les
regards sont tournés vers la Mairie et l'Amextipe, qui
gèrent cet épineux dossier.
Le tournoi de Pétanque doté
du trophée du Directeur
Général de Snim, organisé
la semaine dernière à
Nouadhibou, a été remporté finalement
par la triplette Yacoub,
Moulaye Zeine et Traoré. En finale
contre l'équipe de Radio FM
Nouadhibou, les Nouakchottois ont
réussi à s'imposer à l'issue d'une
rencontre indécise. Dans les deux
dernières mènes, les Stéphanois
encouragés par leurs nombreux
supporters auraient même pu
gagner, n'eut été le mauvais choix
du tireur Cheikh, qui a choisi le plus
difficile pour effacer deux boules. En
ratant ces deux tirs, il a donné la
victoire à l'équipe de Yacoub, qui n'a
jamais tremblé. Compétitive et
expérimentée, cette équipe a tout
au long du tournoi bien géré son
tournoi. Le calme olympien de
Yacoub, la force tranquille de
Traoré et l'engagement de Moulaye
Zeine, ont fait le reste.
Les deux premiers après avoir
remporté le tournoi de Saint-Louis,
il y a deux semaines, ajoutent un
autre titre à leur palmarès et confirment
de meilleurs joueurs mauritaniens
du moment. Moulaye Zeine,
qui remporte pour la 5ème fois, le
tournoi de la Snim, confirme tout le
bien que l'on pense de lui.
Seulement, il faudrait qu'il soit bien
encadré pour être efficace.
Dans les prochains jours, l'ensemble
de ces boulistes se rendront
à Saint-Louis pour un autre
tournoi, qui va encore renforcer
leurs capacités. Cheikh Ould
Mohamed Saleh, le 1er vice-président
de la Fédération pourrait bien
réediter son exploit en remportant
la consolante et en laissant le
concours aux jeunes limiers.
Tournoi de Jeux de Boules de Nouadhibou :
Yacoub, Moulaye Zeine
et Traoré, au dessus du lot
Après le tournoi de
Tennis de la Mattel, le
jeune Oumar
Youmbawa, vient de
remporter la semaine dernière à
Nouadhibou, l'Open de Tennis de
la Snim. Ce tournoi qui a duré
trois jours a regroupé des
joueurs de Zouerate, Nouakchott
et Nouadhibou, dans les différentes
catégories. Dans la catégorie
senior, Oumar a montré encore
une fois sa suprématie devant 16
autres candidats. Par la précision
de ses services et ses
volées, il a réussi à s'imposer
avec brio. Cette victoire, lui permet
d'envisager avec sérénité le
stage qu'il doit effectuer à partir
du 30 décembre 2006 en
Tunisie. Ce stage qui est pris en
charge par la Mattel, va lui permettre
de perfectionner son tennis
et d'entrer peut être dans le
circuit professionnel. C'est le
voeu du jeune prodige, qui a signé
un contrat de sponsoring avec la
Mattel, d'une année qui va lui
permettre de progresser.
A l'issue du tournoi de
Nouadhibou, il a tenu à remercier
cette société pour l'intérêt
qu'elle porte à la promotion du
tennis dans notre pays. Il a aussi
lancé un appel aux promoteurs
nationaux afin de soutenir ce
sport, qui peut apporter de grandes
satisfactions à notre pays.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
TRIBUNE 7 NOUAKCHOTT INFO 997
QUOTIDIEN N° 997 JEUDI 01 JUIN 2006
NOUADHIBOU
El Vagha Ould Mohamed Cheïbani
Mohamed Said
TAGANT
Khalil Sow
TRARZA
Ousseinou M’bareck Diarra
BRAKNA
Abdoulaye Alassane
ADRAR
Ely Salem Khayar
TIRIS ZEMOUR
Harouna Cissé
Mise en Page
Aliyene Ahmed Salem
alias2001@maktoob.com
Boîte postale : 1905
Téléphone : 525.02.71 Fax : 525.54.84
Fils d’agence : AMI - AFP
Ilot “P” n° 007 - Tevragh-Zeina
Visa n° 015/MIPT/DAPLP du 15.05.1995
site web: www.mapeci.com
CONSEILLERS DE LA RÉDACTION
Mohamed Saïd Ould Hamody
Mohamdy Ould Babbah
-Mohamed Yehdih Ould Breidileil
-Mohamed Lemine Ould Kettab
RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT
Jedna Deida 6306337
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
Moussa Abdelkader Diop 6502496
moussadiop@mapeci.com
Modiop2001@ yahoo.fr
GRAND REPORTER
khalidou Diagana 6706095
DESK POLITIQUE ET NTIC :
Mohamed Ould Khattat 641 61 17
DESK SOCIETE: Mosy
DESK SPORTS :Mohamed Ould Feily dit Antar
6708951
COORDINATION DU RÉSEAU
DES CORRESPONDANTS : Khalil Sow
RÉDACTION :
Cheikhna Ould Nenni
Jedna Deida
Moussa Diop
Khalidou Diagana
Mohamed Ould Khattat
Mohamed Mahmoud Ould Aboulmaaly
Mohamed Ould Feïly, dit Antar
CORRECTEUR Bakary Gueye
Saisie Ly Alassane Mamadou
DISTRIBUTION: Mokhtar Beidi
Kane Demba 6414061
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
ET RÉDACTEUR EN CHEF
CHEIKHNA OULD NENNI
Tiré sur les Presses de l’Impremerie Nationale
Société éditrice de Nouakchott Info et
Akhbar Nouachott
Président du Conseil de direction : Cheikhna Ould Nenni
Vice-président Mohamed Mahmoud Ould Abou ElMaali
Directeur des Ressources : Lô Amadou Abdoul
Directeur Commercial : Moulaye Zein Ould Nenni
Coordination Cellule des Ntic : Mohamed Ould Khattat
Responsable Méssagerie : Moulaye Ould Zein
Secrétariat Central : Birane Amadou Kassé
MAPECI
Chers Messieurs,
Dans moins d'un mois, le 25
juin 2006, le référendum constitutionnel
ouvrira le ballet des cinq
scrutins programmés par le processus
électoral de notre transition
démocratique.
En raison du préjugé en faveur
des amendements proposés par
le CMJD pour la modification de
la constitution du 20 juillet 1991,
nos partis politiques ne semblent
pas disposés à entamer leurs
énergies dans une campagne
électorale référendaire ou ils
croiraient défoncer des portes
ouvertes. En fait, pour les leaders
de nos partis politiques, les
choses sérieuses ne commencent
qu'en automne avec le couple
municipales-législatives pour
culminer, en mars 2007, avec
les élections présidentielles.
Il est vrai que les enjeux partisans
sont plus limités s'agissant
du référendum mais la plus grande
participation possible à ce
scrutin serait un signe fort qui
consacrerait la volonté de rupture
de nos compatriotes avec les
vingt dernières années de pouvoir
personnel et exclusif au profit
d'une aire qui permet l'alternance.
Il serait par conséquent dommage
de rater cette occasion
qui, elle au moins, est déjà à
notre portée. En effet, pour tous
les autres scrutins, et dans l'état
éclaté qui caractérise notre
scène politique, permettez-moi
de vous dire les inquiétudes qui
habitent le citoyen que je suis,
soucieux du devenir de notre
transition démocratique. Je suis
inquiet quand je pense au nombre
de 35 partis que vous êtes et
à celui potentiel, de candidats
que vos formations pourraient aligner
aux futures échéances électorales
à côté d'autres, indépendants,
pour briguer le suffrage
de nos compatriotes. Mais avant
tout et plus encore que votre
nombre pléthorique je suis
inquiet de l'état dans lequel vous
êtes. Je suis inquiet de votre
manque de structuration, de
votre manque de réelle assise
populaire, de la réalité de vos
programmes, de votre manque
de moyens, de votre manque
d'expérience, en un mot je suis
extrêmement inquiet pour notre
pays du maque de perspectives
que votre image éclate y projette,
aujourd'hui. A un moment où de
nombreux appétits le lorgnent de
toutes parts.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Face à ce tableau peu reluisant,
le citoyen que je suis, qui
préfère malgré tout continuer à
entretenir une certaine dose
d'espoir, s'octroie la liberté d'interpeller
votre sens politique et
votre fibre patriotique pour vous
inviter à un examen autocritique
et exigeant de cette situation en
vue de trouver les meilleurs voies
et moyens d'aborder les échéances
électorales qui vous attendent
et sur lesquelles notre peuple
fonde d'immenses espoirs. Il
s'agit de résoudre l'équation suivante
: " comment, dans son état
actuel, la classe politique mauritanienne,
peut-elle, avec
quelques chances de succès,
envisager de s'organiser ou de se
réorganiser pour une sortie de
transition crédible, c'est-à-dire,
capable de prendre en charge,
dans de bonnes conditions, la
gestion du pays en dépit de l'urgence,
de la diversité et de la
complexité des problèmes qui se
posent à notre société ?
La réponse à cette question ne
sera pas aisée mais elle passe
inexorablement par la recomposition
de notre paysage politique
dans le cadre de blocs de partis
(idéalement deux à quatre coalitions)
dont les membres partagent
un certain nombre de
valeurs et d'affinité qui leur permettent
de s'orienter vers une
logique de programme politique
commun. Cette option, toute exigence,
demandera à tous et à
chacun, de faire preuve de patriotisme,
de réalisme, de perspicacité,
de tolérance et surtout
d'humilité pour réaliser le compromis
historique et incontournable
que requiert la situation. Il
s'agira, dans un élan patriotique,
de sacrifier, sur l'autel de l'intérêt
stratégique national, tous les
égocentrismes, les sectarismes
et autres démons tribalistes et
régionalistes.
Cette oeuvre salutaire de
recomposition du paysage politique
devrait commencer sans
tarder par un travail de contacts
tous azimuts en vue d'établir des
passerelles, des accords préliminaires,
avant les premières
échéances électorales. L'Etat,
quant à lui, devrait et dans les
formes les plus légales, favoriser
ces rassemblements dans l'intérêt
supérieur de la cohésion
nationale, par toutes sortes de
mesures incitatives possibles,
notamment au niveau du financement
des campagnes électorales.
Tout en laissant éventuellement,
à chacun, le loisir d'aller
tout seul aux élections de novembre
prochain pour déterminer sa
propre épaisseur électorale, les
partis qui auront décidé de constituer
une coalition devraient, dès
maintenant, mettre en chantier
une réflexion pour un futur programme
commun de gouvernement.
Ceci est d'autant pus envisageable,
dès maintenant, que
dans notre pays, ce ne sont pas
les écarts idéologiques ou les différences
de vision économique,
quand il y en a, qui ont présidé à
la multiplicité des partis.
L'esprit de solidarité et d'entraide
au sein des coalitions ainsi
constituées pourrait déjà commencer
à fonctionner à la faveur
des élections municipales et
législatives, par des appuis
mutuels et surtout, des reports
de voix au second tour des législatives.
Le programme commun de ces
coalitions devrait être affiné
après les doubles élections de
novembre en tenant compte
cette fois, du nombre réel de
députés et de conseillers municipaux
que chaque formation politique
aura obtenu et qu'elle va
mettre à contribution pour la
conquête des présidentielles. On
peut déjà, à ce stade et avant la
campagne électorale pour les
présidentielles, envisager le partage
du pouvoir, en fonction des
rapports de force ainsi déterminés.
C'est ainsi qu'on pourra
décider de faire campagne pour
le candidat présidentiel de la
coalition dont chaque parti membre
se verrait attribuer, virtuellement,
tel ou tel poste de responsabilité
de futur gouvernement.
Messieurs les présidents
des partis politiques,
Cette démarche peut paraître
simple voire simpliste aux yeux de
certains d'entre vous. Tant mieux
! Pour moi, si elle pouvait seulement
contribuer à vous inviter au
débat sur une question dont l'intérêt
et l'urgence sont incontestables,
elle aura atteint son
objectif. Encore une fois, mon
souci qui est sans doute partagé
par beaucoup de nos compatriotes,
est celui de voir notre pays
sortir, dans les meilleures conditions,
de cette période de transition,
avec un gouvernement crédible
et une majorité suffisamment
forte pour lui assurer la
stabilité dont il a cruellement
besoin pour faire face aux redoutables
tâches qui l'attendent. La
formation de coalitions est, à cet
égard, la condition sine qua non.
Wellahou weliyou ettewfigh.
NOUAKCHOTT, LE 10 MAI 2006
UN CITOYEN INQUIET
ABDELLAHI OULD
ABDERREZAGH
Lettre aux dirigeants
de nos partis politiques
Initiative des Cadres de Rosso
Communiqué
L'Initiative des Cadres de Rosso (ICR), invite
l'ensemble des populations de la ville et des
environs à venir nombreux pour l'accueil du
Chef de l'Etat à Rosso le samedi 03 juin
2006.
Nouakchott Info Quotidien N° 997 DU 01 JUIN 2007
BUREAU MAURITANIEN DE CONSEILS
EN MANAGEMENT DE LA QUALITE
* Certification ISO 9001 :2000
* Certification ISO 18001(OHSAS)
* Certification ISO 22000 (HACCP)
* Formation Normes ISO9001 & Auditeurs
* Chasseurs de têtes (recrutement, diagnostic RH)
Annonce 218 Immeuble BMCI BP: 3672, Nktt -Mauritanie
TEL 222 525 72 26 Mobile 6 30 39 13
cdm2_2000@yahoo.fr - Site Web: www.cdm2.mr

02 juin, 2006 14:06  
Anonymous elghibe-harame said...

salut
je vous rapelle a l'ocasion de "Eljemooua" de le danger de la médisance :
La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment .....etc
vous pouver lire plus
http://elghibe-harame.blogspot.com/
par ceque je vus que monsieur X ould Y il aime pas que vous sachez ça pour cela j'ai pas mistoutesl'article et je vous invite a lire ça dans le site :
http://elghibe-harame.blogspot.com

02 juin, 2006 14:10  
Anonymous yahragh-boukh said...

X ould Y pour qoui tu repond pas sur cette article moi par contre je veux t'envoyez ça quelque soi ce que tu aime :



La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.

02 juin, 2006 14:12  
Anonymous Anonyme said...

La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.

02 juin, 2006 14:13  
Anonymous Anonyme said...

La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.

02 juin, 2006 14:13  
Anonymous Anonyme said...

La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.
La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.
La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.
La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.
La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.
La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.
La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.
La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.
La médisance et l’espionnage
Allah, Gloire à Lui, a dit : « ô vous les croyants ! Evitez de conjecturer sur autrui : certaines des conjectures sont des péchés. N’espionnez pas ! Ne dites pas de mal les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? Non, vous en auriez horreur » 49.12
1) La conjecture ou le doute est le soupçon accusateur envers la famille et les autres. Il s’agit d’un péché que le croyant doit éviter. Certains n’hésitent pas à utiliser le doute dans toutes les circonstances.
Ils sont tellement obsédés par cet état d’esprit qu’ils soupçonnent tout le monde : leurs amis, leurs enfants, leurs épouses. Ils ont le sentiment d’être dupés, roulés, trompés, volés, etc.
Le Prophète a dit : « Faites attention au doute car le doute est le père des mensonges, n’espionnez pas, ne guettez pas, ne rivalisez pas, n’enviez pas les uns les autres, ne vous haïssez pas les uns les autres et soyez frères en tant que serviteurs de Dieu ». Et il a dit : « Trois choses hantent (obsèdent) ma communauté : la superstition, la jalousie et le mauvais soupçon (ou la mauvaise foi). Quelqu’un a posé la question au Prophète : « Comment s’en débarrasser ? »
Le Prophète a répondu : « Si tu envies quelqu’un, demande pardon à Dieu, si tu soupçonnes, ne vérifie pas et en cas de superstition, sache que le doute et la superstition vont de pair et les deux sont interdits en Islam : le doute est un péché et la superstition idolâtrie ».

1) L’espionnage

Il est interdit d’espionner les gens, d’épier ce que les autres font, le musulman ne doit pas s’ériger en policier pour faire de l’inquisition jusqu’à l’intérieur des foyers. En principe, le musulman ne doit pas dévoiler le défaut de son frère musulman. Le Prophète a dit : « Celui qui couvre le défaut de son frère, Dieu couvre son défaut le jour du jugement ».
Dans un autre hadith : « Celui qui couvre le défaut d’un croyant est comparable à celui qui ressuscite une enterrée vivante de sa tombe ».
« Ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande parmi les croyants subiront un châtiment douloureux en ce monde et dans la vie future. Dieu sait, et vous, vous ne savez pas » 24.19 le Prophète a dit : « N’offensez pas les serviteurs de Dieu, ne vous moquez pas d’eux, ne cherchez pas leurs défauts car celui qui cherche le défaut de son frère musulman, Dieu cherchera son défaut et le dévoilera même dans son foyer. »
« Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens. »
« Ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, ne faites pas monter les enchères ( au cours d’une vente) pour trouver un éventuel acheteur et n’allez pas vendre à quelqu’un une marchandise que vous avez déjà vendue à un autre, soyez des frères en qualité de serviteurs de Dieu. »
« Le croyant n’atteindra pas la plénitude de la foi tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui même »

2) La médisance :
le prophète Muhammad(s) a défini la médisance comme étant le fait de dire de l’autre ce qu’il n’aimerait pas entendre : « Et si ce que qu’on dit est vrai ? » Le Prophète ajoute : « Si c’est vrai ce que tu dis de lui, c’est bien cela la médisance, sinon c’est la calomnie ». Une femme a rendu visite au Prophète et lorsqu’elle s’est levée pour sortir, Aicha a fait un geste au Prophète pour dire qu’elle est petite de taille. le Prophète répond à Aicha qu’elle a commis le péché de la médisance.
La médisance est un péché grave. Allah compare le péché de la médisance à celui qui mange la chair de son frère mort. Dans son discours d’adieu, le Prophète a dit : « Vos sangs, vos biens, vos honneurs sont inviolables, aussi inviolables que ce jour-ci dans ce mois-ci dans ce lieu-ci ». « Ô vous qui avez cru avec la langue et non pas avec le cœur, ne médisez pas des musulmans et ne recherchez pas leurs défauts car celui qui recherche leurs défauts, Dieu recherchera son défaut et le dévoilera dans son foyer même ».
« Lors de mon ascension au ciel, j’ai vu des gens ayant des griffes en bronze avec lesquels ils se lacéraient leurs visages et leurs poitrines. J’ai interrogé Gabriel : « qui sont ces gens ? » Il m’a dit : ce sont ceux qui mangent la chair des gens et qui offensent leurs honneurs ». « Des femmes faisaient le jeûne, mais elles passaient tout leur temps à médire des gens ! Quelqu’un en a parlé au Prophète qui les convoqua. Il leur demanda de vomir. Elles vomirent du pus, de la chair et du sang. Le Prophète a dit : « Ces deux femmes font le jeûne pour ce qui est licite et elles se sont permises ce qui est illicite. Elles ont mangé la chair des gens avec leur médisance ».
D’après le Prophète : « La médisance est plus grave que l’adultère pour la simple raison que Dieu accepte le repentir de celui qui commet l’adultère alors que celui du médisant n’est pas accepté avant que la victime lui pardonne. »
Un jour le Prophète a vu en passant le cadavre d’une bête. Il dit à ses compagnons : « Mangez-en ! » Ils dirent : « Comment peut-on manger un cadavre infecte, puant ? » Il dit : « Ce que vous avez mangé comme chair de votre frère est plus infecte que cela ».
« L’usure comporte soixante-dix variantes, la plus simple se compare à l’inceste de quelqu’un avec sa mère. La pire des usures est d’attenter à l’honneur d’un musulman » Aicha a critiqué une femme devant le Prophète. Celui ci lui dit : « vomis ! » Aicha raconte qu’elle a vomi un morceau de chair.
« L’homme recevra son livre publié, il dira : « Mon Seigneur : où sont mes bonnes actions, j’ai fait telle ou telle chose et elles n’y figurent pas. » Dieu lui dira : « Elles ont été effacées à cause de la médisance ».
Ce que le médisant récolte : Il commet un péché pire que l’usure et l’inceste ; il mange la chair de son frère, ou celle d’un cadavre infecte, ce qui peut entraîner comme conséquences la nullité de son jeûne, sa faillite en matière de culte, c’est-à-dire toutes ses bonnes actions vont profiter à ses victimes en réparation des torts qu’il leur a commis, sans compter le châtiment de la tombe qu’il subit avant le châtiment final de l’Enfer.
A) Allah a dit « N’accuse pas sans connaissance de cause. Certes, de l’ouïe, de la vue et du cœur, de tout cela, il vous faudra rendre compte. « Il ne prononce pas un mot sans qu’il n’y ait auprès de lui un observateur averti » 50.18
L’homme responsable doit s’abstenir de toute parole vaine, de tout verbiage. Hadith. « Que celui qui croit en Dieu et au jour dernier dise du Bien ou bien qu’il se taise ». Abu Moussa rapporte : « Je demandai : Ô Envoyé de Dieu, quel est le meilleur des musulmans ? » Il me répondit « Celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main » « Celui qui me garantit ce qu’il a entre les mâchoires (la langue) et ce qu’il a entre les jambes, je lui garantis le Paradis »
Abu Huraira a entendu ces propos du Prophète : « Certes le serviteur peut prononcer un mot sans y prendre garde, mot qui lui vaudra la satisfaction divine et grâce auquel Dieu l’élèvera de plusieurs degrés, mais le serviteur peut aussi laisser échapper une parole sans y prendre garde, parole qui suscitera la colère de Dieu et lui vaudra d’être précipité en Enfer » « La droiture d’un homme est subordonnée à la droiture de son cœur et celle de son cœur est subordonnée à la droiture de sa langue. » C’est-à-dire l’homme ne se redresse que jusqu’à ce que son cœur se redresse. » « Tout musulman est sacré pour un musulman, son sang, son honneur et son bien »

B) De l’interdiction de prêter l’oreille à la médisance :
Il faut savoir déplacer le sujet d’une discussion impliquant une médisance ou s’en retirer. Car le simple fait d’écouter quelqu’un médire d’autrui est un péché, sauf si l’on essaye de résonner le médisant ou de détourner la conversation. « Lorsqu’ils entendent des futilités, ils s’en détournent »23.3 « Celui qui défend l’honneur de son frère, Dieu préservera son visage du feu au jour du jugement » Hadith

C) Cas où la médisance peut être légitime:
La médisance est autorisée pour parvenir à certains objectifs légitimes qui ne sauraient être atteints si l’on n’y a pas recours : il y a six cas où la médisance est admise :
a) la plainte : il est permis à la victime de se plaindre au gouverneur, au procureur de la république, au juge, à l’officier de police judiciaire ou à toute personne qui de par sa fonction peut lui faire recouvrer ses droits
b) Quand on cherche un appui pour faire cesser quelque chose de répréhensible et pour ramener le fautif à la raison. On est alors en droit de demander à celui dont on recherche le soutien : « Un tel a fait telle chose réprime-le pour cela. Si le but est de faire cesser quelque chose de répréhensible, la démarche est légitime. Sinon il est interdit de recourir à un tel procédé.
c) Pour obtenir un avis juridique on peut demander au juge par exemple : « Mon père ou mon frère ou mon époux m’ont fait un tort. Sont-ils en droit de faire cela ? Par quel moyen puis-je trouver solution à mon problème ? Recouvrer mes droits et réprouver l’injustice ? Mais il est plus prudent de poser la question ainsi « Que pensez-vous d’un homme, d’un époux, d’une personne qui fait telle ou telle chose ? »
d) Quand il s’agit de mettre en garde les musulmans et de leur prodiguer des conseils contre l’immoralité de quelqu’un surtout en cas de témoignage ou de contrat d’échange (nécessité fait loi). Il est permis également de donner son opinion sur un homme qu’un tiers veut prendre pour gendre, pour associé, pour voisin ou chez lequel il veut laisser quelque chose en dépôt, etc. on peut également signaler l’incompétence d’une personne en poste à son supérieur hiérarchique quand elle s’acquitte mal de sa fonction (incapacité, négligence ou malhonnêteté)
e) Il est permis de mentionner les vices ou les hérésies de celui qui les affiche ouvertement tel que celui qui boit publiquement du vin, qui spolie les gens de leurs biens, qui prélève des taxes ou des biens de manière inique ou indue, qui commet un abus de pouvoir, qui se rend coupable de corruption.
f) Il est permis de nommer quelqu’un par un de ses défauts s’il n’est pas possible de le reconnaître autrement ou bien si tel est effectivement son surnom : ainsi : le borgne, le chauve, le sourd, l’aveugle, l’arabe, etc. En revanche il est interdit de le nommer ainsi par dérision.

02 juin, 2006 14:13  
Anonymous Anonyme said...

I like reading through а pοst that can make men
and women think. Also, thаnκ уou for alloωіng foг
me to comment!

Аlso viѕit my ωebpage diengiadungre.com

06 mars, 2013 22:58  
Anonymous Anonyme said...

You would see а store on screen is cheap,
and h&#1077r&#1077 аre tуρicаllу twο
optiоns cell phone obtainablе foг all usеrs tо
ԁecide fгom; thе pay-aѕ-you-ѕеarch, anԁ thе one-time-paуment сhoices.


Take a look аt my ωeb ρаge dien thoai

31 mars, 2013 06:51  
Anonymous Anonyme said...

This question must have been asked for a great
many times, but you need to think of it over and over agin so that you can create some accessible ideas for you
to wisely learn it. Here are the top rated Spanish
translation i - Phone apps available on the App Store
right now. Because of this, it is imperative to determine first their difficulties and needs so that whatever materials a teacher purports
to design should be in accordance with these needs.


my site ... http://www.friendxone.com

05 avril, 2013 10:03  
Anonymous Anonyme said...

For morе informatiοn on Dizzywood, and to Ηear the
first game in the Empire Ground serial publіcatіоn.
This may not be identical estimable announсеment
for firms Rеpresent solitarу and Ѕomеtimes you Rеceive Team mеmbers whο aіd you.

Іn decrеe to be a suсcessful substаntial acres ԁevеloрer, energіzеr, Sοftwarе engineer, or
еntгepreneur in moment aliѵenеss; is the bеst ѕitе for
play. Fеw intгоmit that the happiest users currently, are the petting and
garment superlаtive benefits of havіng the intеrnеt and
determination Rеlease gamеs.

My website: http://rockthestage.net

12 avril, 2013 02:05  
Anonymous Anonyme said...

Way cool! Some extremely valid points! I appreciate you penning this article plus the
rest of the website is really good.

Feel free to surf to my website: nike air max

13 avril, 2013 21:31  
Anonymous Anonyme said...

Wow that was odd. I just wrote an very long comment but after I clicked submit my comment didn't appear. Grrrr... well I'm
not writing all that over again. Anyhow, just wanted to say superb blog!


Here is my website ... nfl jerseys cheap

13 avril, 2013 22:39  
Anonymous Anonyme said...

I have read so many content on the topic of the blogger lovers however this post is actually a fastidious paragraph, keep it up.


Also visit my web page :: Cheap Louis Vuitton Bags

14 avril, 2013 15:41  
Anonymous Anonyme said...

I was suggested this website by my cousin. I'm not sure whether this post is written by him as no one else know such detailed about my trouble. You are wonderful! Thanks!

My blog :: Wholesale NFL Jerseys

14 avril, 2013 20:24  
Anonymous Anonyme said...

What's up to all, it's genuinely a pleasant for me to pay a visit this web site, it consists of priceless Information.


Here is my web-site - Basket Jordan Femme

16 avril, 2013 10:26  
Anonymous Anonyme said...

You are so cool! I don't suppose I've read through
something like that before. So good to discover someone with genuine
thoughts on this subject matter. Really.. thanks for starting this up.
This site is something that is required on the internet, someone with
a bit of originality!

Visit my blog ... cheap jerseys

18 avril, 2013 04:19  
Anonymous Anonyme said...

I'm curious to find out what blog platform you happen to be utilizing? I'm having
some minor security problems with my latest blog and
I'd like to find something more secure. Do you have any recommendations?

Visit my blog ... Cheap Jerseys

28 avril, 2013 03:20  
Anonymous Anonyme said...

Awesome blog! Is your theme custom made or did you download
it from somewhere? A theme like yours with a few simple tweeks would really make my blog stand out.
Please let me know where you got your design.
With thanks

Also visit my blog: Abercrombie and Fitch

28 avril, 2013 23:47  
Anonymous Anonyme said...

I seriously love your blog.. Excellent colors & theme.
Did you build this web site yourself? Please reply back as
I'm planning to create my own personal blog and would like to find out where you got this from or just what the theme is called. Kudos!

Feel free to surf to my blog post - Air Max Pas Cher

29 avril, 2013 06:04  
Anonymous Anonyme said...

Hey I know this is off topic but I was wondering if you knew of any widgets I
could add to my blog that automatically tweet my newest twitter
updates. I've been looking for a plug-in like this for quite some time and was hoping maybe you would have some experience with something like this. Please let me know if you run into anything. I truly enjoy reading your blog and I look forward to your new updates.

Feel free to visit my web-site; Converse All Star

29 avril, 2013 09:11  
Anonymous Anonyme said...

An excellent span of shoes, it may be not absolutely possibly the most magnificent, not high priced, neither is the shibboleth name, but it surely normally requires yourself to walkabout the modern the public, Christian Louboutin Shoes
solve these questions . enjoy the happiness shoes won't irregularly, perhaps covetable,moreover the injured indeed.Asics Australia
Such type of situation you choose call encountered, walked put straight before the expose cabinets in countless multifarious kinds of shoes you can socialize with magnificent, not to get. Individuals is at once valid isn't fair, like very costly, comfortable work result of the fad, get good-looking those that consider old-fashioned ... putrefy elsewhere to be altogether happy with simply difficult. Pick to pick, absolutely chose a twosome, wear two or three days single to be aware of foot fray, or certainly not to match their clothes,Christian Louboutin Australia
the best mo = 'modus operandi' to perform this time? Supply up'd somewhat bitter to have need of to wear?

30 avril, 2013 09:08  
Anonymous Anonyme said...

If you wish for to grow your experience simply keep visiting this
web site and be updated with the most recent gossip posted here.


Also visit my homepage abercrombie & Fitch

04 mai, 2013 12:08  
Anonymous Anonyme said...

I like the helpful information you provide in your articles.

I will bookmark your weblog and check again
here frequently. I'm quite sure I'll learn many new stuff right here!
Best of luck for the next!

My website Michael Kors Outlet

04 mai, 2013 20:12  
Anonymous Anonyme said...

Yes! Finally something about honeycombed.


my site; Gucci Sito Ufficiale Scarpe

04 mai, 2013 20:21  
Anonymous Anonyme said...

Hey there! This is my 1st comment here so I just wanted to give a quick shout out and tell you
I truly enjoy reading your posts. Can you suggest any other blogs/websites/forums that go over the same topics?
Thanks a ton!

Also visit my blog post; Abercrombie Brussel

05 mai, 2013 15:04  
Anonymous Anonyme said...

I like the valuable info you provide in your articles. I will bookmark your blog and check again here regularly.
I'm quite certain I'll learn many new stuff right here!
Best of luck for the next!

Feel free to surf to my site Wholesale Jerseys

05 mai, 2013 17:14  
Anonymous Anonyme said...

It's a shame you don't have a donate button!

I'd definitely donate to this brilliant blog! I suppose for now i'll settle for bookmarking and adding your
RSS feed to my Google account. I look forward to new updates
and will talk about this website with my Facebook group. Talk soon!


Also visit my blog :: Sidney Crosby Authentic Jersey

07 mai, 2013 06:59  
Anonymous Anonyme said...

Hi, Neat post. There's a problem together with your website in web explorer, might test this? IE nonetheless is the marketplace chief and a big component to other people will omit your fantastic writing due to this problem.

Here is my homepage :: Authentic Evgeni Malkin Jersey

08 mai, 2013 01:22  
Anonymous Anonyme said...

This excellent website certainly has all of the info I wanted
concerning this subject and didn't know who to ask.

My webpage Wholesale Jerseys

12 mai, 2013 19:49  
Anonymous Anonyme said...

Fantastic beat ! I would like to apprentice while you amend your website,
how can i subscribe for a blog web site? The account helped me a acceptable deal.
I had been a little bit acquainted of this your broadcast provided bright clear concept

Feel free to surf to my blog post ... Authentic Kris Letang Jersey

14 mai, 2013 06:51  
Anonymous Anonyme said...

I have to thank you for the efforts you have put in writing this site.

I am hoping to view the same high-grade blog posts by you later on as well.

In fact, your creative writing abilities has encouraged
me to get my own, personal site now ;)

My webpage - Authentic Mario Lemieux Jersey

15 mai, 2013 06:50  
Anonymous Anonyme said...

With havin so much written content do you ever run into any issues of plagorism or copyright infringement?
My website has a lot of completely unique content I've either created myself or outsourced but it appears a lot of it is popping it up all over the internet without my agreement. Do you know any solutions to help prevent content from being stolen? I'd certainly appreciate it.


Also visit my homepage; Go Here

15 mai, 2013 10:56  
Anonymous Anonyme said...

Howdy! I could have sworn I've been to this website before but after browsing through some of the posts I realized it's new to me.
Nonetheless, I'm definitely happy I came across it and I'll be
bookmarking it and checking back regularly!

my web page - Louis Vuitton Handbags Outlet

15 mai, 2013 15:18  
Anonymous Anonyme said...

What's Taking place i'm new to this, I stumbled upon this I
have found It positively helpful and it has aided me out loads.
I'm hoping to give a contribution & assist different users like its helped me. Good job.

Review my website ... Cheap Jerseys3

16 mai, 2013 05:42  
Anonymous Anonyme said...

Link exchange is nothing else but it is only placing the
other person's web site link on your page at appropriate place and other person will also do same in support of you.

My page: Oakley Sunglasses

17 mai, 2013 03:20  
Anonymous Anonyme said...

I savor, cause I discovered exactly what I used to be looking for.
You've ended my 4 day lengthy hunt! God Bless you man. Have a nice day. Bye

My web page - www.explorethecapabilities.com

20 mai, 2013 17:27  
Anonymous Anonyme said...

excellent issues altogether, you simply gained a logo new reader.
What may you recommend about your put up that you just made some days in the past?

Any certain?

my web blog ... Air Jordan 2013

21 mai, 2013 07:45  
Anonymous Anonyme said...

Hey there! I simply wish to give you a huge thumbs up for your great info you've got right here on this post. I'll be returning to your site for more soon.


my site ... Cheap Louis Vuitton Handbags

22 mai, 2013 05:50  
Anonymous Anonyme said...

Does your site have a contact page? I'm having a tough time locating it but, I'd like to shoot you an e-mail.
I've got some ideas for your blog you might be interested in hearing. Either way, great website and I look forward to seeing it grow over time.

Here is my web page: Louis Vuitton Bags

24 mai, 2013 07:17  
Anonymous Anonyme said...

Have you ever considered writing an e-book or guest
authoring on other websites? I have a blog based on the
same information you discuss and would love to have you share some stories/information.
I know my visitors would value your work. If you are even remotely interested,
feel free to shoot me an e mail.

Feel free to visit my web page: Chaussure De Foot Pas Cher

25 mai, 2013 22:07  
Anonymous Anonyme said...

I will right away take hold of your rss as I can not to find
your email subscription link or e-newsletter service.

Do you've any? Kindly permit me recognize in order that I could subscribe. Thanks.

Here is my weblog Michael Kors Canada

26 mai, 2013 02:07  
Anonymous Anonyme said...

You actually make it seem so easy with your presentation but I find this matter to be actually something which I think I would never understand.
It seems too complex and very broad for me. I'm looking forward for your next post, I will try to get the hang of it!

Have a look at my page: Louis Vuitton Outlet

29 mai, 2013 19:28  
Anonymous Anonyme said...

Hi, i think that i saw you visited my weblog thus i
came to “return the favor”.I am trying to
find things to enhance my website!I suppose its ok to use
some of your ideas!!

Take a look at my page: resources

30 mai, 2013 06:21  
Anonymous Anonyme said...

I'm curious to find out what blog platform you're using?
I'm experiencing some small security problems with my latest blog and I would like to find something more secure. Do you have any suggestions?

Also visit my web page: Mulberry Outlet

31 mai, 2013 02:27  
Anonymous Anonyme said...

I have been browsing online more than 4 hours today, yet I never found any interesting article like yours.
It's pretty worth enough for me. Personally, if all website owners and bloggers made good content as you did, the web will be much more useful than ever before.

Also visit my weblog Solde Air Max

01 juin, 2013 09:39  
Anonymous Anonyme said...

This design is wicked! You obviously know how to keep a reader entertained.

Between your wit and your videos, I was almost moved to start my own blog (well, almost.
..HaHa!) Fantastic job. I really loved what you had to say,
and more than that, how you presented it. Too cool!


Also visit my web blog: Nike Air Max

01 juin, 2013 16:41  
Anonymous Anonyme said...

Hello! I just wanted to ask if you ever have any issues with hackers?
My last blog (wordpress) was hacked and I ended up losing a few
months of hard work due to no data backup.
Do you have any solutions to prevent hackers?


my webpage ... Louis Vuitton Pas Cher

02 juin, 2013 11:17  
Anonymous Anonyme said...

That is a very good tip especially to those new to the
blogosphere. Simple but very precise info… Many thanks for sharing this one.
A must read post!

Here is my website - ngosummit.com

03 juin, 2013 10:17  
Anonymous Anonyme said...

I just could not go away your site before suggesting that I extremely loved the standard information a person provide for your
visitors? Is going to be again often to inspect new posts

My homepage Nike Air Jordan

03 juin, 2013 19:12  
Anonymous Anonyme said...

Hi, I think your site might be having browser compatibility issues.
When I look at your blog in Firefox, it looks fine but when opening in Internet Explorer, it has some overlapping.
I just wanted to give you a quick heads up! Other then that,
amazing blog!

Here is my website: Sac a main Guess

03 juin, 2013 22:32  
Anonymous Anonyme said...

Now I am going to do my breakfast, once having my breakfast coming again to read more news.



Look into my web-site - Chaussure Air Jordan

04 juin, 2013 03:01  
Anonymous Anonyme said...

What's up Dear, are you in fact visiting this web site on a regular basis, if so after that you will without doubt obtain good know-how.

Feel free to visit my website; Read Full Article

04 juin, 2013 11:49  
Anonymous Anonyme said...

I'm really loving the theme/design of your web site. Do you ever run into any browser compatibility issues? A number of my blog readers have complained about my blog not operating correctly in Explorer but looks great in Opera. Do you have any ideas to help fix this issue?

Here is my website; Going Here

04 juin, 2013 21:48  
Anonymous Anonyme said...

Good answer back in return of this issue with firm arguments and
telling everything on the topic of that.

Feel free to visit my webpage :: Visit Website

04 juin, 2013 23:34  
Anonymous Anonyme said...

I'm truly enjoying the design and layout of your site. It's a very easy on the eyes which makes it
much more pleasant for me to come here and visit more often.
Did you hire out a designer to create your theme?

Excellent work!

Look at my webpage ... Home Page

06 juin, 2013 18:54  
Anonymous Anonyme said...

For most recent information you have to pay a visit internet and on internet I
found this web site as a finest web page for most recent updates.


Also visit my page - Get the Facts

07 juin, 2013 12:06  
Anonymous Anonyme said...

My partner and I stumbled over here coming from a different page and thought I may as well check things out.
I like what I see so now i'm following you. Look forward to checking out your web page yet again.

Also visit my web site related site

07 juin, 2013 12:14  
Anonymous Anonyme said...

Wow, this post is pleasant, my younger sister is analyzing such things, thus
I am going to tell her.

my homepage - Louis Vuitton Pas Cher

08 juin, 2013 16:03  
Anonymous Anonyme said...

Its like you read my mind! You seem to know a lot about this,
like you wrote the book in it or something. I think
that you could do with a few pics to drive
the message home a bit, but other than that, this
is magnificent blog. A fantastic read. I will certainly be back.



Look at my web-site; Abercrombie Pas Cher

09 juin, 2013 13:31  
Anonymous Anonyme said...

These are in fact enormous ideas in regarding blogging.
You have touched some nice points here. Any way keep up wrinting.


Have a look at my blog post ... Tory Burch Shoes

09 juin, 2013 23:20  
Anonymous Anonyme said...

Thank you for every other informative website.
The place else may just I am getting that type of info written in such an ideal way?
I have a challenge that I am simply now running on, and I have been on
the glance out for such information.

Stop by my page Wholesael NFL Jerseys

10 juin, 2013 02:47  
Anonymous Anonyme said...

Why visitors still use to read news papers when in this technological globe everything is accessible on
web?

Feel free to visit my weblog ... Air Max Pas Cher - overuc.com -

11 juin, 2013 12:09  
Anonymous Anonyme said...

I read this paragraph completely about the resemblance of newest
and earlier technologies, it's awesome article.

My site: Sac guess

11 juin, 2013 13:13  
Anonymous Anonyme said...

I have been exploring for a little bit for any high-quality articles or weblog posts on this sort of house .
Exploring in Yahoo I eventually stumbled
upon this web site. Reading this info So
i am happy to express that I've an incredibly excellent uncanny feeling I came upon exactly what I needed. I most indubitably will make certain to don?t put out of your mind this website and provides it a look on a continuing basis.

Have a look at my website: Boutique Air Max

14 juin, 2013 10:22  
Anonymous Anonyme said...

An outstanding share! I have just forwarded this onto a
co-worker who has been doing a little homework on this.
And he actually ordered me dinner due to the fact that I stumbled upon it for him.

.. lol. So let me reword this.... Thanks for the meal!
! But yeah, thanks for spending the time to talk about this topic here on your blog.



My weblog - Nike Air Max

14 juin, 2013 10:23  
Anonymous Anonyme said...

Hello there! Do you use Twitter? I'd like to follow you if that would be okay. I'm absolutely enjoying your blog and look forward to new updates.


Also visit my web-site Nike Black Blazers

14 juin, 2013 14:39  
Anonymous Anonyme said...

Thanks in support of sharing such a pleasant thinking, paragraph is nice, thats why i have read it completely

Also visit my web blog Jordan Femme

19 juin, 2013 08:07  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home